Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Dim 17 Juin - 15:21
Keith Andrew
Ça fait du bien de sortir un coup du camp de la garde nationale et j'ai pour l'occasion même bénéficié d'une escorte militaire. Je me sens un peu comme le président depuis qu'on est parti, être entouré de soldats dont la mission est de vous protéger, ça réveille.

Après dix bonnes minutes de route, nous arrivons finalement en vue de la ville d'Essex dont les militaire m'ont briefé la situation. Une communauté fortifiée par une maire avec qui on a eu très peu de combats. Un des buts de ma présence aujourd'hui est aussi de s'assurer de la bonne collaboration de la dite leadeuse.

Les portes en métal s'ouvrent et nous laisse entrer dans un périmètre rempli de gardes armés qui ressemblent plus à une sorte de milice. Malgré cela, les gens semblent vivre plutôt tranquillement et je mets le pieds au sol assez confiant de ma sécurité.

Une femme blonde à l'air autoritaire s'approche assez rapidement et commence à faires présentations avant de m’amener devant une maison.

- Aujourd'hui, assurez-vous déjà que Mr Murphy va bien. Plusieurs l'ont vu tousser et à son âge, je préfère qu'on fasse attention à lui.
- Pas de problème.
- Y en aura. Prenez le temps nécessaire.

Toujours aussi en confiance, je monte donc les quelques marches menant au patio avant de frapper trois fois à la porte et d'attendre
avatar
Messages : 53
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédit Avatar : Moi-même

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Dim 17 Juin - 15:44
Savannah Warren
Savannah avait encore une fois été délégué pour une mission. Ce coup ci escorter le médecin Keith Andrews a Essex pour X ou Y raison et assurer sa sécurité. Une fois prés d'Essex et des portes et une fois celles ci franchit Savannah ne se sentit pas rassuré avec la dizaines d'hommes armées autour d'eux, alors que eux n’étaient que 5 en comptant Savannah. Le médecin lui parlait a une femme blonde. Savannah s'apprettait a les rejoindre alors que le médecin s’éloignait quand un des hommes armées lui barra la route.

-Si vous voulez allez plus loin vous nous remettez vos armes.

Savannah le regarda plusieurs secondes en silence. logiquement elle aurait du accepter mais elle ne se sentait pas de laisser son armes avec des hommes armées aux intentions inconnues autour d'eux. elle planta son regard dans celui de son interlocuteur.

-Je crois pas non. je vais passer. Et avec mon arme et mes hommes aussi.


-Hors de question lachez vos armes!!!


Toute la milice de Essex les braquèrent avec leurs armes et les soldats firent de même. laissant une énorme tension régner alors que les militaires et la milice se braquaient mutuellement.

-On vas Avoir un problème je pense.


-En effet....MADAME !!
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 05/06/2018
Crédit Avatar : Summer Glau

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Lun 18 Juin - 0:49
John Murphy
Mission diplomatique?
“ J'ai une gueule de politicien ou quoi?”
Il faut pas me faire chier avant mon café
Pour la première fois depuis le début de ce bordel qui le faisait chier comme ce n’était pas possible, John avait préparé un café pour l’aider à rester debout. Chaque jour la vieille camionnette sortait de l’enceinte fortifiée d’Essex pour permettre au vieil homme taciturne de retourner chaque pierre pour retrouver son petit-fils. Chaque soir il revenait avec des civils qui s’étaient chié dessus, des vivres ou bien les mains vides. La colère et la rage augmentait considérablement dans son corps chétif, transformant l’Irlandais en un grognon de catégorie A.  Dos appuyé au mur, il savoura la première gorgée en fermant ses yeux. Le breuvage commençait à se rependre dans la bouche du mort en sursis lorsque des éclats de voix se firent entendre. Le vieux briscard n'avait rien à secouer des chicanes de voisinages, mais il fut surpris et il recracha un peu de café sur le sol. Et perdre du café, de l’alcool ou bien des clopes mettait dans une rogne pas possible le vétéran décoré de la plus haute distinction des États-Unis. Sortant sur son porche, tout près du seul drapeau américain qui flottait fièrement dans tout Essex, John laissa son regard d’acier bleuté colérique et intimidant analyser la scène.

La mairesse et un homme dodue regardait six militaires et une douzaine de miliciens de la ville se tenir en joue. Comme deux gangs de rues qui se regardent en chiens de faïences. Calmement il put une nouvelle gorgée de café et déposa avec précaution la tasse fumante sur la rambarde. Toussant un peu pour décrasser sa gorge, le vieil homme descendit les quelques marches pour rejoindre son gazon. John le tondait religieusement pour rendre plus tard à son propriétaire sa demeure dans le même état qu’on lui avait remis. Il ferma alors ses poings de rage et il regarda de manière intimidante l’homme en surpoids qui avait les pieds sur la verdure. Quand celui-ci se rendit compte du regard meurtrier du vétéran, John grogna un peu pour faire bonne mesure et fit un geste de la tête pour que l’invité de la mairesse décampe de sa propriété. Quand le docteur eut fait le pas de placement salvateur, le vieux soldat s’avança sans peur dans la ligne de mire des belligérants.

Un sang-froid exceptionnel ou bien une absence de la mort, nul ne le savait le  pourquoi de cette attitude qui pourrait passer pour suicidaire. La démarche droite et fière trahissait l’ancien soldat qui avait été autrefois le vieux Murphy. Un air intransigeant posé sur les traits de ce visage de pierre ciselé par l’âge et les dures épreuves, le regard d’acier bleuté autant glaciale que le cercle polaire, les dents serré à s’en faire péter l’émail dessus, le vieux briscard regardait à tour de rôle chaque personne. Plusieurs baissèrent la tête devant cet homme doté d’une aura si intimidante et d’une fureur à peine contenu. La voix autoritaire, sèche et direct du vieil Irlandais claqua comme un fouet. Vous foutez quoi au juste? Celui qui à la plus grosse? Une autorité naturelle et un respect fit figer les miliciens et quelques soldats qui regardaient le vétéran qui semblait être aussi calme que l’œil de la tornade. Vous allez tous descendre vos putains de flingues! On est tous dans la merde juste au cou et au lieu de flinguer les infectés de mes deux dehors, vous allez gaspiller du plomb pour s’allumer mutuellement ? Un homme de la milice essaya de dire que les militaires devaient être désarmés. John s’avança à grand pas comme un sergent-instructeur et lui gueula à quelques centimètres du visage.  TU ES CON OU TA MÈRE T’A BERCER TROP PRÈS DU MUR GAMIN? ON NE DEMANDE PAS À DES SOLDATS DE SE DÉSARMER, C’EST COMME LEUR DEMANDER DE SE FOUTRE À POIL! Le vétéran se fit violence pour se calmer. Ils sont là pour nous aider et on leur impose des contraintes? Ils pourront nous envoyer chier et nous rester dans notre merde. Si les pourris qui essaient de nous gober le cul défoncent la porte, on va avoir besoin de 6 paires de bras de plus! Réveille Einstein!

Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 132
Date d'inscription : 14/06/2018
Crédit Avatar : Elana

Feuille de personnage
Vie:
25/50  (25/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Lun 18 Juin - 7:46
Alicia Dosantos
Le sergent Warren avait été désignée comme membre d’escorte pour une visite diplomatique médicale. J’ai du insisté pour me joindre a l’équipe. La chica semble m’apprécier mais pas assez pour m’intégré au groupe. Et je dois reconnaitre prendre un malin plaisir à l’emmerder en me joignant a son groupe. En même temps elle est compétente et je reste une consultante. Par contre son M16 elle se le garde je lui ai confirmé ne pas aimer ça. En même temps je préfère les combats urbains. Et vu que je n’ai pas la même tenue qu’elle est ses hommes il est plus logique que je sois armée différemment pour garder ce coté « consultance ». Cette fois direction Essex. Comme si je savais ou s’était. Dans le humvee, je garde le silence assise a ma place bras croisé je regarde les différents membres de l’escouade. Pour ce jour vu que c’est une mission diplomatique selon la sergento Warren, j’ai mis un cache œil pour ne pas choqué trop els potentiel allié de l’autre groupe. L’arrivée reste un classique avec des homme ressemblant a une pseudo milice pivé qui font une garde du périmètre. Nous sommes accueillit par une gringa a l’air sur d’elle qui de suite voie avec le medico Andrew. Lorsque l’équipe Warren veut suivre ils sont bloqués par les miliciens. Je ne peux m’empêchée de dire au gringo en face de moi

- « No hablo americano, gilipollas. » (je parle pas américain, connard)

La sergento Annonce qu’il va y avoir un sacré problème. En effet s’ils veulent mes armes, ils vont déguster. Mais une voie tonne. John. Rencontrée hier, le vieux compadre. Un sourire amusé se dessine sur la partie encore valide de mon visage. Avec un léger rire moqueur pour els bidasse amateur.
Je force le passage busculant le gringo


- « Don john. Como estas compadre ? »

Le lui avoir donné le qualificatif de « Don » amène mon respect pour cet homme. Je ne le connais que d’hier mais déjà le vieil homme m’inspire. Sa façon d’avoir calmer les bidasses amateur m’a juste bien amusée. Un petit signe a Savannah pour lui dire de forcer le passage et je fait els présentation… dans mon anglais avec hispnisé

- « Compadre. Laisse moi te présenter la sergento Warren. C’est une chica de la guardia nationnale. Sergento Warren. Voici Don John un ex militaire de ton pays. »
avatar
Messages : 108
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Mar 19 Juin - 14:48
Keith Andrew
Je n'ai pas encore frappé à la porte que les esprits commencent à s'échauffer, ma responsable la sergente Warren refusant de déposer ses armes. L'agente anti-narcos colombienne s'en mêle également en montrant bien qu'elle ne lâchera pas son revolver. Plutôt que de m'attirer des ennuis je me remets à ma quête de trouver le fameux John Murphy et accomplit la dite tâche en me retournant simplement pour offrir un sourire un peu bête à un vieil homme au visage émacié par l'âge.

Celui ci me dévisage, regarde la pelouse puis me dévisage à nouveau en grognant. Comme devant un animal sauvage, je recule doucement vers le trottoir de la rue où je n'abîmerai visiblement pas son terrain. Tentant de prendre le vieillard dans le sens du poil histoire de faire mon travail, je lui fait signe en commençant à parler quand il se détourne de moi et fonce en furie sur les personnes armées puis de leur hurler dessus comme c'est pas permis.

Avec les yeux tellement ouvert qu'ils en sont devenu ronds, je me tourne vers la mairesse d'Essex qui n'a pas l'air de vraiment maîtriser sa milice pour le coup.

- Je ne savais pas que je devais voir le chef de votre milice...
- C'est pas lui.
- Ah...

Bon ben en tous cas il semble faire la job en faisant cligner des yeux quelques jeunes gardes sous les coups de ses remarques (ou des quelques postillons que j'ai aperçu mais sur quoi personne n'a pipé mot). Il passe donc un beau savon aux quelques gardes qui baissent leurs armes avant que la lieutenante Dosantos le hèle avec l'air de le connaître, tant mieux si elle peut le détendre un peu avant que j'aille le voir.

- Comment va Jeffrey? Toujours à la clinique?
- Oui, il vient d'engager une assistante.
- Bien, et mon bon inspecteur Reeves?
- Il n'a jamais autant travaillé, donc il n'a jamais été aussi heureux.
- Je vois, il a la peau dure c'est vrai.
- Et vous à l'hôpital ça se passe? Ou vous êtes avec les militaires maintenant?
- J'ai été "réquisitionné", mais au moins je me rends utile. Je vais m'occuper de votre Mr Murphy.
- Très bien. Puis à voix plus haute pour se faire entendre. Monsieur Murphy! Est-ce que je peux avoir un instant s'il-vous-plaît?
- Merci.

Je suis surpris du ton ultra respectueux mais elle non plus ne veut probablement pas de problème avec l'ancien. Nous attendons que l'ancien soldat ait terminé sa discussion avec l'officière Dosantos pour qu'il s'approche de nous. Je laisse finalement Kristie m'introduire.

- Monsieur Murphy, voici Keith Andrew, docteur à l'hôpital de Burlington.
- Bonjour Monsieur! Je suis venu faire un checking de votre état de santé si vous avez le temps.

Le temps il doit en avoir, un vieux débris comme ça, je le vois bien traîner toute la journée autours de la cloture en gueulant des ordres à sa bleusaille comme une sorte de sergent instructeur de l'enfer. Pas la peine de le préciser et je garde mon beau sourire en espérant ne pas me prendre un coup de boule parce que j'ai évoqué l'état de santé du vieil homme à la voix rauque. Il a tous les signes de la vieillesse mais ça peut cacher quelque chose de bien plus grave.
avatar
Messages : 53
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédit Avatar : Moi-même

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Mar 19 Juin - 16:11
Savannah Warren
La tension montait entre les gardes nationaux et la milice et l'affrontement semblait inévitable. Enfin ça c’était juste avant qu'un homme d'un age avancé visiblement en pétard n'arrive vers le groupe de combattants pour leur grogner de baisser leurs armes et qu'il n’engueule un membre de la milice...violemment. Savannah laissa ce vieux monsieur faire son oeuvre. Elle avait l'impression d’être face a un militaire dans sa façon de parler mais elle n'en était pas sur peut être un vétéran. Toujours était t'il qu'elle ordonna a toute l'escouade de baiser les armes et de les gardés en bandoulière avec la sécurité.

Alors que chacun s’exécutait elle s'apercu que Alicia parlait au vieux comme si elle le connaissait, encore un coup du hasard ou cette fille connaissait la moitié de la région ? Toujours était t'il qu'elle ne l’interrompit pas et laissa faire jusqu’à ce que Alicia la présente. Et elle avait vu juste elle était face un vétéran. Elle le salua d'un salut réglementaire.

-Enchanté de vous rencontrer Monsieur. Navrée pour le bazar. et merci d’être intervenu.

Elle se remit en positon initiale et partit voir le médecin mais avant elle salua le vieil homme avec un sourire.

-Si vous voulez bien m'excusez.

Une fois prés de keith elle lui demanda sans faire attention a la blonde.

-Alors doc qu’es qu’on fout la ?

C'est vrai car a part l'escorter elle ne savait rien de leur présence ici.
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 05/06/2018
Crédit Avatar : Summer Glau

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Mer 20 Juin - 13:59
John Murphy
Mission diplomatique?
“ J'ai une gueule de politicien ou quoi?”
Tu veux me jouer avec ma protaste?

Le vieux briscard venait de faire taire toute forme de représailles de la part des miliciens qui venaient de se rencontre compte que le Papy, bien qu’il a des kilomètres au compteur, savait se faire entendre et intimider comme pas un. C’est alors qu’une voix reconnaissable entre mille chuta dans le silence gêné qui venait de se former. Un sourire blasé mais sincère se déposa sur les lèvres exsangues du vieil homme, le visage se décrispa un léger instant, le vétéran serra la main de la lieutenante des narcotiques ou d’un truc comme ça. Bueno, ¿y tú, Alicia? Tu fais encore un genre de chat perché avec les enfoirés d’infectés? Heureux de te voir. Tu viens prendre un café bien corsé avec ce qu’on a trouvé hier? L’ancien militaire taciturne venait de passé de grognon certifier à une neutralité de bon voisinage. Une jeune militaire se présenta alors avec une garde à vous parfait. Le semblant de bonne humeur de l’Irlandais têtu venait de s’enfuir à toutes jambes de la soudaine colère qui venait de naître dans le regard d’acier bleuté. Mais celle-ci partit pour rejoindre celui que déjà John avait baptisé « le joufflu qui ne se soucie pas du gazon des autres ». Avant qu’il puisse parler de nouveau, préférant se glisser un bâton de nicotine, un clou de plus dans le cercueil en fait du condamné, la mairesse de l’endroit lui demanda de venir rejoindre ce groupe de joyaux lurons. Mais les lèvres exsangues de l’homme au regard intimidant se plissèrent de fureur. Bordel ils vont arrêter de m’appeler monsieur Murphy? Décidant de laisser couler la fureur de l’instant présent, il indiqua de la tête le balcon de sa maison. Ça te dit de te prélasser un peu sur mon balcon pendant que je vais voir ce qu’ils me veulent? J’espère que ce n’est pas pour que je leurs change leurs couches. Avant que l’hispanique puisse sortir une quelque référence aux couches pour adultes, l’ancien soldat levant un index négatif avant de faire un clin d’œil complice. N’en rajoute pas une « couche » tu veux?

De son pas droits et digne, une démarche puant une vie dans l’armée et une discipline exemplaire, le vieil homme décoré plus souvent qu’à son tour s’approcha du trio. La mairesse regardait la militaire avec des yeux rond, comme si elle venait de se faire ignorer. À la mention du titre de docteur de l’homme et le vieux soudard se renfrogna à la seconde. Dieu qu’il haïssait ces blouses blanches qui voulaient prouver à tous qu’ils avaient fait des hautes études. Il rogna même, crissant des dents, à la mention d’un examen médicale. Krytie combien de fois je vous ai demandé de m’appeler John pour l’amour de Dieu? Le seul monsieur Murphy que je connaissais c’était mon père et on l’a enterré avec les honneurs il y a un sacré bout de temps. En plus je suis bien trop jeune pour le monsieur. Il regarda alors la jeune femme et plonge son regard d’acier bleuté qui semblait fouiller aux tréfonds de l’âme de la demoiselle. Le ton employé était direct, sans ambages et d’une confiance absolue. Sergent Warren pas besoin de saluer le vieux homme que je suis. J’ai laissé le protocole avec mon uniforme à la maison. Si vous voulez bien vous tirer une chaise sur la véranda avec vos hommes, j’ai du café et de la bière à quelques parts. Un petit sourire d’ironie se déposa sur les traits taciturnes et intimidants du vieil homme. La milice peut prendre le relais pour surveiller le périmètre. J'ai entrainer les moins bouchés d'entre eux et c'est des bons gamins. Oh je viens de tondre le gazon ne marcher pas dessus.

Alors il se tourna vers le médecin et l’air ambiant sembla se refroidir de plusieurs degrés Celsius. L’Irlandais plissa des yeux, laissant que deux fentes bleutés des plus intimidantes poindre. Je n’aime pas les docteurs. J’ai été à votre hôpital il y a deux jours, vous êtes mieux de rester avec militaires car ça grouille d’enfoirés d’infectés dans tous les coins. Ça ressemble à une partouze puante dans le vieux fond du trou-du-cul du monde. Soupirant doucement il pointa alors sa véranda. Bon si ça peut soulager Krystie de savoir que je suis encore d’attaque, vous pouvez me tripoter. Mais avant je café ou bière? Car c’est le minimum qu’on doit partager si vous rêver de me toucher pour m’ausculter. D'un geste vif il produidit son briquet avec lequel il alluma sa clope.

détail:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 132
Date d'inscription : 14/06/2018
Crédit Avatar : Elana

Feuille de personnage
Vie:
25/50  (25/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Jeu 21 Juin - 8:49
Alicia Dosantos
Quelque chose me plait chez le Don John. Il a ce côté provoquant et intimidant tout en balançant une touche d’humour caustique. Il se serait probablement bien entendu avec une personne de choix de mes connaissances. La proposition du café fait l’effet d’un sucre qu’on placerait devant une guêpe. Je suis piquée au vif. Bien sûr que je l’accepte sa changera du jus de pied qu’ils servent a la cafétéria du camp de Jéricho.

- « Bueno bueno compadre. No j’évite ils m’ont essoufflé. C’est de sacrés coureurs de fond. Pour le café, amigo, ça sera avec plaisir. »

Je ne peux que m’amuser de voir la sergento le saluer avant de nous laisser. J’ai pris un malin plaisir à voir le regard froid et intimidant de Don John se poser sur elle. Caramba Je vais bien m’éclatée moi ici. Par contre même si dans le Humvee La sergento Warren pestait pour une mission d’ont elle ignorait jusqu’à la raison et le but sinon le seul motif de protection. Je dois lui donner raison. Tout comme l’équipe des ex agent de la DEA qui n’avait rien annoncé, ici on l’a envoyé un peu au juger sans motif concret. Je comprends son énervement. Mais je dois constater qu’elle a gardé le protocole pour saluer le vétéran. Es una professional.
Il peste alors contre les autres qui l’appellent par son nom et le qualificatif de monsieur. Bueno, moi je ‘lai bien appelé Don John. Sa proposition pour l’usage de son balcon me convient bien mais je ne peux m’empêcher d’esquisser un large rictus déformé par la brulure à l’évocation des couches. Mais il me coupe l’herbe sous le pied pour la blague que j’allais faire.


- « Ok compadre je vais prendre possession de ton balcon. Hasta ahora don John »

Je lui ait lancé le Don John exprès Suite à la remarque sur le « monsieur Murphy ». Je me dirige donc vers la demeure qu’il a indiquée. La pelouse est fraichement tondue ça se voit et bien entretenue comme avec une discipline qui semble régir la vie du vétéran. Je grimpe alors les marches. Du porche et trouve sur place de quoi poser mon cul. Mais je suis intéressée par un présentoir ouvrable. Il y a une photo que je prends pour mieux l’observer. Madre de Dios il a peux changer le vieux. Vieillit oui mais on le reconnait bien. Et elle. Sa femme… il a du gout l’ancêtre. Je m’installe alors sur l’un des sièges vacants se trouvant dans la véranda.

Une fois installée je remarque une chose que je n’avais pas fait gaffe. J’ai l’impression que la soldate Ryley me regarde comme si j’étais un morceau de steak pour un jaguar affamé. Ça m’amuse mais qu’elle ne rêve pas. Je n’ai pas l’intention de m’attacher à qui que ce soit. Et baiser ouais pourquoi pas mais pas avec elle. Elle fait partie du groupe ou je me trouve. Et puis j’ai une autre cible.


avatar
Messages : 108
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Jeu 21 Juin - 13:32
Lucrece Nikova
Cela faisait une bonne semaine que Lulu avait était recueilli par la communauté de Jericho (et plus particulièrement par le Doc'Andrew.) Et bien qu'elle soit encore distante et quelque peut troublée, la jeune femme avait sue montrer à son « sauveur » une certaine intelligence bien enfouie dans les méandre de son esprit morcelé. De plus, la sympathie de ce bon Doc avait en réalité grandement participé à la réhabilitation de la jeune femme qui, avec un homme plus froid et moins soucieux du bien être  humain, aurait sûrement quitté le camps afin de continuer son errance macabre et auto-destructrice.  

Après, dire que c'est uniquement grâce au doc' que lulu soit restée au camp est un peu mensongé... Nan car, outre la protection et le toit le reste, ce que la jeune femme avait noté, c'était, de 1 : Qu'elle avait le droit à une petite dose journalière de vicodine en échange d'un comportement plus raisonnable et sérieux et de 2 :... Il y a plein de mecs partout, des bon gros militaires de carrière élevé au corned-beef et au séance de pompe et du peu qu'elle en avait vus durant cette petite semaine... Le corned-beef, ça donne « bon goût ».

Du coup, aujourd'hui, Keith avait décidé d'emmener avec lui sur le terrain, plus précisément lors d'un entretiens diplomatique avec une autre communauté de survivant appelé Essex. Ce fut donc avec une motivation plutôt mitigé, là preuve, le temps du trajet, la jeune femme c'était carrément endormie contre l'épaule du militaire accompagnant la blonde répondant au doux nom de Savannah (bordel, elle a un nom de gâteaux la meuf !), accompagnée aussi d'une espèce de latino avec la moitié de la gueule en mode steak tartare sans l’assaisonnement.

Ce fut donc seule à l'arrière du Humvee que la jeune infirmière vint à se réveiller, vêtue d'un débardeur court blanc, d'un treillis militaire, de ses bottines en cuir, le tout recouvert par une blouse blanche de médecin. L'espace de quelque seconde, lulu observa son environnement, la tête à moitié dans le cul (et le cul dans le brouillard), visualisant alors la fameuse Essex, une communauté maigrement fortifié dans une ville typiquement américaine.


« Hum... »
dit elle en se grattouillant l'arrière du crane, avant de maladroitement se lever pour sortir du Humvee. Sauf que... Tellement paumée et encore à l'ouest, l'infirmière vint à faire un faux mouvement en sortant ce qui la fit ce viander sur le sol assez sèchement, mais sans gravité heureusement.


« Haouf... bor... del de merde... »
grommela t-elle en se relevant légèrement, voyant les gardes d'Essex rigoler en la voyant, ce sur quoi lulu vint à leur répondre en leur faisant un doigt d'honneur avant de brièvement s'épousseter. Une fois cela fait, elle s'avança d'un pas rapide vers l'entrer, annonçant au passage son métier au trou du cul qui venaient de se foutre de sa gueule tout en leur montrant sa sacoche médicale.

« J'suis avec le Doc joufflu là, j'suis l'infirmière laissait moi passer... »

Malgré le doigt d'honneur, les bonhommes laissèrent ladite infirmière passer, avec encore un léger sourire au lèvres, les deux matant au passage le cul de la jeune femme.
Une fois dans le camps, Lucrece put enfin voir son groupe au niveau de l'une des maison, accompagnée par une blondasse et un vieux débris à l'air aigris. En les voyant lulu fit un petit signe à Keith en ce mettant à légèrement trottiner, sa poitrine rebondissant alors sous son débardeur parce que, en vrai, elle avait complètement zappé son soutien-gorge se matin en ce levant.


« Yo attendez... fiou... »
fini t-elle par dire en arrivant au niveau du groupe, avec toujours cette tête de paumée sous prozac.

« Sans déconner, z'auriez pas pue me réveiller ? A quoi elle sert Don diega de la Barbac là ? Elle était juste à coté de moi... »
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 16/06/2018
Crédit Avatar : Kate Beckinsale

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
45/100  (45/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Jeu 21 Juin - 22:21
Keith Andrew
Tout se passe assez vite et je fais les présentations entre la sergente et la maire quand le vieil homme arrive et sans répondre à ma présentation m'informe que non seulement il déteste les médecins en se basant sur un stéréotype mort depuis les années 80 puisqu'on est quand même passés au soin pour le patient et non pour la science depuis... Mais ce qui me percute le plus est son annonce que l'hôpital est tombé qui s'abat sur moi comme un marteau de forgeron. Toutes les connaissances qu'il me restait travaillaient là et c'est finalement l'annonce que les gens que je côtoyais avant l'épidémie sont tous morts. Sur le coup, mon visage se ferme immédiatement tandis que le vieil homme me demande si je veux un thé ou une bière.

- Un thé s'il-vous-plaît, j'arrive. J'ai juste besoin d'une minute.

Je lui laisse l'opportunité de rejoindre la lieutenante des stups et les militaire en détournant la tête pour admirer la merveilleuse entrée en scène de mon boulet. La jeune femme qu'on m'a emmené en urgence après une overdose de médicaments vient de trébucher pour s'étendre lamentablement au milieu de la route qui traverse le camp. Au moins, la scène à le bénéfice de me faire sourire même si mon sourcil se hausse lorsque j'entends me faire appeler "doc joufflu" ce qui est pas mal original.
La jeune femme que j'ai pris sous mon aile en tant qu'assistante médicale fait en bon grand doigt d'honneur à l'assemblée avant de se diriger vers moi en gueulant que la lieutenante aurait pu la réveiller. Le temps qu'elle arrive vers nous, j'introduis la sergente à notre mission.

- De ce qu'on m'a dit, on m'a envoyé ici pour faire un checking des capacités d'Essex à s'en sortir et aider du mieux que je peux durant la journée. Si on peut s'entraider aussi c'est parfait. Ce sont les ordres que j'ai reçu de votre père, il a probablement supposé que vous seriez capable d'établir nos relations entre camps.

Lucrece fini par arriver au trot et je m'écarte un peu pour tendre le bras dans sa direction et la présenter à la fois à la maire mais aussi à miss Warren qui ne l'a pas encore rencontré.

- Voici mon assistante, Lucrece. Elle a été engagée il y a quelques jours pour m'aider à l'infirmerie.

Je me tourne vers la jeune femme avec un sourire un peu forcé pour le coup mais je ne veux pas montrer mon ébranlement à tant de monde et m'adresse à elle.

- On va aller ausculter le monsieur qui part vers sa maison. Essaie de ne pas mettre notre escorte en rogne.

Un clin d'oeil discret à mon assistance l'assure cependant que je n'en tiens pas rigueur, j'ai bien compris que c'était dans son naturel et j'essaie de l'accepter au maximum en tentant de limiter les ennuis causés. Tandis qu'elle commence à avancer droit devant elle avec son air stone, je l'attrape par le bras et l'arrête avant de lui montrer la petite allée menant au patio.

- Je viens de me faire engueulé pour avoir marché sur la pelouse, prenons la voie autorisée.

Guidant ma nouvelle collègue jusqu'à la maison, j'entre à la suite du vieux Murphy et jette un regard à l'organisation américaine de l'espace. Américaine parce qu'il n'y a pas d'autre mot, un vieux rocking-chair dans le salon avec des photos sur lesquelles je ne m'attarde pas trop longtemps. Le décors en est tellement typique que j'ai l'impression d'être chanceux que l'ancêtre ne soit pas sorti en menaçant tout le monde avec un double-canons. Attendant qu'on me présente un endroit où on peut s'installer pour poser nos questions et passer l'entrevue, je reste dans l'entrée en laissant Lucrece s'imprégner de l'endroit en vacant à ses occupations. Elle se rappelle de toute évidence notre deal et si elle n'était pas particulièrement éveillée plus tôt, j'ai bon espoir que le vieux militaire sera plus docile avec une jeune femme en débardeur court qu'avec un barbu-"joufflu".

- Est-ce qu'il y a un endroit où on pourrait s'installer pour la consultation monsieur Murphy?

Je dois bien avouer que si je m'en rend compte au moment où le terme "monsieur" passe mes lèvres, je m'en fout un peu, encore passablement assommé par la nouvelle qu'il m'a servit, j'ai pour l'occasion envie de faire mon boulot et de rentrer au possible dans le semblant de domicile que j'ai au camp de Jericho et les considérations de l'ancien ne m'atteignent plus vraiment à ce moment.
avatar
Messages : 53
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédit Avatar : Moi-même

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Ven 22 Juin - 14:16
Savannah Warren
De la diplomatie génial. c'est vrai qu'elle avait que ça a faire. maintenant en plus de la gestion du camp se rajoutait sur son CV diplomate en herbe auprès des factions de survivants a une apocalypse zombie. Quelle galère Savannah souffla un moment avant de décider de saluer la nouvelle arrivante en blouse qui semblait d’après les dire de Keith s'appeler Lucrèce et qui apparemment assistait le doc. Mais bon elle fit outre cela et salua tout le monde , la diplomatie attendra un peu.

-Venez me voir pour parler diplomatie la je vais me reposer j'en ai besoin.

Elle s’avança alors en invitant son escouade a la rejoindre. elle leur intima bien l'ordre de ne pas entrer avec leurs armes et de les poser dans sur le parvis avant et de ne SURTOUT pas passer dans la pelouse. Les membres de l’escouade rejoignirent alors Alicia et se mirent a s'installer tranquillement mais respectueusement. elle Alluma une cigarette elle souffla la fumée et mit ses Rayban pour couvrir son regard vert émeraude fatigué de tout son travail a la base et des conflits a régler.

Savannah s'assit tranquillement et regarda Ryley qui semblait regarder avec avidité Alicia. Ca lui décrocha un mince sourire et elle enleva son casque libérant sa longue chevelure Blonde. qui tomba sur son visage le cachant encore plus.de loin on pouvait lire même avec les Rayban l’état de lassitude et de fatigue psychologique de la garde.
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 05/06/2018
Crédit Avatar : Summer Glau

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Lun 25 Juin - 8:49
John Murphy
Mission diplomatique?
“ J'ai une gueule de politicien ou quoi?”
Bordel de Dieu!

La sergente ne répondit aucunement au vétéran, qui pour une fois essayait de se montrer moindrement sociale, et parti rejoindre ses troupes. La sergente ne sentit aucunement le regard d’une froideur spectrale et d’une intimidation absolue du regard d’'acier bleuté de l’ancêtre.  John hocha la tête à la demande thé du praticien joufflu et il ne put s’empêcher de regarder où tous les regards semblaient être attirés comme un aimant.  Une jeune femme d’une beauté à couper le souffle, enfin pour la jeunesse dorée car pour John il préférait les femmes fortes et décidées quel que soit leur apparence physique, se releva du sol en saluant de son index les patauds à la ronde. En entendant les mots doc joufflu un mince sourire se déposa sur les lèvres exsangues du vieil homme autoritaire. La sergente venait de rendre l’Irlandais un poil plus agressif en l’ignorant complétement et celle qui attiraient les regards comme du miel attire les mouches à fumiers venait de faire régresser le vétéran vers une certain neutralité. Neutralité qui était synonyme d’être accueillant et de ne pas cracher son venin sur les personnes proches. Même si la nouvelle venue venait de se mettre à courir, rythmant ses seins à la cadence de son pas pour le plus grand plaisirs des hommes présent, cette démonstration lubrique ne touchait pas particulièrement le vieil homme. Très peu pour lui les poupées à la Baywatch. Il se faisait vite une idée de la personne dès qu’elle s’ouvrait le mange-patate. Mais à cet instant le grognon d’Essex avait promis à sa partenaire d’emmerdes favorite un café bien corsé. Il se détourna alors pour emprunter l’allée de pierre et rejoindre l’escalier de bois qui menait à la véranda. Une démarche droite, confiante et trahissant une long passé dans l’armée. La coureure à la poitrine qui ressemblait à un trampoline accusa Alicia de ne pas l’avoir réveillé. Passant tout près de l’hispanique qui regardait la vieille photo de couple, John parla avec une ironie qui sonnait un peu comique aux seules oreilles de la bombe latina. Les perdants trouvent toujours des raisons pour expliquer la cause de leur problème. Les vrai mangent leurs parts de merde et essaient de s’améliorer. Clin d’œil complice  pour Alicia. La majorité des soldats s’étaient assis bien à l’ombre, profitant d’un instant de paix dans leur devoir quotidien. Plusieurs remercièrent John d’un hochement de tête d’avoir plaider en faveur de cette pause. Laissant un rictus de dur à cuir, le meilleur semblant de sourire que le vétéran pouvait se permettre en société, il entra à l’intérieur pour démarrer une nouvelle tournée de café. Même de l’eau chaude pour le « thé », ce breuvage pour ridés et rosbiff de l’autre côté de l’Atlantique qui goutait la diarrhée à peine sorti d’un œil brun d’un mourant, du doc. Celui-ci entra alors avec son assistante, John devait se douter qu’elle était passée experte dans le toucher pour voir le fonctionnement du service trois service des hommes, et un doux arôme de véritable café s’échappa pour chatouiller les narines des pauvres convives du militaire à la retraite.

Le médecin semblait pressé d’examiner le corps maigre du vétéran.  Levant une main pour stopper le praticien entreprenant, le vieil homme fit un petit clin d’œil complice et espiègle. Je vous excite à ce point Doc? Je ne mange pas de ce pain baguette là. Reprenant son sérieux il regarda la jeune femme et un air intimidant se pointa dans le regard d’acier bleuté de l’ancêtre.  Il avait vu souvent des soldats complètement stone durant ses longues années de service et le vieux soldat savait reconnaître ce regard égards et ces réflexes amoindries. Comme un père sévère il prit une tasse de café chaude et la tendit à la jeune femme qui semblait dans les vapes. Tiens gamine ça va t’aider à te sortir la tête du cul. Attend je dois te rajouter le joyeux réveil de l’Irlandais. Ouvrant sa flasque il laissa écouler un breuvage ambré qui sentait tout ce que le bon Dieu avait fait de mieux dans ce monde pourri juste à la moelle. Du whiskey directement puiser à la réverse du vieux grognon. Tiens gamine ça va te remonter sur un ressort comme une puce sur le cul d’un étalon exciter par sa jument.  Rangeant sa flasque dans sa poche, le vétéran se tourna vers le docteur pour lui donner son thé. Bon Doc avant que vous vous faîtes plaisir à essayer de m’insérer vos doigts dans des orifices qui ne voient jamais le soleil, j’aimerais vous montrer un truc. Il fit quelques pas vers les chambres du fond et John du arrêter à cause d’une sévère quinte de toux qui le plia en deux. Heureusement que son foulard cacha les quelques gouttelettes de sang qui s’échappa de ses poumons ravager par la cigarette.  Se redressa subitement pour reprendre contenance, le vieil homme ne donna pas d’explication au duo qui devaient être inquisiteurs par la dureté de cette toux subite. Ils arrivèrent devant une porte de chambre d’enfants et John toqua une fis. Une voix mielleuse l’invita à entrer et avec un petit sourire ironique, le décoré de guerre souleva ses maigres épaules. Bon j’ai été à votre hôpital doc et j’ai trouvé des amis à vous qui s’étaient planqué dans la morgue. Ça n’a pas été de la tarte de les sortir de là, j’ai presque manqué de pruneaux pour descendre les enfoirés d’infectés. Mais j’ai pu les extraire les trois pour les ramener ici. Il ouvrit la porte et une infirmière blonde au regard d’océan et au doux sourire sauta au cou de Keith. Un vieux médecin légiste et un jeune chirurgien complétaient le tableau.

Bon je vous laisse à vos retrouvailles. Je vais m’occuper des autres.
Malgré sa froideur le vétéran ressentait un pincement au cœur, espérant de vivre ce genre de retrouvailles avec son petit-fils. Préparant le plateau de café qui sentait horriblement bon, des tasses pour tous, avec une boite de biscuits aux brisures de chocolats. Il s’arrêta alors devant la jeune combattante de l’apocalypse pour lui tendre la tasse de café et sans un mot lui tendit sa flasque pour qu’elle rajoute le nombre de whiskey qu’elle désire. Ensuite il se rendit près de sergent qui semblait au bout du rouleau pour lui tendre une tasse fumante. Tenez sergent. Il faut recharger les batteries. Je sais ce que c’est d’être à la tête d’hommes au milieu de situations que même le Diable évite. Si vous voulez une larme de whiskey juste à me le dire et je vous fais le bonheur de l’Irlandais. Malgré sa froideur le vieil homme compatissait avec la chef de section. Chacun des soldats eut un café et un biscuit et le vétéran arriva en une soldate qui semblait à un grand Danois devant un steak. Elle bavait presque à terre. Le visage austère et dur de John se fissura pour laisser une marque d’espièglerie légèrement ironique. Soldat si vous voulez je peux aller chercher le cric de ma camionnette pour vous replacer la mâchoire? Aussi si vous voulez allez baver un peu par-là, le gazon a besoin d’eau. il se pencha alors pour lui murmurer à l'oreille. Tu as bon goût gamine. Tous se mirent à rire et même la jeune femme qui rougit en fit autant, surprise du vieil homme qui avait un semblant d’humour sous son aura intimidante. Le vétéran prit alors place près de l’hispanique et après avoir fait son mélange d’alcool et de café, leva la tasse pour trinquer. Salud hermosa compañera (Santé belle compagnie). Heureux de te revoir. Il but une gorgée et un soldat vit la Medal of honor. Il voulut se mettre au garde-à-vous, mais d’un regard noir et intimidant le vétéran l’en dissuada. Mais monsieur, vous êtes un héros. John eut alors un regard perdu dans la vague, mélancolique à souhait. Non bleusaille ce sont ceux qui sont resté qui sont des héros. Moi j’ai juste eu plus de chance et le bon Dieu a décider que je reste pour faire chier le maximum de gens avant de le rejoindre. Pour changer de sujet il demanda à la ronde c’était qui le chef de la base. Quand il eut les deux noms, le vieil homme ne put s’empêcher de rire. Bon dieu mes recrues sont devenues grands!
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 132
Date d'inscription : 14/06/2018
Crédit Avatar : Elana

Feuille de personnage
Vie:
25/50  (25/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Lun 25 Juin - 12:44
Alicia Dosantos
La fille qui secondait depuis peu el medico Keith m’exacerbait au plus haut point. Elle avait l’expression d’une toxicomane. Les agissements de ceux-ci. Ce qui me confortait dans mes réflexions à ce sujet. Et je voyais venir le moment où elle allait faire une connerie : piller les réserves de morphine,  être suffisamment mal et en manque pour mettre une sacrée meirda dans le camp. La laisser dans le humvee était à mon sens la meilleure solution. Mais à mon grand regret on ne pouvait pas l’attachée pour s’assurer qu’elle ne fasse pas n’importe quoi. Et le n’importe quoi m’arracha un fout rire immense quand elle se cassa la figure à la sortie du véhicule. Un bon rire franc et gras qui résonna un instant à l’entrée de la maison de Don John. Elle rejoignit le medico et don John. Lorsqu’ils passèrent près de moi, don John se permis une réflexion qui me laissa un rictus de satisfaction sur le visage.

- « Si amigo. Y los ganadores vuelven a besar a la reina de la pelota.(Et les vainqueurs rentrent baiser la reine du bal)  »

Dis je avec un rictus assez d’accord avec lui et en matant le cul de Ryley qui s’installait sur la terrasse avec la sergento Savannah et Donovan. Un fin sourire se dessinait sur le visage de la sergento. Et je me retournais. La soldate Ryley tourna la tête vivement commençant sa discussion avec Donovan. Je haussais un sourcil. Mais ne prit pas la peine de relever plus que ça. El medico et sa suivante pathétique venait d’entrer chez don John. Je les suivis et m’appuyait contre le chambranle de porte observant le spectacle. Ma main non loin de mon P226. L’amigo vétéran donna une tasse de café a la toxicomane. Je soupirais. Il y ajouta même une touche de son breuvage personnel se trouvant dans sa flasque.

- « Madre de Dios. Tanto como dar caviar a los cerdos. (Autant donner du caviar aux porcs.) »

Je ressortis, pour m’assoire non loin de la sergento Warren sur la rambarde de la terrasse.

- « Hesta bien Sergento ? Je veux dire ça va sergent ? »

Je n’eux pas le temps de terminer, d’approfondir, que don John sortait avec les café. Je le remerciais d’un gracias lorsqu’il me fila ma tasse. L’odeur du café fort me fit du bien. Je trinquais avec lui puis avec la sergent Warren. Je ne pris pas conscience de ce qu’il dit à Ryley. Car je savourais pleinement le doux gout du café noir bien fort rehaussé par le whisky.

- « Don John a raison Amiga Savannah. Faut vous ressourcer. Le café est excellent. »

Je bu tranquillement amusée par le spectacle offert par un kaki vis-à-vis de don John. Les propos de l’hombre raisonnèrent comme une douce musique à mes oreilles. M’arrachant un rictus à la fois plein de mélancolie et d’acquiescements.
avatar
Messages : 108
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Lun 25 Juin - 14:35
Lucrece Nikova
Lulu n'avait que peu d'estime pour les autres femmes du groupe (et du camp de jericho en général) ou... Disons plutôt qu'elle avait un ressentit très différent d'avec les hommes enfaîte.Mais pour l'heure, sa principal préoccupation était surtout de suivre le Doc Andrew, ce dernier étant la seule personne à vraiment avoir prit soins d'elle depuis le début et même ci lulu était clairement pas une sainte, elle avait quand même au fond d'elle un minimum de gratitude envers lui.
Ce fut donc d'un pas légèrement chancelant qu'elle vint à s'approcher de la pelouse appartenant au vieux type tout grincheux mais... Très vite, son bienfaiteur (en la personne de Keith) vint à la retenir, lui affirmant qu'il venait de ce faire engueuler pour avoir marché sur ladite pelouse, ce sur quoi lulu se reculât un peu en regardant alors le sol de son air paumé puis le doc, afin de lui répondre d'un hochement de tête.

La jeune femme vint alors à suivre le petit groupe à l'intérieur de la maison du vieillard, une maison très « amerloque » dans le sens que ça sentait clairement le bon vieux vétéran de guerre au vus des nombreuses photos et autres babioles attestant d'un lourd passif militaire, babioles que la jeune femme scrutât pendant plusieurs longues minutes, se détachant totalement du reste du groupe, s'enfermant dans sa petite bulle à elle.

Il y avait sur une étagère plusieurs photos, certaines assez anodines, montrant une ancienne vie de famille.. D'autre montrant quant à elle ce qui semblait êtres des cliché de la guerre, prisent en compagnie d'anciens camarades... Dont une prise avec ce qui semblait être un magnifique berger allemand, un cliché qui vint alors à faire frisonner lulu sur place et la faisant aussitôt ce retourner.


« Brrrrr... Putain d'clebs... »


Oui, lulu en avait peur et cette peur finalement n'était pas ci irrationnelle en soit quand on connaissait un minimum son histoire mais, à dire vrai, même Keith était encore loin de connaître tout les détails du passé de la jeune femme.
Cet Alors que le vieillard vint à s'approcher de la jeune infirmière en lui tendant une tasse de café, ce qui fit, l'espace de quelque secondes, un peu buguer lulu, lulu qui toutefois, vint à saisir le contenant à deux mains, avant d'avoir le droit à un petit mots sympathique de la part du vieille homme qui en rajouta une couche en ajoutant au breuvage sombre une bonne lampée d'alcool.
Ce sur quoi la jeune infirmière répondue timidement par un petit hochement de tête suivit d'un faible « merci ».

Une fois cela fait, lulu vint à voir le vieillard emmener le doc vers une autre pièce et... Contre toute attente elle ne l'accompagna pas, préférant rester là pour le moment, buvant timidement sa tasse d'Irish coffee en continuant de zieuter un peu partout en silence. Finalement, la jeune femme vint à sortir de nouveau dehors, s'arrêtant alors sur le parvis de la maison afin d'observer les environs et... Cet alors qu'elle vit passer au milieux de la rue un belle afro-américain, ce dernier qui, voyant la jeune infirmière le regarder vint à lui adresser un sourire des plus sympathique accompagné d'un petit salut de la main, ce sur quoi lulu lui répondit également par un petit coucou accompagné là aussi d'un sourire. L'homme continua ensuite sa route mais... Lulu continua l'espace de quelque instant à mater le belle homme d'ébène en ce léchant légèrement la lèvre supérieur avec envie.
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 16/06/2018
Crédit Avatar : Kate Beckinsale

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
45/100  (45/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires Lun 25 Juin - 20:23
Keith Andrew
Finalement, tout commence à s'arranger et avec l'intervention de mon nouveau client, la tension est descendue comme un soufflé au fromage et j'entraine ma nouvelle collègue à la suite du vieux Murphy sous les regards inquisiteurs de le sergente qui a l'air de se demander ce que je fabrique à recruter des hippies et Alycia qui de toute évidence n'aime pas les personnes trop excentriques, et ça l'excentricité, Lucrece elle connaît.

N'ayant pas particulièrement de souci de mon côté, je me contente de prendre place dans la maison sous les remarques déplacées du vieux à qui j'adresse des sourires polis, le moral encore plombé à chaque fois que je vois sa gueule ridée.
À l'intérieur de la maison, j'observe le petit éco-système prendre forme avec les militaires sur le patio, la mairesse qui est retournée à ses occupations et que je vois partir par la fenêtre ainsi que l'hôte qui s'active. Je remarque également le petit frisson de peur qu'évoque mon assistance devant la photo du gros chien et note l'information sur sa peur des chiens dans ma tête à côté d' "amnésique", "dépressive", "suicidaire", "addict aux opiacés" et probablement un peu extrême sur la question sexuelle à la vue de son comportement dès qu'ils y a des hommes dans les parages mais elle ne s'est pas encore laissée aller à ce que je sache et à mon sens, je préfère régler les problèmes, je ne suis pas son père non plus et ça ne me regarde pas plus que ça ne regarde quiconque d'autre qu'elle.

Je suis plongé dans mon analyse depuis que je suis en quelque sorte entouré de patients quand le résident de la maison m'apporte un thé avant de service un irish coffee à Lucrece sans que je n'ose m'y opposer, non seulement parce que je ne veux pas m'interposer contre John mais aussi parce que je ne vais pas pouvoir donner de vicodin à mon boulet sous les yeux de Savannah Warren qui me mitraillerait probablement sur place vu son état de stress et espère que cela calmera un peu les envies d'opium. Il me conduit finalement à une chambre de laquelle sortent Micha, Jerry et Mark, trois collègues de l'hôpital, Micha me saute même au cou tellement elle est heureuse elle aussi de voir un autre survivant de l'hôpital. Avec un grand sourire, je les serre tour à tour contre moi avant de leur demander plus d'informations sur la fin de notre lieu de travail et le massacre.

Une fois chose faite, je dois reconnaître que c'est un Keith chancelant qui sort de la chambre et une minute plus tard, je pousse la porte d'entrée pour tomber sur Lucrece à qui je fais signe d'attendre le temps que je reprenne mes forces et vomis un coup dans le buisson à côté du parvis suite à ce que j'ai appris sur la fin de quasiment tous ceux que je connais, mon ex qui s'est jetée du quatrième pour ne pas être dévorée vivante, mon meilleur ami découpé en deux par l'effondrement d'un escalier, une dizaine d'internes qui se sont retrouvés enfermés dans la morgue avec des mort-vivants... Tout ça me remue et pour le coup, je dois me sentir à peu près aussi défoncé qui Lucrece qui s'est tournée vers moi pour voir ce qu'il m'arrive.

- Pas un mot sur l'arbuste.

D'un geste expert, je lui envoie un cacheton de vicodin avec un clin d'oeil, profitant de l'occasion et de lui rappeler intelligemment de me suivre et de ne pas s'égarer. En plus, le vieux a l'air de l'apprécier. Pour la première fois, je porte mes lèvres à ma tasse de thé qui a arrêté de fumer et en bois une gorgée. Le goût dégueulasse de thé vert avec probablement de la menthe qui traîne dans un coin de la cuisine depuis bien trop longtemps pour que ça soit légal me saisi à la gorge et je recrache ce que j'ai dans la bouche en plissant les yeux. De toute évidence, John Murphy est un amateur de café et d'alcool avec un profond dédain pour ce qui n'en fait pas partie même s'il a du se forcer il y a 25 ans à acheter un pack de thé histoire qu'il soit dit même si la probable totalité de son cercle d'amis sont du même genre et cracheraient dans une tasse de thé avant de la jeter au serveur pour peu qu'il ose leur en apporter. Avec un air quelque peu dégoûté, je le vide et en profite pour faire disparaître les résidus et l'odeur qui se sont déposés sur le buisson, nettoyant un minimum les dégâts histoire de ne pas me faire tirer dessus.

- Aller, on va peut-être pouvoir se mettre au boulot, tu peux aller récupérer la valise médicale dans le humvee s'il-te-plait?

Je lui fais signe de passer devant avec un sourire et une révérence un peu exagérée exprès avant de refermer la porte d'entrée et de ramener mon boulet vers le vieux Murphy qui s'est mis à faire le beau-parleur avec la lieutenante Dosantos qu'il semble apprécier, en même temps, elle traîne probablement un syndrome post-traumatique au moins aussi fort que le sien donc ils doivent s'entendre comme cul et chemise.
Je dépose ma tasse vide sur la table du salon et écoute rapidement la conversation pour comprendre où ils en sont vraiment avant d'intervenir en voyant Lucrece arriver, la valise noire pas si lourde dans les mains.

- Monsieur Murphy, est-ce qu'il y a un endroit où on peut vous ausculter? On aura des questions à poser également.

J'ai bien entendu remarqué sa quinte de toux bien profonde et on est bien loin de la petite bronchite. Je commence à craindre d'être confronté à un mourant mais il a quand même l'air assez obtus pour résister à l'âge.

Spoiler:
 
avatar
Messages : 53
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédit Avatar : Moi-même

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires
Contenu sponsorisé
[05 octobre] Mission diplomatique Ft. John Murphy & militaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un régime efficace !? [ Mission C / Aburame Kaïdô ]
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.
» En mission diplomatique [pv TERMINE
» [Col de l'ouest] Mission diplomatique [PV : Gab', Karaan]
» Mission diplomatique au Parc de la Courneuve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Les villes alentours :: Essex-
Sauter vers: