Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Ven 10 Aoû - 15:22
Charlie Murphy
Speed master
Je m’installe dans un des coins les plus reculés du Vieux Marché. Leïa et Jessica sont en sécurité dans leur appartement et pour ma part je ne vais pas rester plus longtemps que prévu. Je n’aime guère être en société. Tous ces regards dégoûtés, haineux et effrayés que les gens portent sur moi. Au moins à l’extérieur je ne représente que de la viande carbonisé pour les charognards. Des fois je me sens plus près d’eux, des prédateurs en puissance et qui semble suivre l’instinct de groupe, que des humains qui ne jugent que par l’apparence. J’ai juste une poignée de personnes qui me retienne ici dans cet enfer. Mes deux amies si cher à mon cœur, Papy qui doit gueuler sur un idiot comme je le connais, la jaguar que mon alter-ego adore et Sarah. Elle me fait sentir bien, pas comme mes deux amies, non bien dans une étrange sensation que je ne connais aucunement. Je pourrais tout faire pour eux, quitte à mourir. Donc quand mon étoile avait apparu ce matin pour demander d’aider un de ses amis, j’avais accepté comme c’est mon habitude. Je suis facilement manipulable et même si je sais que mes amies, qui sont sincère, n’auraient surement pas voulu me voir en photo avant l’apocalypse, j’accepte ma fatalité. D’être un outil utile et je ne sais pas ce qui va m’arriver quand les gens n’auront plus besoin de l’idiot de service. Je ne suis qu’un con de muet, un être affreux qui pousse les gens à s’enfuir pour tomber dans les bras des charognards. J’ouvre mon contenant à cartes pour prendre celle de la zone, annoté avec les passages des hordes ainsi que les lieux visités.

Je regarde le coin et je planifie ma prochaine expédition. Je sais que les médicaments de l’infirmerie est au plus bas et il faut rajouter que Jessica commence à manquer de crayons pour dessiner. Si en plus que je peux leurs ramener du chocolat pour les deux, aussi pour Sarah, elles seront contentes. Tout près du vétérinaire se trouve un concessionnaire de motocyclettes et je pourrais peut-être essayer de dégotter des manteaux pour l’hiver qui arrive. Je sais qu’habiller comme je suis j’ai l’air d’un soldat en maraude, mais l’habit ne fait pas le moine. Je m’assois alors sur le coin de la table. Je dépose mon arc près de moi et je sors mon vieux violon. Je ne désire que me transporter loin d’ici, de ces regards dégouter, pour rejoindre la fraicheur de la forêt. C’est la musique qui me fait évader vers la nature, ma première et seule amante dans ce monde ou je ne pourrais jamais connaître une once d’amour. De ces beautés qui s’offre à mon regard d’azur troublant, héritage de mes parents. De ces moments de chasses et de béatitudes que j’étais bien. La seule personne de cette époque qui a pu entendre le violon fut papy. Je tape le rythme avec mon pied et on peut voir la douceur de mes traits torturés par le feu s’apaiser un peu. Même une larme solitaire qui coule en me rappelant de la fierté de mes parents quand je captivais une salle. Je fini la partition et je vois un homme qui me regarde comme si j’avais une tête qui venait de me pousser dans le cou.

Rougissant de l’avoir sûrement déranger par la musique, je détourne le regard de honte tout en rangeant mon instrument avec délicatesse. Ensuite je place mon arc croyant que je serais expulsé manu militari. J’écris un petit mot en mettant en évidence mon macaron « Bonjour je suis Charlie et je suis un muet. »

Note : Bonjour. Je m’excuse de vous avoir déranger. Je ne reste que le temps de voir un ami de Jessica et ensuite je pars promis.


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Ven 10 Aoû - 20:21
Teofil Piotrowski
La musique avait attiré l’ex hockeyeur sur place. Surprit par la mélodie, il avait attendu que le musicien finisse avant de s’approcher. Mais l’homme qui tachait de masquer la plupart de son corps aux yeux d’autrui lui montra un macaron. Teofil connaissait Charlie. Ou plutôt non, il ne le connaissait pas du tout. Mais le muet n’était pas du genre inoubliable. Les éléments qui un jour était faible au Vieux Marché (médicaments, couvertures, vivres, …), le lendemain Teofil en trouvait une certaine quantité à la porte des réserves. Mais jamais on ne trouvait le fournisseur. Le polonais avait compris lorsque Jessica lui avait parlé de son ami Charlie. Elle lui vouait presque un culte. Bien que le muet soit insaisissable, il n’avait jamais désespéré un jour le rencontré. Le message écrit de Charlie disait qu’il s’excusait d’avoir déranger. L’homme de l’Est eut une expression de surprise ne lisant cela. Il allait écrire à son tour mais le macaron de sa veste n’indiquait que muet pas sourd. Il sourit a Charlie.

Teofil : - « Ne t’excuse pas Charlie. S’était magnifique. C’est moi qui devrais m’excuser de t’avoir interrompu. Je ne savais pas que tu étais un si bon musicien. »

Le catamount allait faire volte-face et laisser le grand brûler vaguer à ses occupations lorsqu’il se rappela du coté précieux du jeune homme, mais aussi de son amitié pour celle qui était sa copine actuellement. Même si il savait que cette relation était à sens unique. L’ex hockeyeur déposa son sac et sa crosse de hockey et revint vers le musicien.

Teofil : - « Dis-moi cela te tenterai de m’accompagner ? Je sors. Si cela t’intéresse, je vais voir après quelque affaire pour moi. A force de jouer les capitaines adjoint j’en ai oublié de m’équiper et d’avoir des affaires à moi. Quelqu’un à qui parler sur le chemin et pour m’aider ne serait pas de refus. »

Le catamounts polonais souriait et se voulait sincère. Bien qu'il ignorait qui était l'ami de Jessica que le violoniste attendait. Sa propositions était donc non obligatoire. Téofil ignorait que sa copine lui avait trouver un partenaire de sortie. La fin du mot de Charlie ne lui semblait pas être adressé directement. Puisque Charlie n'indiquait qu'attendre un ami de la blonde multi-tatouée. Hors l'ex capitaine adjoint des catamounts de Burlington n'était pas son seul ami.
En revanche il avait du mal a ne pas fixer les quelques parties de Charlie qui était brûler et visible. Pas que sa le dérange, mais là, il fallait bien reconnaître que le pauvre homme en face de lui était bien arrangé. Malgré lui Téofil ne put s’empêcher de grimacer en imaginant la souffrance que Charlie avait dut endurer sur le moment même où actuellement. Il remarqua la gêne qu’il donnait à son partenaire de débat.


Teofil : - « Désolé je ne voulais pas te manquer de respect. Ou te mettre mal à l’aise. Tu semble chercher a cacher ton corps et en même temps te protéger. Je pense à un truc. Tu sais, j’ai fait du hockey avant les événements. Un masque de gardien de but sa pourrait peut-être t’intéresser ? Tu sais le genre de masque complet classique en fibres de verre et kevlar. Enfin si tu veux, bien sur. Ce n'est qu'une idée. T'aurais une protection supplémentaire pour le visage en plus. Après tu le décors à ta façon. Mais je suis sur que notre amie Jessica aurait de super motif pour toi. Enfin voilà. Encore désolé de t'avoir déranger dans ta partition. Si ma proposition de sortie te tente, je vais du côté des magasins de moto. Si je peux trouver quelque chose pour moi. En tout cas si une balade te tente, je serai content d’avoir un partenaire pour cette sortie. Je me sentirais moins seul et puis on pourra faire connaissance aussi… Apres tout on a un point commun : Jessica. »

L’ex hockeyeur fit un clin d’oeil en souriant a Charlie avant de ramasser ses affaire et de prendre la direction de la sortie. Il avait l’intention d’y allez à pieds. Car s’il pouvait trouver une moto, il serait le plus heureux des hommes. Et ramener une moto alors qu’on est en voiture c’est assez compliquer

Jet de dé:
 
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Dim 12 Aoû - 14:54
Charlie Murphy
Speed master
Après avoir rangé le violon dans son étui  je me dépêche de remettre mes gants. Une de mes mains porte les souffrances de mon accident de voiture et la cause de mon isolement d’avec les hommes. Timidement  je cache ensuite ma laideur au jeune homme devant moi. Je ne peux que soupirer de jalousie et sûrement d’envie. Il est directement le style d’homme que les femmes adorent de par son charisme et son physique. En comparaison je suis laid, muet et ayant autant de présence qu’un vieux chien. Il doit amasser des regards conquis et non dégouter comme moi. Je soulève ma main gantée pour lui faire part que j’accepte ses excuses, mais si je sais que ce n’est que la politesse d’usage. Un accent prononcé qui me la puce à l’oreille alors qu’il demandait si je voulais l’accompagner. Ça doit être lui un des chefs tant aimer des environs. Celui que fréquente Jessica. Je suis juste heureux que mon amie puisse trouver un homme qui lui donne un peu le sourire. Moi je ne fais pas grand-chose pour le groupe, sortant le plus souvent possible pour ne pas déranger personne.  Mon œil qui peut, iris d’azur troublant si empathique et doux alors que je suis sous l’emprise dominion de l’homme, le détaille pour savoir s’il essaie de me remplir de fausses promesses comme les trois dernières personnes. De les emmener où elles le désiraient et ensuite de me laisser seul devant les charognards. Je sais que je ne suis pas utile, un outil jetable. Mais dans un autre sens je suis con et stupide d’espérer d’avoir la chance d’être enfin le bienvenu parmi les humains. Mais je suis soufflé par la sincérité des mots de l’homme massif devant moi.

Mais je fus intimider, gêner et surtout attristé qu’il essaie de me regard mon profil qui ressemble à une chandelle à demi fondue. Une grimace de dégout et de souffrance cassa un peu son visage et naturellement je me fonds dans la pénombre tout près. Autant pour lui que pour me rassurer. Je soulève mes épaules en voulant dire que je suis habitué, mais la vérité c’est pour moi l’équivalent d’un uppercut directement à la mâchoire, comme si la vie me narguait encore d’être aussi laid.  Il parle de masque, ce qui me fait grincer un peu des dents. Un autre qui veut que je me cache pour être présentable aux gens. Papy m’a toujours dit que je devais avoir la tête haute et les avez se faire paître. Mais je ne suis pas comme mon héros. En tout cas pas dans mon état. Le Chasseur se fout de mon apparence et l’utilise même pour faire peur des fois. Mais je me calme à l’instant dès qu’il me parle de mon amie. Et qu’il ajoute le magasin de moto me fait dresser l’oreille.  Quand il fit mine de partir je me dépêche de lui mettre la main sur l’épaule et aussitôt j’écris un mot avec ma belle calligraphie soignée.

Charlie- Tu es Téo? Jessica m’a dit que tu voulais sortir. Jamie m’a parler que les médicaments étaient un peu bas et je sortais aussi pour un vétérinaire. Regarde ma carte.

Mes gestes sont précis et sûr. Je lui désigne mon objectif du jour et juste à côté le magasin de moto. Quelques notes sont inscrite, comme j’ai planqué une trousse et de la morphine dans une des cages du médecin animalier. Le magasin de moto porte quant à lui un symbole d’équipements. Il peut voir le mouvement des hordes des derniers jours et la présence de gens hostiles un peu plus loin. Même un groupe dont j’ai hachuré, passant de huit à 0.  De nouveau j’écris alors quelques mots de plus.

Charlie- Non pour le masque. Ça bloque trop la vision. Et je ne reste jamais longtemps pour ne pas dégoûter les gens. Juste donné ce que j’ai trouvé et je pars avec les charognards.

Je finis d’ajuster mon sac à dos sur mes épaules et je prends mon arc.  Sur mon poignet se trouver une petite planchette dont on peut effacer et écrire de nouveau.  Je sors mon crayon et je note quelques mots.

Charlie- Ça te va comme expédition? Tu sors souvent?


Quand j’ai sa réponse je lui montre des signes comme le font des militaires pour se comprendre sur le champ de bataille. Merci Papy encore une fois. Le poing en l’air pour arrêter, main ouverte qui fait une sorte d’au revoir pour signifier de se cacher. Taper la tête pour demander un ralliement. Pointer les yeux pour demander de surveiller les environs. Je suis patient et naturellement je cache ma laideur. Ensuite je fais un petit sourire gêner et heureux et je lui fais sine que je suis prêt. Nous sortons et je fais un signe de se cacher. Nous plaçons derrière une vieille voiture et je lui indique un ancien ouvrier de la construction qui semble pourrir sur pied. Je pointe mes yeux pour lui demander de surveiller les environs et le sors ma lame. Mon pas est si discret que personne ne m’entends. Le charognard gémit doucement et d’une bonne détente de mon couteau je lui plante la lame dans l’oreille.  Un esprit frappeur pourra me représenter tout simplement. J’accompagne sa chute pour ne pas faire de bruit et je me rends à une maison vide de tout danger. D’un geste j’invite le copain de mon amie à me rejoindre. Quand il est là j’utilise la poussière d’une table pour écrire quelques mots.

Charlie- C’est à 20 minutes de marche. Tu peux me parler comme tu veux et je vais te répondre en écrit.

Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Mar 14 Aoû - 21:07
Teofil Piotrowski
Après avoir vu les cartes, et avoir servi de tourelle de surveillance pour son équipier du moment, Teofil revint vers lui. Impressionner par son homologue, l’ex-hockeyeur reprit les différents mots de Charlie. Le dernier lui indiquait qu’il pouvait lui parler. Le catamounts s’était pris à sourire. C’était vrai que le grand brûlé n’était pas sourd, mais bien muet. Seulement le polonais avait du mal à faire des monologues. Même si, avec Jessica, il commençait à prendre le truc. Ajustant son sac sur son dos, Teofil prit la route.

Teofil – « T’es vachement organisé et stratégique. J’ai rien dit quand tu m’as montré tes cartes. Et je dois t’avouer que par réflexe avec Jessica qui n’entend pas je ne t’ai pas répondu. Et je ne t’ai même pas répondu de ce fait. Je ne sors pas assez souvent, non. La preuve voilà seulement que je sors pour m’équiper moi. Les deux dernières fois j’ai complètement raté mon coup. J’ai perdu Jessica en voiture début septembre. Honteusement je ne voulais plus être responsable de ça alors je suis beaucoup plus souvent resté au Vieux Marché pour organiser les choses. Et il y a deux jour avec Jamie je me suis déboité l’épaule. Mais toi, les mouvements de horde, les pillards, tout ça, sur tes carte. Je suis impressionné. Comment tu fais ? Je veux dire ou as-tu appris ça ? T’as l’école militaire ou un truc du genre ? C’est peut-être de là ton, ta, …

Le polonais avait juste fait un geste de la main autour du visage pour indiquer en silence les brulures. Il n’osait pas vraiment aborder le sujet. Alors il avança au côté de son camarade de mission. De temps à autre il serrait son bras gauche contre lui et posait sa main droite sur son bras gauche pour le soutenir grimaçant de douleur. L’épaule encore un peu douloureuse d’avoir été déboitée deux jours plus tôt. Masi Jamie lui avait bande l’épaule comme une championne donc elle tenait bien en place et était moins douloureuse. Cependant cela forçait tout de même l’ex-hockeyeur à faire attention à lui. Par contre Charlie avait raison. Si Jamie lui avait demandé de trouver des médicaments, c’est qu’il ne devait plus y en avoir beaucoup. De plus lui avec son épaule allait surement commencer à consommer des antidouleurs voir des anti-inflammatoires. C’est vrai qu’ en matière d’antidouleurs il y avait la weed qui pouvait servir. Il n’était pas grand adepte de ce procédé. Etant sportif, il fallait reconnaitre que cela avait matière à détendre les muscles. Donc pour l’anti-inflammatoire à par de la glace ou un linge couvert d’alcool, il n’avait pas d’autre choix.

Charlie avait répondu que le masque lui cacherait la vue. C’est vrai que le masque en question, pouvait être oblitérant pour les angles de vue périphérique. Par contre le polonais sourit en se disant qu’il s’en prendrait bien un pour lui. Teofil n’était pas aussi, efficace, aussi silencieux et aussi vigilant que ne l’était le muet. Par contre étant plus du genre lourd et bulldozer comme sur la glace, lors des matches, s’était plus son genre. Mais là il espérait se trouver une bonne veste de cuir épaisse pour résister aux morsures et au vent froid à venir. Peut-être des bonnes chaussures de moto aussi. Voir une moto. Le polonais se prit à rêver de chevaucher à nouveau un bolide a deux roues. Il serait toujours plus à l’aise dessus qu’en voiture.

Avançant Vers le lieux prévu il se permit une question a Charlie


Teofil – « Dis-moi Charlie. Toi qui est souvent avec Leia et Jessica, je veux dire tu les côtoies plus souvent que moi. Tu ne trouves pas que Jess ne va pas bien ? Je sais, je suis son flirt du moment. Ne crois pas que c’est sérieux. Pour être franc avec toi je doute même que je compte pour elle. J’ai plus l’impression qu’elle agit comme ça avec moi pour tenter de s’éloigner de Leia. En tout cas je la trouve bizarre. Et ça m’inquiète. Les quelques dessins que j’ai vu dernièrement sont assez … Morbide. Alors toi qui la connais un peu plus que moi t’as peut-être remarquer ?

Sa y est il avait lancé le sujet. Il avait peur d’en parler avec Leia. Il faut dire que la brune lui en voulait encore pour il y a un mois. Et leur rapport était assez tendu. Pourtant elle avait découvert que Jessica et lui se fréquentait, même si la réalité était très différente de l’aspect visible. Depuis il préférait l’évité ne voulant pas prendre un coup de batte. Alors le catamount préféra poser la question d’abord a Charlie

Jet de dé:
 
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Ven 17 Aoû - 14:20
Charlie Murphy
Speed master
Je l’écoute me parler de son accent bizarre. Il ne doit pas venir d’ici. Il parle un peu comme un des amis de l’armée de Papy, un type de l’ouest je crois. Mais j’arrête alors net quand il me parle de son bras déboité. Je me retourne un peu et je me maudis. Merde de hell il doit avoir un mal de chien. Maintenant je comprends pourquoi Jamie a besoin de fournitures médicales. J’arrive pour lui signifier que nous devons aller au second étage et là il me parle de Jessica. Lui aussi a aperçu que mon amie file un mauvais coton. Au moins il ne fait pas comme tous les gens qui reluquent mes seules amies comme si c’étaient de la viande. Je lui indique alors le second étage de la maison et nous montons. J’inspecte rapidement et surtout méthodiquement les lieux, achevant un charognard en peignoir crouté de traces brunâtres pendu qui ne pouvait se détacher dans la salle de bain. J’indique alors le lit de la chambre principale et je sors quelques petites bouteilles. Rapidement je compte les gouttes de romarin et de gaulthérie pour en faire un mélange d’huile essentielle qui va endormir la douleur de mon équipier du moment. Je lui pointe alors son épaule blessé et je mine de dénuder la zone douloureuse. Aussitôt je fais un petit massage  pour faire pénétrer la mixture et détendre les muscles. Une bonne odeur s’élève et ensuite je m’essuie les doigts sur la douillette.  Je le regarde avec mes iris d’azur troublant et soucieux. Je lui fais signe alors si ça va mieux. Je sors mon calepin et ma belle calligraphie apparaît alors.

Charlie- Huile essentielle que je récolte un peu partout. Moins efficaces que le chimique, mais au moins on l’a sous la main. Non je n’ai jamais fait l’armée.

Je soulève mes épaules et j’écris avec une certaine mélancolie dans le profil intact de mon visage.

Charlie- Non l’armée ne prend pas les muets cons comme des balais. Je suis muet de naissance et c’est à 14 ans que j’ai eu l’accident qui m’a enlevé mes parents. En vérité mon visage n’est que la partie de l’iceberg de ma laideur. J’ai plus que 70% de mon corps qui fut brûlé ce jour-là.

Parler de l’accident me fait encore mal et je dois écraser une larme qui s’échappe de mon œil qui semble être baigné par les cicatrices.

Charlie- Papy est un vétéran, un médaillé du Congrès pour bravoure et mon héros. Il aide la ville d’Essex. Il m’a montré à me débrouiller et j’ai appris le reste seul. Pour les cartes c’est facile il suffit de voir sans être vu et de noter le tout comme durant la chasse.


Je soulève mes épaules et reprend mes papiers pour écrire de nouveau sur le verso.

Charlie- Jessica et Leïa sont pas mal les deux personnes, à part Jamie, qui semblent m’accepter. Je ne comprends pas pourquoi mais j’apprécie leur humanité et leur bonté. Pour toi je ne sais pas trop, mais Leïa est considérer comme la sœur de cœur de Jessica et l’inverse est aussi vrai. Sauf que je crois que Jessica ne se sent pas utile à cause de son handicap. Comme moi elle à peur qu’au moment décisif elle n’entend pas la menace pour sauver une autre personne comme moi je ne peux crier pour avertir d’un danger. Mais depuis mes 14 ans j’habite loin de tout pour ne pas révulser les gens donc je ne suis guère bon pour le sociale.


Je le laisse me parler et je reste intéresser. Néanmoins je ne lui présente que mon profil humain, laissant celui du monstre dans la pénombre. Mais au bout d’un moment je me sens troublé. Le chasseur semble sentir un truc de pas net dans les environs, un bruit qui brise le silence de mort. Je ferme les yeux pour me concentrer et maintenant j’entends malgré les fenêtres fermer. Je lève mon index pour demander un instant et je me dirige vers la chambre d’enfant tout près. Là je vois une camionnette des services des eaux d’Essex submergés par une quinzaine de charognards. Elle semble immobilisé au milieu de la rue. Deux personnes se défendent au sommet. Un homme balaise avec une pelle et une jeune femme paniquer qui essaient de trancher les mains des zombies qui essaient de la happé. Aussitôt j’ouvre la fenêtre guillotine et j’utilise mon arc à bon escient. Mais dans mon dos j’ai fait hormis d’inspecter sous le lit. Un demi torse se traine avec une main, un enfant dévoré par des charognards au tout début, les dents claquantes de virus transformateurs. Et mon mollet n’est qu’à quelques centimètres. Mais moi je suis rendu à trois flèches de projetés avec ma visée meurtrière de chasseur. Donc je suis juste concentrer sur les tirs et surtout pour tuer le charognard qui vit de saisir la cheville de l’homme. Je dois tuer la pourriture avant qu’elle ne tracte sa victime parmi ses semblable…

Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Ven 17 Aoû - 19:55
Teofil Piotrowski
Charlie n’a pas fait l’armée mais son grand père oui. Par contre le reste de son histoire donne des sueurs froides au polonais. Comment un homme de son âge peut-il avoir tant subit. Teofil en plaindrait presque le muet. Pourtant en même temps il l‘admirait car ses compétence d’observation était tel que sa frisait la perfection, et l’impressionnait. Le catamount était torse nu et avait l’épaule enduite d’une huile essentielle et agréablement massée. Le muet l’avait laissé pendant qu’il lisait et relisait le message qu’il lui avait laissé à propos de Jessica et de Leia. Il avait vu juste alors Jessica se sentait mal de se croire inutile. Elle ne l’était pas pourtant. Mais ce n’était visiblement pas lui qui lui apportait le réconfort et l’assurance nécessaire. Jessica cherchait quelque chose que visiblement l’ex hockeyeur ne pouvait lui offrir. Un mince sourire s’afficha sur son visage. Il le savait pertinemment. Remettant son t-shirt, puis le plastron de hockey qui lui servait de protection, et enfin son pull, il rejoignit son équipier dans la chambre d’enfant.

La surprise qui l’attendait sur place était de taille Charlie allait se faire mordre le mollet par la puissante mâchoire d’un enfant devenu mort-vivant. Prenant un maximum d’élan Téo réagit comme s’il avait été dans un match il se laissa tomber et glissa envoyant son talon directement dans les épaules de la jeune goule qui fut repoussée. Le catamounts se relevant prestement et plaça un puissant coup de crosse dans la tête du revenant. Comme si celle-ci avait été un palet et qu’il devait marquer le but de la victoire à la dernière limite du temps imparti. La crosse frappa arrachant un morceau de crane au passage et la force cinétique envoyât le reste du corps un peu plus loin. Un puissant coup de talon dans le crane abimé termina le travail.

L’archer avait déjà fait un sacré carnage en bas. Lorsque l’ex hockeyeur descendit quatre à quatre les marches de l’escalier pour sortir prêter main forte aux survivants. Il laissa le soin à Charlie de terminer son travail qui était juste admirable. Teofil n’avait pas d’autre mot. Mais se faisant il alla juste s’enquérir de l’état des survivant. Il n’eut juste qu’à repousser une nouvelle goule d’un grand coup de crosse en travers de la tête de celle-ci. Puis, il fit signe à Charlie que s’était bon en levant le pouce vers lui.

Les survivants allaient bien grâce à l’intervention de Charlie. Mais le polonais hésitait à leur présenter leur sauveur. Le mot qu’il lui avait écrit indiquant qu’il avait passé plus de temps en ermite qu’en société, et les réactions de certain vis-à-vis de ses brulures, mettait le catamount sur la défensif. Une façon de protégé son équipier, qui finit par prendre le dessus. Il expliqua Que Charlie ne pouvait descendre car il était occupé avec un autre des leurs blessé. Rien de grave juste une luxation mais que Charlie allait devoir soigné. S’était partiellement vrai puisque en réalité l’épaule était la sienne et le soin appliqué avait été fait avant il n’avait pas mentit complètement. Il laissa repartir les survivants qui lui indiquèrent qu’il était d’une faction différente. Teofil les regarda partir. Puis il ramassa les flèches de Charlie et remonta le rejoindre. Il avait pour le muet un regard impressionner et juste contemplatif.


Teofil : - « Impressionnant. Pas une flèche de perdue Que des coups au but. T’es redoutable. Au fait t’as sauvé des survivants de la colonie d’Essex. Je ne sais pas si tu connais. Par contre Est-ce que ça va. T’as manqué être mordu par cette créature. Tu n’as rien ? »

L’ex-hockeyeur resta un instant en retrait au cas où. Mais lorsque Charlie le rassura sur la situation, il sourit rassuré. Il prit ses affaires et descendit dans la rue. Il leur fallait progresser. En tout cas le soin prodiguer par le muet combiner à l’antidouleur prit au Vieux Marché était franchement radical. Son épaule était bien moins douloureuse. Sur le chemin il y avait en effet des houles qui leur barraient le chemin. De l’autre côté des différent groupe de goule se trouvait le magasin de moto ainsi que le celui visé par le muet. Il pouvait facilement les contourner en grimpant sur les toits mais Teofil avait un peu peur de forcer sur son épaule encore fragile. Faire le tour du quartier était juste plus long et risquait de leur donner d’autre risque. Le polonais se retourna alors vers son équipier et s’enquérit de ce qu’il pensait de la situation.

Teofil : - « Ca ne va pas être une partie de plaisir. On dirait qu’ils sont nombreux par ici. Je me demande ce qui les a amenés à être aussi présents. Comment est-ce qu’on fait. On pourrait leur donner un leurre et passé dans leur dos. Je n’ai pas vraiment de quoi en faire par contre. A moins de taper dans une pierre comme si s’était un palet pour l’envoyer dans une vitrine ou quelque chose comme ça. Mais si t’as une autre idée je suis preneur. »


Jet de dés:
 




avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Dim 19 Aoû - 21:45
Charlie Murphy
Speed master
Je dois ressembler à Robin des Bois à force de décrocher flèche sur flèche dans les rangs des charognards. Je ne fais pas un tir mortel à chaque fois, mais c’est suffisant pour permettre à un survivant de se dégager ou bien de prodiguer le coup de grâce. Un grattement se fait entendre et grâce à ma vision périphérique je vois un zombie cul-jatte qui veut me mordre. Mais mon compagnon aussi massif qu’un tank, et ayant la même discrétion, entre et s’en occupe d’une manière que j’ai jamais vu. Je me concentre donc sur mon tir de couverture. Téo descend pour finir le travail et me fait signe que tout est bien. Je regarde la rue et je lève mon pouce pour lui signaler qu.il n’y a rien à signaler de mon côté. Je le laisse parler avec les survivants du groupe de mon grand-père et je me décide à explorer la chambre en profondeur. Sous le lit où le charognard à sorti se trouve un sac à dos pour enfant et un calibre douze. Je trouve ça bizarre comme association, mais je crois que la femme pendu dans la salle de bain a dû se cacher sous le lit aussi. Dans le sac à dos se trouve quatre barres énergétiques avec la photo de celui qui m’accompagne. Il doit avoir été un sportif connu et comme je ne suis pas fan de sport, au contraire de Papy qui lui est un véritable gérant d’estrade. Reconnaissant le pas pesant de son allié du Vieux Marché, je m’installe sur le lit du défunt pour vérifier l’arme à feu. Elle semble en ordre malgré mon dédain pour les armes bruyantes de ce type. Donc quand Teo arriva il me trouve en train d’insérer les cartouches dans le magasin et de mettre la sécurité. Le type semble vraiment impressionner par mes tirs alors que je les trouvais plus que moyens. J’écris un mot pour lui répondre à son interrogation et faire taire ses inquiétudes. C’est bizarre d’habitude, à part Papy et mes amies, personne ne semble se soucier du laideron de service que je suis. Je le remercie de la tête alors qu’il me donne mes flèches.

Charlie- Oui je connais Essex. Papy habite là. Je suis pas mal sûr qu’il est une des causes que les charognards ne sont pas encore à entrer. Oui je me porte bien. J’ai vu et tu es arrivé au bon moment merci. Tu te bats bien.

Avant que l’homme tourne le dos je le retiens et lui donne deux barres énergétiques avec son visage en logo ainsi que le fusil de tranché. Je lui fais signe de prendre le tout et je l’encourage avec un signe de tête. Pendant qu’il a les mains pleines j’écris une nouvelle note.

Charlie- Tiens un nettoyeur de tranchée comme Papy surnomme les fusils à pompes. C’est facile à utiliser mais je n’aime pas trop le bruit. Si tu le veux prend le sinon on l’emmène pour les gens de ta communauté. On a sauvé à deux des gens. Il n’y a pas « tu » dans une équipe comme le dit Papy.


Je ne savais pas, mais je venais de citer le coach de l’équipe de Teofil. Le duo progressa alors avec assez de facilité, j’étais l’ombre et lui les muscles en cas de besoin. Hors ma lame a ouvert le chemin avec sa facilité habituel. On ne peut toucher ce qu’on ne voit pas et je m’applique à faire valoir cette règle en toute circonstance. Alors qu’on arrive devant nos objectifs je vois une marée de charognards. Aux bas mots une centaine dont quelques-uns semblent attirer par le magasin de moto. J’écoute ce que dit le sportif et je hoche la tête. Nous sommes en sécurité à l’abri des regards et je sors ma carte. J’étudie le plan et je constate que la horde qui était au nord a dû bouger depuis les trois derniers jours après mon passage. J’écris alors une note à l’attention de mon équipier.

Charlie- Surement une ou des personnes les ont attirés ici et ils sont dans le magasin de moto. J’ai une idée et le Seigneur va nous aider.

Il me regarde bizarrement et ça me fait bouffer un peu de rire, toujours le bon côté car je lui cache ma laideur. Sur mon plan je lui montre une église non loin d’ici, à l’opposé du Vieux Marché. Le clocher lui fait comprendre mon plan. Nous nous dirigeons donc le sanctuaire aux portes ouvertes et nous devons faire un peu de ménage Quelques charognards semblent essayer de trouver leur âme perdu et ça me fait un plaisir immense de leur permettre de se reposer une nouvelle fois. Je vois la corde de la cloche et je fais signe à Teo d’attendre. Il semblait vouloir la tirer. Je désigne un cadavre non loin et je fais le sine du pendu avec la langue en prime. J’écris rapidement.

Charlie- On accroche un mort à la corde et on le balance un peu plus haut. J’ai vu ça dans un film. L’effet du poids et contrepoids. Comme ça va faire un lueur et surtout nous permettre de se planquer dans une maison un peu plus loin et laisser le troupeau de charognards venir à la messe…


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Lun 20 Aoû - 18:29
Teofil Piotrowski
L’idée de Charlie de les attirer avec les cloches de l’église était un coup de maitre. Il avait pensé à une diversion aussi. Mais il n’avait pas imaginé l’église. Le polonais agrippa la grosse corde pour soupeser le bourdon et voir la masse et la force qu’il faudrait développer pour faire tinter la cloche. Mais le muet l’arrêta en lui indiquant qu’utiliser une goule serait plus propice pour eux et surtout plus safe. Le catamount acquiesça d’un signe de tête. Laissant Charlie sur place faire le guet, il partit en quête d’un cadavre à accrocher et jeter dans le vide accrocher à la corde. Seulement dans l’église il ne trouva personne. Il dû sortir et se retrouva face à une goule. Celle-ci le surprit. Mais Teofil se ressaisit. Il commença à l’attirer à l’intérieur de l’édifice religieux. Une goule vivante serait plus intéressante qu’un simple cadavre. En effet si elle bougeait elle ferait plus de mouvement et ferait sonner le lourd carillon plus longtemps et attirerait les morts plus certainement qu’un balancier qui risquait de s’arrêter plus tôt.

Voyant le muet armé son arc l’ex-hockeyeur lui fit signe de ne pas tirer. Il emmena la goule vers l’étage du clocher, l’entrainant dans l’escalier. Une fois certain que celle-ci le suivait il augmenta le rythme afin d’avoir le temps d‘attraper la corde du carillon et d’être en position de force. Il attendit quelque seconde avant de voir sa prise arrivée nonchalamment en grognant de façon pathétique annonçant toutefois son appétit féroce pour la chaire vivante. Mais le polonais avait prévu son plan. Et frappa avec sa crosse un coup rapide et puissant dans la rotule du prédateur ce qui le fit tomber vers l’avant. Passant au-dessus rapidement. Il s’installa sur son dos l’empêchant de bouger. La corde fut passée deux fois autour du cou du prédateur mort-vivant Et solidement ancrée avant qu’il ne se relève et n’aide sa prise à se relever elle aussi. Il la laissa la et redescendit rapidement rejoindre Charlie.


Teofil – « Voilà qui est fait. Maintenant plus qu’à l’attirer dans le vide et on pourra déguerpir d’ici. Les autres ne tarderont plus à rejoindre ce lieu ensuite. »

Il rejoignit le rez-de-chaussée du clocher et ramassa une brique au sol. Il n’avait pas besoin de faire un bon lancer juste faire un peu de bruit pour attirer la goule en haut et la faire sauter dans le vide. Teofil lança la brique contre le mur vers la zone ou était sa proie. Mais hormis un grognement sourd de la part de celle-ci il n’obtint rien. Il refit un second essai après avoir ramasser à nouveau le projectile. Le résultat fut le même. Il dut s’y reprendre à plusieurs reprises mais finit enfin par avoir le résultat escompter. La goule chuta dans le vide en braillant dans le vide mais sa chute fut arrêtée par la corde. Le polonais courut à l’extérieur du clocher pour ne pas devenir sourd lorsque la cloche retentit. Il suivit ensuite Charlie à l’extérieur. Rejoignant la rue de leur objectif, l’ancien capitaine de hockey indiqua a Charlie une maison d’où il pourrait faire le guet pour voir la rue se vidée et le magasin de moto ainsi que la pharmacie. Les deux objectifs des deux équipiers du moment. La maison semblait vide. Le Catamount entre le premier laissant à Charlie la lourde tâche de le couvrir et de s’assurer que personne ne les suivait à l’intérieur mort comme vivant. Sa dernière sortie, avec Jamie, l’avait refroidit des vivant hors communauté. Il grimpa rapidement à l’étage et vérifia les pièces. Il ne les fouilla pas. Il vérifia juste leur sécurité. Il redescendit rejoindre Charlie qui avait, il l’imaginait, et lui faisait confiance pour ça, sécurisé le rez-de-chaussée.

Teofil – « Je pense qu’on a un peu de temps pour avant de voir la rue se vidée complètement. Au fait merci pour le fusil mais … Euh … je ne sais pas m’en servir. Tu disais que s’était simple. Mais à vrai dire, je ne sais pas comment ça fonctionne. Et ce n’est pas du tout mon truc. Je préfère une bonne hache ou une bonne masse. »

Jet de dés:
 
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Mer 22 Aoû - 8:14
Charlie Murphy
Speed master
Bon je dois dire que j’aime bien Téofil. Il semble au moins un peu plus débrouillard que les gens en général et en plus il veut bien écouter ce que je dis. La cloche sonne comme si Quasimodo l’actionne avec fureur et nous nous dirigeons vers une maison qui semble disposer d’une solide porte. Un style coloniale dont l’ancien propriétaire a eu la sagesse de barricader les fenêtres du bas, protégeant les lieux malgré que la porte de devant soit ouverte et couverte de sang séché. Il entre et le gaillard va au second étage alors que  je m’occupe de sécuriser le rez-de-chaussée. Je ferme la porte d’entrée, la verrouille pour plus de solidité. Ensuite je vérifie chaque pièce, plantant ma lame dans la tête d’un cadavre dans le salon pour m’assurer qu’il ne revient pas d’entre les morts pour essayer de nous choper. Sinon les barricades ont l’air de bien tenir et surtout je ne trouve rien de plus dangereux qu’un miroir qui me revoit mon image qui ressemble à Double-face dans Batman.  Quand je croise le chef du Vieux Marché qui descend je lui fais sine de remonter. Dès que nous sommes en haut je prends quelques tapis décoratif et aussi une couverture pour les placer dans l’escalier. Ensuite on va s’installer sur deux fauteuils dans une pièce qui semble être un coin lecture.  Déjà par la fenêtre on voit la progression macabre des charognards qui se dirigent vers la messe immonde. Calant mon dos, après avoir enlevé mon sac à dos et déposer le tout près de moi, avec plaisir je trouve tout près un calepin et des crayons. Je le regarde alors de mon regard troublant et surtout analytique alors qu’il me parle de me rendre le fusil à pompe. J’écris alors rapidement une note de ma calligraphie superbe.

Charlie- Tu devrais le garder. Même si tu ne  sais pas l’utiliser tu sembles très bon avec les armes contondantes. La crosse en noyer est solide et ça fait une bonne massue. Aussi demande à une personne de t’apprendre à l’utiliser. Contre une dizaine de charognards ça pourra te sauver la mise. Autre point c’est intimidant si des pillards viennent essayer de te chercher des noises. Sinon si tu veux vraiment t’en débarrasser, emmène l’arme au Vieux Marché. Un membre de ton groupe pourra en trouver une utilisation.

Je sors ma barre de protéine chocolatée et avec attention j’enlève l’emballage métallique. Je jette un coup d’œil et j’estime que nous pourrions y aller dans environ une quarantaine de minutes. J’attrape ma gourde et lui tend car je ne sais pas si il y a de la flotte sur lui. Je pourrais même lui montrer la réserve caché dans chaque maison, à savoir le réservoir des toilettes. Elle est froide et pur. De nouveau j’écris une note. C’est bizarre, mais je veux le connaître. D’habitude mes interactions sociales se limitent à un sine de main et je pars avant de trop dégouter les gens. Je lui tends le calepin avec un petit sourire encourageant.

Charlie- Pourquoi ton visage est sur les emballages de barres énergétiques? Tu dois être très populaire et les gens t’aiment bien sûrement. Aussi tu veux me parler de toi pendant que les charognards vident la rue? À part Jessica, Leïa et Jamie je n’ose pas déranger les gens.




Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Ven 24 Aoû - 19:36
Teofil Piotrowski
Charlie se demandait pourquoi la tête du polonais se retrouvait sur les barres énergétiques au chocolat. Il sourit c’est vrai que maintenant il était un peu tranquille le temps que la rue se vide. Regardant la barre de céréale, le Catamounts repensa à ce moment où l’entraineur et le manager de l’équipe avait trouvé opportun de le mettre ainsi en avant. Il est vrai qu’il en avait grassement bénéficié les royalties qu’il engrangeait lui permettait de financer la fin de ses études. Quant au reste des bénéfices, il les envoyait en partie à ses parents et ses sœurs resté à Varsovie. Le reste il le gardait pour lui afin de se lancé dans la vie. Mais c’est vrai que cette publicité lui avait pas mal servit.

Téofil – « Ben en fait, je jouais dans l’équipe universitaire de hockey sur glace, les catamounts de Burlington. J’étais l’un des deux capitaines-adjoint. Etant polonais le manager et l’entraineur ont trouvé avantageux pour l’équipe de mettre en avant les membres européen qui avait un certain impact sur l’équipe. Il y a eu moins et il y avait Erik Jarlinson. Lui il était norvégien. Il est retourné en Norvège il y a deux ans. S’était le gardien de but de l’équipe. Et il me semble qu’il est joueur pro.

Le polonais se tourna vers le muet et lui sourit. Le remerciant au passage pour la gourde d’eau qu’il déclina. Il n’avait pas soif pour le moment et avait sa propre bouteille d’eau avec lui. Ne sachant pas si son équipier avait d’autre réserve d’eau, il préféra lui laisser sa gourde. Un instant l’ex-hockeyeur revoyait la gloire des matches. Mais rapidement, il revint à la réalité se questionnant sur le devenir de la petite communauté qu’il avait mené jusqu’à Richard pour créer les survivants du Vieux Marché. Il ne voulait pas trop y pensé mais il se disait que vu comment cela se passait il n’était pas si bien organisé que ça. Et puis même avec toute sa bonne volonté et l’envie qu’il voulait son leadership avait ses limites. Et beaucoup de ceux présent dans leur communauté était bien content d’avoir leur refuge et ne se souciait pas plus que sa de renforcer les défenses et autres, préférant laisser ce genre de préoccupation a d’autre, dont lui. Mais Téofil avait beau être doctorant en biologie il n’était pas du tout ingénieur civil ou militaire. Imaginer des défenses était assez problématique. À ce titre le vieux marchand qui s’était autoproclamé chef de la communauté était bien plus efficace que lui.

Téofil – « Tu sais, je te voies souvent arrivé comme une ombre et repartir aussi vite. Je ne sais pas comment tu fais. Mais parfois, je t’envie de pouvoir sortir comme ça, et d’être aussi libre sans attache à une communauté. Après je ne pourrais pas. Je me sens obligé, voir responsable de tout le monde. C’est étrange comme sensation. Mais si je devais comparer la sensation c’est comme à l’époque où j’étais capitaine adjoint je n’abandonne pas mon équipe et j’essaye de les motiver. »

Le catamount prit une profonde respiration et se releva avant de reprendre en regardant par la fenêtre les goules vider la rue.

Téofil – « C’est comme pour Jessica. Je sais pertinemment bien que je ne compte pas pour elle ça se voit. Dans ses yeux et sa façon de se comporter avec moi. Elle est présente mais distante en même temps. Je ne sais pas comment l’expliquer. En plus tu sais mes étude de biologie m’ont quand même donné des bases de lecture comportementale. Même si c’est animal, je les applique parfois à l’humain et la Jess c’est totalement ça. Elle a besoin d’une compagnie. J’aurais cru qu’elle aurait plus trouvé cette compagnie dans sa fiancée Leia. Mais elle m‘a écrit qu’elles étaient sœurs de cœur pas ensemble. Ca m’a un peu surpris vu la façon dont elle la regarde et est avec mais je n’ai pas posé de question. Et comme elle voulait de la compagnie Ben j’ai ait comme avec mes équipier de hockey. Je me suis montrer présent pour la motivé. Sauf que je n’ai pas l’impression que sa marche. Mais elle est absente mentalement quand on est ensemble. »

S’était étrange mais cela faisait du bien au polonais de parler de ça situation avec Jessica. Il ne se voilait pas la face. Sachant que Charlie était proche de la sourde il trouvait normal de lui en parler. Si le muet pouvait lui aussi aider la blonde platine pour lui remonter le moral qu’elle semblait avoir perdu, autant le faire. En plus cela lui faisait du bien de parler de ça.

Le regard du catamounts se porta sur la rue. Elle était maintenant quasiment dégagée de toutes goules et la pharmacie tout comme le magasin de moto se libérait de l’oppression de ces prédateurs cannibales.
Un bruit attira l’attention du catamounts. Cela venait de l’extérieur. Il regarda Charlie pour s’assurer que le muet l’avait entendu aussi. Et à la réaction de celui-ci il était évident que oui. L’est-européen s’avança prudemment vers la porte de la cuisine. S’assurant que son partenaire le couvrait. Le bruit ne ressemblait pas à un mort. Ca grattait à la porte en gémissant. Mais ce n’était pas aussi chaotique et aussi caractéristique qu’une goule. En se mettant sur le côté, Teofil fit signe à Charlie qu’il allait ouvrir la porte. Il décompta en dévoilant ses doigts puis ouvrit la porte à 0. Un chien errant entra. S’était un husky. Le polonais sourit il avait toujours aimé les chiens. A Varsovie il avait, chez ses parents un berger du caucase. Et c’est vrai qu’ici à burlington il n’en avait jamais eu. Il faut dire que dans son petit appartement du campus s’était compliquer d’en avoir un


Téofil – « Attends. Ne tire pas si on peut le garder j’aimerai. Enfin si tu veux bien. Je n’ai pas ta qualité de vigilance. Si je peux avoir l’atout d’un chien je t’avoue que ça me plairai. »

[i]Téofil regarda implorant son équipier. C’est vrai que s’était un risque. Il ne savait pas quel était le passé du chien. Ni si celui-ci l’accepterait. Mais il voulait tenter sa chance. Il respira profondément et commença a lentement s’approché de l’animal les mains en évidence paume tendue vers le ciel. Le chien grognait. Il avait une posture défensive et en même temps pas agressive. Le polonais chercha dans ses réserves dans son sac. Il en sortit un petit morceau de viande séchée. L’animal releva un peu la tête la tournant doucement de côté pour observe le bipède qu’il était. Le catamounts laissa la viande au sol et attendit. Après quelques minutes le husky se jeta sur le morceau de viande. En hardis par sa manœuvre réussie le polonais approcha la main de l’animal, oubliant toute vigilance vis-à-vis de la bête. La réaction ne se fit pas attendre Et l’ex hockeyeur se fit mordre la main. Heureusement pour lui le chien relâcha la prise laissant une belle marque de morsure sur le poignet du blond. Retenant un juron contre lui-même et cette action Teofil se tint le poignet blessé. Le husky grognait contre les deux hommes.

jet de dés:
 

hrp:
 
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Dim 26 Aoû - 8:42
Charlie Murphy
Speed master
Je croyais qu’il allait m’envoyer chier tout simplement. Bien des gens ne voulaient pas parler  de leur vie d’avant, de leur famille et de leur boulot. Je suis chanceux que ma seule famille qui me reste est trop têtue pour se faire avoir par les charognards. Même si Papy à le cancer il est plus solide que le roc de Gibraltar à mes yeux. Je suis persuadé qu’à l’heure qu’il est, il rouspète contre les miliciens d’Essex et de leurs facultés d’écouter ses conseils. Comme à mon habitude je ne peux pas m’empêcher de rien faire alors j’aiguise mon couteau pour lui redonner son tranchant pendant qu’il me parle avec son accent des plus étranges. Je hoche la tête, heureux que les gens l’aide à s’intégrer au lieu de le laisser dans son coin. Je n’ai pas eu cette chance, comptant mes amis sur les doigts d’une main et après mon accident, je ne comptais plus d’amis. La seule personne qui m’a accueilli ce fut Papy après ma tentative de suicide.  Le gaillard me sourit et me semble mélancolique. Il me dit alors qu’il me voit passer comme une ombre, ce que je suis pour bien des gens qui ne veut pas me voir ma gueule de porte-bonheur. Téofil aimerait faire le mouvement, être libre. Mais il est responsable des gens qui habitent le Vieux Marché. Je l’admire pour son dévouement et si je n’aurai pas un monstre à demi-fond j’aurai aimé faire ma part. Alors je prends le calepin et j’écris une note d’une calligraphie soigné et posé.

Charlie- Papy m’a toujours dis que j’avais des compétences pour survivre à plein de truc. Déjà que j'ai passé au travers de l’accident de voiture et du feu qui a couter la vie à mes parents. Du suicide raté que j’ai fait au lycée. Mais je vois que bien des gens ne peuvent sortir car ils ne savent pas marcher parmi les charognards ni se retrouver dans leur environnement. Je sais que je suis con de le faire, mais j’aime mieux aller en danger que les humains. Moi j’en suis pas un et si je meurs ça va passer inaperçue. Alors que ce si malheur arrive à toi, à mes deux seules amies au monde ou bien Papy les gens vont vous regretter et avoir de la peine.

Je relève la manche de ma veste de chasse et aux milieux des cicatrices par le feu on peut voir quelques cicatrices de lames et même le sillon d’une balle qui m’a enlevé quelques grammes de chair.

Charlie- Des gens que j’ai essayé d’aider m’ont pris pour un charognard. Une femme et son enfant étaient perdus dans la ville. J’ai essayé de m’approcher. L’enfant semblait avoir compris que je ne voulais pas faire de mal, mais sa maman m’a tirer dessus avant de prendre le garçon et de se sauver. J’ai essayé…

Je tremble de fureur contre moi et de mon physique ingrat. Mais surtout de mon mutisme à la con qui m’empêche d’être un peu humain. Je fini d’écrire et je lui tends alors mon papier pendant qu’il regarde la rue.

Charlie- Ils sont tombés dans les bras des charognards en tournant le coin de la rue. Leurs cris m’accompagnent à chaque fois que je m’endors. Leurs visages accusateurs me reviennent à l’esprit à chaque fois que je vois l’impact de balle. Si je n’avais intervenu ils seraient surement en vie aujourd’hui. C’est pour cela que je ne veux pas rester dans un groupe.  Je sais que je suis que la lie de l’humanité, la chose immonde.


J’écris alors une autre note et je lui donne avant de me préparer au départ.

Charlie- Jessica me semble bouleversé et comme tu dis elle aimerait avoir une personne dans la vie. Pour ma part j’ai oublié ça car aucune femme ne voudra d’un gars comme moi. Je vais essayer de lui en parler. Tu es une personne de bien et je vais surveiller pour que rien ne t’arrive car tu es important pour bien des gens. Tu sais que Papy est un de tes partisans? Il aimerait bien te connaitre. Aussi pour le Vieux Marché tu pourrais faire fortifier le tout comme j’ai vu à Essex. Des autobus avec des protections pour empêcher les charognards de se glisser en dessous pour bloquer les accès, des madriers pour faire des ponts entre les bâtiments. Des jardins sur les toits. Tu sais la profession des gens de ton groupe? Tu vas pouvoir leur demander de d’aider dans leur domaine qui sait.

Alors que j’ajustai ses sangles de sac à dos un bruit de grattement attira mon attention. Un charognard frappe sur la porte, mais un animal gratte pour entrer. Je hoche la tête et je suis le gaillard pour le couvrir. Nous descendons au rez-de-chaussée et c’est vers la cuisine que provient le bruit. Il fait un décompte de ses doigts et comme par magie mon arc encoché d’une flèche semble se matérialiser dans mes mains gantées. Je songe en voyant le chien entrer à une bonne grillade. Je suis un chasseur et à cause de mon instinct de prédateur je n’ai jamais eu la chance d’avoir un animal de compagnie. Disons qu’à cet instant on se regarde comme chien et loup. Mais à la demande de Téofil j’abaisse un peu mon arc. Un morceau de viande fut proposer en offrande et je me surprends à espérer que mon équipier gagne son pari. Mais l’animal mord et aussitôt mon arc se place en position de tir. On va manger du chien ce soir. Mais le sportif leva la main pour m’empêcher de tirer. Alors que je regarde le chien et une lumière s’allume dans mon esprit. J’ai vu plein de photos de famille avec l’husky dessus. Je tape sur l’épaule de Téofil et je lui fais signe que je reviens dans la minute. Je vais dans le salon et bingo c’est bien le même chien. Je regarde autour de moi et découvre son panier et ses jouets. En plus de ça une sorte de gourmandise canine qui repose sur la table de salon. J’empile le tout dans le panier et j’écris une note rapidement. J’amène le tout dans la cuisine et laisse les choses du chien au jeune homme qui semble décider à se faire un ami.

Charlie- C’est le chien de la maison je crois Il y a sa laisse, ses jouets, son lit et même sa nourriture. Bonne chance. Je ne crois pas que je serais bon pour t’aider. Tu veux que j’aille surveiller les environs?


Jets:
 

Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Dim 2 Sep - 20:02
Teofil Piotrowski
Teofil se tenait le poignet en grimaçant. A ce rythme, sa ration de nourriture du soir, s’ils devaient venir à camper se résumerait à une boite de fèves à la tomate, et une boite de fruit au sirop. Avec un peu de chance, il lui restait une de sardine. Mais si le chien ne se laissait pas apprivoiser avec les morceaux de bœuf séché, il allait devoir la sacrifier. Mais le muet revint avec plusieurs objets. L’attitude du husky changea de défensif agressif elle se mua en une position plus défensive interrogative. La tête légèrement tournée sur le côté. Et même si il grognait encore ses babines étaient moins retroussées. Une lueur d’espoir envahit le catamount. Charlie se laissa emporter par les ombres et redevint invisible. Le polonais était admiratif.  Mais rapidement après s’être secouer trente secondes les neurones, il reprit son attention sur l’animal. Lentement, il attrapa un jouet de l’animal et des croquettes. Teofil se mit à agiter le jouet devant le chien en lui parlant. Mais celui-ci restait sur la défensive. Il lui lança le jouet. Le chien l’esquiva et continuait à le fixer. Il lui montra la récompense. Le chien vint la manger avant de reculer et reprendre sa place en défense. L’ex-hockeyeur soupira en souriant. Il aurait dut s’attendre à ça. Il reprit de la nourriture du chien et lui en donna une bonne poignée. Lorsque le chien commença à manger, il alla chercher le jouet préalablement lancé. Il reprit sa place et recommença.

Il fallut un moment à Téofil pour parvenir à caresser enfin l’husky. Il y avait été intelligemment sans brusquer l’animal et avec la patience d’un bonze ascète devant qui défile les mets les plus délicats. Toutefois cela n’avait pas été sans mal. Il avait été pincé à plusieurs reprises et son poignet et sa main portaient les stigmates des dents et des crocs de l’animal. Heureusement pour le polonais celui-ci n’était pas méchant. Les actes de défense étaient superficiels. Les crocs s’étaient effectivement planter dans sa chaire, mais pas profondément. Il lui faudra cependant montrer sa main a et son poignet a Jamie à leur retour. S’il avait imaginé il aurait pris ses gants de hockey. Leurs coques en plastique et mousse de double densité auraient été une excellente défense contre les assauts de la mâchoire du chien de type primitif. Il resta un bon moment à donner des récompense au chiens, de l’eau, et a le caresser, s’assurant ainsi que celui-ci l’acceptait. Lorsqu’il en fut certain il se releva lentement pour ne pas le brusquer. Puis lentement il lui mit sa laisse et embarqua dans son sac deux jouets et un peu de nourriture. Il ne pouvait pas prendre avec lui tout. Mais le chien semblait accepter ce nouveau mettre qu’il était devenu.

L’ex capitaine des catamounts retourna à l’entrée avec le chien. En laisse. Celui-ci n’avait plus de comportement agressif. Par contre, vu le temps passé à devoir l’apprivoiser et à se faire accepter, Teofil avait perdu Charlie. Le blond se demandait ou était passé son équipier et surtout si rien ne lui était arrivé. Il commençait à avoir peur de devoir annoncer à Leia et Jessica que leur copain brulé ait disparut. Pourtant quelque chose lui disait en son for intérieur que le muet n’était pas bien loin. Le soleil commençait à diminuer en intensité. C’est là qu’il se rendit compte qu’il avait pratiquement passé une bonne partie de l’après-midi à tenter d’apprivoiser le chien. Il en était confus et gêné vis-à-vis du muet.

La rue était déserte maintenant leur plan avait fonctionné. L’église ne sonnait plus par contre l’effet de balancier avait dû s’arrêter et la goule au bout de sa corde devait probablement ne pas se mouvoir suffisamment pour continuer. Mais qu’à cela ne tienne. Leur plan avait fonctionné il ne restait plus au polonais qu’à se rendre au magasin de moto, ou à la pharmacie au cas où Charlie y serait déjà.

Le polonais avança rapidement le husky au bout de sa laisse suivait sans rechigner. Il arriva devant l’entrée du magasin de moto et observa l’intérieur depuis son point de surveillance. Il n’avait hélas pas une bonne vision de l’intérieur. Mais justement il espérait un peu que l’instinct de son compagnon à quatre pattes lui serait utile. Ou au mieux, que Charlie le rejoigne à nouveau.



Jet de dés:
 
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Jeu 6 Sep - 16:10
Charlie Murphy
Speed master
BBon je crois que je suis de trop dans ce tête à tête entre un Husky et l’assistant-chef de mon groupe. Enfin je crois qu’il l’est si je me fie à ce qu’il m’a dit. Enfin bref je ne suis pas le genre à me tourner les pouces en attendant et je me décide de visiter de fond en comble noté refuge provisoire. Histoire de laisser passer le cortège de charognards qui se dirige vers le leurre du clocher. Je commence par le sous-sol et je passe tout au peigne fin. Je soupire de découragement devant le tas de détritus inutiles que les gens semblent aimer accumuler. En tout cas si je désire décorer pour l’halloween, Noël ou une autre fête j’aurai juste à revenir ici et même les zombies auront le haut de cœur devant tous ces bidules tape à l’œil. La grande majorité des outils sont partis, sûrement pillés ou bien simplement que ceux qui habitaient on eut la clairvoyance de s’en servir pour fortifier un autre lieu ou bien simplement se défendre. Je soulève alors les épaules et je monte à l’étage, laissant la cuisine et le rez-de-chaussée pour l’adaptation entre l’homme et le chien. Pour ma part je crois que les animaux sentent le prédateur qui est mon alter-égo et n’aiment pas ça. Donc on fait un statuquo et nous restons loin l’un de l’autre. Je retourne les matelas, vérifie les tiroirs et les garde-robes. À part des jouets, autant pour enfants que pour adultes dont je laisse tomber en faisant une grimace de dégoût, et des vêtements je ne trouve rien. Comme je suis minutieux je passe une bonne partie de la journée. Mais après un temps alors que j’étire l’oreille je n’entends plu la voix des pays de l’est. Je descends rapidement, préférant croire que Téofil est  en train de jouer avec le chien que voir ce dernier la gueule pleine de sang et le cadavre du joueur de hockey la gorge arrachée. J’entre dans la cuisine mais rien à signaler à part l’absence du chien, de mon allié de sortie et de quelques jouets pour chien.

Je serre les dents de colère et je sors à l’extérieur. Au loin le clocher s’était tue ce qui n’augurait rien de bon. Les charognards iront au petit bonheur la chance et du moment où ils vont nous apercevoir, ils vont appeler leurs semblables et la chasse à courre sera ouvert. Je n’aime pas être la proie donc ça me fera royalement chier d’être dans ce rôle. Malgré tout je me cache derrière l’épave d’une voiture incendié et je surveille les environs. Au moins les zombies sont absents de mon champ de vision. Mais je me taperais la tête sur la tôle de la voiture vandalisé si je me fouterais du bruit en voyant Téofil et Copain qui font le pied de crue directement devant le magasin de moto. Je cogne légèrement le bitume avec une de mes flèches et aussitôt le chien en laisse se tourne dans ma direction. Dès que le polonais me voit à son tour, je lui fais signe de me rejoindre.  Je dois ressembler à un type avec des lampes qui guide les avions dans les aéroports. Dès qu’il arrive près de mon je lui fais signe de se cacher à couvert. Alors en restant loin du chien qui me fixe bizarrement, je n’ai pas trop envie de manger du canidé ce soir heureusement pour lui, j’écris une note de ma belle calligraphie soignée malgré la rapidité que j’utilise pour la rédiger.

Charlie- Je t’ai perdu de vue désolé. Le magasin était au centre de l’attention des charognards. Sûrement de gens barricadé à l’intérieur. Nerveux et aux abois. Ne reste jamais à découvert dans la rue des gens pourront décider de te tirer dessus.

Je lui montre mes yeux et je pointe ensuite le vétérinaire. Il n'y a qu'un pas pour qu'il comprend que j'ai déjà subi plus souvent qu'à mon tour des tirs des survivants paniquer. De nouveau une note change de mains.

Charlie- Le vétérinaire a été vandalisé. Il y a deux jours elle semblait intacte. Peut-être que les gens du magasin de moto ont forcé le vétérinaire et déclencher l’alarme. Ils se sont réfugiés dans le magasin de moto alors que tous les zombies des environs se sont pointés pour investiguer.

J’écris alors à l’endos de ma première note et je continue de surveiller la rue à la recherche d’un mouvement suspect.

Charlie- Sur le toit la porte d’accès semble être ouverte. Le point le plus facile d’entrer sera en arrière par l’entrepôt. Tu veux encore y aller? Des gens pourront avoir besoin d’aide ou bien c’est des pillards qui vont essayer de nous allumer. Mais on doit bouger car bientôt des charognards vont arriver par ici et ce sera nous qu’ils vont voir.

Je le regarde et je vais me plier à sa décision. Mais mon instinct sone à cet instant que le temps presse.





Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Lun 10 Sep - 4:01
Teofil Piotrowski
Alors qu’il regardait à travers l’une des fenêtres du magasin, l’husky se mit à gronder, rappelant Teofil à l’ordre. Il aperçut alors Charlie qui lui faisait de grands signes. Il le rejoignit souriant en se disant que pour une fois le muet était tout sauf discret. Cela dit si le chien n’avait pas été là il ne l’aurait pas vu. A peine arrivé Charlie lui tendit une missive. Il s’empressa de la lire. Une suivante apparut dans sa main alors que le verso de la première devenait le support pour une troisième. Heureusement pour lui, le polonais lisait très vite. Ce qui permit un échange relativement rapide. Les deux premières notes renforçaient l’idée du catamounts. Il aurait bien répondu au Charlie mais le chien se mit à grogner et à montrer les crocs face au muet. Téofil intervient rapidement et sèchement sans pour autant être violent. Il tira un coup sur la laisse et avec sa main libre la posa sur le museau du chien le forçant à baisser la tête preuve de soumission. Il ne relâcha son étreinte que lorsqu’il sentit que l’animal abandonnait. Il congratula alors le chien pour lui faire comprendre que s’était bien puis revint a Charlie.

Téofil – « Désolé. C’est un nouveau maitre, et de nouveaux compagnons, pour lui. Il faut que je refasse l’éducation quoi. Mais pour ce qui est du magasin je suis d’accord avec toi il doit y avoir du monde dedans. C’est pour ça que je regardais. S’il y a des survivants c’est de notre devoir de les aider. Mais je n’ai rien vu. Pour ce qui est du vétérinaire je ne sais pas c’est une hypothese possible oui mais ta carte tout à l’heure semblait montrer que ce groupe de mort était déjà là depuis un moment il me semble. Ou alors j’ai confondu les quartiers. Ce qui est possible je ne l’ai vue que peu de temps. Et pour tout te dire oui je voudrais quand même bien tenter le magasin de moto si on peut y trouver de l’équipement cela serai vraiment pas mal. »

A vrai dire le polonais espérait y trouver quelque chose pour lui. Ou au pire s’il ne trouvait pas pour lui pour quelqu’un de la communauté ou pour Charlie même. Le muet l’avait bien aidé. Si il pouvait lui rendre la pareil ne fusse qu’en lui dégotant une veste de cuir solide ou des protections de moto. Sinon il pensait aussi a Jamie qui il faut le reconnaitre n’avait pas beaucoup de protection pour ses sorties.

Il regarda l’entrée mise en avant par Charlie et hésita car grimper sur le toit si il y a une échelle va lui être compliqué compte tenu de son épaule, et surtout le chien ne pourra suivre. Mais rien ne coutait d’aller voir. L’ex hockeyeur fit signe à son homologue qu’il était prêt à y aller et prit la direction de l’arrière de l’entrepôt. Il restait à couvert du mur et au aguet. La laisse du chien assez courte pour sentir toutes les réactions de celui-ci. L’animal avait un instinct de survie bien plus développée que celui de l’être humain, et surtout une attention sur l’environnement plus efficace. Teo devait reconnaitre que sur ce point le muet avait beaucoup de point similaire avec les animaux mais un homme reste un homme. L’husky était-il faut l’avouer un renfort solide en guise d’alarme. D’ailleurs arrivant à l’arrière du bâtiment, peu avant de tourner l’animal se bloqua. Se mettant en position défensive et grondant les crocs bien visibles, l’ex hockeyeur fit signe à Charlie qui se trouvait derrière lui. Il passa la tête pour observer ce qu’il y avait. Il était suffisament en retrait pour ne aps qu’on le voie et heureusement. Car ce qu’il vit ne lui plu pas. Derriere le batiment se trouvait des grille et l’acces au toit était libre par un escalier. Dans les grilles, il y avait un trou à peine bloquer par quelque caisse Mais surtout cela ressemblait a une court ou il y avait des pneus de stockés et des caisses. Parmi ceux-ci se trouvait un homme en sale état. Il semblait avoir été roué de coups et était inconscient. Attache à la gouttière il y avait une femme dans un état presque semblable si on oublie les vêtements déchiré et son pantalon sur les cheville. Il n’était pas compliquer de comprendre la suite. Si l’homme était mourant il faudrait peu de temps pour qu’il revienne a l’était de goule et ne s’en prenne à la femme. Il n’y avait qu’eux visiblement. Et la porte qui donnait dans la remise du magasin était grande ouverte il n’y avait pas de bruit venant de la. Par contre la porte sur le toit que Charlie avait indiquée comme ouverte était visible et une grosse planche faisait la jonction entre le bâtiment de moto et celui d’à coté De la ou il était tout a l’heure cette planche n’était pas visible. Téo l’indiqua au son équipier.


Téofil – « Qu’est-ce qu’on fait. Si on ne peut pas les laisser là. Tu veux que je m’occupe d’eux pendant que je te laisse sécuriser le bâtiment ? Mais à mon avis pour être safe faudra retirer le pont là-haut. »

Jet de dés:
 
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo) Mer 12 Sep - 8:19
Charlie Murphy
Speed master
Mon coéquipier arrive près de moi et Médor ne semble pas content. Il devrait arrêter de me chercher ce chien sinon j’en fais une brochette pour souper. Alors que je plante mon regard d’azur troublant dans ses prunelles, l’husky commence à grogner. Je mets ma main sur le manche de mon couteau de chasse avec l’intention de lui planter dans le crâne. Mais le russe, je crois qu’il l’est ou bien il vient des pays de l’est c’est une certitude, fait preuve d’autorité envers la bête pour lui montrer qui est le patron. Je laisse un petit sourire de satisfaction envahir mes lèvres et je lève ma main pour lui signifier que c’est rien. Alors il me donne son opinion et je ne peux que me pencher vers son avis. Si des gens sont pris je vais les aider, mais je vais laisser Téofil parlementer pour nous deux. Si c’est moi qui y vais je suis sûr que je vais manger du plomb ou bien être blessé par un autre moyen. Bien des gens me confondent avec un charognard et en plus que je suis muet je ne peux pas trop leur prouver qu’ils ont tort. J’écris rapidement une note et lui tends en me levant un peu du couvert de la voiture pour analyser la zone.

Charlie- La horde était là mais éparpiller sur quelques blocs. Hors quelque chose les a attirés ici pour ne former qu’une immense meute. Je te suis.


Je couvre l’avancé de mon ami, ça me fait bizarre d’utiliser ce mot qui me semble si étrange en fait, en surveillant la rue. Comme à mon habitude je suis silencieux, un véritable spectre  qui disparaît et réapparaît comme bon lui semble. Je me plaque à mon tour près du bâtiment et je laisse les sens de mon Alter-ego prendre le dessus. Tout me semble plus lumineux et chaque son est amplifier. Il me montre la planche qui fait le pont entre un immeuble d’habitation et le magasin de moto. Il me parle et quand il a fini je lui demande d’attendre un instant. Je me rends au coin et je sors juste un œil pour contempler la scène. Le Chasseur hurle sa méfiance et l’Humain m‘implore d’aider mon prochain. Mais je prends quelques instants pour analyser la scène. Les victimes sont déplorables et vont chercher ma sympathie. Mais il y avait des charognards il y a peu de temps donc ce sera plus des morceaux de cadavres que j’aurai sous les yeux. L’homme respire avec difficulté, mais malgré ses blessures je ne vois aucun sang près de lui. La femme semble terroriser, mais elle regarde surtout l’immeuble voisin et le toit. Non la rue comme le ferait n’importe quel survivant qui veut voir le charognard avant que lui ne le remarque et appelle la meute. Je regarde l’immeuble en question et je vois un rideau bouger faiblement. Comme si une personne essayait d’épier notre venue. Sur le toit près de la planche une nuée de petits oiseaux s’envole. Donc ils ont été déranger. Je prends Téofil au collet et je l’emmène à couvert derrière une camionnette de livraison. Je lui fais signe du silence avec mon index sur mes lèvres charnues et j’écris une note.

Charlie- Ils sont des appâts. Trop bien placer. Des pillards ont dû les capturer ou un truc du genre.  Il y a des gens dans l’immeuble et aussi sur le toit du magasin de moto. La femme a plus peur d’eux que des possibles zombies. Maintenant j’ai un plan. Il est risqué mais si tu veux les aider et t’en sortir on va devoir travailler en équipe.


Je lui montre le camion de livraison et aussi le magasin de moto. Ensuite j’écris quelques mots.

Charlie- Je vais grimper sur le camion et ensuite je monte sur le toit. Je m’occupe des gens qui sont embusquer et quand tu vois la planche tomber tu fonce aider les prisonniers. Je te couvre et quand tu as fini tu vas te planquer dans l’entrepôt. Je te rejoins et on est barricader. Les charognards vont surement nous entendre donc les opposants vont rester chez eux et nous dans le magasin. Mais on a un avantage. Le camion de livraison au quai de déchargement. Il n’était pas là dernièrement et je mets ma main à couper qu’il fonctionne.

J’attends alors sa décision.

Pour Téofil:
 


Trouvailles:
 



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Speed Master (P.V. Téo)
Contenu sponsorisé
[TERMINE] Speed Master (P.V. Téo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Guitare Snaker THE Guitare Master !
» Quel sont les moyens de gagner des Master Stones ?
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» CONFESSION DE BEAUVOIR JEAN EX-CHEF GANG DE MASTER B A MONTRÉAL-NORD
» Speed-Dating Lou ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Quartier nord :: Zone commerciale-
Sauter vers: