Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Jeu 2 Aoû - 18:43
Kali Dourga
Richard a fait remarquer qu’on était bientôt fin octobre et que les températures allaient probablement bientôt chuter. Il s’est inquiéter des réserves de couverture, de bois, et de médicaments. Mais il a aussi remis le couvert à propos des vivre. Venant même à s’emporter quand l’un a dit qu’on aviserait en temps voulut quitte à envoyer certain chasser. Ric même si il n’en pense pas moins veux être certain qu’il y aurait assez.
Même si c’est les sorties habituelles pour tous : ramener un maximum de chose intéressante et vitale au Vieux Marché. Quelques petits groupes se forment et partent au fur et à mesure. Votre groupe est composé de Teofil Piotrowsky, de Jamie Matheson, de Coleen Jones, de Matthew Fergus, et d’Angus Attaway.

Votre équipée vous mène dans les quartiers sud de Burlingon, les beaux quartiers. Les fouilles sont peu glorieuse car les maisons sont piller ou celle qui ne le sont pas ont été vidée par leurs propriétaires des vivres et autres éléments voulut.

Durant votre périple vous êtes soudain pris sous une pluie importante et battante. Vous tenter de rejoindre la voiture que vous avez prise pour venir jusqu’ici. C’est le moment que choisissent deux camionnettes taguées de symbole de crane et autres, avec des hommes dedans. Des hommes peu recommandable si on en juge par le fait qu’ils tentent d’abattre Matthew alors qu’il cherche à rentrer dans la voiture. Heureusement Angus parvient a le tirer à l’intérieur et Coleen demarre.

-Angus : « Colleen arrete toi on a oublie Teo et Jamie »
-Coleen : « Si je m’arrete on est mort ils rejoindront a pied »

Les deux ont dut crier pour s’entendre entre les tirs et Matthew qui criait de douleur atteint d’une balle dans le bras.
Les camionnettes s’arrêtent et les hommes sorte pour rejoindre les maisons et vous chercher car il ont entendu Angus et Collen parler de vous.

---------------------------
Information :
1 - il y a 6 pillards arme d’arme a feu pour 3 d’entre eux. Arme blanche tranchante et contondante.
2 – Il y a des groupe de zombie pas loin de vous dans les rue adjacente nul doute que le bruit les a reveiller et va les diriger sur vos positions

ordre de poste
Jamie
Teofil
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 17/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Ven 3 Aoû - 5:26
Jamie Matheson
Jamie ignorait si elle en voulait plus aux pillards ou aux deux trous du cul qui conduisaient la voiture et s'éloignaient à vive allure de leur lieu de récolte. Sérieusement, laisser des copains derrière ? Parce que, peut-être qu'à deux et à pieds, ils allaient mieux s'en sortir qu'à quatre et demi (Matthew étant en trop mauvais état pour compter pour un) et une bagnole ? Elle espérait aussi qu'aucune artère n'était touchée chez le pauvre Matthew, parce qu'elle doutait très fortement des capacités médicales de Coleen et Angus ; déjà elle était bonne à rien, mais ces deux là, vu le domaine, pourraient à la limite mettre un petit pansement sur la blessure et faire un bijou magique. Putain ! S'ils croyaient qu'enlever une balle c'était comme dans les films ! Ces saloperies faisaient des éclats partout, s'écrasaient contre les os, infectait le sang !
La course effrénée de la jeune femme pour entrer dans le véhicule est stoppée net, et elle attrape le bras de Téo avant de se remettre à courir, mais dans une autre direction... Depuis laquelle des bruits de zombie sortaient. Évidemment. Jamie gémit, et bifurqua, toujours en embarquant Téo. Paniquée comme elle était, elle ne se rendait même pas compte qu'elle lui serrait le poignet et le tirait avec elle. Jamie vit une porte entrouverte, et s'engouffra dans la maison, au mépris des règles élémentaires de sécurité. Elle claqua la porte derrière elle, lâcha Téo, et s'arrêta, mains sur les genoux, le souffle court.


    - Bordel de merde.

Se rendant compte de la connerie pas possible qu'elle venait de faire, elle se redressa et observa le couloir, dressant l'oreille pour tenter de savoir si la maison était vide. Au-delà de ça, ils avaient en plus deux fourgons plein de crétins armés jusqu'aux dents à leurs trousses, et qui avaient peut-être vu par où ils étaient entré. Heureusement, la pluie étouffait les bruits.
Jamie se déplaça jusqu'à une fenêtre, dont elle entrouvrit doucement le rideau. Dehors, les hommes – et les femmes, il y en avait aussi dans le groupe apparemment – s'étaient extraits des fourgons et avaient commencé à ratisser l'endroit. Ça n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne les trouvent, ils ne pouvaient pas rester là...
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Ven 3 Aoû - 11:57
Teofil Piotrowski
La jeune femme le trainait à travers la rue. Il n’avait pas eu le temps de comprendre et de voir quoique ce soit. Elle l’entrainait au fil de sa pensée pour échapper à un danger certain. Jamie pénétra dans une maison après avoir pas mal bifurqué à travers les allées et les demeures. Durant le court laps de temps ou elle reprenait son souffle. Le polonais observa le couloir. Il n’y avait pas grand-chose. Mais le claquement de porte derrière eux risquait soit d’attirer leur poursuivant soit d »éveillé un revenant dans la maison, ou au abord de celle-ci. Cela dit les tirs de tout à l’heure avait probablement rameuté la moitié du quartier à la fête. Le catamount d’Europe de l’est avisa une commode. Il entreprit de la pousser vers la porte afin de la bloquer de leur poursuivant. Hélas ce faisant il avait conscience qu’il condamnait  cette sortie par la même occasion. Mais s’était plus sûr que de se retrouver nez à nez avec leur poursuivant vivants et armés.

L’ex capitaine adjoint ramassa sa crosse de hockey et son sac et commença à avancer à travers le couloir. Il remarqua la réaction de Jamie et s’approcha d’elle. Il ne put malheureusement que constater le triste destin qui se profilait. Il posa alors sa main sur l’épaule de Jamie en souriant pour se montrer un minimum rassurant.


Teofil – « Allez vient on ne peut pas rester là. Trouvons d’abord un endroit un peu plus sécurisé pour nous reposer. On avisera de la manière d’agir ensuite. »

Le Jeune homme sorti de la pièce, et repris son avancée dans le couloir. Au bout de celui-ci point de porte vers l’extérieur mais un escalier. Il entreprit de monter les marches en essayent de faire le moins de bruit possible, afin de ne pas attirer l’attention d’un être à l’étage, vivant ou mort. Mais il le faisait aussi pour en pas que ses pas claque contre les marche et n’attise l’ouïe des pillard à l’extérieur. Heureusement pour Jamie et lui ceux-ci était trop préoccuper à se parler pour savoir si on les avait aperçu. Les pièces de l’étage n’avait visiblement pas d’habitant et il y avait dans l’une d’elle un petit balcon qui pourrait permettre au hockeyeur et a sa camarade d’infortune de se glisser en bas. Fouiller cette demeure était la dernière chose qui importait a Teofil. La sécurité de Jamie lui était plus importante de même que de savoir si les trois autres avaient pu s’en sortir. Regardant par la fenêtre du balcon, il constata que les pirates de la route n’étaient pas là. Il avait donc la possibilité de sortir pour rejoindre un autre endroit. Plus sûr. Enfin pour le moment.il en avertit Sa comparse de son acces chantant d’Europe de l’est.

Teofil – « je ne voie personnes dans la rue juste deux ou trois revenants. Je te propose qu’on tente notre chance. Je vais descendre le premier. Comme ça si besoin je t’aiderais. Je te propose qu’on rejoigne cette maison, là-bas de l’autre cote du petit parc. Elle a l’air sur et visiblement il y a un accès au toit donc si besoin ou pourra partir par les hauteurs »

Teofil pris une profonde inspiration comme lorsqu’il montait sur la glace. Laissant à Jamie son sac et sa crosse, il enjamba la balustrade du balcon. Ensuite se laissa pendre dans le vide avant de se lâcher. Une roulade rapide au sol lui permis d’atténuer le choc de la chute. Il se rendit contre une voiture et se planqua derrière celle-ci. Apres avoir vérifié que personne ne venait vers lui, il revint vers le balcon et fit signe a sa camarade de sortie de lui envoyer ses affaires puis de descendre.
avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Lun 6 Aoû - 10:27
Jamie Matheson
Jamie hocha la tête en sentant la main de Téo sur son épaule. Elle eut un pâle sourire, mais fut rassurée de savoir qu’elle n’était pas seule dans cette galère. Dites, pourquoi c’est toujours le médic qui est séparé du groupe ? Ça n’a pas de sens ces histoires…

S’éloignant de la fenêtre, presque à regret – reflet du voyeurisme morbide pour la fin qui approchait inéluctablement – elle suivit Jamie dans les escaliers, marchant avec toute la finesse dont elle était capable ; c’est à dire un peu, mais pas tant que ça.

L’étage semblait vide, et Jamie renifla en voyant l’immonde décoration à base de petits dauphins et chatons en porcelaine, certains, comble du mauvais goût, étant même parsemés de petites paillettes multicolores. Yurk. Il n’y avait probablement plus rien d’intéressant ici – et de toute façon, la plupart des choses intéressantes étaient dans la cuisine dans les maisons, que ça soit les conserves ou bien les trousses de secours. Dans les chambres, à part des fringues à la mauvaise taille, on ne trouvait pas grand-chose. Peut-être un bonnet ou des gants, c’était le mieux qu’ils pouvaient espérer. Ou peut-être du dentifrice si la salle de bain était à l’étage. Mais ils n’en avaient pas le temps de toute façon.

Téofil avait déjà repéré un balcon, et constaté que ça serait là leur porte de sortie. C’était mieux que rien ? Jamie le rejoignit rapidement, attrapant les affaires du jeune homme. Elle même n’avait qu’un simple sac à dos, et un petit couteau dans sa poche, rien de bien folichon. La jeune femme, le voyant sauter, ferma les yeux quelques microsecondes. Elle n’avait pas le vertige… En tout cas pas en temps normal. Là, si elle se réceptionnait mal
*Aller, ça n’est que le premier étage* elle allait se blesser *c’est pas haut, t’as fait des chutes d’arbres plus hautes que ça* et elle serait à la merci des pillards *tu peux y arriver, regarde Téo* et elle savait que s’ils avaient visé pour tuer quand il s’agissait de Matthew, il n’en serait probablement pas de même pour elle. Dieu qu’elle détestait les hommes.

Attendant que Téofil confirme que la voie était libre, elle lui renvoya ses affaires, et enjamba la balustrade. Alors que la jeune femme se retournait, elle entendit des coups sourds venant de la porte d’entrée, fort heureusement bloquée par la commode. Jetant un regard paniqué vers le sol, elle faillit lâcher la rambarde, et vacilla un instant, avant de se reprendre. Elle avait du temps, ils avaient compris qu’ils étaient à l’intérieur, mais le temps qu’ils fassent sauter la porte… S’ils n’essayaient pas de passer par l’arrière évidemment.

Minutieusement, Jamie souffla et se baissa, attrapant le bord bas de la rambarde, puis se mis à genoux. Elle laissa pendre une de ses jambes, puis dans une expiration – l’attente ne faisant que renforcer le stress – l’autre. Inspiration. Lâche ses mains, ferme les yeux. Se réceptionne en pliant les genoux. Tout va bien. Elle se releva rapidement, et se tourna vers Téofil, hochant la tête rapidement.



    - Ils ont trouvé la baraque. On y va.


Se remettant à courir, en évitant de trop attirer l’attention des zombies – histoire que l’attroupement ne donne pas leur nouvelle position à leurs poursuivants bel et bien vivants – elle traversa le parc, songeant un instant en voyant les balançoires et toboggans abandonnés au décalage entre la grisaille actuelle et la joie qui il y a encore quelques semaines devait emplir les lieux.

Merde. La porte était verrouillée. Qui était le crétin qui partait de chez lui en verrouillant, alors que ça pouvait servir de refuge ? Il s’attendait à quoi, à retrouver ses affaires et sa petite vie dans deux mois ? Elle grogna… A moins qu’il se soit enfermé de l’intérieur ? Ce qui pouvait poser problème d’un autre point de vue…

Sans un remord, Jamie ouvrit l’un des volets, attrapa une pierre, et brisa une vitre en la tapant avec. Le tintement la fit grimacer, mais elle ne se préoccupa pas plus de ça du bruit. Elle ouvrit la fenêtre, et se faufila à l’intérieur, vérifiant si Téofil la suivait. Une fois les deux dans la maison, elle referma les volets, et lâcha un soupir.



    - Bon, soit le mec a tout verrouillé avant de partir, soit il est encore là… Il faut qu’on fasse un tour je pense, histoire d’éviter les mauvaises surprises. Ceci dit, si c’est verrouillé, il y a peut-être des trucs à récupérer...


Et là, normalement, ils avaient moins de chance d’être repérés : une fois sortis de la maison précédente, ils avaient tellement d’options pour s’enfuir que le temps que les pillards pensent à celle ci, ils seraient probablement loin. Probablement étant le mot clef ici...
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Lun 6 Aoû - 18:26
Teofil Piotrowski
Alors que la jeune femme prend soin de vérifier la demeure afin de trouver une entrée, Teofil montait la garde. Le jeune homme sursauta lorsque la vitre éclata. Regardant rapidement alentour si personne n’arrivait, il se jeta à la suite de la blonde. Laquelle referma rapidement les volets afin de camoufler leur intrusion. Se ramassant sur lui-même le catamount scruta la pièce et s’avança vers la double porte qui semblait donner dans le couloir. La pièce où il se trouvait devait être une salle a mangée. La demeure qu’avait choisie le polonais était une maison avec un certain standing. Si l’on en juge par le coté à la fois moderne, et luxueux de la maison. La pièce dans laquelle, ils se trouvaient, était vide sinon les meubles. Celle-ci donnait sur une autre porte. Probablement la cuisine, se disait le polonais. Mais l’important comme l’avais dit Jamie était de vérifier la présence de personne dans la maison. Aussi le plus simple pour avoir une vue d’ensemble était de rejoindre le hall par lequel il aurait dut entrer. Ainsi ils auraient une vue de la maison. Toutefois ce genre d’intervention risquait de les exposer si on les attendait à l’étage ou dans la pièce en face. Se retournant le jeune homme d’Europe de l’Est avisa sa partenaire d’infortune. Elle était bien plus précieuse que lui. Certes depuis qu’ils avaient trouvé refuge au Vieux Marché c’est lui qui avait pris un peu les choses en main afin d’éviter les foudres de Richard. Téofil l’avait fait d’instinct. Au détriment d’une interview musclée entre les deux hommes. Même si celle-ci avait été à sens unique. Le catamount polonais refusant de rendre les coups. Aujourd’hui Jamie et lui se retrouvait un piéger dans une demeure. Mais la jeune femme avait un atout que lui n’avait pas. Elle était la médicastre du vieux marché. Elle avait donc une importance tout particulière. En bon chef d’équipe, il poussa lentement la double porte pour observer le hall. Celui-ci était vide. En tout cas de ce qu’il en avait rapidement vu. Il rejoignit la jeune femme et lui indiqua son idée.

Téofil – « Pour le moment le hall et cette pièce semble sans danger. Je te propose qu’on fouille les autres pièces du rez-de-chaussée, puis on passe à l’étage. On fouillera une fois certain que on a un peu de temps devant nous et qu’on est tranquille. »

Le jeune homme lui sourit a nouveau cherchant comme toujours à être rassurant. Quand elle fut pête il prit la direction de l’autre porte. Il fit alors comme dans les films d’action vu au cinéma. Film dont il avait été friand à une époque. Il indiqua a Jamie de se tenir derrière lui contre le mur. Puis il entrouvrit la porte lentement. Avec sa fidèle crosse de hockey il poussa celle-ci. Le polonais ne s’était pas trompé, il s’agissait bien d’une cuisine. Il allait se penche pour regarder ce qu’il y avait lorsqu’un mort-vivant se précipita par la porte lui faisant faire par reflexe un bond de côté. Lorsque la goule prit conscience de leur présence et se jeta sur eux. Téo lui asséna un violent coup de crosse a la nuque faisant craquer sourdement les vertèbres et projetant la créature d’outre-tombe contre la porte. Un rapide coup d’œil à sa camarade et il se plaça entre elle et le monstre qui revenait a la charge. Cette fois il ne put frapper. Pris de court l’ex hockeyeur ne put que maintenir le mort vivant a distance son stick de hockey sous la gorge de son assaillant. Il dut puisez dans ses force pour le repoussez et l’écraser contre le mur. Le maintenant a bout de bras pour ne pas qu’il puisse mordre ni se dégager. Le polonais espérait ainsi que sa partenaire trouve une solution pour se défaire de ce jeune femme d’à peu près leur âge qui il y a probablement encore deux mois devait batifolée avec ses copines et son fiancé.
Lorsque les efforts conjoints de Jamie et de Téofil portèrent leur fruit rendant inexistant toute étincelle de non-vie chez leur agresseur. Le catamount polonais se laissa glisser le long du mur pour reprendre son souffle. L’air de rien s’était éprouvant comme activité, autant que de soulevé de la fonte pour garder la forme et une certaine endurance pour les matches de hockey. Un petit regard pour sa partenaire.


Teofil – « Ca va tu n’as rien ? »
avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Jeu 9 Aoû - 18:31
Jamie Matheson
Jamie, sur ses gardes, observa Téofil ouvrir la porte qui menait au hall. Elle s’en voulait d’être si peu armée, et de compter sur les autres pour sa sécurité. Heureusement, rien à signaler pour l’instant. L’idée du jeune homme était plutôt bonne : ils n’allaient pas commencer à faire du bruit en fouillant alors qu’ils ignoraient s’ils étaient tranquilles ou non à l’intérieur de la maison. Ils se dirigèrent donc vers l’autre porte, et se mirent position…
Leur prudence n’était pas volée, un zombie ayant été coincé dans ce qui semblait être la cuisine. Il se rua sur Téofil, plus bruyant – et visible – des deux comparses, qui réussit magistralement à le retenir. Ou la retenir, d’ailleurs, puisque la putréfiée semblait avoir été une femme il y un temps. Aujourd’hui, elle n’était plus grand-chose, la malheureuse. Juste une créature gémissante, dénuée de toute réflexion, qui comptait boulotter ses semblables. Jamie se demandait cependant ce qu’elle foutait là toute seule – si elle était toute seule, il y avait encore l’étage. Comment était-elle morte ? Pendant l’altercation, Jamie avait repéré à l’une de ses mains un poing américain ; altercation au sein d’une maisonnée ? Agression ?
Ceci dit, ça n’était peut-être pas le meilleur moment pour se poser ce genre de questions. Aussi, voyant la mauvaise posture de Téofil, la jeune femme utilisa la seule méthode efficace au vu de l’arme qu’elle se trimballait, à savoir,
une bonne vieille brochette de cerveau. Heureusement obnubilée par Téo, la créature ne vit pas Jamie se glisser vers elle, lame résolument coincée dans son poing. Elle ne vit pas non plus la jeune femme armer son coup, ni le couteau se planter dans tempe. Et puis elle ne vit plus rien du tout.

C’était bon, pour cette fois. Téofil avait l’air épuisé, mais pas blessé. Elle leva un pouce vers le haut et sourit pour répondre à sa question. Elle avait à peine été au corps à corps du zombie en même temps, elle ne risquait pas d’être blessée. Se rapprochant de son ami, Jamie s’accroupit et posa sa main sur un des genoux de celui-ci.


    - Et toi ? Tout va bien ? Ménage toi un peu, et fais attention à toi… Ca serait dommage que tu ne rentres pas en un seul morceau… Je suis sûre que Jessica ne me laisserait pas entière non plus si ça arrivait.

Elle se releva, et se rendit près du cadavre. Avec une moue de dégoût, elle dégagea le poing américain, et se rua vers la cuisine pour le nettoyer. Une fois les chairs putréfiées et l’odeur ôtées, c’était plutôt stylé… Pas trop contre des zombies, mais au moins contre les pillards dehors. Mieux que rien en tout cas.
Jamie revint à côté de Téofil.


    - Ca va mieux ? On peut encore se reposer un peu, je pense qu’on est pas pressés… Enfin, pas trop...

Jamie décida de reprendre un peu l’exploration, et s’aventura dans le hall du bâtiment. Elle jeta un œil par le judas. Rien dans son champ de vision. Haussant les épaules, elle commença à gravir les marches vers l’étage, avec sur sa main droite son nouveau jouet, et entre ses doigts sa lame. Déglutissant, ne faisant pas trop la fière, la jeune femme poussa doucement la porte à la gauche des escaliers ; il s’agissait d’une chambre, vide en apparence. La salle de bain du fond avait sa porte ouverte, et semblait elle aussi déserte.
Faisant demi-tour, la jeune femme ouvrit l’autre porte la plus proche… Et lâcha un cri mêlant surprise, peur et dégoût. Il s’agissait aussi d’une chambre, mais munie d’un lit simple, dont la couette indiquait clairement qu’il était occupé. Vu la taille, probablement un enfant. Cependant, la tête qui dépassait des draps, et qui aurait dû être paisiblement endormi, avait été éclatée. Des morceaux d’os s’étaient incrustés tout autour sur l’oreiller, des taches de sang maculaient la tête de lit et les murs. Jamie referma la porte en la claquant, sa main gauche contre sa bouche. Les larmes aux yeux, la jeune femme recula jusqu’à se trouver dos au mur. Attrapant l’arme qu’elle avait toujours à sa main, elle la jeta par terre d’un geste de dégoût…

loot:
 
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Ven 10 Aoû - 14:11
Teofil Piotrowski
Un cri à l’étage le fit se relevé. Le polonais ramassa sa crosse de hockey, devenue son arme de prédilection, et laissa son sac sur place. Il s’en voulut d’avoir laissé à Jamie la responsabilité de faire le tour de la maison le temps pour lui de reprendre son souffle. Hélas il n’était pas infaillible. Comme bien des hommes qui endosse un rôle important il donnait de la tête a tout vas et faisait profiter de sa carrure aussi pour aider au dans le bâtiment de refuge. Mais il ne prenait que peu de temps pour lui, peu de temps pour se reposer et se détendre. Jamie avait fait allusion à Jessica, c’est vrai que la belle blonde tatouer lui procurait un peu de bien-être. Mais pas de repos. Il était encore plus aux aguets en sa présence. Vu que la première fois il avait été fautif lors de la première grosse sortie de groupe. Ce n’était pas vraiment du repos donc. L’ex sportif universitaire se rua dans le hall et grimpa quatre à quatre les marches. Inquiet le Catamount trouva Jamie appuyée contre un mur les larmes aux yeux avec une expression terrorisée. Mais physiquement elle semblait allez bien. Il prit le parti de pousser la porte de la petite chambre pour voir si ce n’était pas un autre monstre qui avait mis sa partenaire dans un tel état. On ne sait jamais sur quoi on va tomber. La scène qui s’offrit à son regard lui arracha un haut le cœur. Il faisait pourtant souvent des sorties. Pour éviter d’être trop en présence de Ric. Des raisons de vomir ou d’être mal à l’aise il commençait à en avoir. Mais cette fois s’était différent. En reculant, il marcha sur un objet de métal. Teofil le ramassa, une arme de contact, le genre d’arme prisée par les bagarreurs de rue. Il ne comprit pas trop pourquoi elle se trouvait là. Puis lui revient les quelques minutes qui avait eu lieu pendant qu’il reprenait son souffle. C’est là que la pièce tomba. Il comprit pourquoi sa partenaire avait jeté sa nouvelle arme. Il attrapa Jamie dans ses bars et la serra contre lui pour la réconforter.

TéofilRespire Jamie. Ca va passer. Désolé de t’avoir laissé prendre les devants et avoir vu ça. Si t’as besoin de craquer vas-y.

Ses propos, que son accent chantant de l’est avaient posés, étaient maladroits. Mais le polonais avait tenté comme il pouvait de réconforter la blonde avec qui il faisait équipe. En général il savait trouver les mots. Mais là, il était lui-même un peu pris au dépourvut. Il l’emmena alors en bas dans un salon. La laissant dans un des fauteuils afin qu’elle reprenne un peu ses esprit. Il commença à fouiller les armoires à la recherche de quelque chose de fort. Il trouva dans une des armoires un reste de bar. Dans celui-ci il y avait une bouteille de schnaps. Surpris de voir ça ici. Téofil eut un petit sourire sur son visage. Il ouvrit la bouteille et en huma son contenant. Il l’éloigna rapidement prit par els vapeur d’alcool. S’était bien ça. Il prit alors deux verres dans la même armoire qu’il rinça en vidant l’alcool dedans à ras-bord, avant de le jeter. Puis il les remplis raisonnablement et s’accroupit devant Jamie et lui tendit un des deux verres.

Téofil – « Tiens, bois ceci, ça va te faire du bien. »

Lui-même but une bonne gorgée du verre qu’il venait de se servir. L’alcool lui chauffa le gosier, tuant, par son coté fort, l’image de dégout qui s’était gravée dans son esprit en pénétrant un peu plus tôt dans la chambre pour comprendre ce qui avait mis dans cet état sa camarade. Il alla chercher son sac et l’arme de contact de Jamie qu’il glissa dans sa poche pour le moment. Quand elle irait mieux il la lui rendrait. Elle avait peut-être raison tout à l’heure en disant qu’il fallait qu’il se ménage. Prendre un moment de repos ne serait pas du luxe. Mais le polonais ne voulait pas trop s’attarder. Il fallait que sa partenaire reste en vie. Le Catamount revient dans le salon et s’installa en face de Jamie.

Téofil – « Ça va mieux ? Tu sais ta proposition de tout à l’heure est valable pour toi aussi si tu souhaites qu’on se pose un peu, on peut le faire. Tu sais tout à l’heure alors que je reprenais mon souffle tu m’as dit que Jess t’en voudrait si je ne revenais pas entier. Je crois sans vouloir être pessimiste que je ne suis qu’un simple flirt pour elle. Une façon pour elle de trouver un réconfort. Mais je doute sérieusement qu’elle ressente quelque chose pour moi. »

L’ex hockeyeur embarqua dans son sac la bouteille de schnaps. Ça pouvait toujours servir pour plus tard. Il attendit un instant avant de se relever. Il avait repris son souffle et était prêt à repartir à l’aventure. Il faut dire que étant très sportif il avait une bonne récupération. Tendant la main à sa co-équipière pour l’aider à se relevée. Il lui sourit bienveillant.

Téofil – « Prête pour une fouille du lieu ? Ou tu préfères qu’on quitte l’endroit et qu’on fasse une fouille ailleurs ? »

Des bruits de tirs et des cris à l’extérieur attirèrent son attention. Le blond aux yeux bleu rejoignit la fenêtre et observa la rue. De l’autre côté du parc les survivant qui les avait pris en chasse était au prise avec des goules. Visiblement l’un d’eux avait été mordu. Mais en tout cas cela s’agitait de l’autre côté du parc. Il se tourna alors vers Jamie attendant sa réponse. L’avantage de cette maison était qu’avec les volets fermés, et la porte close de l’intérieur, ils les entendraient essayer d’entrer. Cela leur permettrait de pouvoir se ruer sur le toit et de fuir par-là s’ils décidaient de rester fouiller la maison. Sinon il fallait partir maintenant.

Jets de dé:
 



avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Mar 14 Aoû - 5:20
Jamie Matheson
Refugiée dans les bras de Téofil, Jamie essayait de reprendre contenance. Elle leva les yeux vers lui et balbutia :

    - C’est pas ta faute… Tu n’as pas besoin de t’excuser…

Elle n’était pas en état de se justifier plus que ça pour l’instant, mais ça l’embêtait un peu que Téofil se sente responsable d’elle à ce point. Elle pouvait se débrouiller seule, et n’avait pas besoin d’un chaperon ; ce qu’elle avait vu, c’était ignoble, quel que soit l’observateur en face.
Elle se laissa mener jusqu’au rez-de-chaussée – n’ayant pas le courage de protester car ils n’avaient pas fini de vérifier l’étage – et s’installa dans un des fauteuils. Le goût de l’alcool dans sa gorge la fit toussoter, mais elle finit son verre très rapidement. Dans son esprit, le plus tôt ils repartaient, le mieux ce serait ; elle n’avait guère envie de jouer au jeu du chat et de la souris plus longtemps avec des pillards mal dégrossis.


    - Ça va, merci. Tu en as fait plus que moi pour l’instant, et je tiens le coup. Elle hésita un instant, était-ce vraiment le moment de parler relations humaines et sentiments ? Mais y avait-il de toute façon un bon moment ? Rome ne s’est pas fait en un jour… Ca fait moins d’un mois qu’on est coincés ensemble, et c’est pas parce qu’une relation a commencé sur des bases purement physiques qu’elle ne peut pas évoluer. Vous ne vous connaissez pas depuis si longtemps que ça, vous avez le temps de vous apprivoiser.

Enfin, elle disait ça, mais il était fort possible que Téofil se fiche totalement que Jessica ressente quoi que ce soit pour elle. Peut-être que pour lui aussi il ne s’agissait que d’un pis aller ? Ils étaient nombreux dans le vieux marché à être dans cette situation ; Jamie d’ailleurs était une bonne alternative aux efforts et à l’hypocrisie de la drague. Elle était bien plus facile d’accès que les demoiselles qui rêvaient d’un prince charmant pour les protéger et leur offrir des cadeaux ; qui demandaient, en somme, qu’on s’occupe d’elles. Ces messieurs n’avaient pas forcément envie de s’engager.

    - On peut fouiller ici, vu l’état de la maison on trouvera difficilement mieux. Ceci dit, mieux vaut faire ça vite, tant qu’on aura les pillards derrière nous, je ne serais pas tranquille…

La vérité était : « tant qu’on aura pas les miches à l’intérieur du marché, je ne serais pas tranquille ». Mais elle n’allait pas encore se tourner vers le pessimisme, et surtout embarquer quelqu’un d’autre avec elle.
Se levant avec l’aide de Téofil, elle décida de remonter pour fouiller, passant cependant le plus loin possible de la chambre de l’enfant. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer ? Jamie imaginait aisément que le gosse avait été infecté, à l’instar de la mère, et que cette dernière avait voulu épargner à son fils le fait de dépérir et de chercher à bouffer les autres humains. Mais n’avait-elle pas trouvé d’autre arme plus efficace ? Moins douloureuse ? En plus le petit était dans son lit, alors soit il s’était endormi et elle l’avait tué dans son sommeil – mais des coups pareils ça réveille, à moins d’avoir été drogué – soit elle avait pété les plombs après avoir tué le môme et l’avait recouché comme si de rien n’était. Glauque. Dans tous les cas : glauque.
Entrant dans la chambre parentale, Jamie ouvrit les placards en grommelant. Que des fringues dans des matières dégueulasses, ou pas pratiques à porter. Ou avec des motifs immondes ; elle n’en était pas au point de porter des hauts échancrés jaune fluo : on verrait ça quand ses fringues actuelles auraient rendu l’âme. Cependant, sur le fond d’une des armoires, Jamie repéra un sac de randonnée qui semblait en bonne état. Sourire jusqu’aux oreilles, la jeune femme l’attrapa. Il était vide. Peu importe, c’était déjà plus sympa que son propre sac à dos, qui se faisait petit dès qu’elle y mettait ses affaires de premiers secours. Replongeant dans l’armoire, elle trouva encore une paire de jumelles, encore dans leur emballage d’origine. Elle n’en avait pas l’utilité pour l’heure, mais ça n’était pas perdu ; elle les mit dans son nouveau sac, avec toutes ses autres affaires, dont son ancien sac, qu’elle roula au plus serré pour qu’il ne prenne pas trop de place.
C’était une bonne pêche ! Retournant sur le palier, Jamie sursauta en entendant un craquement sourd. Est-ce que c’était le bois de la maison ? Quelque chose à l’extérieur ? La jeune femme rejoignit rapidement Téofil.


    - Tu as entendu ? Qu’est-ce que c’était?

Quelle que soit la réponse, Jamie n’avait de toute façon pas envie de s’éterniser. Elle se rendit donc en haut, prête à décamper par les toits…

achat:
 
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Mar 14 Aoû - 20:05
Teofil Piotrowski
Le polonais avait doucement sourit aux réponses de Jamie la laissant remonter à l’étage ensuite. Un peu séché par ce que Jamie lui avait dit vis-à-vis de Jessica. Elle avait raison, d’une certaine manière par contre. Mais si elle s’avait elle n’aurait probablement pas répondu cela. La relation entre lui et la belle blonde tatouée était assez particulière. Il était retourné dans la cuisine pour fouiller un peu celle-ci. Mais il n’avait pas trouvé grand-chose. Hormis quelques couverts et vaisselles dans les armoires. Seul des fruits et légumes trônaient moisis dans le frigo et les saladiers. Le catamount Revint dans le hall. La buanderie, qu’il avait visité juste après la cuisine, avait elle aussi été vide d’intérêt. Il rejoignit Jamie, lui en bas des escaliers, elle au-dessus de ceux-ci. Il allait la rejoindre, lorsqu’un bruit se fit entendre.

Téofil : « Oui, j’ai entendu. Et je n’aime pas ça. Viens, allons-nous en. »

L’ex-hockeyeur grimpa quatre à quatre les escaliers et rejoignit sa comparse et l’entraina vers l’accès au toit. Une fois là-haut, le paysage leur indiqua ce qu’il en était les pillards, qui avaient eu à se défaire d’une attaque de goules se retrouvait submergé et tentait de rentrer dans la maison qui fut, il y a encore quelques secondes, leur planque. Teofil avait eu l’audace de penché la tête par-dessus le toit afin de vérifier. Il fut remarqué et des cris des truands se firent entendre. Ils forcèrent les derniers remparts de la maison pour leur permettre d’entré.

Téofil : « Faut qu’on dégage. Vite. »

L’ex capitaine des catmounts de Burlington attrapa la main de Jamie et l’entraina vers le rebord du toit en courant avant de sauter. Une fois de l’autre côté, il se retourna pour la réceptionner dans ses bras. Un petit sourire gêné s’afficha sur son visage. Puis il reprit la route sur les toits cherchant à mettre un maximum de distance entre eux et les truands. Le souci fut qu’ils furent suivit par les dit truands. Jusqu’au moment où il ne restait plus de toit par ou s’échapper sinon glisser par la gouttière.

Téofil : « Vas-y la première. »

Teofil fit volte-face et se planqua derrière un rebord afin de laisser passer les truands entre lui et Jamie qui descendait la gouttière. C’est là que le Catamount sortit de sa cache pour en pousser un par-dessus le toit. Plus que deux. En tout cas de visible actuellement. Celui-ci alla s’écraser en criant sur le pavé de la rue dépassant Jamie  dans la vitesse de descente. La nuque se brisant au contact de sa tête contre le sol alors que le corps formait avec celle-ci actuellement un superbe ‘’L’’. Les vertèbres cervicales ayant été disloquées par le choc.

Un coup de crosse permit au polonais d’éviter un coup de barre à mine. Mais pas le choc du tuyau d’acier qui servait d’arme au second. Posant le genou par terre suite au choc, Teofil réagit tel qu’il l’aurait fait sur la glace. La crosse partit directement dans le visage de l’homme, lui claquant la mâchoire d’un coup sec. Sa langue se fendit entre ses dents sous l’impact. Le catamount remit un nouveau choc dans l’homme cette fois au niveau de la glotte. Au vu de la tête qu’il tira, l’ex-hockeyeur avait probablement fait mouche et surement qu’il avait tué, ou fait en sorte que son adversaire soit terrasser car le second s’employa à lui faire mordre la poussière. Les deux attaques que le polonais lui lança ne firent pas mouche. Bien au contraire, la dernière Teofil la prit de telle façon qu’une fulgurante douleur se fit dans son dos, avant de le faire passer à son tour par-dessus le toit. Teofil se rattrapa comme il put aux branches de l’arbre contre lequel il venait de choir. Une fois au sol la douleur du dos n’était qu’une pauvre douleur due à un choc. Probablement qu’il aurait une belle marque d’impact. Par contre son épaule gauche, elle était démise, probablement luxée. Il regarda Jamie avec une vilaine grimace de douleur. Il leur fallait trouver un refuge sain pour qu’elle puisse lui remettre son épaule en place. Et là, le catamount espérait qu’elle savait le faire. Sans quoi, il serait bien embêté. En tout cas, porter son sac lui était devenu insupportable. Même si celui-ci n’était pas bien plein. Il se tenait l’épaule gauche déboitée de sa main droite qui tenait en même temps sa crosse.



Jet de dés:
 

Edit MJ:
 
avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Jeu 16 Aoû - 10:18
Jamie Matheson
Jamie atterrit tout en douc- Pas du tout, Jamie atterrit violemment dans les bras de Téofil, ce qui faillit la faire tomber. Elle avait la grâce d’un dindon la demoiselle, quand même. Elle ne remarqua même pas la couleur du jeune homme, elle avait d’autres chats à fouetter.
De toits en toits, Jamie crut qu’ils se mettaient en sécurité. Loin de là. En descendant de la gouttière, le cœur battant à tout rompre, elle ferma les yeux en entendant le cri et en sentant le courant d’air lorsqu’un des pillards tomba du toit. Se crispa en entendant le craquement sinistre au moment du choc. Beurk.
Des bruits de combat pouvaient s’entendre en haut du bâtiment, mais Jamie su qu’il serait plus prudent pour elle et pour Téofil de descendre ; il n’avait pas besoin d’un boulet en plus à protéger. En plus, elle serait probablement physiquement incapable de remonter le long de la gouttière. Autant descendre le plus vite possible et être en sécurité au sol.
A nouveau, une chute. Jamie leva les yeux pour voir la trajectoire du pillard… Et se rendit compte que ça n’était pas du tout un pillard, mais Téofil. Jamie cria, et lui tendit son bras, comme par réflexe. C’était évidemment peine perdue, et la jeune femme termina de descendre aussi vite que possible, sautant même les derniers deux mètres.


    - Téo !!!

Elle l’attrapa et l’aida à se relever. Son épaule semblait démise ; c’était encore un moindre mal face à un os cassé. Mais ils devaient quand même trouver un abri pour réparer tout ça au calme. Serrant les dents, Jamie prit le sac de Téofil à la main, résistant à l’envie de lui piquer sa crosse de hockey en plus. Elle détestait quand ses patients en faisaient trop ; qu’ils se ménagent, bon sang ! Ca ne servait à rien qu’elle soigne bon gré mal gré des crétins qui revenaient chouiner chez elle que ça ne s’était pas amélioré. Enfin, ils n’en étaient pas là. Déjà, un abri.
Jamie était ralentie par le poids qu’elle portait, et ahanait misérablement ; Téofil ne devait probablement pas en mener large non plus avec son épaule et les autres chocs – dont Jamie n’avait pas conscience. Où se réfugier maintenant ? Ils semblaient être tranquilles pour l’instant, le dernier pillard n’étant pas descendu – Jamie ignorant de toute façon ce qui s’était passé là-haut, même si elle se doutait que
quelqu’un devait bien avoir jeté Téofil pardessus bord. Une nouvelle maison ? Elle n’avait guère envie de se retrouver aux prises avec des zombies. Un buisson ? Pas très discret. Elle grommela ; et en voyant la porte d’un jardin ouverte, y jeta un coup d’œil avant de s’y engouffrer. Une cabane de jardin trônait dans un coin, et la porte n’était pas verrouillée et l’endroit était désert, au grand soulagement de la jeune femme.
Une fois à l’intérieur, porte fermée, elle balaya d’un geste l’établi encombré et fit s’asseoir Téo.


    - Ca ira. Si ça n’est que démis, ça va être douloureux, un peu fragile dans les prochains temps, mais tu n’auras pas de séquelles. Bon. Mets ça entre tes dents – désolé, c’est dégueulasse, mais on pas le temps – et je compte jusqu’à trois. Elle lui tendit un marteau, donc elle fourra le manche dans la bouche de Téofil. Un… Deux…

Elle remit l’épaule à sa place au moment où elle prononça « deux ». C’était un peu cliché, mais au moins le patient ne se crispait pas.
Jamie sourit, et tapota la jambe de Téofil.


    - Reste là, repose toi. Bois un peu de schnaps si tu veux mais n’abuses pas, on doit encore rentrer. Je vais faire un tour pour voir où on en est niveau sécurité. Et par pitié ne t’inquiète pas, je sais m’occuper de moi, et je refuse que tu te sentes responsable pour mes actions.

Elle lui fit un clin d’œil. Sa personnalité, d’inquiète et angoissée, devenait motivante et douce lorsqu’elle parlait non plus à un ami ou à un camarade, mais à un patient. Hors de question qu’elle montre du doute ou de la faiblesse dans ce cas. La guérison passait aussi par une prise en charge correcte, elle en était persuadée.
Jamie laissa toutes ses affaires là, gardant simplement le marteau avec elle. Ça avait déjà plus d’allonge et de poids qu’un petit couteau tout pourri. Elle reprit aussi le poing américain avec une grimace de dégoût et le glissa dans sa poche. Sortant avec toute la discrétion dont elle faisait montre de la cabane, elle se dirigea vers la maison. La porte fenêtre était entrouverte, et elle fit rapidement le tour des salles dont la porte était ouverte. Vide. Bien. Jamie était soulagée.

Cependant, alors qu’elle sortait par la porte fenêtre, elle fut cueillie par une main aux doigts épais, qui se plaquèrent violemment contre sa bouche. Une autre main attrapa son poignet, et le tordit dans son dos d’une clef de bras vive, ce qui lui fit lâcher son arme improvisée. Protestant à travers la main boudinée, Jamie commença à se débattre, battant des pieds et essayant d’enlever ce contact indésirable de sa main vite. C’était peine perdue.


    - Eh ! J’en ai trouvé une ! Pile la baraque que t’as indiquée !

Jamie se maudit de sa bêtise. Le pillard qui était restée en haut du bâtiment avait dû suivre toute leur progression jusqu’au jardin ; heureusement que les haies avaient caché leur itinéraire final : ils ne devaient pas avoir pensé au petit cabanon. Et effectivement… Deux autres pillards, dont une femme, l’autre étant celui qui s’était battu avec Téofil, firent irruption :


    - L’autre salaud doit être en train de se remettre à l’intérieur, on va voir. Amuse-toi bien, et laisse m’en un bout…

L’homme qui avait attrapé Jamie eut un sourire carnassier qui fit frissonner Jamie. Elle avait donc vu juste, ce qui ne la remplissait pas de joie, pour une fois. Il fit signe à son comparse masculin, la femme étant déjà entrée dans la maison, et ensemble, ils remplacèrent la main sur sa bouche par du gros scotch argenté. Le goût de la colle emplit la bouche de Jamie, ce qui la fit toussoter. La main du pillard atterrit violemment sur sa joue, ce qui arracha un cri étouffé à la jeune femme.

    - Fais pas genre t’es en train de crever. Je le sais, les meufs comme toi c’est toutes des salopes qui se cherchent des excuses… Mais je vais te donner de quoi te plaindre, t’inquiète pas…

Les deux hommes ricanèrent, et le combattant disparut dans la maison. L’autre attrapa Jamie et la jeta sur son épaule, la portant jusqu’au salon, où il la lança sans ménagement contre le canapé. Battant toujours des pieds et des mains, tentant de s’enfuir, Jamie eut le souffle coupé par l’homme qui se coucha sur elle sans aucune subtilité. Elle sentait ses doigts au-dessus de ses vêtements, épousant ses formes ; elle sentit autre chose encore, contre ses cuisses, et un haut le cœur la prit. Quand il se releva légèrement, cherchant passer ses mains sous le tissu – apparemment pas encore au point de lui arracher ses fringues – Jamie en profita pour glisser sa main dans sa poche, et sortir son poing américain. Et alors qu’il se contorsionnait pour atteindre la ceinture du pantalon de la jeune femme, le regard vers le bas, celle-ci en profita pour le frapper de toutes ses forces. Elle visait la tête avec toute l’énergie du désespoir, tenant de la main gauche les cheveux de l’homme pour le maintenir à distance, de l’autre frappant, frappant, et frappant encore. Leur mêlée chaotique les fit tomber au sol, et la table basse en verre se brisa sous le choc. Attrapant l’un des morceaux – heureusement que ça n’était pas du verre de sécurité ! - elle le planta dans la gorge de son assaillant.  Une gerbe rouge éclaboussa les alentours, et le corps de l’homme ne mit que quelques secondes à s’avachir sur elle. Se dégageant maladroitement, des larmes plein les yeux, Jamie se releva en titubant. Elle devait prévenir Téofil. Se débarrasser des deux autres. Ou dans l’autre sens.
Désorientée, Jamie hésita, et marcha maladroitement jusqu’à la baie vitrée, essayant sans succès d’ôter de sa main gauche le scotch, la main droite toujours crispée sur le bout de verre. Sa paume laissait couler de grosses gouttes rouges qu’elle ne sentait même plus.

Edit MJ:
 
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Jeu 16 Aoû - 20:58
Teofil Piotrowski
Teofil avait les larmes aux yeux de douleur. Il avait déjà subi plusieurs blessures durant sa carrière de hockeyeur : foulure brisure, coupure aussi, … Mais s’était la première fois qu’il se déboitait l’épaule. Jamie lui avait remise en place dans un craquement sinistre et douloureux. Et il devait bien le reconnaitre efficace. Mais il avait mordu de telle façon dans le manche du marteau qu’elle lui avait donné que celui-ci devait avoir la marque de ses dents imprimées dedans. Le schnaps lui faisait en effet de l’œil. Mais ça ne serait pas raisonnable et en calmerai probablement pas la douleur. Ça lui ferrai peut-être oublier l’espace de quelques secondes. Mais la franchement il n’avait pas la force de boire un coup. En réalité, il avait mal partout. Sa chute dans les branches, son épaule déboitée et le coup prit dans le dos. Il bénissait d’avoir mis le plastron de hockey par dessous son pull. Car sinon il aurait au vu de la violence du coup probablement perdu l’usage de ses jambes avec une fracture des vertèbres. Non, ce qu’il souhaitait ardemment, s’était un antidouleur puissant et rapide afin de continuer leur route et de rentrer. Et s’il en avait la force, celle d’engueuler Colleen, Angus et Matthew. Bien que ce dernier avait, à son idée, déjà payé sa dette pour les avoir abandonné sur place.

Quelque chose inquiéta le polonais : Jamie ne revenais pas. Cela lui semblait être long pour qu’elle fasse un rapide coup d’œil de la maison. Il avait presque reprit son souffle. Se concentrant sur lui-même pour éviter de penser à la douleur de son épaule qui était la plus forte, il se releva et alla à la porte du cabanon pour tenter d’apercevoir quelque chose. Ouvrant la porte du cabanon il aperçut Jamie de l’autre côté de la baie vitrée. Elle avait l’air complètement hagard. Il avait l’impression qu’elle avait besoin de lui. Mais il ne savait pas trop quoi faire. Pris au dépourvu il sortit Pour la rejoindre laissant dans le cabanon leur sac. Masi alors qu’il sortait a al fenêtre de l’étage il entendit une femme crier.


TruandeIl est là. Chad, il est là dehors au cabanon.

Le catamout leva les yeux et la remarqua qui allumait quelque chose avec un briquet. Il écarquilla les yeux en constatant qu’elle s’apprêtait à lui lancer un cocktail molotov dessus. Il referma rapidement la porte après être entré à nouveau dans le cabanon. Juste a tend pour entendre la bouteille de verre éclater contre celle-ci. Les flammes se rependant rapidement sur le bois extérieur de son refuge. Observant l’ensemble de celui-ci il remarqua vite qu’il venait de se piéger tout seul. Il n’y avait qu’une fenêtre Elle donnait dans un gros buisson. Il ouvrit celle-ci créant un appel d’air qui permit à la fumée qui s’infiltrait dans son refuge de sortir. Mais aussi aux flammes qui léchaient l’extérieur de la porte de pénétré à l’intérieur par appel d’air. Il se dépêcha de jeter les deux sacs à l’extérieur avant de passer à son tour de l’autre côté. Mais il chuta lourdement par terre. Il ne put retenir un gémissement de douleur. Sa crosse dans la main il se retrouva face à la femme qui armait son coup pour le frapper. Par réflexe il lui envoya un coup de pied qu’elle évita facilement. Mais cela lui permit d’avoir le temps de rouler sur le côté afin d’esquiver l’attaque. Se relevant, il lui mit un solide coup de crosse dans le flanc. Etant de côté et légèrement dans son dos. Elle se plia en deux sur le cote lâchant son arme improvisée. Masi L’ex hockeyeur reçu un coup dans la cuisse qui el fit mettre genoux a terre. Le dénomé Chad venait a la rescousse de sa comparse. Glissant la partie recourbée de sa crosse entre les jambes de l’homme Teofil tira d’un grand coup sec le faisant tomber à la renverse. Il Hésita u quart de seconde entre se jeter dessus et fuir. Car il devait faire avec la femme qui était dans son dos. Il n’était pas du tout un maire du combat à main nue. A dire vrai ce n’était absolument pas son fort. Soulever de la fonte, courir sur un tapis, tout cela pas de soucis puisque s’était dans le but de garder une bonne condition pour pouvoir faire face sur la glace. Mais là, combattre à main nue, ce n’était absolument pas son truc. Il frappait fort par contre, c’est vrai. En même temps, il avait l’habitude avec le hockey. Il se releva prestement. Frappa la femme au visage avec le plat de la partie recourbée de sa crosse et mit un coup de talon à l’homme. Attrapant le sac de Jamie et le sien il se rua dans la maison. Son épaule lui faisait mal mais l’adrénaline l’aidait à avancer. Il n’y pensait plus.

Teofil – « Vite. Jamie il faut qu’on parte. Je ne sais pas rejoignons le bois. On les perdra la dedans. Et avec un peu de chance on trouvera un endroit où nous reposer deux minutes. »

Le catamount polonais avait les deux sacs et sa crosse dans une main et malgré son bras douloureux, il attrapa le poignet de Jamie pour l’entrainer dehors par la porte de la cuisine. Il courut le plus possible, le plus loin et le plus vite qu’il put. Il remercia l’entrainement qu’il avait pour lui permettre d’avoir le souffle, l’endurance et la puissance pour courir aussi vite et aussi loin. Il atteignit rapidement l’autre côté de la rue puis contournant une maison, puis une seconde, il finit par atteindre le petit bois. Il relâcha la main de sa compagne et arrêta sa course mais pas sa marche. Il voulait disparaitre aux yeux de leur poursuivant afin de les perdre.

Il marcha plusieurs minutes changeant plusieurs fois de direction. Non il n’était pas perdu. Mais il  cherchait à embrouiller les pistes. Et il finit par trouver un coin à l’abri du vent et des regards. Un arbre déraciné, à coté de rochers, offrait une cache providentielle. Ils allaient pouvoir souffler un peu. Il posa les sacs au sol, ou plutôt les laissa lourdement tomber avec sa crosse. Il avait mal. Il en avait plein le dos de cette sortie. Mais quelque chose dans sa tête lui disait qu’elle était loin d’être finie. Il leur fallait encore rejoindre le Vieux marché.


Teofil – « On devrait être un peu tranquille ici. Enfin, j’espère. Est-ce que tu vas bien ? »

Du scotch. Elle avait du scotch sur la bouche. Se bougre de nigaut qu’il était n’en avait même pas prit conscience tant il était pris par l’adrénaline du moment. Il s’approcha d’elle doucement et tenta de décoller lentement le morceau de scotch gris. Celui-ci ressemblait a du scotch d’électricien. Le genre de collant bien solide et bien difficile à décoller. Il alla dans son sac et en sortit la bouteille de schnaps. Il retira son pull et attrapa la manche du t-shirt qu’il avait sous le plastron de hockey. Tirant d’un coup sec il déchira la couture et retira la manche. Il y vida une bonne dose de schnaps et commença  décoller doucement le morceau de bâillon collant grâce à l’alcool. Au parvient après plusieurs minutes de ce système à lui retirer le morceau de collant des lèvres. Il lui tendit le linge alcoolisé pour qu’elle puisse se nettoyer de la colle. Et lui laissa la bouteille a porté. Il se laissa tomber par terre et chercha à se reposer un peu. Il avait enfin un peu de liberté de temps pour reprendre leurs esprits.


Jet de dés:
 

Edit MJ:
 
avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Ven 17 Aoû - 3:32
Jamie Matheson
Désorientée, Jamie observait les événements qui suivirent un peu comme depuis une bulle. Les deux pillards qui sortirent, dévalant les marches de l’étage quatre à quatre ; les flammes qui léchaient le cabanon ; Téofil qui encore une fois lui sauvait la mise. Hagarde, elle dû lutter pour reprendre le contrôle sur son corps et cesser d’être une spectatrice aux gestes robotiques ;  c’est la colère contre elle-même et son inutilité patente qui la réveillèrent. Les doigts de Téofil contre son poignet, la chaleur du contact humain ; son esprit hésita entre un dégoût profond et un soulagement bienvenu. Elle plongea dans le second état et leva vers le polonais des yeux brillants. Elle ignorait d’où il tirait toute cette énergie, mais c’était communicatif, et elle se retrouva rapidement à courir avec lui ; puis à le suivre lorsqu’ils ralentirent le pas. Elle avait les poumons douloureux de devoir faire tant d’effort avec toujours le scotch sur la bouche, qui l’empêchait de respirer pleinement, mais au moins ils étaient en vie ; amochés, mais en vie.
Lorsqu’ils s’arrêtèrent, enfin, et se cachèrent derrière un arbre déraciné, Jamie lâcha un soupir qui se perdit dans son bâillon. Téofil s’enquit de son état, et elle hocha la tête. Elle tenta un sourire maladroit, qui lui fit tirer sur la colle et ne lui permit qu’une grimace maladroite. Heureusement, le jeune homme avait la solution, et il parvint à lui ôter sans trop lui faire de mal. Quelques respirations saccadées s’échappèrent de sa bouche, et enfin, elle put répondre correctement. Avec son sourire. Il était hors de question qu’elle parle de ce qu’il s’était passé exactement ; ça ne regardait qu’elle et le salaud qu’elle avait emporté dans la tombe.



    - Je vais bien, ne t’inquiète pas. Tu devrais plutôt te… te souc… soucier de t-

La pression relâchée tout à coup, le décalage entre la douceur des gestes de son ami et de ce qu’elle avait subi quelques minutes auparavant, les vapeurs d’alcool qui étaient descendues dans ses bronches… C’était un trop plein d’émotions et de sensations qui firent céder le flegme et l’assurance apparentes de Jamie. Elle éclata en lourds sanglots et commença à hoqueter misérablement. N’ayant pas perdu ses bons réflexes, elle évita de se blottir dans les bras d’un Téofil suffisamment amoché sans qu’il y ait besoin d’en rajouter une couche ; elle attrapa simplement sa main du côté non déboîté, et la pressa entre ses doigts. Juste pour sentir une présence rassurante et savoir qu’elle n’était pas seule.


    - Pourquoi… Pourquoi ils nous ont laissé ? C’était l’affaire de quelques secondes…

Elle n’était pas sûre de vouloir de réponse à cette question, mais elle avait besoin de trouver des coupables à la situation dans laquelle ils étaient coincés. Et pour l’instant, s’apitoyer sur elle-même était encore le meilleur moyen de reprendre des forces. Et il valait mieux qu’ils se requinquent, avant de partir pour retourner au Vieux Marché ; ils avait encore de la route à faire, et avec toutes ces péripéties l’heure tournait. Jamie n’avait pas particulièrement envie de se retrouver de nuit dehors. Elle sécha ses larmes, s’essuyant grossièrement, et commença à réfléchir à une stratégie pour rentrer.
La jeune femme ne connaissait pas du tout Burlington, et avec les tours qu’ils avaient fait dans le quartier, elle n’avait aucune foutue idée de la direction dans laquelle aller. Levant les yeux vers le ciel, estimant l’heure qu’il était, elle pointa du doigt une direction :



    - Je crois que le sud est par là, c’est déjà un début ? Tu saurais comment rentrer toi ?

Leurs poursuivants ne semblaient pas prêts de les trouver ; vu le temps qu’ils avaient passé là, s’ils avaient été proches ils les auraient entendu. C’était déjà ça en moins ? Restaient les hordes, évidemment, et leurs propres blessures. Jamie était encore bien en forme physiquement comparé à Téofil, et il était hors de question qu’elle lui fasse encore forcer sur son épaule ; elle allait prendre le maximum d’affaires pour qu’ils avancent au plus vite sans non plus aggraver leurs blessures…

Edit MJ:
 
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Ven 17 Aoû - 13:25
Teofil Piotrowski
il n’avait aucune réponse à donner à sa compagne de galère. Pas la moindre parole réconfortante pour lui expliquer que s’était un concours de circonstance malheureux. Après un mois à tenir les rênes du petit groupe du Vieux marché, il sentait un sacré ras le bol l’envahir. Enfin, il ne les tenait pas seul. Richard faisait beaucoup aussi. Même si Teofil avait énormément de mal à apprécier le vieux marchand, il travaillait avec et le respectait pour tout ce qu’il avait fait et faisait malgré son caractère de cochon.

Le catamounts avait serré la main de Jamie dans la sienne en lui souriant. Il essayait de se montrer confiant comme en fin de match alors que celui-ci semblait perdu d’avance. Il estimait que tant que l’arbitre n’avait pas sifflé la fin tout était encore jouable. Et c’est comme ça qu’il voyait cette sortie. Même si là il devait bien reconnaitre que la sortie était devenue un vrai micmac chaotique. Elle se montrait volontaire et il l’admirait de n’avoir pas craqué un instant depuis le début. Lui savait qu’en rentrant au Vieux Marché, il aurait besoin de souffler et d’évacuer. Il aurait bien passé son stress à pousser de la fonte, ou à frapper dans des canettes avec son stick comme si il s’entrainait au tir pour un match. Mais avec son épaule sa risquait de comporter un sacré problème. Enfin il verrait à ce moment-là. Maintenant il leur fallait reprendre la route et rejoindre la communauté.


Téofil – « Normalement ça ne devrait pas poser trop de soucis pour rentrer. Je vie à Burlington depuis sept ans. Mais je préfère Varsovie. Je ne te le cacherai pas. »

Cette boutade sur sa ville natale ce voulait humoristique afin de détendre un peu l’atmosphère. Jamie portant leur sac. Il avança à travers la foret essayant de se repérer pour ne pas se tromper. Il ne remarqua pas la petite place naturelle où se trouvaient des traces de passage de cervidé. En même temps il n’était absolument pas chasseur. La seule chasse qu’il connaissait était celle de son morceau de viande au supermarché. Alors remarquer des traces de passage de cervidé en pleine forêt s’était un peu lui demander de faire un exposé sur les réactions moléculaire dans l’espace intersidérale.

Après quelques minutes, ils finirent par ressortir de la foret. Les quartiers chics n’étaient plus là. Par contre il remarqua avec une envie particulière une maison arborant une plaque métallique dessus. Celle-ci indiquait un cabinet médical généraliste. S’approchant de la dite maison il constata sans surprise que la porte avait déjà été forcée. La porte entre-ouverte, il la poussa lentement et arriva dans un hall qui donnait sur une pièce. Celle-ci était remplie de sièges et de magasines divers et variés. Des tableaux en liège ou était afficher plusieurs prospectus publicitaire médicaux. Revenant dans le hall ou se trouvait un bureau, probablement celui de l’accueil. Il passa une porte vitrée éclatée. Un couloir se dévoila avec trois cabinets médicaux. Il entreprit de les fouiller. Mais rien comme il s’en doutait ceux-ci avaient déjà été pris d’assaut et pillé. Dépité il ne put s’empêcher de soupirer. Tant pis. Il prit sur lui de devoir attendre de rejoindre la communauté afin de prendre un antidouleur.

Le catamount ressortit dans la rue. Il se mit à grincer des dents. Les pillards n’étaient peut-être plus là, par contres ils avaient été remplacés par des goules. Elles étaient peu nombreuses. Enfin pas de présence de gros groupes, mais elles arpentaient la rue. Il en comptait tout de même six ou sept. Les monstres ne les avaient pas encore repérés. Il rentra dans la demeure pour faire le point avec sa comparses.


Téofil – « Bon ben on est loin d’être tiré d’affaire. Après les pillards, les morts-vivants. J’en ai remarqué une demi-douzaine. Mais il y en a peut-être plus. Elles ne semblent pas nous avoir encore remarqués. Comment on fait ? Je n’ai plus d’idée. La communauté est à environs un petit quart d’heure à pied d’ici. Il faut redescendre la rue puis prendre l’avenue pour le chemin le plus direct. Mais a mon avis c’est surement aussi le plus dangereux. »


Jet de dés:
 
avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Lun 20 Aoû - 5:23
Jamie Matheson
Jamie nettoya du revers de la main les dernières traces de larmes, et gloussa. Tu m’étonnes qu’il préférait Varsovie. Ça devait être moins grouillant de bestioles prêtes à vous dévorer au moindre faux pas, du moins à l’époque. Aujourd’hui, qui savait ce qui se passait à l’étranger ? Toutes les communications étaient coupées ou presque – les militaires devaient avoir un meilleur aperçu que les gens du commun – et ils n’avaient aucun moyen de savoir si cette épidémie était globale ou beaucoup plus locale que ce qu’ils imaginaient. Peut-être que seul le continent américain était touché ? Si une bonne politique de quarantaine avait été mise en place, il était possible que le Vieux Continent, à l’instar de l’Asie et de l’Afrique, aient été épargnés. Jamie en doutait – après tout il était même possible que le patient zéro vienne de l’une de ces régions – mais avait toujours cette lueur d’espoir : quelqu’un viendrait peut-être les sauver ? Ceci dit, si quelqu’un avait eu la chance d’être réellement épargné, c’était beaucoup plus probablement une île : l’Océanie, et plus particulièrement l’Australie avec ses grands espaces vides, devait bien se débrouiller, non ?
Leur route à travers la forêt avait été tranquille – trop tranquille ? Mais ça faisait du bien, un peu de repos dans leur course effrénée. La beauté des arbres, les feuilles qui bruissaient doucement… Jamie essayait de penser à autre chose qu’à son agression, de fixer son esprit sur la nature, le chant des oiseaux. Elle avait envie de se purger de la sensation de dégoût quand elle avait senti les mains contre sa main, des images que son esprit avait vu défiler alors qu’elle pensait qu’elle n’allait pas réussir à s’en sortir. Peut-être faudrait-il qu’elle en parle à quelqu’un ? Elle jeta un coup d’œil à Téofil ; il en avait suffisamment bavé aujourd’hui pour pas qu’elle ne l’embête avec ses histoires. Qui d’autre ? Elle n’oserait jamais faire reposer un tel fardeau à quelqu’un d’autre. Peut-être qu’un psy pourrait l’aider ? Si elle en trouvait un qui n’essaierait pas de lui bouffer le cerveau évidemment. Et qui ne partirait pas du principe qu’en tant que pute, quand même, elle devait avoir l’habitude et ça n’était pas si grave. Elle se doutait bien que beaucoup de personnes aurait cette réaction là. Voire un rire gras et un commentaire du style « Ah bah t’aurais du lui faire payer la prestation » ou bien « A moi tu me fais jamais rien de gratuit ». A cette idée sa nausée s’amplifia ; elle se trouvait vraiment malsaine de réfléchir à ça toute seule.

Heureusement, leur sortie de la forêt et la fouille du cabinet médical lui changea les idées. Et quand Téofil revint avec les mauvaises nouvelles, tous ces états d’âme s’envolèrent ; passer en mode « survie » demandait une totale attention.
Réfléchissant, Jamie retroussa le nez avant de répondre :


    - Ca dépend à quel point tu es en forme… Et de l’état des goules. S’il y en a des récentes, mieux vaut contourner quoi qu’il arrive. Sinon, ça dépend de notre état… S’il nous suffit de marcher un peu vite et de les esquiver, ça se tente. Je ne me vois pas marcher encore des heures, et risques de tomber sur d’autres coins mal famés encore… Mais je ne sais pas si je peux soutenir une marche rapide pendant un quart d’heure encore. Et toi ?

Jamie se leva de la chaise sur laquelle elle s’était assise après avoir fouillé pour se reposer un peu, et fit quelques étirements. Elle se sentait heureusement encore en forme, et hocha la tête avant de reprendre :

    - Je pense que j’y arriverais, mais ça ne dépend pas que de moi… Mais ne te force pas, vraiment. N’hésite pas à me dire si on doit faire un détour, tu as pris assez cher pour aujourd’hui. Et je veux que l’on rentre tous les deux entiers au marché. Je ne te laisserais pas derrière moi.

Il y avait assez de gens laissés derrière jusqu’ici. Elle n’arriverait jamais à se regarder en face si elle mettait sa propre vie avant celle des autres.
Reprenant les affaires qu’elle avait posé au sol, la jeune femme se dirigea vers la sortie. Une fois la décision prise de faire un détour ou non, ils se mirent en route, essayant de faire le moins de bruit possible, tout en gardant une allure régulière. Une goule se retourna sur leur passage, mais heureusement elle était assez ancienne, et en fort mauvais état, ce qui l’empêchait de les suivre efficacement ; au moins bruit plus fort qu’eux, celle-ci se détournerait. Un léger râle s’échappa de l’orifice buccal de la créature – qui n’avait plus rien d’une bouche – ce qui fit frissonner Jamie. Ces choses étaient vraiment très dérangeantes.

Jet:
 
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie Lun 20 Aoû - 20:08
Teofil Piotrowski
Le polonais envoya férocement sa crosse dans la tête de la goule qui passa près d’eux. Le bruit sourd de l’os qui craqua était juste ignoble. Mais il en avait un peu marre de la suite d’évènements catastrophiques qui venaient de se dérouler. Il aspirait à une pause longue et tranquille, ou à un retour au vieux marché. Là il prendrait la direction de la douche ou de son lit pour se poser. Voir se boire une bonne bière, sauf qu’en guise de bière il n’y en avait plus vraiment. Quoique… Angus en avait bien gardé et planquer dans sa « chambre ». Il lui en devait bien une pour l’avoir abandonné lui et Jamie. D’ailleurs, s’ils revenaient à la communauté, il n’hésiterait pas à lui tomber dessus pour lui en piquer deux et inviter son équipière à venir la boire sur le toit afin d’être peinard tous les deux.

La goule s’écroula par terre. Et il se retourna vers Jamie. Sa main valide se posa dans la nuque de la jeune femme et son front se posa sur le sien. Comme lors des matches, avant de monter sur la glace il agissait ainsi pour encourager l’équipier qui montait au jeu alors que lui restait sur le banc. Il reprit ce qu’elle lui avait dit un peu plus tot


Teofil – « On va y arriver Jamie. Et une fois de retour au vieux marcher toi et moi on va se boire une maxi pinte. Toi et moi on est équipier. Toi et moi on est des vainqueurs et on va sortir de cette merde. Tu ne veux pas me laisser ? Parfais, car je ne te laisserai pas non plus. On va sortir de cette galère, car toi et moi on en veut et on est des gagnants. »

Comme si il venait de tenter de motiver un équipier qui montait sur la glace avec lui. Il lui sourit prit une profonde inspiration et repris la route. En réalité, il ne savait pas si ce discours bateau avait fonctionné sur sa partenaire mais lui ça l’avait remotivé. Il reprit un esprit combatif et avançait droit vers leur objectif. Mais ce fut sans compter sur leur adversaire les plus nombreux. Un groupe de goules les remarqua et les prit en chasse. Même si les premières étaient relativement lente, leur mouvement et grognement attirer des sprinters qui se ruèrent sur les deux survivants. Téofil poussa Jamie devant lui et l’entraina dans une ruelle sombre. Cela faisait remake d’un mauvais film d’horreur, ou d’une proposition immonde qui aurait mis la jeune femme à mal d’une agression. Mais ce n’était pas l’idée. Par contre l’idée était plutôt d’atteindre l’escalier de secours du petit immeuble en fond de ruelle pour atteindre le toit. Le polonais laissa le soin à sa comparse de parvenir à attraper l’échelle fixée en hauteur et de la faire tomber pendant qu’il repoussait un conteneur poubelle en travers de la ruelle afin de retenir les goules. Avisant quelques détritus solide, tel des tessons de bouteilles, et briquaillons. Il les utilisa comme si s’était des palets de hockey et frappa dedans pour les envoyer sur leur poursuivant jusqu’à ce que Jamie parvins à libérer l’échelle. Il se jeta sur celle-ci et se hissa en haut malgré la douleur à l’épaule. Il remonta l’échelle pour se libéré d’une étreinte potentiel au cas où un serait plus intelligent et grimperait à leur suite. Puis le catamounts monta au sommet et cassa la vitre pour entrer dans l’appartement le plus haut. Il avança comme il put dans la demeure La porte d’entrée était fermée à clé et l’appartement vide de mort et d’intérêt. Il ne se sentait as la force d’enfoncer la porte avec son épaule surtout une porte comme celle-là. Il se tourna vers Jamie au cas où elle aurait une idée. Là il n’en avait plus.

Jet de dés:
 
avatar
Messages : 188
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie
Contenu sponsorisé
[TERMINE]16 Octobre 2017 - Une sortie perilleuse Teofil & Jamie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Kan An Noz samedi 21 Octobre 2017
» Suggestions PCM 2016/2017
» Suggestions PCM 2017/PCM 2018/PCM2019 ...
» [PEUGEOT "209"] Octobre 2018 pour remplacer la 208 Ph2...
» [Cinéma] Sorties de l'année 2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Banlieue sud :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: