Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Papy is here (John Murphy) Jeu 14 Juin - 9:36
John Murphy

Murphy John

62

Américaine

Ermite (vétéran Vietnam)

Communauté d'Essex

Clint Eastwood

John naquit le 31 mai 1955 au sein d’une nombreuse famille de fermiers du Vermont. Élève moyen au lycée, il ne rêvait que de parcourir le monde et combattre au nom de la bannière étoilée comme son père avait fait. Ce dernier était fier qu’un de ses fils décide de servir son pays comme quoi il y avait au moins un Murphy avait répondu présent dans chaque conflit depuis leur arrivé en Amérique. Une période sanglante accueillit le jeune homme courageux. Le Vietnam fut des plus éprouvant pour le stoïque soldat qui vécut des horreurs tout en devant en commettre pour voir le soleil se lever le matin suivant. Le lieu de son « exploit » fut sur une colline insignifiante qui n‘était désigner que par le nom de code Alpha 287. L’escouade de John devait tenir le sommet contre l’avancé des Viêt-Cong. Comme c’était de coutume durant cette guerre, le service de renseignement avait tout faux. Au lieu du petit peloton d’une quarante de combattants, un régiment de plus de deux hommes déferlèrent sur les défenses pitoyables des américains. Des tirs d’artilleries furent demander et au lendemain seulement  les renforts tombèrent sur un véritable carnage. Plusieurs dizaine de corps de soldats ennemis étaient étendu en cercle autour d’un bunker.  À l’intérieur l’escouade de John, des blessés et des morts. Mais ce qui surprit le capitaine des renforts fut de voir le jeune homme qui venait d’être majeur étendu sur le toit de l’hôpital de campagne improvisé. John portait plusieurs blessures, mais il resta avec l’immuabilité de la montagne à défendre le lieu. Les survivants racontèrent que le soldat avait défendu le périmètre comme le Diable en personne, utilisant surtout le pistolet de son père et des explosifs à sa disposition. Les vagues ennemies se brisèrent sur la détermination et la rage de survivre de l’irlandais. John avait hurlé, faisant croire qu’il devait être une vingtaine en état de combattre au lieu du solitaire qui était devenue une tête brulée. Il fut nommé pour la plus haute décoration pour bravoure et il la reçut des mains du Président à la fin du conflit.

L’homme resta dans l’armée aussi longtemps qu’il put, récoltant au passage des décorations et d’autres blessures. Un mariage avec une femme formidable, une déception pour deux de ses trois fils. Mais comme à son habitude il resta à se crisper de colère au lieu d’agir. Il resta au grade de sergent, lui qui préférait rester avec ses hommes au lieu de faire la paperasse. Un jour il fut promu de force et stoïquement il demanda au major ce qu’il devait pour être rétrogradé. En riant l’officier lui avoua que de frapper un supérieur devait faire l’affaire et l’homme se retrouva le cul vissé au sol, le nez en sang. John enleva ses insignes et le salua avant de quitter. Il y a eu cour martiale et heureusement pour lui il s’en sorti avec une peine légère. À la fin de son service il retourna à la vie civile. Mais de puissants traumatises psychologiques se révélèrent au jour. Le vieil homme vieillit rapidement et il dû prendre une forte médication. Il s’isola complètement et ne tolérait que les visites de son cadet avec sa famille. John fut un grand-papa gâteau pour son petit-fils. Mais le vétéran laissa tout de côté pour s’occuper de son petit-fils. Celui-ci, muet de naissance, venait de perdre ses parents et subir la caresse des flammes à son corps défendant. Après une tentative de suicide, le patriarche de la famille emmena Charlie dans son chalet pour lui enseigner le sens de la vie. Le jeune homme s’adapta à la nature et surclassa aisément le vieillard qui ne pouvait de sourire sincèrement pour l’une des rares fois de sa vie.

Mais l’arrivé des zombies les sépara. Celui que le jeune homme appelait Papy fut emmené par un flot de panique à l’extérieur de la ville de Burlington alors que les deux étaient venus en ville pour la médication du vieil homme. John se débâtit, usa de son ton intimidant pour enfin réussir à se dégager de la foule paniqué. Il réussit à rejoindre sa vieille camionnette Ford et constata qu’il ne pouvait revenir en ville. Donc il rejoint la ville tout près, Essex, et fut accepter par la populace retrancher. On ne crache pas sur un vétéran de si nombreuses guerres et qui pouvait coordonnées les défenses avec le shérif qui écouta le taciturne irlandais avec attention.



Évaluation psychiatrique de John Murphy faite par le docteur Newman de l’hôpital des vétérans du Vermont


John a subi plusieurs chocs post-traumatiques de par son historique militaire, mais il a su les affronter avec la détermination et une volonté d’airain. Il dort très peu, de par ses épisodes de cauchemars chroniques, mais il affronte la réalité du mieux qu’il le peut. À savoir avec ironie, hargne et une attitude que le monde entier à pisser dans sa gamelle de café. Après le décès de sa femme, il a décidé de se couper du monde et de renier la presque totalité de sa famille. Seul son fils, l’épouse de celle-ci et leur fils Charlie peuvent approcher l’ours grognon qu’il est. Têtu comme un Irlandais semble être fait sur mesure pour lui.

Il n’est pas fin psychologue et a parfois du mal à comprendre les réactions humaines, principalement féminines. Il est doté d’une autorité naturelle et mène ses troupes sans être trop tyrannique. Mais en contrepartie les officiers et les visages d’autorité sont malmené par le vétéran. Il a une bonne opinion de lui-même et peut se montrer légèrement (beaucoup) orgueilleux. Mais il est aussi courageux et honnête, il respecte les plus faibles et n’hésite pas à prendre leur défense. Il aime les personnalités sans travers ni vices, et ne supporte pas les mesquineries. Il est aussi assez humble, contrairement à ce que laissent penser sa carapace d’assurance et la force de son regard. Il possède un sens du devoir important et aime rendre service.

Son souci de sécurité et sa peur du lendemain font de lui un travailleur méticuleux qui ne prend pas sa tâche à la légère. Il est exigeant et n’aime ni l’imprévu, ni perdre son temps. Il fera tout pour organiser sa vie de manière à ce qu’il n’y ait jamais de caillou dans l’engrenage. Ce trait de caractère limite ses ambitions : il aimerait voyager, découvrir de nouveaux horizons, mais il aime encore plus le confort de sa maison et ses habitudes rassurantes. Il est, de prime abord, très attaché à l’ordre et aux règles préétablies, il n’apprécie pas que quelque chose dénote ou sorte du cadre. En revanche, il peut se montrer très tolérant quand il s’agit de ses proches. Les liens sociaux et les amitiés sont, en effet, très importants pour lui. John est indéniablement un conformiste. Respectueux des traditions et conventions, il manifeste toujours une certaine méfiance à l'égard de tout changement et de toute innovation. On l'entend souvent chanter les louanges du passé et déplorer la dégradation des mœurs d'aujourd'hui.




John mesure 1,88 mètres et fais osciller la balance dans les 92 kilogrammes. Il est grand et rachitique. La soixantaine passé, le vétéran semble beaucoup plus vieux que son âge réel. Ceci à pour cause plusieurs facteurs. Le manque de sommeil, le stress des combats, la maladie (début d’un cancer des poumons) ont parcheminées sa peau bronzé et creuser plusieurs sillons dans son visage austère. Il ne sourit que rarement, préférant faire des rictus ironiques ou bien serrer les dents de dégouts. Il crispe souvent ses lèvres exsangues à cause d’une soudaine montée de rage ou de colère. Mais John ressemble tailler dans le roc, ses traits dures ont une dose de virilité que la génération suivante a perdu. Les yeux du vétéran sont associés à son esprit combatif, un reflet d’acier jumeler à la dureté d’une volonté inflexible. Un regard perçant, intimidant et intelligent. Une chevelure bien entretenu, blanche comme la neige avec des reflets argenter, orne son crâne. Des mains rugueuses, signe d’un travailleur acharné et surtout d’un homme qui a passé sa vie à l’extérieur. Parsemer sur son corps des traces de sa carrière militaire : plaies par projectiles, lacérations de shrapnels et quelques brulures causées par un lance-flamme. Un tatouage de son unité de combat de la guerre du Vietnam orne son maigre biceps gauche et le droit une étoile avec le nom d’Anna à l’intérieur.

Il porte habituellement une chemise de coton blanc, très simple et un jeans. Des bottes de combat à cap d’acier confortables, mais usées, de taille 11 sont enfiler dans ces pieds qui ont parcouru tellement de champs de bataille. Un coupe-vent de couleur bleu pâle recouvre les maigres épaules du rachitique homme. Mais en tout temps un vieux holster de l’armée américaine se trouve à sa ceinture. Un Colt 1911, l’arme de poing de son père alors qu’il combattait en Europe au sien de la Big Red One durant la Second Guerre Mondiale, repose bien au chaud dans le cuir presque centenaire. Dans son portefeuille il y a des photos de sa femme et de Charlie ainsi que ses deux Purples Heart et la Medal of Honor pour acte de bravoure. Sa femme dictait l’irlandais d’emporter ses décorations partout avec lui.

- 1 arme de poing ( Colt 1911) - 1 chargeur - 1 lampe torche - 3 rations comestibles - Medal of Honor et Purple Heart - Briquet de son unité - Paquet de cigarettes et tabac à mâcher - Couteau de combat de la guerre du Vietnam- 100 crédits

maman

38

avatar
Messages : 269
Date d'inscription : 14/06/2018
Crédit Avatar : Elana

Feuille de personnage
Vie:
25/50  (25/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Papy is here (John Murphy) Jeu 14 Juin - 12:18
le Passeur
Tout d'abord, bienvenue! Je suis vraiment content de voir que tu as trouvé la motivation de nous rejoindre! Very Happy

Juste une petite question mais ça ne t'empêchera pas de jouer donc je t'ai validé quand même, John est américain ou irlandais? J'ai pas tout compris là-dessus, ou bien ce ne sont que ses origines?

Super personnage en tous cas! J'ai bien hâte de te rencontrer irp et si tu veux une consultation, n'hésite pas à poster dans le journal de Keith Wink

Te voilà donc validée! La prochaine étape est de faire ton journal de bord dans la section qui t'es attribuée et dont tu es responsable Ici

Ce journal de bord doit contenir trois éléments impératifs (les formulaire sont ici):
- Un historique de tes RP dont un formulaire est à disposition pour faire quelque chose d'agréable facilement
- Un répertoire des liens qu'entretient ton personnage. Un formulaire est également disponible.
- Un sujet impérativement séparé du reste où tu vas pouvoir lancer les dés. Le fonctionnement des dés est indiqué dans la section du système de jeu.

Bon courage pour la dernière forme de paperasse avant de pouvoir enfin te lancer en jeu!
Bon jeu! Smile
avatar
Messages : 212
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Papy is here (John Murphy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Main Event - The Undertaker VS The Miz.
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Papy Blues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Safepoint (HRP) :: Le registre :: Validés-
Sauter vers: