Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Sam 30 Juin - 2:35
Alicia Dosantos
Je ramasse mon gilet tactique. Ryley voulait que je la rejoigne cette nuit. Mais j’ai d’autres projets, d’autres envies. J’ajuste mes deux armes de poings et glisse la machette à ma ceinture dans mon dos. Je quitte le dortoir et tombe sur Donovan. Il est surpris de me voir. Je dois reconnaitre que moi aussi. Je le salue et fait mine de rien faisant semblant d’aller vers la cafétéria. Masi dés que je susi hors de vision je me planque dans une zone d’ombre pour éviter les gardes qui patrouille aux abords de la palissade. Je me glisse comme je peux vers le rebord de la palissade et me hisse dessus. J’attends un instant accroupis pour m’assurer de ne pas avoir été vue et m’apprète a sauter lorsque le caporal qui est d’ordinaire mon adversaire sur le ring m’interpelle.

- « Lieutenant Dosantos ? Qu’est ce que vous faites là ? »

Puta madre. Je ne savais pas qu’il était militaire lui. Pourtant ça aurait dut me sauté à la figure. Je suis emmerdée je ne sais pas trop quoi lui répondre. Je m’apprête à lui dire que je me casse tout simplement quand un large sourire s’affiche sur son visage.

- « C’est la gardienne Ryley c’est ça ? »

Mon œil s’écarquille et celui sous le bandeau doit probablement en faire autant. Mierda, tout le monde est au courant ou quoi ? A voir ma tête d’ahurie il se met à rire. Avant d’ajouter.

- « Je vous comprends ma femme est comme ça aussi. Aller cassez-vous lieutenant je vous ait pas vu »

Je prends une profonde respiration pour eviter de dire une connerie. Même si j’ai remarqué que le caporal a l’humour et les pic aiguisée et bien placer. Je l’aime bien lui. Je saute de l’autre côté. Roulant en avant au moment de mon impacte pour éviter de me faire mal je m’enfonce vers l’horizon.

Une fois que je suis assez loin de la zone surveillée par les projecteurs et les patrouilles extérieur, Je reprends une marche normale cherchant un véhicule que je pourrais « réquisitionner » pour la nuit. Je finis par trouver une toyota C-HR. La porte est ouverte et personne dedans. Elle est vide on a pris tout ce qu’il y avait à prendre. Elle est comme le jour de son achat, l’odeur du neuf en moins. Je cherche après les clés. Parce que ce genre de modèle ne démarre pas en arrachant les fils et en les contactant entre eux.

Apres plusieurs minutes infructueuses ponctuées par l’extermination de trois cadavers. Je finis par trouver la maudite clé. Planquée par terre derrière la pédale d’accélérateur. Je m’installe au volant et démarre.

Je roule un moment avant de me retrouvée dans la région d'Essex. Un rictus s'affiche alors que je suis au abord de la région. Et si j'allais rendre visite a Don john
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Sam 30 Juin - 15:27
Charlie Murphy
Noctambules
Cette nuit je ne pouvais dormir au Vieux Marché. Je suis resté environs deux heures et le regard accusateurs et plein de mépris des gens m’ont repoussé vers l’extérieur comme une tornade de catégorie 5. J’ai laissé de la gomme à mâcher et un aiguisoir à crayon en offrande aux deux seules amies que je considère comme telle. Ces deux femmes qui sont si belles et dont je sais que je ne pourrais franchir ce cap de « friendzone ». Car elles pourraient avoir n’importe quel homme et moi je suis une bougie à demi fondue, un muet de naissance et un gars con comme un balai. Mais je sais, je le sens au plus profond que moi, que si Jessica et Leïa ne seront pas là mon alter-ego prenait totalement les rênes de mon esprit. Le « chasseur » comme l’appelle Papy est une réponse à toute la douleur et le rejet que j’ai subi.  Il n’est pas du style à faire dans la dentelle et c’est un prédateur. En plus il fera ce qui est nécessaire à ma survie quitte à tuer. Hors à ce jour je n’ai pas eu besoin de tuer les gens car je me cache trop bien. Mais en quittant le campement de survivants à la faveur de la pénombre je ne savais pas que ma vie allait changer.

Je me déplace comme le ferai un esprit intangible dans le décombre d’une zone qui fut atteint par les explosions au napalm. Je mets mon foulard sur mon nez car ça sent la viande humaine et le charnier à ciel ouvert. Mais dans cette zone je me sens en sécurité. Aucun mouvement, aucun son ne vient me faire arrêter subitement pour mettre tous mes sens en alerte. Et pendant je marche pour rejoindre un nouvelle zone de chasse, de fouille et de recherche pour trouver des indices de Papy je songe à ce que je vais devenir. À cet instant je ne fais que le bouffon de service, j’aide les gens et je mets ma peau en danger pour strictement rien. Mais je ne peux m’empêcher de le faire car j’ai les compétences, l’instant et l’idiotie nécessaire pour sortir et me balader les mains dans les poches dans ce monde totalement changé. Mais si une supposition comme ça, je ne retrouve pas grand-père, ou pire je dois le tuer car il s’est transformer, je vais faire quoi. Il est ma seule famille.  Je le rejoins n me tuant, je m’enfuis dans les bois pour reprendre ma vie d’ermite à la con ou bien j’essaie de me débrouiller seul dans un monde qui se fout de moi et m’utilise comme un outil jetable après usage. Car j’ai le pressentiment que ce sera ça qui va m’arriver même avec mes deux amies. Ça sera trop beau qu’elle m’apprécie réellement. J’ai tellement connu de faux-semblant dans ma vie que je suis devenu réticent. Sans le savoir mes pas m’amène près d’une route ou plusieurs carcasses de voitures semblent   avoir été abandonné ici et là.  Mais mon instant de chasseur me fait cacher dans l’ombre et je regarde la scène. Je vois maintenant plusieurs hommes qui semblent attendre là en discutant.

Ce que le vent de la nuit me fait entendre me faire serrer les dents.  Des pillards, des assassins qui discutent du traquenard qu’ils vont faire au prochain véhicule qui va s’engager ici. Une voiture poussée à chaque extrémité pour bloquer les voies de retraites. Deux hommes à chaque extrémités et deux de chaque côté. Soumission des survivants piégés. Si c’est des hommes ils vont les égorger pour s’amuser de voir la souffrance dans leurs yeux.  Des sadiques  et des violeurs, après avoir entendu ce qu’ils vont faire avec une femme, que l’apocalypse a créer. Je sens que le chasseur s’indigne, réclamant vengeance pour les gens morts et me murmurant alors une évidence qui fait que le lui laisse le dominion sans aucune hésitation. Si leurs prochaines victimes seraient Jessica et Leïa. Je me déplace avec eux, un courant d’air fera plus de bruit que moi alors que mon pas furtif me place dans le dos  de deux compères qui se lèchent les babines comme deux porcs immondes en rigolant des sévices qu’ils vont faire subir et des assauts sexuels qu’ils vont commettre. Une voiture s’engage alors dans le goulot d’étranglement et les voitures sont poussé pour refermer le piège. Nouvelle dose de fureur qui me fait sortir ma lame dans un geste fluide et sûr. Je viens de songer que cette voiture pourrait être conduite par Papy. Le chef grimpe alors sur le toit de la voiture et pointe un fusil vers la voiture avec un air menaçant.

Chef- Tu éteins le moteur et les phares et tu vire ton cul de la voiture.

Des rires gras salut la réplique de leur monstre qui sert de chef et le chasseur fais avancer mon corps vers ma première victime. L’homme que le chauffeur piéger voit parfaitement basculer vers l’arrière alors que la lame d’acier fait un ballet meurtrier pendant que la sangle de son arme l’étouffe et l’empêche de crier. Un coup en dessous du bras pour atteindre le cœur, un autre au foie, coupe transversale aux jambes et pour finir je coupe la gorge pour empêcher le moindre cri. J’accompagne la chute du corps alors que ma conscience humaine hurle d’effroi et pleure à chaudes larmes. Le chasseur rigole et dit simplement que ces pourris doivent mourir. Aussi il remercie Papy de m’avoir expliqué comment neutraliser une sentinelle à lame blanche façon Vietnam.  J’entends des exclamations de joie alors que les porcs découvrent que c’est une femme au volant. Je me dirige comme un esprit frappeur vers une autre cible et quand je vais devoir entrer dans l’action je vais sortir mon arc et décrocher des flèches pour empêcher une femme de subir ce que j’ai entendu.

Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Sam 30 Juin - 17:54
Alicia Dosantos
J’avance dans la nuit noire avant de me faire arrêter brusquement par une voiture qu’on place devant ma route. Puta Madre une embuscade. Ma main fait claquer la boite de vitesse pendant que j’écrase la pédale d’embrayage pour partir en marche arrière rapidement. La suite logique mon pied droit enfonce l’accélérateur et la voiture part en trombe en marche arrière. Mais elle va rapidement s’écraser dans un véhicule qu’on vient de placer là pour m’empêcher de me barrer. Je pose mes mains sur le volant un rictus déformé sur le visage. On se croirait dans attaque dans les favelas de Medellin. Un mec grimpe sur le toit de la voiture qui m’empêche d’avancer. Il est armé d’un fusil. Sa phrase est claire et résonne comme un ordre. Je regarde rapidement les autre autours de lui ils ne sont pas très nombreux. De ce que je constate outre le dit chef ils sont trois autres armés d’arme à feu. Je fixe le mec en face. Et rapidement mon plan d’attaque se dessine. Allumer les gros phares pour plonger les trois en face de moi dont celui qui est armé d’un fusil dans une impossibilité de réaction en les éblouissant d’un coup. Ensuite les abattre tous les trois et les deux autre à coté qui eux ont des arme à feu. Je m’apprête à mettre mon plan à exécution quand celui sur le toit se retrouve tiré en arrière. L’éclat d’une lame dans la lueur de mes phares m’indique que j’ai un ange gardien. En tout cas en ce moment. Les autres se sont rapprocher et des cris de bonheur a l’évocation de mon sexe retentissent. Ça a l’air de leur faire plaisir. Autant leur donne plus de … lumière. Je mets donc mon plan à exécution et allume les gros phares inondant mon publique avant d’une lueur jaune intense et forte. Il porte leur main a leur visage pour se protégé du choc lumineux. Je fais alors basculer mon siège en position le plus couchée possible pour éviter un tir qui retentit quelque seconde ensuite et vient pulvériser la vitre passager un autre tonne et met le parebrise en éclat. De la chevrotine. Probablement des armes de chasse. Ce qui ne serait pas étant au vu du type de population et de la région. J’attrape mes arme de poing et après le second tir qui cette fois fait voler en éclat le parebrise et je me redresse et tire une balle dans celui a ma gauche une dans celui en face a droit. Je n’ai pas pris le temps de visé mais j’ai touché, au vu des cris entendu. Une seconde salve de ma part cette fois plus ajusté et j’abats celui que je n’avais qu’égratigné et qui me mettait en joue. L’autre tir était pour un troisième hijo de puta. Je sens que cela va grouiller de hijo de la muerté dans pas longtemps. Mais faut que je me dégage de la d’abord. Je sors de la bagnole la machette a la main. Pour la planter dans le crane de celui qui vie encore mais que j’avais atteint d’une balle en plein ventre. Je constate que l’autre a pris sa balle entre les deux yeux et le troisième j’ai bien foiré mon tir. Il est condamné la balle lui a perforé la gorge entrant du côté de la glotte pour ressortir en traversant la carotide.
Pas le temps de contemplé mon œuvre que les autre se rue sur moi. En même temps j’ai rangé mes armes sauf la machette.

- « Tu vas nous payer ça salope. »

Je me retrouve ceinturée par un gaillard avec une sacrée force alors que d’autre s’apprête à se jeter sur moi et me roué de coup. Je prends appuis sur celui qui viens sur moi de mes deux pied dans grand coup sec pour le repousser et en profite pour mettre un coup de tête dans le gorille derrière moi la propulsion et le choc nous envoie au sol. Je me retourne et commence à frapper celui au sol qui se débat comme el diablo. Il est lourd et large mais il encaisse bien.
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Sam 30 Juin - 22:16
Charlie Murphy
Noctambules
Pour la seconde fois de la nuit ma lame boit le sang d’un pillard. L’homme stupide venait à la rencontre du chasseur et de sa proie et je me suis fait un plaisir de lui planter mon couteau directement dans le foie avant de bloquer son cri de détresse avec ma main ganté. Un rictus affreux de joie perverse est camouflé par mon foulard qui cache le bas de mon visage. Une part de moi est révoltée d’avoir moissonné la vie d’autrui. Mais l’autre est en train de jouir d’enfin donner la monnaie de sa pièce aux tourmenteurs et au gens qui l’aurait certainement rabaisser. Deux autres perforations de plus de ma lame pour m’assurer du trépas de l’homme et je vois un truc à son poignet. Un étui avec une lame fine de lancer. Je le délaisse en vitesse pour le mettre à mon propre avant-bras. Papy appelle cela une lame de dernière chance et ce sera la mienne quand je vais devoir enlever une vie à distance de manière silencieuse et rapide. Quelques détonations résonnent alors et ça a le don de me faire serrer les dents de frustrations. Je n’aime pas le bruit et je sais que dans quelques minutes des charognards vont venir enquêter et dévorer les cadavres. Je laisse mon couteau de survie dans sa gaine de chair et je me redresse à demi en prenant mon arme de jet. L’arc bien en main, j’analyse la zone de combat et prend aussitôt une flèche pour l’encocher. J’ai tellement chassé dans ma vie que mon geste est devenu naturelle. Pratiquer le pistage et la chasse fine m’a appris à décrocher mon trait rapidement et de manière précise. Ce que je fis quand je vois que trois assaillants sautent littéralement sur une femme.

Je décoche ma flèche qui file droit dans le torse d’un de ces salauds qui voulaient prendre une arme à feu au sol. Ma victime tombe au sol en tenait la hampe en grimaçant de douleur. Le tir n’est pas fatale, mais incapacitant ce qui me va alors que je m’approche de mon pas feutrée. Il ne reste que deux assaillants et les autres gisent çà et là au sol. Celui qui avait subi le coup dans le ventre se relève et prend une hache de pompier. C’est l’évidence même qu’il va vouloir faire un coup comme un bourreau à celle qui bat comme plâtre son collègue. Consciencieusement je vise de nouveau avec mon arc. Le temps semble se ralentir comme lors de mes chasses. La proie me regarde alors, ne voulant pas croire que le chasseur avait déjà rayé sa vie de la terre. La flèche s’enfonce comme du beurre dans l’orbite du pillard et il tomba au sol près des pugilistes. Je m’approche de la mêlée en surveillant les environs. Déjà les formes des charognards s’avancent vers le traquenard pour dévorer ce qui les a perturbés. On n’a que quelques minutes avant qu’ils n’arrivent mais le chasseur qui a pris le dominion voit un reflet dans la main du gaillard qui est étendu sur le dos. La jeune femme continue de bourrer le mou du type et celui-ci est costaud. Je m’avance alors hors de la pénombre et lui écrase le poignet armé du poing américain pour l’empêcher qu’il l’utilise. La femme se bat comme une wolverine et ma conscience de chasseur adore ça. L’humain est totalement intimité près de la jeune femme et ne souhaite que sortir de là. J’attends qu’elle finisse son adversaire avant d’hocher simplement ma tête et d’aller récupérer mes flèches et mon couteau avant de partir d’ici.

H.R.P:
 

Image de Charlie l'archer. Pas de masque à gaz, mais capuchon de manteau et un foulard qui cache la partie inférieur de son visage.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Dim 1 Juil - 0:34
Alicia Dosantos
Alors que je me bats comme el perra loco avec le gaillard que j’ai emmené au sol. Je finis par lui attraper la tête et lui fracasser en arrière sur le bitume. Je recommence l’acte à trois ou quatre reprise. Quand il est suffisamment knock out je me dégage en respirant fort. Et me relève. Alors que je suis en train de me lever il tente à son tour de bouger. De rage contre ce mec qui veut pas rester KO j’attrape ma machette lui colle le tranchant contre la gorge et appuie de tout mon poids dessus. La lame tranche lentement la peau, puis les chaires, ensuite les veines, et butte enfin sur la colonne. Je me redresse et retire la lame de cette gorge laissant de puissant jet de sang s’échappé par les veine tranchée.

Je me lève enfin du sang plain les mains et en partie sur le visage et les fringues. Je m’essuie le visage d’un revers de la main. La machette dans la main l’autre posée sur la crosse d’un de mes flingue. Quand je regarde dans la lueur des phares. Le carnage est total. On se croirait a la sortie d’un match de foot au stade. Sauf qu’ici les blessé sont mort ; Seul un mec en tout cas c’est ce qu’il me semble est debout un arc à la main. Face à ce genre d’arme vu que mon flingue est toujours à ma ceinture je n’ai aucune chance. Mais certain des cadavers au sol sont percé de flèche. Ce gringos a dut m’aider. Je suis prête à parier que c’est lui qui a éliminer l’autre cretinos sur le van.


- « Gracias Amigo. »

Il ramasse ses flèches dans le corps des hommes au sol. Je vais commencer à les fouiller aussi. Ce qu’il y a à prendre est toujours une bonne idée. Je trouve un poing américain. Et sur un des cetinos abattu par mes soins se trouve un béret noir sans le moindre artifice. Mais je l’aime bien. Je le test.  A ma taille. Bueno. Je le prends.

- « Eso es para Alicia. »

J’ai à peine dit ça, pris le béret et saisi l’arme de combat main nue que des grognements sinistre et annonciateur d’emmerde se font entendre. Je retourne à la voiture. Tant pis pour les prises autres. Je me rue a la voiture et m’installe au volant espérant que les coups de chevrotine ne lui ait pas fait rendre l’ame. Dans la lueur des phares les hijo de la muerte approchent et sont en nombre. Madre de dios. Je tente de lancer le moteur de la toyota. Il crache. Et ne démarre pas je retente a plusieurs reprise. Elle démarre enfin. Je ferme ma portière qui claque et ne veux pas fermer super il on fait sauter un des gongs avec leur tirs. Je hurle a mon assistant de bataille.

- « HOMBRE, POR AQUI. GRIMPE ON SE CASSE. »

J’attends qu’il grimpe et appuie sur le champignon. Pas de frein rien je fonce. Le compteur de vitesse grimpe dans les tours pour mettre un max de distance entre les morts et nous. Mais rapidement la voiture commence a craché de la fumer. Le moteur à surement pris du plomb. Elle ne tiendra pas longtemps. On a, à mon sens, mit assez de distance. Je freine un max. les freins répondent à peine. Je dois frapper la pédale a deux reprise pour sentir une sensation de décélération.

- « Accroche toi gringo l’arrêt va être mouvementé.. »

Dès que la voiture a suffisamment perdu de vitesse je la fait passer dans des zones herbeuses pour la faire ralentir et la force à tourner à plusieurs reprises pour perdre de la vitesse. Finalement elle finit par s’embourber a force de lui faire faire des cercles dans l’herbe. Lune fumée s’échappe du capot. Je ricane j’ai complétement griller la bagnole. Je sors et vais gerber un coup. Les différents tours m’ont filler le tournis et envie de vomir. Je ne suis pas pilote et là j’ai fait très fort. J’ai la tête qui tourne. Une fois remise je retourne vers la voiture et vers mon passager voir comment il va.

Spoiler:
 
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Dim 1 Juil - 6:14
Charlie Murphy
Noctambules
La jeune femme se lève du cadavre du gorille et elle est pleine de sang de la tête aux pieds. Un peu comme un boucher dément dans un abattoir infernal. Elle me remercie en espagnol et heureusement que je connais quelques mots ici et là. Je hoche la tête et après je ramasse mes flèches éparpiller en vitesse pour ensuite les placer dans mon carquois. Je la regarde du coin de l’œil et le chasseur apprécie les courbes dangereuses de la femme. Entre prédateurs les deux se reconnaissent. Pour la fin j’extrais  mon couteau de survie de sa gaine de chaire provisoire et je l’entends se nommer. Alicia c’est un beau prénom. À la voir elle doit venir des gangs de latino de la côte ouest. Je ne peux lui répondre mais je la salut avec un geste de la main alors que j’essuie mon couteau sur la veste de ma proie. Je sens que dès l’humain va remplacer le chasseur je serais bon pour une séance de renvoie de vomis et de remords en règle. Mais à cet instant je me sens vivre.  

Mes sens se déclenchent lorsque que les charognards annoncent leur arrivée en grognant de faim et en tapant sur les carcasses de voitures. Aussitôt je regard tout autour de moi pour trouver un espace de libre qui sera notre voie de retraite. Mais j’entends alors la voiture de la femme démarrer en toussant plus que Papy et elle me crie de grimper à bord. Alors je paralyse d’une terreur légitime. Depuis mon accident qui m’a transformer en monstre pour bien des gens et enlever mes parents, j’ai la phobie des véhicules. Je peux prendre place dans le camion à mon grand-père,  avec Leïa car Jessica et là et qu’elle me fait penser à autre chose et c’est tout.  J’arrive pour hocher la tête dans un non catégorique, mais la voie de fuite que j’avais décelée dans la marée de zombies vient de se refermer.  Je fonce alors vers le siège passager et je dois même glisser sur le capot pour me rendre rapidement. Avec agilité je grimpe dans l’habitacle et referme la porte. Alicia part sur les chapeaux de roues et je me sens enfoncer dans mon siège à cause de la subite accélération. J’essaie de saisir la ceinture de sécurité mais elle est bloquer. J’ouvre mes yeux en grand et mon regard d’azur troublant ne montre que de la panique à l’état pur. Bientôt la horde n’est qu’un mauvais souvenir. Mais à cet instant j’aurai tout fait pour esquiver des bras de charognards à la course. Au moins être muet à l’avantage que je ne peux crier ma frayeur comme une demoiselle en détresse.

Alors là elle m’annonce de m’accrocher. J’ai l’air d’un macaque qui tire sur une liane et j’ai les jointures sous mes gants de cuir qui sont devenus blanc à cause du manque de sang. J’agrippe la ceinture comme si ma vie en dépendait et je suis sûr que c’est ma dernière heure. Grâce au ciel la voiture semble perdre un peu de vitesse.  Mais ma joie est de courte durée car la cinglée de la vitesse nous envoie dans les herbes hautes pour faire des cercles. Je ferme les yeux pour ne pas voir l’accident qu’on va avoir. Déjà mes joues se remplissent de vomi et comme un courageux soldat j’envale la lampée.  Enfin on s’arrête et j’entends la folle près de moi ricaner. Elle sort de la voiture, mais pour ma part je me propulse à l’extérieur pour mettre une distance entre cet engin infernal et moi. Je tombe à genoux et je regard tout autour de moi. Aucune danger et le chasseur cède le dominion à l’humain en ricanant.  Aussitôt je me mets à vomir tripes et boyaux devant moi. Je dois jeter mon mouchoir au loin car je n’ai pas eu la clairvoyance de l’enlever pour restituer. Je m’essuie la bouche avec ma manche et je me relève avec difficulté pour faire quelques pas avant de me laisser tomber au sol assis sur le cul. Au moins je ne me suis pas étaler dans mon vomi.  Alors je peux voir la jeune femme s’approcher et aussitôt je pivote ma tête pour cacher mes cicatrices qui serpente mon visage. Elle est canon mais aussi je sais maintenant qu’Alicia je n’embarque plus avec elle-même si ma vie en dépendant. C’est alors que je vois ses cicatrices et elle m’intimide à l'istant. Je ne suis pas à l’aise avec les femmes en général et je sens qu’elle est tailler dans le même bois que Papy. Dureté, détermination et une attitude de dur à cuir. Une femme forte c'est ce qu'elle est. Je crois que Papy et elle s'entendront comme cul et chemise. Je la pointe alors et ensuite je lève mon pouce pour savoir si elle va bien. Après je tape mon macaron pour lui signifier que je suis muet et je commence à rigoler aussi. Un sourire de joie d’être en vie et d’avoir réussi de ne pas tâcher mon caleçon de peur avec ma phobie des voitures. Je sors ma gourde pour prendre une rasade d’eau, je la crache pour enlever le goût de vomi, bois une lonue gorgée et ensuite je lui propose. J’aime mieux l’avoir à la bonne cette femme.



Image de Charlie l'archer. Pas de masque à gaz, mais capuchon de manteau et un foulard qui cache la partie inférieur de son visage.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
<
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Lun 2 Juil - 16:40
Alicia Dosantos
J’ai besoin d’un verre pour me faire passer le gout acide de la bile que je viens de régurgiter. Mon passager n’est plus dans la voiture. Une seconde d’inquiétude s’il avait volé à l’extérieur pendant que je faisais les tours. Ou avant c’est vrai que je ne l’ai pas entendu crier ni même paniquer. Je n’ai pas fait attention. Je me suis juste cantonné à fixer la route pour en pas nous envoyer plus dans le détors que ça. Mais un bruit de l’autre côté de la voiture attire mon attention. J’attrape le manche de ma machette, et voie el chico remettre lui aussi. Ok je ne suis pas la seule que cette envolée a mise à mal. Je m’approche de lui. Je n’ai pas le temps de parler qu’il me montre du doigt. Je me retourne rapidement la machette à la main. Mais rien. Pourquoi a-t-il montré quelque chose dans mon dos ? Puis il tapote sur un truc accroché à sa veste. Idiota on est en pleine nuit et j’ai qu’un œil tu crois que là je sais lire ? Je m’approche de lui et m’accroupi pour pouvoir lire. Le logo handicapé muet. Madre de dios. Il ne va pas pouvoir m’aider lui. Moi qui allait lui demander si il savait ou on se trouvait.

- « Ok chico t’es muet mais pas sourd j’espère. »

je vérifie qu’il n’a pas d’autre macaron pour la surdité. On ne sait jamais. Masi j’en doute sinon il m’aurait dit être sourd. Et des muets j’ai déjà eu à faire à eux : des ex balances que les cartels ont punis. (Je passe les détails). Je lui tends la main pour l’aider a se relevé. Il me tend sa gourde. Ce n’est pas de refus ça va me permettre de me rincer la bouche. D’ailleurs il a fait ce que je vais faire a l’instant. Je prends une gorgée que j’utilise pour me rincer et la recrache aussi vite une seconde gorgée pour me réhydrater et je lui rends.

- « Gracias chico. »

Les phares de la Toyota commencent à décliner. Je n’avais pas remarqué mais un d’entre eux était mort probablement à cause de la chevrotine. J’aurais bien ramassé un des fusils et les balles. Mais on a été pris par le temps. J’en trouverais bien un à une autre occasion. Mon jeune accompagnateur fuit mon regard. Deux chose en général c’est soit ceux qui ont quelque chose à cacher soit il est gêné par ma personne. Si c’est la seconde solution c’est soit qu’il est puceau ou pas à l’aise avec les femmes, soit c’est ma gueule de perra loco qui l’intimide. Les phares grésillent balançant des flashent lumineux qui ne tarderont pas à être nul et à nous laisser dans le noir. Mais j’ai pu grâce à ça observé el niño. D’apparence il est plus atteint que moi par la morsure des flammes. Sa semble s’étendre sous son foulard. Heureusement que l’action de la voiture a rendu celui-ci lâche pour que je puisse voir ça. ok c’est peut être aussi une des raison qui font qu’il se cache.

- « Ok chico. Arrête de te cacher. Ça me rends suspicieuse a ton encontre et crois-moi t’as pas envie. Yo soy Alicia Dosantos. Y tu ? Je veux dire je suis Alicia Dosantos et toi ? »

Merde il est muet c’est vrai. Crétina. Bon ben plus qu’a écrire son nom. Et c’est ce moment que choisit le phare unique de la voiture pour se couper définitivement nous laissant dans une obscurité certaine. Je pousse u soupire de dépit. Une fois que mon regards c’est habitué à la pénombre j’analyse rapidement les ombre autour de nous. Il n’y a rien qui bouge pour le moment mais les flashs de lumière du au phare qui rendait l’âme ont surement alarmé des charognards. Il ne faut pas qu’on traine trop longtemps par ici. Mais je ne vais pas abandonner ce chicos seul ici. Il faut trouver un abris et vite pour pouvoir se poser et réfléchir à l’étape suivante.
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Mar 3 Juil - 14:55
Charlie Murphy
Noctambules
La folle du volant m’aide à me relever et comme à mon habitude j’essaie de me cacher la laideur de mon visage. C’est alors qu’elle me dit de me montrer au complet car elle n’aime pas les cachoteries. Heureusement que la lumière du phare s’éteint à cet instant, nous plongea dans le noir. Je baisse tout de même ma capuche pour lui prouver ma bonne volonté. Elle se présente alors et me demande mon nom. Mes épaules tombe un peu de dépit, je me demande sérieusement si les bidasses sont tous aussi con que la militaire de l’autre fois. Je décroche mon macaron ou mon nom est inscrit, qui était cacher dans les replis de mon manteau, pour lui tendre. Pendant qu’elle lit je m’oriente en étant attentif à mon environnement. J’ai un refuge que j’ai sécurisé tout près, une église de campagne. Je sais exactement où aller et quand on commence à entendre les gémissements des charognards qui se ramènent pour enquêter sur l’accident, je tape deux fois rapidement sur l’épaule d’Alicia. Comme papy m’a enseigné pour attirer l’attention d’un militaire. Quand elle me fait face je me lance dans la langue signée de combat. Mon grand-père m’a dit que c’est un langage universel car on ne sait jamais quand on va être obligé de combattre près de soldats issue de d’autres nationalités. Je viens de lui signifier de me suivre et qu’il y a une zone verte pas loin. Je suis heureux elle semble de piger. J’attends qu’elle me donne son accord et aussitôt je commence à me déplacer travers de l’herbe haute. À cet instant je suis dans mon élément, attentif à tout et surtout aussi silencieux qu’un esprit. Je me déplace rapidement et dans une quiétude totale. Je signale les embûches du terrain, un rocher ici, une goule rampante là, pour assurer la sécurité de celle qui m’a arraché de la horde. Bientôt on arrive en vue de l’église. Un charognard semble monter une vigie silencieuse près de la porte arrière et je bande mon arc pour décrocher une flèche directement dans la tête. Un tir magistrale et d’une précision mortel. Je laisse un sourire, enfin un rictus figé d’un côté et d’un sourire de l’autre, de satisfaction. J’arrache la flèche de son carquois de chair et nous arrivons à la porte. Je lui signe l’arrêt complet et je lui désigne un mouchard intact, un fil de pêche au niveau des genoux.

Nous montons à l’étage supérieur de l’église et je lui fais signe que nous sommes en sécurité. Elle peut voir que c’est mon refuge, un petit matelas de camping dans un coin et quelques caisses. Un fourneau artisanal fait avec une conserve pour faire chauffer la nourriture tout près de quelques bancs d’église en bois massifs entreposé ici. J’allume un lampion et je m’assis après avoir déposé mon sac à dos à mes pieds. Je sors une carte et je biffe le nombre de pillards du groupe qu’on a affronté de 13 à 4. Je remarque alors l’intérêt de la soldat pour ma carte et je lui tend timidement. Toute la zone est annotée : groupe de survivants, horde et direction de leur mouvement, zone fouillé, refuge que j’ai sécurisé et fait. J’écris une note alors et d’une main tremblante de gêne je lui donne.

Charlie- Merci de m’avoir emmené hors des charognards Alicia. D’habitude les gens que j’aide me laissent en arrière. Vous avez faim ou soif? J’ai du lapin à rôtir si vous voulez avec des légumes pris dans un jardin.




Image de Charlie l'archer. Pas de masque à gaz, mais capuchon de manteau et un foulard qui cache la partie inférieur de son visage.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
<
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Jeu 5 Juil - 17:16
Alicia Dosantos
Le muet finit par décrocher son macaron et me le donne. Non parce que lire un macaron de la taille d’un badge de flic sur la veste de quelqu’un dans le noir après un massacre et en ayant qu’un œil. Œil qui est aux aguets du moindre mouvement brusque ou potentiel danger. Je sors mon briquet. Celui que don John m’a donner l’autre jour et allume la flamme. Je peux ainsi lire plus a mon aise. J’ai maintenant son nom. Murphy marrant comme don John. Mais le vétéran m’avait dit que son petit fils était du genre timide. Un mec timide ne tue pas comme ça a la volée des bandidos. Et encore moins au couteau c’est trop personnel. Je donne un coup d’œil au muet. Il se repère comme un chasseur. Mais à vrai dire je ne sais pas ce qu’il fait. De toute façon il ne va pas falloir trainer trop longtemps ici les rodeurs vont commencer à affluer. Les flashs des phares les auront stimulés. Alors que je range le briquet et m’apprête à lui rendre son macaron, deux tapes sur mon épaule attirent mon attention. Le muet me fait des signes. Mais des signes que je connais. Le genre de ceux qu’on utilise en opération. Qui c’est ce chico ? En tout cas il connait une zone verte dans le coin. Je le lui réponds sur les mêmes signes que lui que je le suis et couvre ses arrières. J’attrape ma machette et avance derrière lui à une distance proche. Comme sur un terrain d’action. Ce chico m’intrigue. On avance dans les hautes herbes relativement silencieusement. Il a un style très efficace. Et comme je le suis, je n’ai qu’a me glisser dans ses pas pour ne pas faire de bruit. Arrive devant ce qui semble être une église il me fait signe de m’arrêter et s’apprête a tirer avec son arc. Je me décale pour lui laisser l’espace nécessaire et aperçoit un des hijos de la muerte. La flèche va éteindre son étincelle de vie avec une efficacité redoutable. Après cela il m’indique u piège. Un mouchard intact. Je le regarde de plus en plus intriguée.

On entre dans l’église et je le suis à l’étage. C’est un vrai petit campement de survie. Je siffle un coup impressionnée. Le chico est tout sauf un crétinos. Il sort une carte de son sac et modifie quelque chose d’inscrit dessus. Je suis soufflée cette carte est celle de la région mais il y a indiqué l’emplacement le plus récent des cadavers, mais aussi des bandidos. Comme le ferai un chasseur avec le gibier, ou nous avec els mouvement régulier des membres d’un cartel, ou des militaire avec les convois. Il est précis. Je lui rends son macaron. Et m’appuie contre un mur. Je l’observe agir dans les moindres détails. Ses gestes sont précis mais timide. Comme si je l’intimidais. Il écrit une note et me la tend timidement. Sa gêne est manifeste. Il ne doit pas avoir l’habitude d’être en présence de femme, ou d’autre personne. Maintenant qu’il y a de la luminosité je peux apercevoir en partie son visage plus précisément que tout a l’heure. Sa tête me rappel quelqu’un. Je lie le message mais ce qui est écrit mai fait juste sourire d’un rictus déformé par ma joue bruler. Say est don John, son petit-fils perdu… il m‘avais prévenu qu’il était muet timide et grand bruler. Puta madre comment j’ai fait pour ne pas faire le rapprochement. Mais même si ce n’est qu’une conclusion logique a ce que je voie et recoupe avec les propos de Don John. Il faut qu’il me l’avoue… Enfin qu’il me le confirme.


- « De nada Chico. Je n’ai pas faim, gracias. Soif en revanche je ne dirais pas non à un bon verre d’alcool mais je doute que t’ai ça. Alors si tu as de l’eau je veux bien. Muchos garias. Dis-moi, tu ne serais pas le petit fils de Don John, John Murphy ? »

Je ne le lâche pas du regard observant la moindre de ses réactions. Le moindre de ses mouvement est analysé si il est séparé de don John il y a une raison. Laquelle je n’en sais rien mais si il se montre agressif cela veut dire qu’il ne veut pas le revoir et risque de le devenir avec moi. Afin de ne pas être prise au dépourvu si il devient menaçant je prends appui sur mes jambe prête a lui bondir dessus. Une douleur grimpe depuis le coté de ma cuisse gauche. Je porte mon regard dessus et constate de petit trou dans mon pantalon. Je retire mon gant et porte ma main dessus. Ça me brule. Je sens mes doigt se couvrir d'un liquide chaud et poisseux. en regardant rapidement mes doigts je constate du sang. Comment ais je pu être blessée. La réflexion est rapide. La chevrotine les gringos et leur fusil. ils ont réussis a tirer dans al porte et certains plomb m'ont touchée. L'adrénaline a fait office d’anesthésiant. Mais maintenant que la pression retombe la douleur est la. Vu la présence de la portière au moment du tir les plombs sont surement en surface mais faut les retirer vite. Mon regard se reporte sur Charlie. et ma main libre et gantée file vers mon arme de poing au cas où. Car la je ne saurais plus me battre au corps a corps si il devient une menace. J'espère que non.
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Ven 6 Juil - 16:11
Charlie Murphy
Noctambules
JJe lui reprends mon macaron en la remerciant pour l’attacher au revers de ma veste quand elle se met à parler. Alicia réclame de l’eau ou de l’alcool. J’arrive pour fouiller dans une caisse de bois. Mais je fige comme un cerf dans les phares d’une voiture quand elle prononce le nom de mon grand-père. Je relève ma tête pour lire dans son regard. Je me fous qu’elle me voit ma laideur, je dois savoir si elle me ment. En étant muet, j’ai appris tout à utiliser l’empathie pour déceler les sentiments des gens. Plusieurs fois j’ai été bouleversé par leur révulsion, leur dégout et même leur hostilité à mon égard. Mais la jeune femme me jauge comme une guerrière qui se demande si je vais réagir hostilement ou pacifiquement à la nouvelle. Comme si j’étais une bête de foire ou un monstre. J’ai les yeux qui grossies de surprise et pour la première depuis si longtemps je souris. Pas un sourire timide et fuyant, mais un franc et remplit d’un bonheur sans équivoque. Je hoche frénétiquement la tête et je me redresse. Alors là je la vois retirer sa main de sa cuisse et elle est couverte de sang. Je veux l’aider, mais son autre main se porte sur son pistolet. Je lève les deux mains dans un geste apaisant et pacifique. Je lui indique alors le banc d’église et j’attends qu’elle soit assise pour lui signifier par signe que je fais regarder sa blessure. J’essaie de me cacher de nouveau ma laideur et quand elle me signifie que je peux y aller je me penche pour regarder. Je vois des plombs en surface et je hoche la tête. Je me lève alors et prend la bouteille de bourbon que j’ai dégoté pour Papy. Je lui tends en tremblant de gêne et ensuite j’écris une note de ma calligraphie soignée et rapide.

Charlie- Voilà. C’est pour Papy. Il faudra lui en rester pour son café. Je vais aller chercher des trucs dehors pour te soigner.

Je sais que dehors près de l’église il y a quelques arbres et c’est parfait pour soigner des blessures le temps de trouver une vraie trousse de secours. J’arrive près du bouleau et je plante ma lame pour farfouiller dans l’écorce. Quand ma lame est désinfecter par la sève je fais une seconde entaille pour prélever ce que j’ai besoin. Papi s’en servait souvent lors de coupure dans les bois. L’écorce, les bourgeons et les fleurs nous ont toujours servis comme antiseptique externe et détersif pour soigner nos plaies et nos irritations cutanées. La sève commence à couler un peu et je le recueille dans un petit contenant de plastique à médicament vide pigé de ma veste de chasse et ça coule avec lenteur. Un bon désinfectant et maintenant j’arrache l’écorce tendre. Comme ça je pourrais me fabriquer un pansement antiseptique. Ensuite je me rabats sur le sapin douglas voisin, mon attention est concentrée sur la gomme du conifère qui coule à l’extérieur du tronc. Avec une branche, j’en prends un peu et je retourne en vitesse près de la jeune femme qui sait où est mon grand-père. J’arrive et aussitôt j’installe l’écorce, mon pot de sève et ma gomme de sapin près d’elle. Elle me regard comme si j’avais perdu l’esprit et j’écris un mot rapidement.

Charlie- Je vais te soigner, mais après on va devoir trouver une personne qui connaît la vrai médecine. Je vais retirer les plombs, j’ai déjà fait sur moi.

Rapidement, avec une bonne dextérité, je pêche les trois plombs que je vois avec la pointe de mon couteau. Ça doit faire mal mais je n’ai pas le choix. Le muscle va travailler encore plus et ce sera galère pour les retirer plus tard. Je laisse la sève faire son office pour bien désinfecté la plaie et ensuite je prends ma gomme de sapin. Je l’applique comme Papi me l’a enseigné, en ajoutant encore un peu de sève de bouleau pour la rendre plus maniable et surtout stérile. J’en fais une pâte qui va faire office de pansement et qui va favoriser la guérison naturelle. À la fin j’utilise l’écorce pour faire une protection qui va recouvrir la plaie et timidement je me décale après avoir solidifié le tout avec deux morceaux de tissus venant de l’autel de l’église. Je m’assis à une bonne distance de la femme, elle m’intimide car je sens qu’elle est forte et déterminer comme pas une, et j’écris un mot.

Charlie- Voilà ça devrait aller. Ça va? Vous avez des nouvelles de Papy? Il va bien? Il est en sécurité?

J’ai tellement de questions, mais je suis un con de muet. Donc je sors une petite bouteille de vinaigre de ma petite réserve, ainsi que les piles pour Leïa et le café, pour faire mon paquetage. Une nouvelle note s’écrit rapidement de ma main qui tremble encore sur le choc de la nouvelle.

Charlie- Le vinaigre c’est pour le sang. Les charognards pourront remonter à nous à l’odeur. Le vinaigre va camoufler ça.

J’essaie de cacher ma tronche couverte de cicatrice en n’exposant le bon profil. Je ne crois que jamais je ne pourrais défaire cette gêne qui m’habite et sûrement que je vais mourir vierge…


Image de Charlie l'archer. Pas de masque à gaz, mais capuchon de manteau et un foulard qui cache la partie inférieur de son visage.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
<
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Dim 8 Juil - 1:27
Alicia Dosantos
Son expression n’est pas du tout agressive. C’est plus celle de la surprise et de la joie. Visiblement il ne s’attendait pas à ce que je connaisse Don John. J’abandonne alors l’idée de prendre mon arme et il me tend une bouteille de bourbon. Santa madre de dios. Ça fait longtemps que je n’ai plus bu de bourbon. Je prends la bouteille et l’observe. Ça a l’air d’être du bon en plus. Mais je reconnais que je ne m’y connais pas plus que ça en matière de bourbon. Il observe ma cuisse. Il me tend un papier timidement, presqu’en tremblant. Un rictus s’affiche sur mon visage alors qu’il disparait de mon champ de vision et quitte le lieu.

- « Celle-là Don John je la bois à ta santé. »

Le liquide ambré légèrement plus épais que le whisky, glisse dans ma gorge après avoir inondé mon palais de son délicieux arome boisé. Je repose la bouteille à côté de moi. Le gout assez acre de ma régurgitation précédente est maintenant bien oublié. Le chico est de sortie je ne le voie plus dans la pièce. La lumière n’est pas super intense mais ça ira il faut que je vérifie l’état de ma cuisse. Je retire mes rangers puis mon pantalon afin de vérifier. Je m’assieds sur le banc et tend la jambe pour pouvoir observer correctement. Je lui pique sa bouteille d’eau et fait couler un peu d’eau pour rincer le sang qui c’est écouler. Il y a plusieurs plombs dont au moins trois en surface.

Du bruit se fait entendre. J’attrape mon P226 et pointe l’arme dans la direction de l’entrée de la zone ou je me trouve. Mais c’est le chico muet qui apparait. Je range mon arme et l’observe un peu intriguée. Il m’indique par un nouveau mot écrit qu’il va me soigner. Je regarde alors ce qu’il a. Je suis assez perplexe. Mais je comprends rapidement, on fait pareil dans la jungle chez nous. Mais ce n’est pas les même plantes. Il a écrit qu’il allait allez chercher les plombs. Je doute qu’il ait une pince à épiler. Mais j’ai l’habitude. La douleur physique au vu de ce que j’ai enduré je connais. Je lui fais un signe de tête que je suis prête et le laisse faire. La douleur est clairement la. Je serre les dents à m’ne faire sauter l’email et agrippe de toute mes forces le bois du banc d’église sur lequel je suis assise. Je ne sais pas pourquoi je lui fais confiance. Mais je le fais. Il place la sève et la résine ainsi que l’écorce. Puis avec une étole prise sur l’autel. Je reconnais ce type de tissus. Il me bande rapidement la cuisse. Je dessers enfin les mâchoires et relâche ma prise sur le banc. J’attrape à nouveau la bouteille et m’en vide deux ou trois rasade pour faire passer la douleur. Je la lui rends. Je ne vais pas la boire complète.


- « Gracias Chico. »

Il s’installe à une certaine distance de moi. Mais après m’avoir donné un autre mot toujours bien écrit mais on y sent un stress, une inquiétude et une surexcitation. Merci l’entrainement narco. Je remets mon pantalon et mes rangers quand il me tend une nouvelle note et une bouteille de vinaigre. Je la lis. Il a raison pour le vinaigre. Et l’attirance de los hijos de la murete pour le sang. J’en badigeonne mon pantalon et ma cuisse et lui rends la bouteille.

- « Si, Don John va bien. Il n’est pas loin d’ici d’ailleurs. Il est a la communauté d’Essex. Chez lui. j’ai une dette envers lui et je lui ai promis que je te ramènerais à lui si je te trouvais. C’est donc ce que je vais faire. »
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Mer 11 Juil - 14:46
Charlie Murphy
Noctambules
Je ne comprends pas trop pourquoi cette affaire de dette d’honneur. Mais je m’en fout car elle me dit que mon grand-père va bien. Je me dépêche à ranger mon équipement de survie et je déploie de nouveau ma carte pour permettre à la jeune femme de voir ma carte. Le chasseur prend doucement sa place, rejetant l’humain au loin pour se concentrer sur mon prochain déplacement. Je tapote de mon index notre emplacement, pas un geste timide et mou mais bien confiant et sur de moi, pour tracer une ligne à vol d’oiseau vers la ville d’Essex. Je penche alors la tête vers Alicia comme le ferait un loup en train de regarder un lièvre, mon regard d’azur troublant et analytique. Un mince sourire, comparable à celui d’un chat qui se prépare à bondir vers sa proie, se dépose sur mes lippes charnues. Le chasseur songe qu’elle va retarder le groupe avec sa blessure à la jambe. Je vais devoir être doublement prudent. Alors je dépose ma main sur la carte et lui indique un cercle. J’ai noté les mots « meute charognards estimés à 100 ». Alors je me relève silencieusement, avec des mouvements étudier et lent d’un humain qui peut se transformer en un tueur implacable qui fera tout pour survivre. Le chasseur sait que les seuls personnes que je considère de ma meute, oui je me vois un peu comme un animal à cause de mes nombreux rejets, sont Papy et mes amies du Marché. J’écris une note et je lui tends sans trembler ni en essayant de cacher ma laideur. Le chasseur est fier des cicatrices et se fout de l’opinion des autres.

Charlie- Tu viens avez moi? On va devoir être silencieux et on va y aller tranquillement à cause de ta jambe. Il y a beaucoup de charognards sur le chemin. On pourrait même les attirer dans un traquenard si tu veux. J’ai une idée…

Je ferme les yeux pour me faire une image mentale du chemin et surtout de l’endroit que le chasseur veut aller. Un ravin tout près. Un billot que j’ai fait tomber pour traverser rapidement On les emmène là et ils tombent tous au fond du 25 mètres. Dès que j’entends un craquement j’ouvre les yeux tous les sens en alerte. Alors que je regarde directement la guerrière dans les yeux sans éprouver de honte ni de peur, j’attends sa décision. Mais pour l’inciter je décide un plan du ravin en question, de nous deux d’un côté et de plusieurs charognards qui tombe près de trente mètres plus bas. Encore une fois je lui tends la feuille sans broncher et sûr de moi. Mon regard d’azur troublant soutient avec détermination celui d’Alicia, car le Chasseur jubile d’avoir trouvé une compagne de massacre.


Image de Charlie l'archer. Pas de masque à gaz, mais capuchon de manteau et un foulard qui cache la partie inférieur de son visage.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
<
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Mer 11 Juil - 18:11
Alicia Dosantos
El chico déplie à nouveau sa carte après avoir ranger son camp de fortune. Je l’aurais gardé. Ma jambe me fait mal. Mais j’ai déjà connu pire. Merci à cet hijo de puta d’Angel pour le coup. C’est le muscle superficiel qui a été touché. Une cicatrice de plus en d’autre terme. Je m’approche pour regarder la carte mais il y a quelque chose de changer chez lui. Il ne semble pas reculer a m’on approche. Pas plus qu’il ne se cache. Son petit sourire amusé et vicieux de prédateur près à bondir sur sa proie le rend complètement différent du niño timide et mal à l’aise en ma présence. Je plonge mon regard inquisiteur dans le sien. C’est un regard de prédateur que je lie la plus celui d’un enfant apeurer par ce qu’on peut penser de lui, gêné, et inquiet pour son grand père. Non j’ai devant moi un jeune jaguar qui s’est fait son territoire et veut montrer sa présence aux autres. Un être dangereux.

Je regarde la carte. Il m’indique la distance vers la communauté d’Essex. A côté de son trace il a entouré une croix ou il a marqué la présence d’une centaine de hijo de la muerté. Ce n’est pas bon. Il veut que je vienne avec lui. Il rêve. Mais je me ravise, sa destination est la même que la mienne et j’ai promis à Don John de lui ramener. De plus le vétéran héberge une médico sa sera parfait pour ma jambe. Mais le chemin est gorgé d’infecter. Outre son cercle, je sais qu’il y en a d’autre. Il a un plan qu’il dit. Foutaise tous les plans ne servent à rien sinon à crever comme des rats. Heureusement cette idée préconçue que j’ai des plans n’est valable que pour les plans face à d’autre humain. Ici nos adversaire on autant de réflexion qu’un bouillon de légumes. Le dessin rapide qu’il fait est explicite pour ce qu’il veut faire. Je grince des dents, c’est couillu comme idée. Mais sa nous débarrasserait d’une centaine de purulents. Mais il est hors de question que je le mette en danger. Et ça c’est non négociable. Sinon Don John va me faire la peau.


- « Ok Chico on va faire ça et renvoyé à el diablo les hijos de la Catherina. Mais si j’estime que c’est trop dangereux on annule tout. Quant à ma jambe j’ai vu bien pire. »

Je me fous qu’il ne soit pas content si on doit annuler parce qu’il est en danger volontairement ou pas/ Mais si pour le calmer je dois lui éclater une dent a grand coup de poing je n’hésiterai pas. Je dois le ramener à don John vivant. Mais je n’ai jamais précisé l’état. Et s’il commence à nous mettre en danger en voulant faire le malin en se mettant en danger tel le jeune jaguar émancipé de sa mère qui cherche à conquérir son territoire, il arrivera sur le seuil de chez Don John avec quelque impact de coup en plus de ses cicatrices.

Je suis prête et le prévient. Vu qu’il connait le chemin je le laisse passer devant. De toute façon je l’aurais dans mon champ de vision comme ça je préfère. Ma jambe est douloureuse mais je m’en doutais. Je fais avec je n’ai pas le choix. Mais il avait raison je serai clairement plus lente qu’avant.

avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Jeu 12 Juil - 14:43
Charlie Murphy
Noctambules
Le chasseur sourit de toutes ses dents en mon for intérieur et je sais que ce sera amusant pour lui. Si on parvient à éliminer de l’équation une centaine de charognards les gens auront une chance de plus. Essex sera soulager d’un danger et dans le même souffle Papy. Donc je laisse le dominion à l’esprit de prédateur qui a toujours vécu au plus profond de moi. Quand la militaire, elle semble plaire au chasseur alors qu’elle intimide l’humaine, me fait signe d’y aller je me craque le cou. Je me secoue pour détendre mes muscles et éviter un claquement sonore alors que je serais caché au milieu de la horde. Je vérifie une dernière fois mon équipement pour qu’aucun son d’un objet qui cogne ne soit émis. Sans gêne je vérifie l’équipement de la jeune femme et tout me semble en ordre. Mais je fronce des sourcils en regard son pantalon taillader par la chevrotine. Je me redresse et lui écris un mot rapidement. Même ma calligraphie, soignée habituellement, est différente quand le chasseur est présent. Elle reste lisible, mais les lettres semblent se précipités comme pour bondir sur une proie.

Charlie- Évite de te battre en chemin. Le pansement n’est pas étanche à 100%. Je vais te trouver un truc pour te protéger du sang des infectés.

Je descends alors vers le rez-de-chaussée de l’église avec une assurance et une discrétion à toute épreuve. Je l’attends un peu qu’elle descend et je songe d’aller dans la cuisine du prêtre. Souriant de toutes mes dents je me déplace comme un esprit vers la pièce et tout est sans dessous. Un cadavre en habit du clergé à la tête éclaté est affaissé au sol. Je ne perds pas mon temps pour fouiller pour de la nourriture, je l’ai déjà fait. Mais je découvre sous l’évier ce que je cherche. Des sacs de plastique étanche et un rouleau de ruban électrique. D’un signe de tête j’invite la guerrière à s’assoir et avec rapidité et précaution j’imperméabilise sa cuisse. Je ne sers pas trop avec le ruban histoire de garder la circulation sanguine et je la regarde pour savoir si ça lui va. Maintenant je lui pointe sa machette et je lève mon pouce pour lui dire qu’elle peut trancher comme elle veut. Pour tout avouer j’ai bien aimé la voir se battre contre les pillards et le chasseur à adorer voir sa silhouette se balancer au rythme du combat. On commence à progresser à l’air libre et aussitôt je laisse mes sens se faire réquisitionner par le chasseur. Je sais dans quel sens ou on doit progresser et je commence à me déplacer. Mes pas semblent à peine effleurer le sol, aucun brin d’herbe ne se fait déplacer. Je suis devenu un fantôme, un esprit frappeur qui peut surgir du néant et tuer les charognards d’un coup bien placé avant de m’évaporer de nouveau dans mon environnement. Je me dirige alors vers le ravin. Comme de raison je prends la tête et Alicia ne manque pas d’assister à la mise en mort silencieuse de cinq zombies. Quatre par flèches et le dernier d’un coup de couteau de chasse directement dans l’oreille. Celui-ci je devais me le faire à la lame car en tombant son corps aurait pu alarmer la douzaine en contrebas de son petit perchoir. J’accompagne sa chute et je signe par le langage de combat que la voie est libre. Quelques fois j’intimide un arrêt par un poing brandis et ensuite de se cacher. Une senteur, un mouvement m’alertant de la venue que quelques charognards en maraude.

Nous passons près de la horde, à environ 100 mètres pour être exact. Mais par la lisière du bois nous sommes invisibles pour eux. Je signe la direction à prendre et bientôt nous sommes au troc d’arbre. Des gens l’ont placé ici pour surement avoir un raccourcie pour rejoindre la forêt et au-delà Essex. Je fais signe à la militaire de passé devant et comme cela je serais près d’elle pour la retenir si sa jambe lui fait des misères. Le chasseur aimerait bien car il pourra coller ce corps de prédatrice qui lui semble alléchant. Pour ma part c’est seulement pour l’aider. Quand nous sommes de l’autre côté j’embrasse de mon regard d’azur troublant et analytique la zone. Nous sommes au pied d’une montagne de quinze mètres de haut. Un petit sentier monte son flanc pour rejoindre le sommet et de là c’est direction Essex. J’écris une note et je le temps alors à Alicia en souriant de toutes mes dents. Dans le même geste je lui désigne un rocher qui pourra lui servir de tabouret naturel.

Charlie- On démarre un petit feu. Ça va les attirer et ils vont tomber. Tu veux te reposer et boire soit de l’eau ou une gorgée de bourbon. Je vais préparer ce que j’ai besoin pour le feu. Ça te dérange de me dire comment vous vous connaissez toi et Papy?

Je reste alerte pendant que j’arrache de l’herbe au sol pour faire un emplacement pour mon feu. Des brindilles et même du bois sont à proximité. J’ai mon allume-feu et ce sera facile. Dommage je n’ai pas les guimauves…


Image de Charlie l'archer. Pas de masque à gaz, mais capuchon de manteau et un foulard qui cache la partie inférieur de son visage.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
<
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017] Dim 15 Juil - 1:34
Alicia Dosantos
Je me prépare à partir armant mes deux armes de poings avant de ma saisir de ma machette. N’ayant pas pris mon sac à dos, je n’ai rien d’autre que mes gants et mon gilet tactique en plus. El niños vient vérifier mon matériel comme sans demander quoi que ce soit. Avant d’écrire une note pour ma jambe. Ne pas me battre ? Le pansement pas solide ? Je suis au courant. Mais ne pas me battre. Si on tombe sur des gringos comme l’autre groupe il se fourre le doigt dans l’œil. Lorsqu’il a fini son inspection que je trouve déplacée par contre je l’attrape par le col avec ma poigne.

- « Chico. La prochaine fois que tu souhaites voir mon équipement tu demandes. Sinon petit fils de Don John, ou pas, je t’explose la tête. Comprendé ? »

Je le relâche en le repoussant. Mais je suis consciente que sans son intervention ma jambe me ferait encore plus souffrir et je serais dans la mierda. Je le suis et me retrouve dans la cuisine de l’habitation du prêtre. Celui-ci est visiblement un cadavers mais il a le crane défoncé. Je me signe par principe et par réflexe. Puis je reporte mon attention sur lui. Je comprends ce qu’il veut faire et le laisse faire. Ce n’est vraiment pas con et les moyens du bord sont juste efficaces avant de trouver un medico. Je sais que chez Don John il y a un medico et celle qu’il a surnommée « gamine ». Le bandage de survie fera effet le temps d’arriver sur place parce que le film plastique comme ça va me faire transpirer et bonjour les potentiels infections si son cataplasme se déplace. Mais de toute façon on n’a pas le choix, ni la possibilité de faire mieux.

On est de sortie il a pris les devants et marche avec une furtivité impressionnante. Sa rapidité d’action avec son arc est elle aussi admirative. J’en reste bouche bée je dois le reconnaitre. Ce chico pourrait m’apprendre bien des choses. Sa façon de tuer au couteau par contre rien à redire. J’aime et je connais. On longe la lisère du bois et je peux sentir la putréfaction de ce groupe de cent cadavers. Eux heureusement pour nous ne semble pas nous voir. Il me fait signe de passe la première sur le tronc. Je m’exécute Et avance. Ma jambe me fait mal mais je serre les dents et parvient à traverser sans le moindre souci par contre je serai contente de me poser une fois à Essex.

De l’autre côté du tronc on est sur le rebord d’une petite falaise je voie un petit chemin qui monte. Mierda je ne sais plus où on est là ? Je n’ai pas de carte et lui a replié la sienne. Quand je me retourne vers lui il a écrit quelque chose sur un papier. Je le prends. Un feu. Mouais ce n’est pas con mais outre les attirer eux ça peut aussi attirer des pillards. Masi ici je pense qu’il y a plus simple. C’est vrai que els arme à feu vont attirer les rodeurs. Mais cela va attirer cette petite horde dans le ravin. Sauf qu’un seul coup de feu si ça alerte les pillards potentiels, la résonnance qu’il y aura dans ce lieu ne leur donnera qu’une faible localisation de notre situation.


- « Pas le temps pour t’expliquer t’auras qu’a demander a ton grand père. Et le feu va attirer sur nous d’autre être que des cadavers. Et fournir une localisation. Un coup de feu et sa résonnance sera plus efficace. Les cadavers viendront par ici les pillards ne sauront pas d’où provient le coup de feu exactement. »

Je prends mon S&W il fait plus de bruit. Je pousse el chico devant moi pour qu’il montre le chemin et une fois qu’il a pris un peu d’avance, je tire un coup de feu en l’air. Le bruit est assez fort et la résonnance sur les parois de la falaise rend la source du son assez difficilement détectable. Je reste quelque instant tapie dans l’ombre pour entendre les sons gutturaux des hijos de la muerte arriver et commencer à chuter dans le précipice. El chico avait un super plan je dois le reconnaitre. Je fais volte-face et reprends ma route direction Essex à sa suite. J’espère qu’on ne tombera pas sûr d’autre cadavers ou des pillard mais j’en doute.
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017]
Contenu sponsorisé
[TERMINE]Alicia ft Charlie - Noctambules [12 octobre 2017]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Kan An Noz samedi 21 Octobre 2017
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans
» La « démocratie haïtienne » : Quels sont les enjeux ? - 29 octobre 2010
» [Rapport de Bataille] 31 Octobre 2008
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Les villes alentours :: Essex-
Sauter vers: