Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Mer 18 Juil - 1:06
Samson J. Clemens

Clemens Samson

36

Américaine

Lieutenant-Commander (Major) & Officier Mécanicien Principal - US Navy

Camp de Jericho

Alexander Skarsgård

La jeunesse (1981 - 1998)

Mes parents sont tombés sous le charme d’une magnifique propriété. Blottie contre le versant Est de l’une des montagnes Cascades, elle surplombe la charmante communauté de Leavenworth (WA). De là, ils pouvaient observer la vie tranquille de ses habitants, regarder les cimes vertes se bercer au gré du vent et suivre le trajet d’un mince cours d’eau. Et, il y avait cette odeur. Celle du vent qui souffle d’Ouest en Est. Caressant d’abord la vallée, il enchevêtre les odeurs de la ville à celle des masses de conifères. Roulant ensuite contre les montagnes, il se charge de fraîcheur jusqu’à retomber se mélanger au vent qui souffle d’Ouest en Est.

Il s’agit de l’endroit idéal pour fonder sa famille, n’est-ce pas? Ma mère était certainement de cet avis. Et mon père? Je n’en sais rien; le salopard a quitté la salle d’accouchement pour s’acheter des cigarettes et n’est jamais revenu. Ma pauvre mère a été dévastée, mais forte de tête, elle s’est rapidement ressaisie. Enfin (…) presque. Ce choc a constitué une étape décisive vers l’adoption d’une nouvelle résolution :  emmerder le sexe faible et arracher les testicules du prochain connard qui osera lui faire des avances. Il va sans dire qu’elle m’a élevée seule.

Et ça a été pour le mieux parce que ma mère est une femme géniale. Consciente que la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre, elle a lutté pour préserver son fils, pour l’empêcher de devenir comme son père. Elle savait que cet homme avait implanté en moi un égoïsme impossible à déraciner et que, par conséquent, elle devait me doter d’un jeu de freins et de contrepoids. Et, c’est précisément ce qu’elle a tenté de faire. De par son dévouement, elle m’a appris ce qu’était l’amour, la loyauté et l’empathie. Mais, soyons réalistes. L’égocentrisme est un trait de caractère marqué qui continuera à déteindre sur tous les aspects de ma vie. It’s woven into the fabric of my being, and there are no longer loose threads.

Les études - Une nouvelle direction (1998 – 2004)

Leavenworth est une jolie ville, mais quand la population locale compte trois fois plus de vaches que d’êtres humains, il y a de quoi s’ennuyer. Je mourrais d’envie d’élargir mes horizons : je voulais vivre la vie étudiante, découvrir les vices de la vie urbaine et explorer mon pays. Bref, je rêvais d’une vie à l’antipode de la mienne.

(…), mais j’étais cassé; sans le sou; fauché; pauvre! J’exagère un peu, mais à 18 ans, avec une mère perpétuellement célibataire et un emploi au salaire minimum, mes réserves étaient minces. J’avais tout juste assez pour me payer un mois de loyer et, peut-être, quelques boites de marconi au fromage. Cela dit, il y avait une solution. J’avais l’opportunité d’échanger 6 ans de ma vie contre une bonne éducation et la possibilité de voyager à travers le monde. Et, c’est ce que j’ai fait en rejoignant le programme d’ingénierie de la prestigieuse Académie Navale d’Annapolis.  Join the Navy, they said. See the world, they said. (70% water)

Tout a commencé au début de l’été 1998 lorsqu’un millier de jeunes recrues avaient étés rassemblées au Hall des Anciens pour recevoir leur numéro de matricule ainsi qu’une coupe de cheveux qui, soit dit en passant, n’était pas gratuite. Ne soyez pas naïfs, la gratuité n’existe pas lorsqu’on s’apprête à prêter serment à l’État capitaliste. Tout allait être retiré de notre paye : le prix de nos uniformes, de nos bottes, de notre nourriture, de nos quartiers (…) Notre paye qui, sans insister sur ce point, s’élevait à neuf-cent-cinquante maigres dollars par mois, et ce, sans risque d’augmentation avant six ans. À l’Académie, un jeune marin demeure Cadet jusqu’à sa graduation et seulement à ce moment est-il commandé Enseigne, un grade d’officier subalterne.

À l’Académie, chaque jour débutait précisément à l’heure 0500, lorsque les Cadets étaient rassemblés à coups de sifflet pour participer à un programme d’éducation physique rigoureux. Les cours magistraux se donnaient par la suite, mais heureusement pour nous, ils terminaient en milieu d’après-midi. Nous avions donc une bonne partie de la journée pour étudier et participer à des activités extracurriculaires. J’ai particulièrement apprécié le club d’aviron. Il s’agit d’un sport aérobique qui, sans surprise, cadrait bien avec le thème de l’académie. Les fins de semaine, quant à elles, étaient réservées pour des exercices opérationnels similaires à ceux de l’armée et, une fois de temps en temps, pour de rares permissions.

Pendant mon séjour à l’Académie, j’ai également eu le plaisir de rencontrer des gens inspirants. L’un d’entre eux était le Sergent John Murphy. L’armée avait invité le récipiendaire de la médaille d’honneur du congrès, la plus haute distinction militaire du pays, à nous parler de ses exploits. Mais le vieil homme n’en avait rien à faire. À la place, il opta pour nous parler de ses hommes avec une douloureuse sincérité. John souhaitait qu’un jour, nous aussi trouvions notre famille en cette institution… seulement, sans les circonstances tragiques de son service. À la fin de son discourt, j’ai eu la chance de lui serrer la main et, j’en ai profité pour lui demander si je pouvais lui écrire de temps en temps pendant mon service. Le vétéran accepta ma demande avec un grand sourire et tendit un bout de papier avec son adresse postale (parce que les réseaux sociaux n’avaient pas encore étés inventés et parce que les personnes âgées et la technologie ne font pas bon ménage).

USS Decatur – L’ingénieur (2004 – 2016)

J’ai commencé ma carrière à bord de l’USS Decatur, une frégate de classe Arleigh Burke. Et laissez-moi vous dire que mon initiation à la vie maritime n’était pas très glorieuse. Après quatre ans de génie mécanique et deux ans de spécialisation en aéronautique, la machine militaire m’avait assigné un poste de technicien en réparation d’électroménagers. Putain de merde! J’étais en colère et franchement insulté par ce flagrant gaspillage de mes compétences. Mais quel autre choix avais-je? (2004-2005)

J’ai ravalé mon amertume et j’ai travaillé jusqu’à ce qu’une ouverture se fasse dans l’équipe chargée de maintenir les systèmes d’armes du navire. Il s’agissait d’une belle récompense parce que, pendant les années qui ont suivies, j’ai eu l’occasion de travailler sur des pièces d’équipement à la fine pointe de la technologie; de les disséquer; de fouiller dans leurs entrailles et de me familiariser avec leurs mécanismes les plus intimes. J’aime croire que je faisais bien mon travail parce qu’en un rien de temps, j’ai été promu au rang de Lieutenant et chargé de ma propre petite équipe. Ce nouveau succès a renforcé ma position de leadership à l’intérieur du navire. Normalement, ça aurait été une bonne chose, mais je ne me sentais pas à la hauteur. Je n’avais aucun doute quant à mes qualités d’ingénieur mécanicien, mais il s’agissait de ma première expérience en tant que chef d’équipe. J’en ai fait mention à John dans une lettre et, sans surprise, le vieil instructeur s’est empressé de me porter conseil. (2005 – 2014)

J’ai dirigé cette équipe pendant neuf ans avant d’être promu de nouveau. Le lieutenant responsable du groupe motopropulseur devait quitter l’armée sous peu et, par conséquent, un ingénieur expérimenté devait être formé pour le remplacer. Et c’est là que j’entre en scène. En tant qu’officier mécanicien principal, j’étais le candidat parfait pour ce poste. Cela dit, quitter un département pour en rejoindre un autre ne faisait que changer le mal de place puisque je devrais, à mon tour, être remplacé. La solution proposée par mon Commandant était fort simple. J’allais être promu au grade de Lieutenant-Commander, mis en charge du département d’ingénierie au complet et, au même titre, devenir le second officier. Allais-je accepter cette offre? Bien sûr que oui! La perspective de faire appeler Commandant par les officiers subalternes avait de quoi caresser mon ego dans le sens du poil. (2005 – 2014)

Promouvoir l’avancement de sa carrière a certainement des bénéfices, mais au fil du temps, j’ai commencé à réaliser ce qu’il m’en coûtait. D’un côté, j’avais abandonné ma chère mère à Leavenworth. Et de l’autre, je me retrouvais seul. Je rêvais d’une petite fille (…) d’une femme (…) et d’une maison qui n’avait pas besoin d’être repeinte gris boussole tous les trente jours.

Apocalypse – Le début de la fin

Une certaine rivalité existe entre l’armée et la marine (…) mais je ne peux pas réellement les blâmer. Pendant qu’ils risquent leur vie dans le foyer de contamination qu’est New-York City, nous vaquons à nos occupations dans la sécurité relative de notre navire. Ça paraît mal, mais il faut comprendre que nous leur offrons un support logistique indispensable. En plus de leur fournir des munitions, du carburant et du personnel pour s’occuper des civils en zone sécurisée, nous mettons deux hélicoptères ainsi qu’une équipe médicale de haut calibre à leur disposition.

La situation, potentiellement gérable il y a quelques jours, dégénérait à un rythme effrayant. Chaque nouvelle victime représentait un vecteur d’infection supplémentaire. Et, plus la mort était récente, plus ils étaient dangereux. Je ne parle pas simplement de leur rapidité (…) et du fait qu’ils ne se reposent pas. Je parle de leur nombre. Quasi invulnérables, à moins de détruire leur cerveau, les masses de morts déferlaient sur les positions de l’armée plus rapidement que nous puissions les ravitailler en munition.  L’infection prenait de l’ampleur jour et nuit et les rangs s’amincissaient à vue d’œil. Non seulement une majorité des blessés succombaient à la fièvre, mais un nombre important de soldats quittaient simplement leur poste dans l’espoir de rejoindre leurs familles.

Apocalypse – Le Convoi pour Jéricho (destination finale)

Notre séjour à New-York se termina sur l’ordre de l’état-major. À toutes fins pratiques, la ville était tombée aux mains des infectés et nos efforts étaient requis ailleurs. Nos ordres étaient de rejoindre la côte du New-Hampshire et de livrer ce qui nous restait de munitions, de vivres et de fournitures médicales à un convoi qui avait pour destination Jéricho, au Vermont.

Alors que nous étions en route vers notre nouvelle destination, nous fûmes recontactés par l’état-major. Cette fois, ils nous sommaient de fournir trente-cinq hommes au convoi. C’est peu dire que l’idée ne me plaisait pas du tout. L’expertise du personnel marin ne s’étend qu’à l’ensemble du navire ; mon équipage se compose de spécialistes en communication, d’électriciens, de météorologues, de techniciens en cryptologie, de cuisiniers, de maîtres plongeurs (…) D’accord, ils sont soldats et, par conséquent, ont tous complété leur entrainement de base. Mais il reste que la grande majorité de mes hommes n’ont aucune expérience de terrain. Ce sont des marins, bon sang! Pas des marines! La plupart d’entre eux maîtrisent la serpillère mieux que leurs armes. Et je ne fais pas exception à la règle.

En tant que second officier, il m’incombait d’élire membres d’équipage qui devait m’accompagner jusqu’à Jéricho. Ainsi, j’ai demandé à ce que des volontaires se présentent sur le pont. Précisément soixante-trois hommes se sont alignés devant moi, mais je n’en choisis que trente-cinq. Certains faisaient partie du personnel essentiel et, par conséquent, ne pouvaient pas quitter le navire sans compromettre son opérabilité. Les autres, probablement en proie à la pression de groupe, semblaient terrifiés à l’idée de mettre le pied à terre. Et, dans notre intérêt, je ne comptais pas leur forcer la main.

Peu avant notre débarquement, j’ai permis à mes hommes une entorse au protocole.  Ils pouvaient, sous réserve de ne pas parler de leur mission, utiliser l’équipement de télécommunication ultramoderne du pont pour tenter de contacter leurs proches. Pour la plupart d’entre eux, il n'y eut aucune tonalité, mais lorsque ce fut mon tour, la chance me sourit(…)

À suivre.

Caractère

Malgré tous ses efforts, et parce que le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre, Samson grandit pour devenir, modérément, comme son père : egocentrique. Il s’agit d’un trait de caractère est marqué. Il influence donc ses qualités, ses défauts et ses choix.

Samson a toujours été quelqu’un de consciencieux, voire de sensible. Il s’intéresse autant aux subtilités d’un paysage, qu’à celles des gens qui l’entourent. Ce qu’ils disent, ce qu’ils font, ce qu’ils pensent. Mais n’est-il pas égocentrique ? Bien sûr. Il ne peut pas vivre sans savoir ce qu’on pense de lui. Il aime, entre autres, croire que ses hommes sont satisfaits par son leadership et qu’il a mérité ses avancements professionnels précoces.

Samson est un homme loyal. Du moins, s’il vous considère comme faisant partie de sa famille. Comme n’importe qui, il s’accroche aux gens qu’il aime. Mais si vous êtes distant… Ou incapable de vous lier à lui... Il n’aura aucun mal à retourner sa veste. Il aime sa mère, ses hommes et ses amis… sa famille.

Apparence Physique

Samson est un homme qui semble fait sur mesure pour son monde à deux facettes. Ingénieur, il a un regard vert qui inspire la confiance et figure d’autorité, il commande le respect de par sa stature imposante. Avec une taille d’un mètre quatre-vingt-quatorze et un poids de quatre-vingt-onze kilogrammes, on ne peut pas le qualifier de crevette. Cela dit, il n’a plus la forme de ses vingt ans… quoiqu’il compte la regagner (juste assez pour te distancer… juste assez pour que tu occupes les zombies).

Légèrement égocentrique, Samson préfère les habits qui mettent en valeur ses caractéristiques physiques. Malheureusement pour lui, la fin du monde ne rend pas cela toujours possible. Ainsi, comme la plupart des survivants, on le verra vêtu de façon utilitaire. Par temps chaud, il portera un t-shirt ou un débardeur qu’il agencera, si possible, avec une paire de pantalons cargo. Et, par temps froid, il portera son manteau militaire. Cela dit, s’il est en service, Samson préfère porter son uniforme. Il trouve que la couleur (bleu, blanc et gris) lui va bien et, soit dit en passant, pense que son grade a une certaine fonction administrative dans l’organisme hiérarchique qu’est l’armée.

Résumé :
-Yeux verts
-Chevelure châtaine tirant sur le brun
-1m 94
-91 Kg

Autre

• À défaut de pouvoir pratiquer son sport (aviron), Samson essaie de garder la forme en parcourant de longues distances.
• Préfère les brunes aux blondes.
• Sait se défendre... mieux qu'une fillette
• A la main de l'artiste (sait jouer de la guitare et dessine relativement bien).
• A un profond dédain pour les serpents… et les chats sans poil.

- AR-15 [20] [20]
- Beretta 92 [15]
- Couteau de Combat
- Sac à dos militaire
- Sac de couchage
- Talkie-walkie
- Gourde
- 2x Ration Comestible
- Protections militaires (genoux + torse + coudes + casque)
- 2 équipement militaire (Jumelles et Outils Militaire de type multi-tool)

3 Objets Personnels:
- Un téléphone intelligent pour ses photos...
- Atlas routier des USA
- Lampe de poche en plastique

Marmotte

26

avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 08/07/2018
Crédit Avatar : MOI et le Google

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Mer 18 Juil - 1:27
le Passeur
Salut salut! Déjà bienvenue officiellement!

Je vais commencer par une note à Kali, on a discuté en privé des prérequis et il s'avère que Samson est plus un marin qu'un militaire au même titre que Lorraine est une pilote, j'ai donc fait sauter les prérequis de combat. Smile

Second point : j'ai remarqué que tu avais pris 3 armes (AR15, Beretta et couteau), normalement, tu ne peux pas mais tbh, étant donné que tu as choisi un AR15 en ayant à disposition 3000 crédits, ça ne me choque pas et c'est vrai que je n'avais jamais fait le rapprochement mais le couteau fait partie du packetage de base. Je suis donc en train d'éditer le barda de départ live histoire d'ajuster ça de manière plus logique (le système est toujours plus ou moins en phase de test Wink )

À part ça, c'est pour ce que j'ai vu nickel, la description de ton personnage est très intéressante. Je connaissais les grandes lignes de l'histoire mais tu as rajouté un paragraphe bien sympathique à la fin donc je vais te relire une seconde fois histoire d'être bien au courant de tout avant ta validation Wink

Sinon tout est nickel, je te validerai après avoir relu ton histoire et que Kali m'ait donné son avis mais tout me semble bon Wink J'ai bien ris en voyant un type comme ça se trimballer des objets pas forcément persos mais considérés comme tels par l'armée, pas de photo de sa maman donc Razz

Je te reviens dans quelques heures
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Mer 18 Juil - 6:33
Kali Dourga
Muahahaha j'adore ta fiche ... Surtout les objet perso comme le dit Passeur. Mais voila une fiche ultra complète qui amène un perso avec pas mal de perspective intéressante

Alors parce que Passeur en a discuter avec toi et a valide je ne dirais donc rien sur les compétence de combat pour un militaire. donc je en dirais rien.

Pour les armes moi ça me paraissait logique dès le départ. Le couteau surtout pour un marin le AR15 aurait pu tomber si il avait fallut faire un choix car dans les coursive d'un navire je pense que un marin est pus a l'aise avec un couteau qu'avec un AR15. Mais ce n'est qu'un avis perso, donc opportuniste d'avoir ses trois arme la pour moi est juste entièrement logique donc j'aurais validé

Voila pour ce que je pense Passeur pour moi c'est entièrement OK

Bon jeu a toi Samson et bienvenue parmi les survivants
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 17/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Mer 18 Juil - 8:25
John Murphy
Bienvenue marin d'eau douce de mes deux! Ça fait plaisir de voir un autre qui en à une paire.
avatar
Messages : 215
Date d'inscription : 14/06/2018
Crédit Avatar : Elana

Feuille de personnage
Vie:
25/50  (25/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Mer 18 Juil - 8:29
Jessica Adams
c'est vrai qu'a part une petite poignée des homme il y en a peu y a plus oestrogène par ici

Un marin sur la terre ferme ça va pas etre trop compliquer sans le roulis du navire ?

Bienvenue parmi les survivants en tout cas Smile

avatar
Messages : 232
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
95/100  (95/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Mer 18 Juil - 9:21
Charlie Murphy
Welcome chummy!
avatar
Messages : 173
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone Jeu 19 Juil - 5:05
le Passeur
Te voilà donc validée! La prochaine étape est de faire ton journal de bord dans la section qui t'es attribuée et dont tu es responsable Ici

Ce journal de bord doit contenir trois éléments impératifs (les formulaire sont ici):
- Un historique de tes RP dont un formulaire est à disposition pour faire quelque chose d'agréable facilement
- Un répertoire des liens qu'entretient ton personnage. Un formulaire est également disponible.
- Un sujet impérativement séparé du reste où tu vas pouvoir lancer les dés. Le fonctionnement des dés est indiqué dans la section du système de jeu.

Bon courage pour la dernière forme de paperasse avant de pouvoir enfin te lancer en jeu!
Bon jeu! Smile Et bienvenue à nouveau!
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone
Contenu sponsorisé
Samson J. Clemens - Act like you expect to get into the end zone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 02. Didn't expect to meet you there...
» Présentation de Kelya Samson [Validée]
» Le Mythe de Samson | [U.C.]
» Les opérations de l’Onu à Cité Soleil qualifiées de génocide
» cheveux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Safepoint (HRP) :: Le registre :: Validés-
Sauter vers: