Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Mer 11 Juil - 12:00
le Passeur
No Country for old men

Bienvenue dans la partie est de Burlington, tu connais déjà cet endroit puisque tu y l'as visité à l'occasion du crash d'avion de chasse où tu as pu récupérer un radar, ce truc qui pour le moment t'emmerde plus qu'autre chose et prend de la place dans ton sac. Ce n'est cependant pas le point le plus important de la semaine dernière puisqu'à l'occasion de cet événement assez surprenant, tu as croisé un vieux type grognon qui, plutôt content de ne pas se prendre une balle dans le buffet t'as donné une info qu'il sous-estimait probablement.
C'est donc sur la piste de matériel pour faire fonctionner le fameux radar que tu t'es rendue à nouveau dans la zone de l'aéroport.

Dans ton premier poste, il va falloir que tu rejoigne la maison de l'ancien compagnon d'arme de John Murphy (dont tu ne connais pas le nom il me semble) aisément reconnaissable grâce à l'antenne de type quasi-professionnel qui sort de son toit, bricolée de part en part pour l'utilité que le vieux cinglé en avait.
Il te faudra pour cela repérer l'habitation en évitant de te faire repérer par les militaires qui patrouillent constamment à proximité de l'aéroport encore en service et ultra-militarisé puisque c'est de là qu'arrivent les ressources destinées au camp de Jericho. Les militaires du coin sont donc ultra protecteur et tireront à vue sur tout fauteur de trouble (exécution dont tu peux être témointe si tu le désire ou non). À éviter donc tout bruit important et surtout les coups de feu.

Ton poste s'arrêtera alors que tu arrives devant la maison qui a ton goût ressemblera plus à une cabane de vieil ermite un peu pourrie qu'à une véritable maison. Tu ne peux pas voir l'intérieur obstrué par d'épais rideaux, il n'y a aucun bruit particulier venant de l'intérieur et tu peux aller jusqu'à la porte (qui est fermée à clé) puis j'interviendrai.

(Minimum de réponse : 500 mots, impératif variable de poste en poste tu verras mais j'attends un beau poste étant donné qu'il s'agit de ton introduction)

À toi! Bon courage.
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Ven 13 Juil - 5:27
Deborha Madrigal
And I feel like I've got a gun
Like I've been changed more ways than one
And this whole world has just begun
And it's so nice to meet me

Suite à son coup d'éclat lors de sa visite sur le crash de l'avions en plein cœur de burlington où elle avait trouvé un radar militaire, notre pillarde était finalement retourné dans sa caravane qui lui servait actuellement de planque provisoire. Mais après quelques jours de repos bien mérités, la femme se décida enfin à aller voir chez ce vieux type dont lui avait parlé le vétéran qu'elle avait rencontré durant le pillage de la carcasse de l'avions.
Armé de son fusil à pompe et de sa hache, la femme avait prit avec elle une bouteille de désinfectant et un bandage, au cas où elle venait à rencontrer en cours de route un zombie un chouilla plus retord que les autres ou encore un clebs en manque de chair fraîche.
Inutile pour elle cependant de prendre le radar, son luger et sa couverture, elle avait besoins de place dans son sac, au cas où.  

Après une heure et demi de marche solitaire, éclairée par un soleil relativement discret en ce jour. Le vieux trou du cul qu'elle avait rencontré lui avait dit que la baraque de son ancien pote ce trouvait à proximité de l'aéroport de burlington et que, ladite baraque serait par ailleurs reconnaissable parmi toutes.
Silencieusement, notre prophète de la destruction en devenir, avançait dans les ruelle vides de cette ville en ruine, joyaux du vermont, un joyaux à présent brisé par l'énième coup de grâce que l'univers avait décidé de lancer à l'humanité.

Alors qu'elle s'approchait de sa position, la femme vint à entendre des voix non loin là, ce qui la fit prudemment ce mettre à couvert derrière un bâtiment, visualisant ainsi un partie de l'aéroport, aéroport remplie de militaire, sûrement des fils de pute en liens avec les autres sac à merde en provenance de l'autre camp. Toutefois, notre pillarde était loin d'être irresponsable et elle décidat de prudemment s'éloigner de cette zone car dans une telle situation, il était clair que l'armée ne prendrait aucun risque vis-à-vis d'autre survivants.

Sans un bruit donc, telle une ombre, La Hyène s'écarta de l'aéroport afin de rejoindre l'endroit que le vieux type lui avait indiqué, arrivant alors après une dizaines de minutes dans une zone de la ville isolé où trônait une vieille masure presque en ruine avec une énorme antenne qui lui sortait du toit, masure à laquelle était rattachée une gros hangar fermé. La pillarde observât prudemment les environs de son regard froid comme la glace. Calmement, la Hyène s'en approchât en dégainant calmement sa hache, au cas o une bande de fils de pute en décomposition viendrait à ce pointer. Très prudemment, elle fit brièvement à s'approcher des fenêtres qui malheureusement était couverte par d'épais rideaux, impossible donc pour elle de voir ce qui ce trouvait à l’intérieur de ce taudis qui comme ça, à vus d’œil, ressemblait à la maison d'un Ed Gein ou d'Un Jeffrey Dahmer (des tueurs en séries)
Après avoir noté cela, la femme ce dirigea vers la porte qu'elle tenta d'ouvrir mais... Malheureusement, cette dernière semblait fermé à clef... Hm... prévisible.
avatar
Messages : 163
Date d'inscription : 02/06/2018
Crédit Avatar : ruby rose

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
La Hyène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Dim 15 Juil - 1:02
le Passeur
Tu es donc arrivée sur le perron dont les lattes de bois grincent sous tes pas et peux te diriger de chaque côté de la porte. En se faisant, tu pourras remarquer qu'une des fenêtres bien qu'obstruée par les rideaux est à peine entre-baillée et tu remarques tout juste une petite lueur venant du coin. En glissant ta main par l'ouverture, tu peux attraper l'unique clé posée là pour ouvrir la porte d'entrée ou, si tu te sens d'humeur, soulever la fameuse fenêtre pour entrer par là.

Dans tous les cas, tu vas pouvoir entrer dans ce taudis blindé de documents imprimés et de vieux relevés techniques, même parfois un dossier militaire écrit à la machine à écrire. Sur les murs, des dizaines de photos encadrées de gens, un type évidemment militaire à son arrivée sur un aéroport tropical vu la végétation en arrière plan, des photos de mariage, d'autres un peu plus récentes d'un vieux monsieur avec ce qui semble être sa famille... Bref, beaucoup de souvenirs comme s'il avait peur d'oublier un passage de sa vie.

En contournant le fauteuil lazyboy tournée en direction des photos plutôt que de la TV, tu arrives dans un couloir dont les portes ouvertes donnent sur une cuisine, une chambre, un bureau et une porte fermée à clés.

La cuisine apparaît comme la pièce la mieux rangée de la maison, directement sur ta gauche, elle n'est pas en désordre du tout contrairement à la chambre où trônent des piles de cartons remplis de vieux documents. Il te faudra un bon moment si tu veux les étudier mais ton attribut d'intelligence te permettra de tout comprendre assez rapidement, il s'agit des rapports réalisés par le vieil homme dont t'as parlé John Murphy lors des conflits auxquels il a participé. Tu peux y découvrir qu'il s'agissait d'un technicien hors pair, qu'il a participé à plusieurs affrontements (qui seront les mêmes que ceux de John) et qu'il a pris sa retraite contre son grès il y a quelques années. Tu trouveras aussi une petite boîte bourrée de médailles et gallons militaires plus ou moins prestigieux (pas de silverstar ou de médaille du mérite cependant mais beaucoup de récompenses en tant qu'assistant communication et même un diplôme de médiation avec les populations locales).

Le bureau quant à lui est assez encombré à cause des dizaines d'appareils électroniques et des cablages qui en résultent, le tout posé sur la quasi-totalité du mobilier présent voir même au sol pour certains. Ça va de tout : ordinateur plus ou moins moderne (Windows XP) à la machine à écrire, une radio qui semble reliée à l'antenne sur le toit, des petits transformateurs un peu partout et surtout, des câbles qui traînent. Finalement, pas grand chose d'utile sans électricité mais tu peux fouiller un peu le bureau si tu veux.

La porte verrouillée n'est probablement pas la première pièce que la Hyène ira visiter mais si c'est le cas, elle tombera sur une chambre à coucher bien rangée.

J'attends de voir ton exploration en minimum 350 mots pour t'annoncer la suite.
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Dim 15 Juil - 8:25
Deborha Madrigal
La pillarde n'eu pas a chercher trop longtemps un moyens de renter dans ce taudis, elle savait qu'en générale la plupart des vieux avait pour habitude de laisser un double de leur clé non loin de l'entrée et, après avoir farfouillée sous le paillasson et les pots de fleurs, la sinistre femme fini par voir que l'une des fenêtre était très légèrement entre-ouverte et, en cherchant à l'ouvrir, elle sentit sur le coté de cette dernière quelque-chose de ferreux teinter sous sa mains.


« Bingo... »
Ce dit elle alors intérieurement, saisissant aussitôt le le petit trousseaux de clé qui, en réalité comptait uniquement la clé de l'entrée ainsi qu'une vieille balle vidée de calibre 5,56 qui faisait office de pendentif. Une fois cela fait, la pillarde s'empressa d'insérer ladite clé dans la serrure de la porte, tout en regardant à intervalle régulier derrière elle. Dans un tel monde, la prudence était de mise et il valait mieux donc toujours être sur ces gardes, ce n'est ce que pour les zombies mais en réalité, là, ce qui inquiétait la femme c'était plutôt sa proximité avec la base militaires ce trouvant non loin de là.

Une fois la porte ouvertes, la pillarde lança un énième regard en arrière avant de refermer ladite porte d'un blanc cassé par des années de mauvais entretiens. Cet ainsi qu'elle pue alors voir l'intérieur du taudis de ce vieux vétérans. À première vus, rien de bien intéressant, des montagnes de papiers, des photos et de la poussière, ce pendant, par acquis de conscience, la femme prit quand même le temps de regarder ici et là certains dossiers militaires mais il n'y avait pas vraiment de quoi s'attarder dessus. Lentement, toujours avec une très grande prudence, Deborha continua son avancer dans ce taudis, s'engouffrant, hache sur l'épaule, dans un couloir donnant sur trois portes, portes dont deux étaient plus ou moins ouverte. Cet alors que la femme vint à faire une légère pause avant de tendre l'oreille afin de capter un quelconque grognement ou gargarisme qui pourrait trahir la présence d'un zombie... Mais visiblement, pour ce qui était des deux pièces entre-ouverte, il semblait n'y avoir aucuns risque.  

Relativement tranquillement donc, l'ancienne avocate entra donc dans la cuisine qui, assez curieusement était bien rangé et, hors-mi l'odeur de naphtaline et de vieux, il n'y avait aucune odeur de pourriture. La Hyène fit rapidement le tour de la petite pièce en regardant au passage dans les différent placards contenant beaucoup de conserve, certaine « industrielles » et d'autres, semblant avoir étaient faite par le vieille homme lui même, principalement des conserve de fruits d'ailleurs, mais aussi quelque plats qui semblait êtres des lentilles ou encore des haricot sauce tomates.
Mais bon, par acquis de conscience une fois encore, la Hyène préféra laisser toutes ses denrées de cotés, de une parce-qu’elle avait  pas envie de s'encombrer outre-mesure mais aussi afin d'éviter tout risque de maladie.

Par contre, quand elle ouvrit le frigo, la hyène s'eu très vite qu'il était inutile de farfouiller dedans... Et oui, pratiquement un mois (voir plus) sans entretiens, autant dire que toute les denrées présente dans ledit frigo avait eu le temps de tourner, libérant une odeur acre dans la pièce. Rapidement donc, elle referma le réfrigérateur, avant de retourner dans le couloir afin de rejoindre l'autre pièce.
Une fois dans cette dernière, la Hyène pue voir plusieurs cartons blindés de documents, documents qu'elle prit cependant le temps de lire, d'abord très brièvement puis... Plus assidûment... En gardant à l'esprit qu'elle devait ce méfier bien sur, mais, là, pour le coup, tout ses documents semblait relater de choses intéressante sur les environs, des plans de certains bâtiments militaire (et même de la base de jericho, mais la hyène ne le remarqua pas tout de suite), sur les positions de certaine tours radios aussi mais le gros des documents était des correspondances, des factures pour l’achat d'armes à feu ou encore de médicaments ainsi que des recours de justice et des lettres d'avocat visant à toucher une prime pour une intoxication a l'Agent Orange utilisé durant le vietnam. Sans s'en rendre compte, la femme passât une bonne heure et demi voir deux a farfouiller dans tout ses document et, étant naturellement habituée de part son passif d'avocate a devoir lire des montagne de paperasse en un temps record. Ce fut finalement lorsqu'elle remarqua l'heure indiqué sur l'horloge que la pillarde vint arrêter sa lecture pour le moment, même ci en vrai, elle avait déjà épluchée pas mal de document divers et bourrés d'informations plus ou moins intéressante. Calmement donc et en ce s'allumant une cigarette, la femme vint à regarder les différent câblages menant à un vieux windows  XP, mais aussi à différent autres appareils électroniques que la pillarde observât sous différentes coutures avant de lever les yeux au plafond visualisant ainsi le « cul » de l'antenne qui dépassait de la baraque.  
Malheureusement, les maigres connaissances en électronique dont elle disposait ne lui permettait pas de pouvoir tirer partie de tout ce bordel, cependant, elle voyait bien qu'ici, hors mis la radio, rien d'autre ne lui serait utiles... Hors mis les informations présentes sur les documents. Elle fit tout de même un rapide tours des tiroirs mais là encore, choux blanc, rien d'utile, des médoc périmé, des chiures de gommes, de la poussière, quelques mégots des crayons... un bureaux quoi.

Cet ainsi qu'elle fini par quitter la pièce, (peut être y retournerait t-elle plus tard, a voir.) pour finalement se diriger vers la troisième porte qui elle, semblait verrouillée et... Là, malheureusement, elle eu beau chercher, pas moyens de trouver la clés et pour être tout à fait franc, elle n'avait pas masse envie de passer 5h à chercher une clé à la con. Deux choix s'offrait alors à elle, soit essayer de crocheter la serrure, mais honnêtement elle n'avais jamais fait ça auparavant ou... Défoncer ladite porte à coup de hache mais ce la risquait de faire du bruit... Mais au fond, elle était en intérieur, donc ça couvrirait un minimum le coup.

Prudente, la pillarde approcha son oreille de la porte, une fois encore pour savoir si, à tout hasard un zombie était présent et, une fois sur qu'il n'y avait rien... Elle vint à se reculer avant d'enfoncer le plus précisément possible le bout pointue de sa hache à coté de la serrure de la porte avant de faire levier pour que cette dernière s'ouvre. C'était certes un peut plus physique, mais au moins c'est la solution la moins « sonore » qu'elle pouvait faire.
Après quelques minutes d'acharnement, la femme fini par faire sauter la serrure, ouvrant ainsi la porte menant à une petite chambre propre et relativement bien rangée, chambre qu'elle farfouiller brièvement après s'être accordée une petite pose pour reprendre son souffle.
Durant les premières minutes de recherches, la pillarde trouvât cependant une belle flasque d'alcool dissimulée dans la table de nuit du vieillard, flasque qu'elle ouvrit afin de sentir son contenant qui n'était autre que du Scotch, scotch dont elle but une à deux gorgée avant de ranger ladite flasque dans son trench afin de continuer son investigation.

loot:
 
avatar
Messages : 163
Date d'inscription : 02/06/2018
Crédit Avatar : ruby rose

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
La Hyène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Dim 15 Juil - 23:59
le Passeur
Dans les papiers que tu fouilles, des plans donc de zones militaires, des schémas électriques mais aussi une série de lettres de la part d'un certain Piper de Williston. Celles-ci parlent d'un projet de la mairie de bunker anti-atomique des années 50 ou 60 qui devait être démantelé. Certaines lettres montrent que le projet a avancé même si l'homme qui habitait là a eu beaucoup de travail pour retrouver l'emplacement de l'endroit.

Cependant, tu peux fouiller autant que tu veux, ça n’amènera pas les lettres expédiées par l'ancien à ta portée et tu dois te contenter de celles reçues. De bien précieuses informations donc que tu es encore en train de digérer dans ton cerveau avec l'aide de ces deux gorgées quand une voix s'élève tandis que la porte d'entrée claque.

« Eh papi! Je suis enfin revenu! Je l'ai trouvé! »

Un temps mort marque le moment où la voix masculine semble attendre une réponse puis dans une inspiration mécontente devant l'absence, des pas s'approchent de plus en plus. Lorsque tu sors dans le couloir, tu peux voir devant toi un homme d'un bon mètre quatre-vingt qui te regarde de la tête aux pieds en haussant un sourcil, l'air de se demander ce que tu peux bien faire ici.

« T'es qui toi? Il est où mon grand-père?! »

Bien que visiblement en colère de te trouver chez lui, l'homme semble prêt à te foncer dessus. Il n'est en revanche visiblement pas armé et le fait qu'il soit en jean/chemise rend la tâche de cacher une arme compliquée. L'homme au look d'explorateur s'avance donc vers toi de sa carrure un minimum impressionnante.

Tu peux soit essayer de discuter et de le "raisonner", soit l'attaquer mais attention, cela lui laissera peut-être le temps de t'en coller une ou de saisir une arme que tu n'aurais pas remarqué.

J'attends ta réponse en 300 mots minimum avec la réaction de ton personnage. Ta réponse doit s'arrêter au moment où tu lances l'action et c'est moi qui en évaluerai la réussite. Dans le cas d'un dialogue, attention à bien mettre en scène le charisme de ton personnage qui sera essentiel pour ne pas te prendre un coup ou du plomb Wink
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Mar 17 Juil - 2:18
Deborha Madrigal
Alors que la pillarde farfouillais tranquillement dans la chambre du vieillard à la recherche de n'importe quoi d'utile, une voix masculine vint à retentir, brisant ainsi le silence présent depuis le début dans cette vieille battisses. Quasiment aussitôt, notre sinistre avocate vint à se retourner vers la porte menant au couloirs, ce posant moult question sur le trou du cul qui, en plus d'être visiblement de la famille à l'ancien proprio, semblait avoir en sa possession quelque-chose... Mais quoi ? Calmement, notre pillarde vint alors à sortir de la chambre en gardant son calme et toujours la même expression froide et dénuée de la moindre expression, hache sur l'épaule, croisant ainsi la route d'un jeune homme asse grand mais qui cependant ne dépasser pas Deborha qui, ne l'oublions pas mesurait 1,90 sans ses bottes.

Une fois face à l'intruse, l'homme vint à lui demander où était son grand darons avec un air légèrement ahuris dans les yeux. Quoi de plus normal au fond, le mec il revenait chez son papy et là, qu'est ce qu'il vois, une grande nana avec une hache et le regard mauvais qui ce pointe comme ci de rien était.  Toutefois, malgré la situation, la Hyène restât toujours aussi calme, clope au bout des lèvres, ses yeux glaçant d'inhumanité fixant ce fils de pute droit dans les yeux.

« Je sais pas où il est ton foutu grand daron et franchement je m'en cire la chatte. En revanche, je sais qu'en arrivant, ce taudis était vide et si tu veux une preuve, regarde dans le frigo, ça fait facilement plusieurs semaine que personne n'a foutu les pieds ici, alors remballe ta gueule de héros au rabais et lâche moi la grappe, cette baraque n'appartient plus à personne, c'est mon butin, tire toi ou reste, mais je te déconseille de tenter quoi que ce soit contre moi, au risque de finir avec le crane ouvert en deux. »

Encore une fois, la pillarde avait lâchée cette tirade sans un pète de jeu, fusillant le jeune homme de son regard émeraude à la manière d'une chienne dominante cherchant à soumettre une rivale.

« Par contre, simple question, à laquelle tu es obligé de répondre par ailleurs sous peine, une fois encore de crever dans d'atroce souffrance... Qu'est ce que tu as trouvé ? »
avatar
Messages : 163
Date d'inscription : 02/06/2018
Crédit Avatar : ruby rose

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
La Hyène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Mar 17 Juil - 3:38
le Passeur
Complètement perturbé par l'annonce de la jeune femme et la découverte d'une maison vide, maison qu'il avait quitté seulement deux semaines auparavant afin de réaliser une mission pour son grand-père, le jeune homme regarda la femme comme s'il s'agissait d'un extra-terrestre. Son regard se porta naturellement sur l'encadrement de porte de la cuisine lorsqu'elle parla du frigo avant d'être franchement vexé quand elle parla de "butin". Non mais elle se prenait pour qui, elle avait beau le terrifier avec son regard de glace et son trench coat lui rappelant terriblement Clint Eastwood dans un western sanglant dont il n'avait pas le nom en tête ni le temps de le chercher (Pale Rider), il n'appréciait pas sa remarque, ni le fait que son grand-père avait disparu, nouvelle qui tomba comme une épée de Damoclès sur sa tête.

« Je... je... »

Je quoi? Qu'est-ce qu'il pouvait bien répondre à ça? Rien puisque la femme avait d'ailleurs posé une question. Il lui fallu une bonne seconde pour mettre en place sa meilleure pokerface afin de ne pas dévoiler les informations de son grand-père adoré. Venir se réfugier ici avait été son premier réflexe quand ses parents mordus étaient décédés et il ne comptait pas abandonner son grand-père non plus. Répondre à ça était cependant plus complexe qu'il n'y paraissait et la pression qu'il avait sur les épaules ne l'aidait pas à réfléchir efficacement.

« Une clé, ça te regarde pas. C'était pour mon grand-père. »

Un regard à la hache ne le réconforta pas particulièrement et tandis que la femme d'a peu près le même âge que lui mais plus grande de quelques centimètres (ce dont il n'avait pas l'habitude il faut l'avouer) semblait prête à en découdre, il ne comptait pas non plus se laisser faire. Il pencha un peu la tête et constata l'absence de sang sur la hache afin de se rassurer que son papi ne gisait pas dans une des chambres avec le torse ouvert en deux comme elle menaçait de le faire avec son crâne.

« Pourquoi t'es ici? C'est dieu qui t'envoie? »

Transpirant à volonté sous la pression, le jeune homme cherchait maintenant dans sa tête toutes les raisons qui auraient pu faire que cette nana se soit pointée dans cette maison particulière, celle de son papi qui de toute évidence n'aurait jamais adressé la parole à une punk de la ville avec la moitié des cheveux rasés. Non c'était une autre raison qui l'avait poussé là et il voulait savoir. Si ça se trouve, son grand-père était juste inconscient quelque part dans la maison, il le connaissait et c'était impossible que des mordeurs l'aient attrapé, il s'agissait quand même d'un vétéran récompensé de plusieurs médailles, un homme qui était revenu à la maison malgré tout et qui n'aurait jamais quitté sa maison sans une bonne raison, surtout en y attendant son petit fils.

HRP : Une petite réponse en 300 mots?
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Mer 18 Juil - 4:03
Deborha Madrigal
Toujours aussi calme, la Hyène écoutât attentivement son interlocuteur, observant et analysant le moindre de ses geste, la moindre de ses mimiques. Il était visiblement en état de stress, troublé et très indécis et ça, c'était un bon point pour la pillarde, toutefois, malgré son état, le jeune homme n'en démentit pas et affirma avoir en sa possession une clé en ajoutant cependant que ceci ne regardait pas la femme qui, en entendant cela vint a resserrer la poigne de sa main autour de sa hache en lâchant un soupir qui fut accompagné quand à lui d'une lourde bouffée de fumée.
Ce que ce type ne savait pas, c'était qu'il jouer sa vie à ce moment là... Enfaîte nan, il ne la jouait même pas, son sort était déjà scellé, La Hyène ne voyait aucune raison de le laisser en vie, ce type était l’archétype même du connard qui finirait tot ou tard par crever la gueule ouverte, ne servant au final qu'a grossir les rangs des sac-à-merde qui à présent contrôlait cette ville en ruine.

C'était cruel,mais c'était ainsi, sans le savoir, la Hyène plongeait petit à petit dans une vision autrement plus sombre que sa vision de départ sur l'humanité, chaque jour la rapprochant de plus en plus du seuil de non retour. Elle savait néanmoins que l’homme dans un tel monde n'était pas inutile, bien au contraire, elle savait qu'un jours ou l'autre elle aurait besoin de « mains d’œuvre »
Mais là... Nan, ce type ne servirait jamais à rien, il était clair qu'il était trop con pour survivre sur le long terme tout en étant trop « gentillet » pour la servir et... Ce qu'il lui demandât bientôt confirmât l'inutilité de ce mec.

« Pourquoi t'es ici? C'est dieu qui t'envoie? »

Là la pillarde vint à hausser un sourcils avant de regarder l'homme un peu plus en détail remarquant alors une croix au niveau de son cou, ce qui fit fit une nouvelle fois soupier la femme qui vint aors à tourner légèrement la tête sur le coté avant de lui repondre.


« Pas vraiment non... »


Cet alors qu'elle vint à lui tourner le dos quelques secondes, laissant à l'homme un peu de répit émotionnel... Puis, sans aucun avertissement, sans un mots, elle laissa éclater sa haine. Cet ainsi que notre pillarde vint à sèchement ce retourner, envoyant dans la gueule du pauvre type un violent coup dans la gueule du mec avec le plat de sa hache, faisant voler ce dernier contre la table présente dans la cuisine, lui arrachant au passage quelque dents au passage. Calmement, la femme s'approcha ensuite de sa proie, avec toujours sa hache à la main, mais l'homme n'en avait pas fini et juste le temps pour lui de recracher quelque glaviot de sang sur ladite table, il revint à l'assaut, fonçant vers son agresseuse avec hargne, la planquant contre le mur de la cuisine avec une certaine force, ce qui surpris bien évidement la pillarde qui sous l'effet de surprise et la force de l'impact lâchât sa hache.


« Fils de p... »
dit elle alors avec des yeux injectés de haine avant de ce faire balancer contre le plan de travail, plan de travail où l'homme revint à la charge, envoyant deux à trois nions dans la face de la notre pillarde avant de lui choper le coup pour commencer à l'étrangler.

« Ah alors t'étouffe pouffiasse ? » lui dit t-il alors en serrant le plus fort possible afin d'annihiler la menace que représenter cette sinistre femme pour sa vie, toutefois, cette dernière fut alors prise par un violent excès de rage et vint à lui mettre un puissant coup d'boule en plein dans le pif du bonhomme qui due alors reculer, laissant ainsi à notre pillarde le temps de rapidement choper un couteaux présent sur la surface en marbre gris, couteau qu'elle lui enfonça alors directement dans la gorge, fixant au passage ce fils de pute dans les yeux, avec un regard cruel, violent et brutal, tendis que le pauvre type lui ne quitta pas les yeux émeraude de la femme, recrachant de grosse gerbe de sang par la bouche et ce en poussant des gargarisme dégueulasse au passage et, comme pour être certaine de vraiment le faire souffrir, notre pillarde fit lentement tourner la lame du couteau dans la plaie, éclatant au passage tout là dedans, corde vocal, larynx, pharynx et pomme d'adam et ce dans une suite de bruit dégueulasse.


«étouffe toi avec ça... fils de pute. »


Une fois cela dit, elle laissa l'homme s'écrouler sur le sol comme une merde tandis qu'elle reprit légèrement son souffle en venant s'appuyer sur le mur, regardant son oeuvre avec le regard vide d'émotion, sa poitrine se levant et s'abaissant lourdement à cause de l’adrénaline.
avatar
Messages : 163
Date d'inscription : 02/06/2018
Crédit Avatar : ruby rose

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
La Hyène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Jeu 19 Juil - 5:28
le Passeur
Tu as l'occasion de regarder l'homme s'écrouler dans son propre sang avec ses derniers espoirs. Le pauvre type s'effondre donc avec la même lueur d'incompréhension dans le regard. Tu as remporté ton combat malgré tout mais doit abandonner l'idée de lui soustraire des informations puisqu'il n'est plus en état de raconter quoi que ce soit.

En réussissant un jet de perception, tu auras l'occasion de trouver sur lui un trousseau de clés : 2 modernes grises et une à l'allure antique avec un porte-clé industriel comportant une étiquette (Propriété de la mairie de Williston).
En réussissant un second jet de perception (qui seront donc jetés dans l'ordre respectif), tu trouveras aussi sur lui un petit mot de l'ancêtre qui habitait ici avec une adresse à Williston qui, si tu fais des recherches dans les documents du vieux, n'est pas l'adresse de la mairie.
Tu as également droit à un dé de loot pour fouiller son cadavre ensanglanté.
En espérant que tu réussisse au moins un de tes jets xD

À part ça, il n'y a pas grand chose d'autre à faire dans le coin, le RP touche à sa fin. On fera probablement un tour ou deux de plus si tu échoue tes jets. Sinon, tu auras une nouvelle destination et la hyène pourra prendre la poudre d'escampette en évitant les patrouilles militaires.

Je demande pour ce tour une réponse de 250 mots + 100 mots par jet de perception réussi.

Bon jeu!
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10 Ven 20 Juil - 5:19
Deborha Madrigal
Durant quelque seconde la Hyène observa silencieusement le jeune homme ce vider de son sang et ce sans la moindre once d’émission. Elle aurait pue avoir des remords mais non... Impossible pour elle de trouver le moindre petit sentiment de pitié... Elle en était à présent certaine, tuer des gens, c'était pas un crime en soi, c'était simplement naturel et innée pour l'être humain. Sans le savoir, elle avait franchie un cap en massacrant se type, un cap qu'elle n 'hésitera plus à franchir si l'occasion venait à se représenter une fois encore.

Toujours aussi calmement, la pillarde vint alors à s'approcher du cadavre de l'homme afin de farfouiller dans les poches de ce dernier, poches où la femme trouvât un petit bout de papier sur lequel était inscrit une adresse. Sur ce la femme tournât alors les talons afin de quitter la pièce, ramassant au passage sa hache qui était tombé au sol plus tôt avant de revenir dans le bureaux du vieux afin d’enquêter sur cette adresse, si ce type avait ça sur lui, c'est qu'il y avait forcement une raison. Après une petite trentaine de minutes de recherche, la jeune femme fini par trouver les informations qu'elle cherchait.

Une fois cela fait, la femme prit le temps une fois encore de faire le tour de la battisse à la recherche d'un éventuel dernier indice ou objet digne de valeur. Toujours très calmement donc la femme la pillarde retournât dans le bureau de l'homme après avoir fouillé dans sa chambre et, alors qu'elle déplaçait quelques cartons, elle vint à tomber sur un coffre contenant différentes choses (pour la plupart inutile) cependant elle fini par trouver à l'intérieur un gilet qui ressemblait à ceux que portait les CRS et les policier autrefois, une protections donc certes pas intégrale, mais qui suffirait amplement pour l'instant. La Hyène vint alors à enlever son trench afin de rapidement enfiler ce gilet pare-lame, ajustant au mieux ce dernier avant de remettre rapidement son trench pour ensuite finalement quitter cette endroit sans même ce retourner.

Il y a fort à parier que plus tard, le seul habitant de cette baraque serait cet homme qu'elle avait massacré qui, à présent était condamné à errer dans les couloir de ce taudis et ce jusqu'à ce que des monstres trouvent le moyen d'entrer dans la maison pour se faire un festin.
avatar
Messages : 163
Date d'inscription : 02/06/2018
Crédit Avatar : ruby rose

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
La Hyène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10
Contenu sponsorisé
[TERMINE][Mission fermée 1/3] No Country for old men - Deborha Madrigal 17/10
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [TERMINE] Mission spéciale "Fourbe Prospect"
» [Émission #1] Who's that voice ? - TERMINÉ
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Première mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Quartier est :: Aéroport international-
Sauter vers: