Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Mar 4 Sep - 17:13
Jamie Matheson
Est la suite directe de Une Sortie périlleuse

Jamie n'en revenait pas d'être arrivée à bon port. D'être en vie. A peu près entière. Et que Téofil soit encore en vie aussi, certes beaucoup moins entier. Arrivée devant la porte, la scène qui se déroulait sous ses yeux lui apparut comme lointaine, derrière la vitre d'un aquarium. La violence des mots des deux survivants passèrent comme au travers de son corps meurtri par les coups et les crampes ; il lui faudrait encore quelques heures pour se rendre compte de l'implication de ces mots, mais elle n'en était pas encore là. Pour l'instant elle était juste lasse, fatiguée et bien trop chargée. Une nausée sourde envahissait son estomac, remontant jusqu'à sa gorge, alors qu'elle n'avait rien avalé depuis bien trop longtemps.
Le coup de Téofil avait comme réveillé Jamie, qui lâcha un juron de surprise, et se mit en position au cas où il serait nécessaire de séparer les deux opposants ; non pas qu'elle se souciait de l'état d'Angus plus que ça, mais elle refusait de voir son patient s'esquinter encore plus. Il en avait assez fait aujourd’hui, pensa-t-elle d'un air sérieux. Heureusement la situation ne s'envenimât pas, et ils purent entrer au Marché sans souci. Il se séparèrent après quelques mots de remerciements et d'amitié.

Jamie, une fois seule, courut sous la douche, et se lava comme jamais elle ne l'avait fait. Sous l'eau glacée, elle se laissa même aller et lâcha quelques larmes, invisibles sous le rideau liquide. Retournant dans sa chambre avec des vêtements propres, elle se rendit compte d'à quel point elle avait faim ; jamais elle n'arriverait à dormir dans ces conditions. Aussi se rendit-elle dans la cuisine, où elle prépara quelques pâtes à la sauce tomate, rien de compliqué, mais qui cale bien. Elle n'était pas sûre que ça soit utile ou pertinent, mais elle en prépara deux assiettes. Se dépêchant pour éviter que ça ne refroidisse, elle alla chercher ses affaires médicales dans sa chambre, et se rendit devant la porte de Téofil, où elle toqua.


    - Téofil ? Excuse moi, c'est Jamie ? J'espère que je ne te dérange pas ? Si tu ne dors pas encore, j'ai fait un peu à manger, et j'ai de quoi essayer de te remettre sur pied...
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Mer 5 Sep - 13:45
Teofil Piotrowski
Le polonais avait jeté lourdement son sac et ses affaires sur ce qui était son lit. Retirant son pull avec précaution et lenteur il ne put s’empêcher de grimacer a la morsure du mouvement de son épaule. Il était content qu’elle soit toujours mobile et intact mais l’articulation était douloureuse et les mouvements amples lui faisaient mal. Il retira son plastron de hockey. Cette protection était efficace et lui avait bien servit contre bon nombre de choc. Mais dans cette sortie, elle n’avait pas vraiment servit. Le catamounts rêvait d’un massage et d’un repas chaud, puis de repos. Mais là il avait surtout besoin d’une bonne douche. Aussi sortit-il de sa chambre pour rejoindre les douches. Il savait qu’il n’aurait pas d’eau chaude. Mais ce n’était pas grave que du contraire. La fraicheur de l’eau allait probablement lui calmer un peu la douleur de son épaule.

Il prit son temps car comme prévu la douche le délassa et lui permis de calmer les appels d’alerte douleur de son corps. Lorsqu’il sortit enfin pour regagner sa chambre 20 bonne minutes était passée. Il n’avait pas pris la peine de remettre son tshirt la fraicheur du Vieux marché lui faisant du bien. Il découvrit alors Jamie avec deux assiette de pâte sauce tomate a la main et une trousse de soins. Teofil ne s’attendait pas à la voir là. Mais il devait bien reconnaitre que cela lui faisait plaisir. Et l’assiette de pâte avait l’air bien bonne.


Teofil : - « Bonsoir Jamie. Entre vas y fait comme chez toi. Ne t’étonne pas de l’ordre inexistant je ne suis pas du genre maniaque sur le rangement. »

Il lui sourit en ouvrant la porte. En effet, le local qui lui servait de chambre était tout sauf ranger. Mais comme le polonais n’avait pas grand-chose. Cela serait vite dégager. Il posa son tshirt sur son lit à coter de son plastron de hockey et de ses affaires et commença à mettre un semblant d’ordre. Les protections de hockey et sa crosse furent rassemblées et posée dans un coin à côté de son sac. Son pull rejoignit la petite table, et son t-shirt revint dans sa main. Il entreprit de le remettre mais ce fut une étape laborieuse car son épaule s’étant endormie au contact de l’eau froide se réveilla un peu brusquement. Mais cela ne l’empêcha pas de terminer de s’habiller. Une fois fait il invita Jamie à s’assoir. Il n’avait pas vraiment d’autre possibilité que la chaise la table ou le lit.

Teofil : - « Merci pour les pâtes. Ca va faire du bien après une journée pareil. Désolé pour tout à l’heure avec Angus. Je n’ai pas pu me retenir les nerfs ont lâché. J’espère que tu ne m’en veux pas d’être intervenu. Je ne suis pas du genre bagarreur. Sauf sur la glace. Mais là c’est pour d’autre raison. »

Le catamounts s’assit sur son lit en souriant a Jamie. L’odeur des pâtes commençait a envehir sa chambrée lui mettant lentement l’eau a la bouche.

Teofil : - « Et toi comment tu te sens. Pas trop éreintée par la journée ? »
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Mer 5 Sep - 16:29
Jamie Matheson
Jamie sursauta en entendant Téofil approcher. Rosissant en le voyant torse nu – ah oui, quand même - , elle bégaya deux secondes avant de se reprendre.

    - Oh, ah, dé- désolé, je pensais que tu étais là. Et euh, ne t’inquiète pas, ça n’est pas particulièrement bien rangé chez moi non plus.

Ça c’était un peu faux, mais bon, c’était un pieux mensonge. En entrant elle posa les assiettes sur la table, et l’aida à ranger sommairement, plus pour la forme ; elle s’en fichait du bazar, au moins on savait que quelqu’un vivait là dedans. Les environnements minimalistes l’avaient toujours mis mal à l’aise, elle ne savait pourquoi. Cette blancheur, ce dénuement, rien qui ne dépassait. On aurait dit des lieux dans lesquels on faisait le deuil.
Une fois ses fesses sur la chaise, Jamie tendit une assiette à Téofil,
« Bon appétit ! » et piocha elle-même joyeusement dans la sienne. Ça n’avait beau qu’être de simples pâtes, c’était le meilleur plat qu’elle avait mangé depuis bien longtemps : elles avaient le goût de la victoire, du soulagement et de l’espoir.
La jeune femme répondit à Téofil entre deux machouillements satisfaits :


    - Ne t’inquiète pas, tu n’as pas besoin de t’excuser. J’ai juste eu peur que tu ne casses autre chose encore. Tu en as assez fait pour aujourd’hui. Elle inspira longuement. Moi ? Ça va, mieux que ce qu’on aurait pu imaginer après une telle journée. Je pense que demain ça ira moins bien par contre. Soupir. Écoute, c’est sûrement très bête, mais j’ai merdé à pas mal de moment aujourd’hui. Je me sens responsable de ce qui t’es arrivé, au moins en partie, et j’aimerais m’excuser. Ça ne changera rien à ce qui s’est passé, malheureusement…

Un pâle sourire barrait le visage de Jamie. Elle aurait presque pu passer en revue les moments où elle avait merdé. Ou bien les moments où sa simple présence les avait mis en difficulté. Si Téofil avait été seul, il n’aurait probablement pas été abandonné. Et au moment où elle descendait du toit, il aurait pu être à sa place, plutôt que de retenir les assaillants… Bref, elle n’allait pas être exhaustive non plus.

    - Enfin, une fois qu’on aura fini les pâtes, je m’occuperais un peu de toi. Elle sourit. Tu as l’air d’aller mieux, mais on va vérifier ça un peu mieux. Comment est-ce que tu te sens ?
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Jeu 6 Sep - 1:51
Teofil Piotrowski
L’assiette de patte fut entamée des deux côtés avec égal appétit. Certes s’était là un repas simple et facile mais en cette période il était particulièrement apprécié. De plus Teofil connaissait les propriétés des sucres lents des pâtes étant sportif professionnel il en avait plus qu’abusé. Et dans leur situation s’était simple rapide et efficace. Mais pour l’heure cela faisait surtout énormément de bien. Le polonais avait par contre fait fit de l’etat joliment rosi du visage de son équipière de l’après midi. Il n’était pas dupe et savait a quoi s’était du. Il se savait plutôt bel homme. Mais n’en jouait d’ordinaire pas. Mais savait que beaucoup de fan féminine venait voir les entrainements pour le voir sortir torse nu en été lui ou son co-capitaine adjoint d’origine norvégienne, Erik Jarlinson. D’ailleurs il n’était pas rare que les deux compères s’exhibent (en tout bien tout honneur juste se montrer) afin de booster le soutient des fans. Teofil et Erik avait même participé à des campagnes de pub dans la région. Il faut dire que les deux catamounts portait leur surnom à merveille sur la glace Erik tait surnommer le Mur car peu de palet atteignait le but quand il s’y trouvait. Quand a Teofil au vu de ses actes sur la glace, sa façon de protéger le palet ou de repousser ses adversaires l’ours lui avait été designer naturellement.
Mais en ce qui concernait l’etat de Jamie il n’avait rien dit préférant faire comme si de rien était. Il mangeait en présence d’une amie et pour lui ça suffisait a terminer la journée comme il fallait.

Amie semblait autocritique quand a sa prestation de l’après-midi. Elle avait fait une critique plutôt négative même. Il ne put s’empêcher de sourire. Et comme toujours, il reporta cela a des éléments qu’il connaissait, comme un après match par exemple ou une analyse d’une observation scientifique lors de ses cours de bio. Mais il fallait bien qu’il le reconnaisse, il avait beau en avoir dans le crane, à l’heure d’aujourd’hui s’était plus ses capacité instinctive de leader (adjoint) d’une équipe de sport qui prenait le dessus pour aider ses camarade d’infortune. Il n’avait pas répondu ayant la bouche pleine et ne voulant pas la couper par politesse. Mais lorsqu’il eut finit son assiette et qu’il la posa sur la table Jamie lui fit une proposition qui le fit rougir. Les mots choisis par la jeune femme le mirent un instant mal à l’aise ou plutôt le figèrent dans une expression mi amusée mi interrogative. Elle souhaitait s’occuper de lui. De ses dires, il allait mieux et elle tenait à vérifier que tout allait bien. Mais dans une meilleure vérification plus … efficace. L’esprit de Teofil tourna les propos immédiatement de façon salaces. Pourquoi ? Simplement parce que s’était un homme. Qui plus est un homme qui n’avait plus eut la moindre relation depuis un moment. Ajoutons à cela que Jamie avait quand même la réputation de soulager les membres de la communauté de leur stress par ce genre d’actes s’était du coup assez facile de faire le rapprochement. Mais lui n’étais pas ce genre d’homme. Bien qu’il soit u homme comme un autre ce n’était pas son genre de prendre amante une personne pour le simple fait d’une partie fine.

Puis rapidement son esprit observateur, repris le dessus. Elle était venue avec une trousse de soin et elle avait tout de même des bases de médecine. Il soupira de soulagement. En se disant que s’était pour cela et que ce n’était qu’une interprétation humaine facile d’une phrase sortie d’un contexte. Il se rassit sur le lit et sourit gêné de sa méprise. De plus étant avec Jessica au yeux de tous en tout cas il n’aurais pas osé car il s’inquiétait pour elle et ne voulais pas lui donner de fausse impression supplémentaire. Il avait bien remarqué qu’elle n’allait pas bien du tout.

Téofil – « Pas de soucis pour un examen plus poussé et plus efficace Docteur. Par contre excuse moi je t’ai donné l’impression d’avoir mal interpréter tes propos. Je dois t’avouer que c’est en effet le cas je me suis demander ce que tu me proposais. »

Le polonais venais de se rendre compte qu’en s’excusant il avait lui-même fauté, mettant le doigt sur une interprétation non voulue. Et s’en voulais du coup d’avoir peut-être renvoyé à son amie une image d’elle qu’elle voulait surement ne pas voir ce soir-là. Confut, embêté, gêné par sa bévue, le catamounts se gratta l’arrière du crâne Cherchant des yeux un objectif auquel se raccrocher pour rebondir et changer de conversation. C’est en passant son regard sur ses protection de sport et sa crosse devenue son arme qu’il trouva la façon de changer de sujet. La critique négative qu’elle avait fait d’elle.

Téofil – « Tu as fait de toi une critique plutôt négative ce soir. Je vais te répondre comme si tu étais un équipier et qu’on sortait d’un match. C’est bien de voir les point négatif sa permet de savoir quoi amélioré pour l’avenir. La gestion du stress dans l’épreuve c’est difficile au début sur la glace ou lors de mes examens en bio j’avis super dur de maitriser. Apres j’ai trouvé Mais c’est en persévérant qu’on s’améliore. Et c’est en se repassant les actions qu’on peut analyser et voir ce qui est a amélioré. Mais je ne pense pas que tu ait été si mauvaise que ça aujourd’hui. La preuve je suis là. Sans ton aide, j’aurais perdu la mobilité de mon bras. J’aurais peut-être même été abattu par les pillards. Je n’aurais pas pu me reposer dans la dernière maison ou on s’est réfugier. Non t’as été super efficace. Ne pense pas que t’ai merdé quelque part car moi je considère que tu as été décisive dans ce match, pardon dans cette sortie. »

Le polonais souriait sur de ses paroles. Il se voulait réconfortant vis-à-vis de son amie. Puis passé ce moment il retira a nouveau son tshirt pour lui permettre de l’examiner.

avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Sam 8 Sep - 15:24
Jamie Matheson
Jamie rosit et secoua les mains devant elle. Elle n'était décidément pas très douée pour manier les mots, si une proposition – qu'elle croyait être formulée innocemment – pouvait se retrouvée interprétée en tant que telle.

    - Non, non, loin de moi cette idée ! Excuse moi si j'ai pu te faire croire que... Enfin, c'est en tout bien tout honneur. Elle reprit contenance et sourit : Le Marché a besoin de toi en bon état, c'est tout. Et je ne sais pas si je serais très efficace, mais c'est mieux que rien...

Elle se tourna pour chercher sa trousse de premiers secours – en fait une bête boîte en plastique où elle avait amassé toutes les maigres possessions liées à la pratique de la médecine, et sur laquelle elle avait, plus pour la blague, dessiné une croix au feutre rouge – et sursauta en entendant Téofil changer de sujet et revenir sur ses paroles précédentes. Elle n'avait pas particulièrement attendu de réponse, et encore moins une comme celle que lui fit le jeune homme. Elle nota la métaphore filée de l'équipe de sport – c'était assez adorable de sa part, mais d'un autre côté assez drôle.
Décisive ? Peut-être qu'elle avait aidé, mais elle avait fait plus de mal que de bien. Si un joueur marque une fois un but sublime, et ensuite en met quatre contre son camp, ça ne fait pas de lui un joueur décisif. Du moins pas dans son camp. Mais elle savait que les gens – et le Polonais en premier – étaient bornés, aussi ne répliqua-t-elle pas. Elle se connaissait, et savait bien qu'elle n'acceptait pas facilement les compliments, même argumentés. C'était peine perdue.


    - Merci, c'est gentil... Mais j'aimerais réussir à me voir comme tu le fais, ça serait quand même beaucoup plus simple. Bon ! Passons aux choses sérieuses !

Jamie observa son patient sans ciller. Avant, elle avait été surprise par la semi-nudité du jeune homme dans un contexte particulier, alors que là, c'était une donnée essentielle pour qu'elle le soigne, et elle n'y voyait rien de plus que ça. C'était étonnant comme le contexte avait une part importante dans la vision qu'on avait des choses...
Elle s'approcha, et grimaça en voyant la tâche sombre qui maculait l'épaule de Téofil ; attrapant son bras, elle le manipula doucement, le faisant tourner autour de son axe et le déplaçant, tout en guettant le moindre blocage.


    - Tout va bien ? Niveau douleur, tu en es où ? Si jamais il y a un mouvement, ou un endroit plus douloureux, dis le moi...

Petite palpation, et elle recula d'un pas. Sortant un tissu stérile de sa trousse à pharmacie – elle économisait les compresses stériles « officielles », se doutant qu'elles allaient être de plus en plus rares, et les gardait pour les plaies ouvertes et les situations d'urgence – elle l'imbiba d'alcool médical, et la posa sur l'épaule du blessé.

    - Bon, à part de l'alcool et du repos, on ne peut pas faire grand chose. Si la douleur empire, n'hésite pas à mettre une écharpe. Mais n'en abuse pas, sinon tes muscles vont trop s'habituer au repos.

Elle sourit, et rangea tout son barda.

    - Autre chose à signaler ? Des trucs moins graves, coupures, douleurs, bleus quelconques ? Un choc au ventre à un moment ? Soupir. La journée a été longue et agitée. A la moindre douleur ces prochains jours, n'hésite pas à venir me chercher. J'ai un copain qui a fait une chute à vélo toute bête un jour, mais sa rate avait explosé, ça n'a pas été détecté rapidement et il est décédé quelques jours plus tard. C'est pas pour t'effrayer hein ! C'est juste que... Je suis un peu démunie, sans appareils ni chirurgie ni rien. Donc autant faire attention.

Quel oiseau de mauvais augure !
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Lun 10 Sep - 10:00
Teofil Piotrowski
Quel idiot il avait pu être que de penser à une telle chose. Il espérait ne pas avoir froissé son équipière avec sa bêtise. Aussi avait-il gardé la bouche fermée le reste du temps se contentant de lui répondre lorsqu’elle manipulait son bras. Il lui indiqua les degrés de douleur en grimaçant. Mais il devait reconnaitre que malgré tout s’était moins douloureux que lorsqu’il s’était cassé la clavicule à l’époque où il était encore à Varsovie. La remarque de Jamie sur son ami décédé quelque jour après une rupture de la rate suite à une simple chute de vélo le surpris lui offrant un léger frisson d’angoisse laisser par cette idée. Il savait qu’elle l‘aurait remarqué puisqu’elle lui appliquait un chiffon imbibé d’alcool sur l’épaule. Masi il l’a rassura.

Téofil – « Non, rassure toi. Avec le hockey on avait des visites médicales assez régulières surtout à mon niveau. De plus grâce à ça j’ai appris aussi à prendre soin de moi à ce niveau là pour ça que malgré l’apocalypse présent actuellement, je continue à m’entretenir. »

Par contre le polonais était embêté que Jamie ne se voit pas comme une gagnante. Si elle se dévalorisait, elle risquait de perdre confiance en elle. Ce qui risquait de lui faire faire des erreurs. Ou pire de se croire inutile. Et Jamie était tout sauf inutile. Même si elle n’avait rien d’une neurochirurgienne, ou d’une chirurgienne cardiaque, il s’en fichait à l’heure actuelle de tels talents étaient certes précieux. Mais aux yeux du catamounts totalement obsolète si il n’y avait pas de salle d’opération stérile, d’instruments et machine qui vont pour ce métiers. Il estimait à la limite qu’un médecin de campagne, un généraliste, était plus important. Car actuellement c’est plus des blessures comme la sienne, des coupures, des cassures, foulures, qui risquaient de survenir. Et avec l’hiver à leur porte les grippes, rhume, laryngite, pharyngite, refroidissement en tout genre. Alors une étudiante en médecine qui a vu les bases des différentes maladies, des différents chocs lui semblait plus importante. Mais il ne voulait pas la vexée. Mais son côté leader le poussait à aider sa camarade. Il lui fit face.

Téofil – « Tu sais. Je suis peut etre un optimiste ou c’est mon côté capitaine adjoint qui est le plus fort je ne sais pas. Masi j’ai envie de te dire ne pense pas que tu sois un boulet. Ne te dévalorise pas. Car tes talents sont importants. Important pour toi, pour moi, pour le groupe. Tu es loin d’être incapable. Tu n’es pas une chirurgienne ou une neurologue c’est vrai mais qu’aurais tu en étant neurologue avec moi et mon épaule démise. Tu aurais été trop loin dans tes études et ce genre de soucis tu aurais été dépassée. Là, pas du tout. Et franchement vu la situation crois moi je pense qu’avoir els base de médecine et les connaissances polyvalente en médecine est plus efficace qu’une spécialisation de 15ans. Cela sera intéressant plus tard lorsqu’on reviendra à la norme mais actuellement non. »

Le polonais se tut, souriant à son amie. Il espérait ne pas l’avoir vexée. Il se releva et alla cherche dans son sac la bouteille de schnaps. Qu’il posa sur la table avant de faire signe a Jamie de l’attendre deux seconde. Il sortit de la pièce tel quel. Il n’avait pas remis son tshirt. Il faut dire qu’il avait un avantage sur beaucoup il n’était absolument pas frileux. De plus la présence d’autant de monde dans le bâtiment chauffait naturellement celui-ci. Il alla s’enquérir de Jessica. Le blond s’inquiétait pour celle qui depuis plusieurs jours semblais être aux yeux des autre sa compagne. Mais ce soir elle était avec sa sœur. Teofil alla alors chercher deux verres à la cantine et retourna dans sa chambre.

Téofil – « Ça te tente d’oublier le côté négatif de la sortie d’aujourd’hui avec moi en buvant un bon coup et en discutant de chose et d’autre ? Jess est avec sa frangine. Au fait comment est ce que je peux te remercier pour tes soins et pour cette assiette de pâtes. »

Le polonais versa du schnaps dans les deux verres et en tendit un à Jamie.
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Mar 11 Sep - 18:03
Jamie Matheson
C'était pas très réglo de s'assurer que ses patients seraient sages en insufflant de la terreur dans leur esprit, mais s'ils suivaient leur traitement et ne jouaient pas aux sur-hommes grâce à ça, c'était un moindre mal. Cet épisode un peu douloureux de la vie de Jamie aurait au moins cet avantage. Le garçon qui était décédé était un jeune homme très doué en cyclisme, mais victime d'une mauvaise chute ; les urgences, surchargées, avaient mal évalué la gravité de l'accident, et l'avaient laissé patienter en salle d'attentes de nombreuses heures. Quand il avait été pris en charge, il était bien trop tard, l'hémorragie interne et la rupture de la rate l'avaient déjà amené au point de non retour. Au début, elle avait été indignée par les choix du personnel soignant ; avec du recul, elle s'était surtout indignée du manque de moyens – qu'aujourd'hui elle ne comprenait que trop bien.
Jamie sourit, rassurée. C'était vrai qu'une spécialisation à outrance n'aurait pas aidé. Mais elle ne demandait pas ça, pas autant. Juste, un peu plus de pratique ? Avoir trifouillé un peu dans un hôpital, ou auprès d'un autre médecin ? Parce qu'avoir juste posé son cul sur les amphis, parfois en roupillant et/ou décuvant, ça n'était pas la meilleure chose pour acquérir des compétences pratiques. Les compétences les plus pratiques qu'elle avait avant tout ce beau bordel ne venaient même pas de ses cours, mais de la formation aux gestes de premiers secours qu'elle avait faite : Heimlich, PLS... Ça elle gérait. C'était déjà ça de pris.


    - Merci, tu as raison. Je me concentre sur ce que je ne sais pas faire plutôt que de regarder ce que je sais faire, c'est un peu trop défaitiste comme attitude. C'est juste que j'ai peur de ce qui se passe en ce moment, peur d'être dépassée, et je m'apitoie trop sur moi même. Je devrais plus aller de l'avant.

Observant Téofil sortir de la pièce, Jamie fronça les sourcils. Incapable de rester assise, elle alla faire les cent pas au bout d'une quinzaine de secondes. Elle n'aimait pas être seule dans des endroits privés ; elle avait l'impression de violer l'intimité des gens, ne pouvant empêcher son regard de se poser sur les affaires dans la pièce. Impossible de ne juste rien faire !
Elle finit par se rasseoir et ranger minutieusement sa trousse de secours. C'était une occupation comme une autre, non ? Elle était tellement plongée dans son jeu de tetris qu'elle sursauta et claqua la boîte, comme si elle avait été prise à faire quelque chose d'interdit. Mais bon sang qu'elle était ridicule.
Téofil revint avec deux verres, qu'il posa sur la table. Voilà un bon développement de soirée ! Elle gloussa en entendant la question du jeune homme, et secoua la tête :


    - Tu m'as déjà remercié, il n'y a rien de plus à faire. Je fais ça parce que c'est normal, parce qu'on doit se serrer les coudes. Je ne vais pas commencer à choisir mes patients selon qu'ils m'apportent ou pas quelque chose. Ça... Ça n'est pas comme ça que ça marche.

Avant tout, ne pas nuire. Elle avait tué un homme aujourd’hui. Et pourtant, elle tenait dur comme fer au serment d'Hippocrate. Le serment d'hypocrite, avaient tendance à rire certains carabins. Les cliniques privées, le système de santé basé sur la richesse, c'était quelque chose qu'elle réprouvait. Mais maintenant, ça n'était plus l'argent qui avait de l'importance. Du moins pas encore ; d'ici quelques mois, peut-être, l'essence, la nourriture, auraient une toute autre importance. Mais elle pouvait se permettre pour l'instant d'offrir ses services ; comme ça aurait toujours dû être en terme de santé.
Elle trinqua avec Téofil :


    - Santé ! Elle en avala une gorgée, qui lui arracha une légère grimace. C'est pas de la piquette dis donc. Elle soupira, et s'affala sur sa chaise. Elle n'était plus Jamie-médecin, elle était Jamie-tout-court. Même si c'était un titre un peu plus long. Alors, dis moi, comment as-tu fini ici ? Ici, et... Comme ça ? A prendre à moitié les rennes d'une communauté de survivants paumés...

avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Jeu 13 Sep - 23:12
Teofil Piotrowski
Il commençait vraiment à trouver Jamie adorable. Sa façon de voir la distribution des soins de santé sans attendre quoique ce soit en retour faisait d’elle quelqu’un de généreux et d’altruiste. Le polonais appréciait ce genre de don de soi. Lui l’était assez à l’époque mais du point de vue écolo. D’ailleurs à force d’étudier la biologie animale et les ravages sur l’écosystème il était devenu militant de greenpeace. Mais il ne le criait pas vraiment car sa carrière de hockeyeur décollait bien. Toutefois il lui arrivait il est vrai de fournir à l’association de sauvegarde de la planète une partie des gains qu’il gagnait comme sportif.

Il leva son verre vers sa camarade et bu l’alcool cul sec. La chaleur de celui-ci lui brula l’œsophage l’espace d’un instant, celui de passé. Mais souriait. La remarque de Jamie lui rappela un souvenir d’adolescence quand il avait trouvé une bouteille de vodka artisanale que son père faisait avec son grand-père. Pour faire le malin il en avait bu un franche gorgée et avait manqué s’étouffer en se noyant tant l’alcool était fort. En effet celui-ci l’avait fait tousser alors qu’il déglutissait. L’expérience l’avait calmé des alcools artisanaux pour un moment. Surtout lorsque son grand-père l’avait trouvé rouge comme une tomate sous l’effet de la gorgée. Le vieil homme avait été pris d’un fou rire intense. Et Teofil en avait été quitte pour un bonne claque dans le dos pour se remettre.


Téofil : « Oh ben en fait c’est un peu compliquer. Mais en gros, je suis né ici aux USA. Mes parents travaillaient pour l’ambassade Polonaise. Mais à la fin du mandat de l’ambassadeur, son staff a changé et mes parents sont rentrés au pays. Je suis resté là-bas jusqu’à mes 18ans, où je suis venu ici pour étudier la biologie. J’ai un peu profité du fait que l’équipe de hockey de l’université recrutait. Ca m’a permis de venir plus rapidement et facilement. Sinon je ne suis pas certain que j’aurais été repris sur les listes des étudiants. Par contre il m’a fallu une bonne année pour me parfaire en anglais… Mais j’ai gardé l’accent. »

Il avait dit cette dernière phrase sur le ton de l’espièglerie avec un petit clin d’œil. Il resservit Jamie et lui-même et trinqua ensuite. Il vida son verre d’une traite pour que l’alcool ne lui brule pas la gorge trop longtemps. Puis repris son récit.

Téofil : «  Pour ce qui est d’ici. Ben je t’avoue que ça m’est un peu tombé dessus un peu comme ça. Je me suis retrouvé à l’unif avec des copains et d’autre étudiants, et professeurs au moment où les évènements ont commencé. On devait trouver un abri. Les militaires avaient déjà orienté une partie de la population sur le camp de réfugier de Jericho mais nous on a été coupé du groupe certain parlait de se réfugier dans l’unif. Mais y avait aucune réserves, et surtout trop de fenêtre et porte à barricadé. Puis un des profs a parlé du Vieux Marché. Ils ont alors commencé à débattre. Alors avec les copains ont a arrêté de parler et on a commencé à avancer. J’ai rameuté le plus de monde possible et nous voilà. Sauf que le vieux Richard était là et ils ne nous a pas vu arrivé d’un bon œil j’ai dut parlementer. On ne s’entend pas mais on se tolère. Et faut reconnaitre que sans lui on serait bien dans la merde ici. Voilà pour mon histoire.

Le catamounts resservit à nouveau les verres. Tant qu’à se faire plaisir autant se faire plaisir. Malheureusement pour lui il n’avait pas de vodka ici mais que cette bouteille. Puis il repris la parole

Téofil : « Et toi ? Comment une jolie canadienne comme toi, étudiante en médecine se retrouve coincée ici avec nous ? Pas trop perdue ?
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Mar 18 Sep - 11:41
Jamie Matheson
Jamie retint un sifflement. Il avait dû en voir, du pays, à l’époque. Si ses parents bossaient dans une ambassade, il était fort possible qu’ils aient eu la possibilité de voyager à d’autres reprises, et ça, c’était quand même vachement bien. Jamie n’avait jamais vraiment voyagé : elle avait traversé la frontière à de nombreuses reprises, mais rien au-delà de ça. Déjà, rien que visiter deux pays avec un océan entre eux, c’était impressionnant pour elle… Elle n’osa pas poser la question à Téofil – peut-être qu’elle se faisait des idées, et qu’en réalité à part ces deux pays il n’avait mis les pieds nulle part – et elle se contenta de répondre au clin d’oeil et la remarque sur l’accent avec un léger rire. Elle connaissait, elle-même était repérable à l’oreille avec sa distinction typiquement canadienne. Et encore, elle avait eu des camarades de promo à l’accent bien plus prononcé.
Jamie gloussa. Richard n’était pas facile à vivre, et il pouvait avoir sale caractère. Mais sa poigne de fer avait au moins le don de faire filer tout le monde droit – à peu près. Mais elle secoua la tête, et répondit avec un sourire aux lèvres :


    - Il n’est pas le seul sans qui on serait bien dans la merde. Tu arrives en bonne position aussi. Richard est un peu… Brut de décoffrage, on va dire. Ca n’était pas peu dire. Vous avez eu le bon réflexe, les universités en général sont très vitrées, et trop étalées. Ici on a de la chance, on est bien défendus. J’imagine que la ville souterraine de Montréal doit bien tenir le coup aussi, d’ailleurs. Une bonne protection contre le froid, des accès limité et étroit, des magasins et des épiceries… Bon, quand les réserves s’épuiseront, ça sera moins drôle, mais au moins il y aura le Mont Royal pour cultiver quelques terres. A Ottawa, ça doit être moins reluisant.

Elle essayait d’imaginer comment les autres villes tenaient le coup. Paris et ses catacombes, Berlin et ses marais, les digues aux Pays-Bas… Ceux qui devaient bien rigoler aussi c’était les écossais et leurs forteresses…

    - Perdue, si… Mais je pense que c’est plus lié à la situation qu’à ma localisation. Ca n’aurait pas été mieux à Ottawa. Et si je me retrouve là… C’est que je ne suis pas particulièrement studieuse. J’étais venu en week-end pour changer d’air, j’avais un covoiturage de nuit pour rentrer le dimanche, mais j’étais à une fête et je l’ai raté… Enfin, j’ai probablement oublié l’heure, ou bien quand le conducteur m’a appelé je l’ai insulté, je ne sais plus, j’ai… J’ai trop bu et je ne me souviens pas de la soirée. Et le lendemain, tout était verrouillé de partout, impossible de rentrer chez moi. Mais l’appartement que je louais n’était pas loin d’ici – j’ignore encore comment je suis rentrée d’ailleurs – et j’ai vu les gens se rassembler. Ça m’a semblé plus prudent que de rester seule dans mon coin, même si je ne connaissais personne. Et je pense que j’ai bien fait, je ne me verrais pas affronter seule des groupes comme celui d’aujourd’hui, surtout au quotidien. Sans même parler des zombies

Ou alors en rejoindre un. Jouer les dures, faire semblant d’être une méchante pour s’assurer un sauf-conduit. Liberté, sécurité, tout ça…
Elle gloussa.


[list]- Toutes ces rencontres, tous ces gens qui coopèrent, c’est tellement improbable. La plupart d’entre nous n’a rien en commun avec son voisin, on ne se serait même pas intéressés si on s’était croisés dans la rue. Et là, on est tous dans la même merde, tous ensemble à essayer de ramer pour pas dévier. La situation est tellement absurde qu’elle en devient drôle.
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Mar 18 Sep - 23:26
Teofil Piotrowski
Il avait bien compris que Jamie était canadienne. Mais il ne savait pas qu’elle était d’Ottawa. Maintenant il savait. Mais en réalité s’était plus par convention qu’autre chose. A vrai dire comme elle le disait à l’instant les nationalités était plus obsolète qu’autre chose. Lui-même, se retrouvais à être l’un des meneurs d’une enclave au nord des USA alors qu’il était d’Europe de l’Est. S’était bien pour le coté humain et relationnel mais dans la pratique les plus pragmatique dirait qu’on s’en fichait. Pourtant le catamounts trouvait ça joli et agréable ce petit accent qu’elle avait. Après lui en avait un assez prononcé. A l’époque de ses première année d’unif plusieurs professeurs l’avait cru russe à cause de son accent. Pourtant l’accent russe et l’accent Polonais était différent. Mais il était bien au courant que pour un américain, les pays de l’ex URSS avait tous plus ou moins le même accent alors il ne s’en formalisait pas. Mais voilà l’accent canadien, il avait beau vivre non loin de la frontière sur un campus ou les fêtes rameutaient des étudiants du pays frontalier, idem pour certain matches, qu’ils soient de hockey, baseball, football, basket, il n’était pas très commun avec. Et là, il avait vraiment l’opportunité de parler posément avec sa coéquipière d’un jour. Il appréciait ce moment il fallait le reconnaitre. Mais le catamounts devait avouer que cet accent était très joli à son oreille.

Téofil : - « … Et t’as fait là un choix judicieux. Puisqu’il t’a permis d’être toujours en vie, de faire des connaissances. Sacrée introduction au nouveau monde je dois dire. Tu m’impressionnes. Tu trouves drôle que ce soit une telle situation qui nous rassemble et nous face nous bouger. Moi ça me déçoit et sa me réconforte en même temps. Ca me déçoit car avant quand on avait besoin de monde pour sauver la planète, nettoyer un parc des déchets ou allez prêter main forte pour les plages et la survie de la nature, personne ne bougeait. Et maintenant que le monde est peuplé de goules et que chacun risque son cul a tout moment dehors la y a une entre aide. Pour moi l’entre aide n’est pas logique car elle est valable pour survivre. Mais regarde les pillard de cet après-midi ils sont aussi de la même espèce que nous et ils ont voulu nous tuer, plutôt que de nous aider. »

Teofil s’arrêta de parler constant qu’il venait de repartir dans ses élan de biologiste écolo, limite militant déçut de l’espèce humaine et de sa nonchalance vis-à-vis de la planète mais prête à se battre ou à s’entre aider pour survivre. Il rougit un peu honteux de son attitude militante au vu de ce qu’il venait de se passer c’est dernière heure pour lui et pour sa camarade. Puis finit par se mettre à rire de bon cœur reconnaissant son élan.

Téofil : - « Excuse-moi, c’est le réflexe. Outre les études, et le hockey, j’étais militant Greenpeace alors ça remonte un peu. Surtout avec l’aide du schnaps. »

Le hockeyeur souris a Jamie avant de prendre un peu plus soudainement une mine tracassée et sérieuse. Il se laissa allez à s’appuyer contre le mur et réfléchit un long moment à la suite. Il avait besoin d’un avis extérieur. Une aide, un conseil, peu lui importait mais il devait en discuter avec quelqu’un sérieusement et Leia lui faisait un peu peur il devait le reconnaitre.

Téofil : - « Dit j’aurais une question. Qu’est-ce que tu penses de Jessica ? »

La question était lourde. Pour les yeux de la majorité du monde dans cette communauté Jessica était actuellement sa petite amie. Téofil avait pour poser cette question été on ne peut plus sérieux et grave. Il avait planté ses yeux gris bleu dans ceux de Jamie. Il avait conscience que cela pouvait la mettre mal à l’aise.
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Ven 21 Sep - 12:20
Jamie Matheson
Jamie hocha la tête, elle comprenait que l’autre vision de la chose, plus pessimiste, vienne à l’esprit de Téofil. Mais elle n’était pas forcément d’accord, même s’il fallait bien avouer que de nombreuses personnes se dédouanaient de leurs actions en invoquant « les autres » : à quoi ça sert d’économiser l’eau si le golf d’à côté à une eau verdoyante quelle que soit la saison ? A quoi ça sert d’éteindre la lumière en sortant de la pièce si tous les magasins sont allumés 24h sur 24h ? Jamie pensait que si les gens devaient être sensibilisés et que les actions du voisin ne devraient pas impacter leurs choix, elle comprenait aussi que l’hypocrisie du citoyen-responsable avait ses limites lorsqu’on voyait les agissements de l’industrie et des politiques.

    - Je ne sais pas… Il y a toujours eu des trous du cul – pardonne-moi de l’expression – mais je pense que la majorité des gens était bienveillante. Que les gens s’entraidaient mais se décourageaient vite. Et je pensais vraiment que sans carcan social fort – sans lois, sans flics, etc. - les gens se lâcheraient. Un peu comme dans La Purge, un peu ? Après, je pense qu’il y a un peu des deux… C’est à la fois réconfortant et décevant, comme tu dis. Mais tu sais, tu n’as pas besoin de t’excuser, c’est normal que tu te sentes concerné par certaines causes, même si aujourd’hui ça n’est plus la priorité, on ne change pas des années de militance.

Jamie accusa un peu le coup au vu de la question, et prétexta de finir son second verre pour réfléchir. Elle ne comprenait pas vraiment la question, et avait l’impression tout à coup de marcher sur des œufs. Que devait-elle dire ? Les deux jeunes gens étaient ensemble, et elle ne voulait pas créer de malaise, soit entre les deux, soit entre elle-même et Téofil. Réfléchissant longuement, elle répondit, posée :

    - Je ne sais pas trop. Je l’ai croisée, un peu. Elle m’a l’air un peu solitaire, et pas forcément dans son assiette… Mais c’est le cas de beaucoup ici… Mais on ne s’est pas vraiment… « parlées », et j’imagine que son handicap n’aide pas à son intégration. On fera peut-être une sortie un de ces quatre ensemble, qui sais ? Elle hésita encore un peu, et reprit : Il y a un souci ? Enfin, une raison particulière pour que tu poses cette question ?

Vu les remarques précédentes, leur couple avait peut-être du plomb dans l’aile ?
Jamie se resservit un peu de scotch. Elle avait un peu de mal à se concentrer, mais son sang battait chaud à ses tempes ; elle se sentait calme, apaisée, bien loin de la fureur des événements de la journée. Amusant comme un fois que l’adrénaline disparaissait – et le taux d’alcool dans le sang montait surtout – elle se sentait de plus en plus détachée de tout. Elle avait même oublié, pour l’instant, l’incident malheureux avec le pillard, c’était dire…
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Ven 21 Sep - 15:32
Teofil Piotrowski
Si la conversation était un bon échange, et un débat constructif sa question concernant Jessica avait visiblement laissé planer un froid et une mise en place un certain malaise. Il était conscient que pour tout le monde il donnait l’impression d‘être avec Jessica. Et au vu de sa question. Et de la façon dont Jamie lui avait répondu il devait justifier sa demande. De plus Jamie avait risqué sa vie avec lui, elle l’avait soigné. Quelle autre preuve de confiance pouvait-il lui demander de plus. Aucune. Aussi lui sourit-il pour lui répondre et la rassurer.

Téofil – « Je suis désolé si ma question te met mal à l’aise. En fait je me suis rendu compte après te l’avoir posée que je te demandais ton avis sur quelqu’un qui est censé être avec moi. Hors ce n’est pas le cas. Il n’y a rien entre Jessica et moi. »

Voila s’était dit. Le catamounts avait lâché la mèche. Et il se doutait bien que cette nouvelle allait faire l’effet d’une petite bombe. Mais il en était bien conscient. S’était un jeu assez vicieux que jouais Jessica. En réalité il posait la question à Jamie pour deux raison la première et le plus importante était pour savoir si elle aussi avait remarqué le cote perdu, morose et peut-être mélancolique voir anxieux de la sourde. L’autre était plus pour savoir si La blonde platine jouait avec lui pour le punir de son acte de l’avoir far choir de la camionnette à leur première sortie ou si s’était pour etre rassurée et laisser un peu d’air à Leia. Mais sa question était surtout pour la santé de celle qui jouais a être sa copine sans l’être.

Téofil – « En fait, si je te pose la question c’est un peu pour avoir un avis ‘’médical’’. J’ai comme l’impression que Jessica est dans le vague le plus complet. Comme tu dis son handicap n’aide pas. Mais j’ai l’impression qu’il y a plus. Attend. »

Le hockeyeur se releva se resservit un verre de schnaps et un autre a sa camarade. Puis il alla ouvrir une petite boite en carton qu’il avait posé par terre en dessous de ses protections de hockey. Il en sortit plusieurs feuilles de papier et les donna a Jamie. S’était visiblement des dessins de Jessica. Le papier avait été chiffonné et déchirer pour certain. Mais les teintes utilisées et les sujets de dessin étaient plutôt macabres. On pouvait y voir une certaine évolution de plus en plus sombre. Puis il sortit de la poche de son jeans une feuille pliée qu’il tendit à Jamie. Ce dernier dessin était dessiné rapidement des mouvements agressif et rapide et dévoilait une scène assez sombre et morbide, oppressante.

Téofil – « Ce sont des dessins qu’elle a fait dernièrement. Et le dernier que je viens de te donner est le plus récent je pense il date de hier soir. T’en pense quoi ? Personnellement, Je suis inquiet je te le cache pas. C’est pour ça que je reste avec elle, et que l’on pourrait croire que je suis avec mais il n’y a rien entre nous. On ne s’est même jamais embrasser. Alors plus … »
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Lun 24 Sep - 16:52
Jamie Matheson
Jamie eut l’air d’un poisson hors de l’eau quelques instants. Ah ? Ils n’étaient pas en couple ? La jeune femme en était donc visiblement surprise, mais ça faisait quand même pas mal sens avec ce que lui avait dit Téofil dans la journée. Ceci dit, même si les questions lui brûlaient les lèvres - « Pourquoi ? Comment ? Pourquoi ?? », elle savait que ça n’était pas son droit de les poser, et que ça n’était ni le lieu ni le moment de le faire. Téofil semblait avoir une raison précise pour lui demander ça, plus qu’une évaluation à l’arrache d’une potentielle relation qu’on demanderait à son meilleur ami. Ça n’était pas à elle d’aller lui tirer les verres du nez. D’ailleurs, pour Jamie, l’explication la plus rationnelle, c’est que Jessica en avait marre que des mecs lui tournent autour, et elle avait fait semblant d’être avec Téofil pour qu’on lui fiche la paix.
Et effectivement, il y avait une question plus pressante qu’une fausse relation… Jamie pâlit en voyant les dessins, et se mordilla la lèvre. Effectivement, ça ne respirait pas la joie de vivre. Jamie parcourut les dessins, les mains légèrement tremblantes, puis releva les yeux vers Téofil :


    - Ouais, je comprends que ça t’inquiète…

Jamie aurait aimé le rassurer, lui dire que l’art et la réalité n’avaient pas de lien direct, qu’on pouvait dessiner des choses torturées et être sain d’esprit, que le macabre et le sombre n’étaient que des exutoires, comme d’autres donnaient des coups ou se jetaient à corps perdu dans une activité. Mais c’était de la psychologie de comptoir, elle n’avait aucune idée, et son instinct lui disait qu’elle aussi devait s’inquiéter, et surveiller la jeune femme.

    - Ca m’inquiète aussi… Avec ce qui se passe en ce moment, tout le monde ne pouvait pas s’en sortir sans dommages… Mais je t’avoue que je me sens bien impuissante et perdue. Je ne sais pas quoi faire, à part la surveiller, et rester près d’elle. Essayer de parler avec elle évidemment…

Et éviter toute psychanalyse à la con. Bon, ça risquait pas ici, heureusement. Malheureusement, il n’y aurait pas non plus de TCC, ce qui était bien dommage. Et pour lui donner des médicaments, il faudrait plusieurs points, qui n’étaient pas remplis : déjà, un diagnostic fiable et précis (ce qui ne se faisait pas juste avec des dessins, aussi tentant que ça soit de placer un mot sur ce dont la jeune femme souffrait), ensuite… Des médicaments adaptés, tout bêtement. Et vu leur armoire à pharmacie ici, ça ne risquait pas.
Jamie se prit la tête dans les mains et essaya de réfléchir :


    - Tu penses que tu pourrais lui parler ? Ou bien une personne qu’elle connaît moins serait plus adaptée ? Si oui, je peux essayer, mais je ne garantis rien… Les maladies mentales c’est moins facile à diagnostiquer et traiter qu’une épaule déboîtée malheureusement… Et surtout ça prend plus de temps.

Elle fit une grimace. Le temps était ce qui manquait encore le plus, en ce moment.

    - Enfin, tu la connais plus que moi, et tu as probablement eu le temps d’y penser : comment est-ce que tu vois les choses ?
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Lun 24 Sep - 19:42
Teofil Piotrowski
Le polonais avait écouté Jamie et n’avais rien dit. Mais sa partenaire de la journée ne faisait qu’aller dans son sens ce qui le poussait confirmer son idée. C’est vrai qu’il n’était pas médecin, et encore moi psychologue. Il n’était que doctorant en biologie son domaine a lui s’était els mouvement migratoires, et l’influence du biotope sur ceux-ci et donc sur le comportement des animaux. S’était d’ailleurs le sujet de son TFE qu’il trimbalait toujours avec lui comme pour se raccrocher a quelque chose d’autre le soir. D’ailleurs les dizaines de page écrite main étaient posée sur la petite table ou était maintenant leurs assiettes de pâte vide. Il y avait avec plusieurs autres pages, copie de livres, ou de documentation, avec des annotations à lui en polonais. Mais cela n’avait rien à voir avec la conversation qu’il avait avec Jamie à ce moment précis.

La blonde avait l’air perplexe et inquiète à son tour. Le catamounts s’en voulait de lui avoir mis cette inquiétude sur le dos mais il avait besoin d’avoir l’avis de quelqu’un qui avait plus de connaissance médical que lui et donc des base en psychologie même si s’était de la psycho rapidement survolée une première année de médecine.


Teofil – « Non je ne saurais pas lui en parler et je pense que personne ne saurais lui en parler. La seule fois où j’ai tenté de creuser elle m’a giflé et m’a laissé un mot ou il était inscrit : ‘’Mêle toi de ton cul’’. »

Le hockeyeur sourit un peu nerveusement. Puis il soupira dépiter devant la situation. Il reprit alors en ouvrant une des bouteilles de soda qu’il avait récupéré dans la cuisine du Vieux Marché après sa douche. Il s’en versa un verre histoire de continuer la discussion mais de ne pas se saouler plus que de raison. Il laissa la bouteille de sodé a protée de Jamie pour qu’elle se serve si elle le souhaitait, pareil pour la bouteille de schnaps.

Teofil – « Elle se braque et se referme quand je tente quoique ce soit. Alors j’ai préféré m’excuser et rester à ces cotés comme maintenant afin d’être sûr qu’elle ne fasse rien de stupide. Masi pour être franc avec toi j’ai peur que Jessica ne sois dépressive. Après j’en sais rien c’est peut être juste de la peur et de l’angoisse de ce qui se passe maintenant autour de nous. Mais son comportement me fait un peu penser à quelqu’un de dépressif. Après je ne suis pas psychologue ni médecin. C’est un peu pour ça que je voulais ton avis, toi qui a un peu survolé tout ça dans tes étude. »

Quant à parler de cela avec quelqu’un d’autre, le Catamounts redoutait trois choses. La première que Jessica ne s’enfonce plus vite et plus profondément encore dans les méandres de ce que lui prenait pour de la dépression. Avec les risques que cela comportait. Ensuite que la dites personne, à qui il en parlerait, n’en vienne à aller trop vite en besogne avec la blonde platine et ne lui face péter un câble, risquant de l’enfoncer encore plus, plus vite, voire de faire un geste inconsidéré. Et pour la troisième la seule personne que lui connaissait à qui il pourrait en parler et qui serai la plus apte et la plus proche pour en parler et s’occuper de Jessica était Leia, sa sœur. Mais là, s’était lui qui n’osait pas. Il avait peur de la réaction de la batteuse. Elle semblait avoir une dent contre lui et il préférait ne pas risquer d’en rajouter une couche. Mais à y réfléchir, il faudrait bien qu’un jour il lui en parle. Mais face à Leia actuellement Teofil faisait le poltron. Masi pas seulement, il avait besoin aussi d’étayer son doute avant de devoir prendre des mesure il ne voulait pas non plus brusquer Jessica. Surtout qu’il avait conscience qu’elle était armée d’une arme à feu.

Teofil – « Ce qui m’amène à penser à une dépression, c’est les moment d’euphorie, ou elle se comporte parfois en allumeuse avec moi, qui alternent avec des moment où elle est perdu elle pleure sans raison véritable, ou d’autre ou elle pique des colère noire quand on lui demande ce qui ne va pas allant jusqu’à menacer de partir pour que tout le monde soit enfin tranquille. Y a aussi eu deux jour où elle a refusé de se lever et où elle a dormit près de 37 h sur 48. Te dire que je m’inquiète est un euphémisme en fait. Mais je ne sais pas quoi faire. J’ai beau être un leader pour beaucoup là, je suis dépassé et même à la ramasse. »
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité Ven 28 Sep - 15:52
Jamie Matheson
Jamie grimaça. Évidemment que ça serait plus compliqué qu’un simple « tu veux en parler ? ». Les gens ne se rendaient pas compte qu’ils avaient besoin d’aide ; ou bien c’était trop coûteux en énergie de la demander, de risquer de se heurter à des trous du cul de première qui critiquaient les médicaments et vantaient les câlins aux arbres, le fait de marcher pieds nus dans l’herbe et les bienfaits de la tisane de camomille. De quoi rouler des yeux pendant des heures.
La jeune femme hocha la tête. C’était plutôt sage de la part de Teofil de ne pas chercher à insister devant un refus frontal : mieux valait – à son humble avis – aider la personne en restant à ses côtés et lui prouvant sa valeur et son intérêt au quotidien.


    - Euh, oui, ça ressemble effectivement à de la dépression… Mais je t’avoue que je me sens vraiment désemparée. Je vais y réfléchir, mais là je suis complètement perdu. Survolé est un bien faible mot, concernant ce que j’ai vu à ce sujet pendant mes études… Je n’ai aucune idée de quoi faire concrètement. Par contre je connais bien les hormones liées à la dépression, la façon dont elles agissent sur le cerveau…

Conneries que tout ça. Évidemment dans un monde normal c’était important de tout comprendre de A à Z. Mais là, c’était de la poudre aux yeux, à part se la péter, connaître de têtes tous les os du corps humain ne servait à rien. Un diagnostic qui n’était pas suivi d’un traitement, c’était plus une épée de Damoclès qu’autre chose.
Jamie fit une grimace et baissa les yeux en entendant les explications de Teofil. Mains sur les genoux, poings serrés, elle n’était d’aucun secours à ceux qui avaient besoin d’elle ; ceux qui avaient placé leur confiance en elle. Elle avait envie de s’excuser et de disparaître ; si seulement on pouvait simplement oublier son existence, comme si jamais elle n’avait croisé leur vie. Ça serait bien plus simple. Ça serait bien moins douloureux.
Mue par une impulsion, elle se rapprocha du polonais, et le serra dans ses bras. Jessica n’était pas la seule victime dans la situation ; si effectivement elle était celle qui était le plus à plaindre, Teofil avait, aux yeux de Jamie, lui aussi besoin d’être soutenu. Elle se recula d’un pas, et sourit nerveusement :


    - Je suis désolée de ne pas t’être plus utile. Mais je vais essayer de trouver des bouquins, ou bien de chercher quelqu’un qui pourrait l’aider. Peut-être qu’il y a de vrais médecins, ou des psys, dans les autres enclaves ? Mais… Prends soin de toi aussi. Tu n’as pas à porter tous les problèmes de ton entourage en continu. Penses à toi.

Jamie se servit un verre de soda, qu’elle avala les yeux rivés dans le fond du verre, espérant ne pas avoir mis le jeune homme dans l’embarras.
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédit Avatar : drew_joana

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [16 octobre 2017] Repos bien mérité
Contenu sponsorisé
[16 octobre 2017] Repos bien mérité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Un repos bien mérité
» Du repos bien mérité (13.03 - 13h37)
» Repos bien mérité dans une taverne.
» Un repos bien mérité? [Pv.Laelya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Centre-ville :: Le vieux marché-
Sauter vers: