Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Ven 7 Sep - 9:06
Aaron Miller
Aaron était en train de pester sur un moteur récalcitrant, des jurons sortant d’entre ses dents serrées. Les gens mettaient leurs véhicules à rude épreuve, maintenant que le service était offert. Bon, pour être sincère, c’était surtout qu’ils agissaient souvent dans l’urgence, sous le coup du stress, dans des situations parfois très dangereuses, et que l’intégrité de leur bagnole était le cadet de leur souci. Aaron avait régulièrement pour mission de défroisser de la tôle, mais il arrivait parfois que les choses endommagent le moteur ; et avec des véhicules pas forcément très bien entretenus, des pièces détachés souvent indisponibles, il ne pouvait pas faire de miracle. Il avait évidemment demandé aux gars qui faisaient des sorties de lui ramener des pièces voire des moteurs complets dès que possible, mais si les voitures étaient nombreuses, c’était pas forcément évidemment de rapporter ce genre de chose ; beaucoup moins que d’apporter de la bouffe et des médicaments par exemple.
Et donc, là, il râlait contre un vieux moteur rouillé – dont il aurait décrété la mise à la casse en conditions normales – quand sa clef lui échappa des mains et alla s’enfuir quelques mètres plus long, en profitant par là même de l’ouvrir sur une bonne partie de l’avant bras droit. Ses insultes se firent plus vives, et il posa, par réflexe, sa main gauche sur la plaie – ce qui n’était pas un très bon réflexe, compte tenu du cambouis et des saloperies sur ses doigts. Laissant en plan son travail, il alla nettoyer toute ça à grande eau et avec un bon coup de white spirit (pas sur la plaie, évidemment, sur les mains), avant d’aller désinfecter sommairement. Ça n’était pas profond, et une croûte commençait même déjà à se former, mais c’était le signe qu’il devait passer à autre chose pour aujourd’hui.
Il se changea, troquant son uniforme de mécano pour des vêtements civils, à savoir un jean, un tshirt blanc et une chemise noire ouverte et sortit. Il avait déjà une petite idée de ce qu’il allait faire pour finir sa journée… En effet, ils avaient accueilli une petite nouvelle la veille, et elle créchait chez le pitbull, aussi connu sous le nom de John – eh oui, les nouvelles vont vite dans ce genre de communautés, que voulez vous. La pauvre devait supporter le vieux ronchon en continu, c’était pas de la tarte. Aussi voulait-il faire connaissance avec elle, et lui permettre de changer un peu d’air par la même occasion.

Se rendant chez John, il y chercha la nouvelle arrivante, et avec un sourire charmeur, lui tendit la main :


    - Bonjour ! Permettez moi de me présenter, je m’appelle Aaron Miller. Je suis le mécano ici. On m’a dit que vous veniez d’arriver ? Comment allez-vous, vous avez réussi à vous installer tranquillement ici ? Si vous voulez, je peux vous faire visiter les lieux…

Sourire toujours aux lèvres, il planta son regard dans celui d’Alicia, dans la mesure du possible du moins. Sachant exactement ce que ça faisait d’être un animal de foire, il évitait de laisser ses yeux glisser sur la brûlure de la jeune femme ; il aimait faire bonne figure devant des inconnus – surtout si ceux-ci étaient d’anciens membres des forces armées. On ne sait jamais.
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Ven 7 Sep - 14:17
Alicia Dosantos
Trois jours que j’étais arrivée a Essex pour m’y installer. Ca n’avait pas été sans mal de me faire accepter mais heureusement pour moi ce n’était pas le première fois que je venais rendre visite a Don John. Donc au moins, j’avais un passe-droit .Par contre pour m’installer s’était autre chose a moi de trouver et de me démerder. Et vivre chez le vétéran avait des avantages. Mais surtout pas mal d’inconvénient. Et puis je voulais ne pas être un fardeau chez lui déjà que quand son petit fils et Sarah était présente  on risquait plus de ce marché dessus qu’autre chose. Mais faut reconnaitre que Charlie jouait les filles de l’air. Il était peu là. En tout cas sur les trois jours où je suis ici je ne l’ai vu qu’à notre arrivée.

J’étais sortie John avait encore eut une sacrée quinte de toux et Sarah s’occupait de lui. Dans la rue, un mec arrive. Plutôt grand athlétique, mignon si mon œil ne me trompe pas. Par contre mes muscles sont sous tension. L’une des conditions pour que j’intègre cette communauté avait été de remettre mes armes à l’armurier de la ville pour une période probatoire. Car l’incident ayant eu lieu avec la sergento Savannah était encore dans les mémoires et je faisais partie de son groupe. Heureusement Don avait parlé pour moi de même que Sarah. Mais j’avais accepté la condition. Le shériff était un policier à l’ancienne donc commun par chez moi. J’avais accepté leur deal. Mais je savais que certain des amis du milicien qui avait été punche me regardait d’un sale regard. Alors je suis sur la défensive.

Quand il arrive je remarque qu’il est à peine plus grand que moi. Je n’ai pas mis le bandeau sur mon œil et pas de lunette de soleil. Mon œil invalide est donc bien visible. Je suis prête à rendre les coups si on m’attaque. Mais rien. Il se présente et me tend la main en guise de bienvenuda. Je le toise quelques secondes avant de serrer sa main dans la mienne. J’ai de la poigne, en même temps, mon expérience et mon entrainement font que c’est ainsi. Il a l’air réglo.


- « Hola compadre Aaron. Moi c’est Alicia. Gracias pour la bienvenue. Et no, je ne suis pas encore installée. Je suis en période de probation ici et mi guardia es Don John. Pour le moment je suis cantonnée a chez lui. Mais je ne dirais pas non à une balade dans la communauté. Je pense que là Il vaut mieux que Don se repose un peu. »

Je lui souris aà mon tour pour me montrer amicale. Je n’ai pas envie de me faire flinguée. Et je n’ai pas de raison non plus. En plus il a l’air sympatico. Non autant faire un peu de chemin et me baladée un peu plutôt que de restée enfermée chez le vétéran. Je lui indique de m’attendre quelque minute et rentre à l’intérieur prévenir Sarah et laisser un mot pour l’ex béret vert. J’en profite pour prendre le bandeau et ressors de la maison en le mettant.

- « Ok señor Miller je suis prête. Ou allons-nous ? Car a vrai dire je ne connais que la demeure du vieux Sergento. »


Info:
 
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 12 Sep - 6:00
Aaron Miller
Aaron arqua un sourcil en sentant la poigne de la nouvelle venue ; lui-même avec une poignée de main très « virile » - histoire que surtout pas, ô grand jamais, on ne le prenne pour une femmelette – mais il ne s'attendait pas vraiment à ce que les femmes lui rendent la pareil. C'était loin d'être rare pourtant, mais ça le surprenait toujours un peu. Comment ? Les hommes n'ont pas l'exclusivité de la force physique ? Ceci dit, il savait qu'il n'avait rien à prouver, son métier étant suffisamment physique pour le maintenir en bonne forme – sans parler de son hobby – aussi ne s'offusquait-il pas de cet état de fait.
D'un regard, Aaron nota qu'Alicia n'était pas armée ; surprenant pour quelqu'un qui semblait avoir fait ses classes et plus encore. Peut-être était-ce une décision de Kristie ? Sans doute une mesure de sécurité avant d'en savoir plus sur cette « inconnue ». Cela faisait probablement d'eux les deux seules personnes non armées du lieu : Aaron était incapable de viser juste, et pour sa sécurité et celle de ses camarades, on ne lui avait pas confié de joujou à munition. L'exception à la règle. En revanche, il maniait l'épée à une main comme personne ici, mais se permettait de sortir sans (trop impressionnant et gênant) quand il restait dans l'enceinte d'Essex : il n'était jamais loin de son garage, où elle était stockée.

    - Bah, ça viendra, il y a suffisamment de maisons vides dans le coin pour faire votre bonheur, j'en suis certain. Les gens ici sont un peu sur les nerfs, mais vu la situation c'est normal ; il n'y a pas de raison pour que ça se passe mal.

[i]Il la laissa entrer dans la maison de John, qui apparemment n'était pas en grande forme – il espérait que ça ne soit pas trop grave – et attendit devant le perron qu'elle soit prête. Il avait tout son temps, et aucune envie de retourner à sa mécanique pour l'instant. La voyant revenir et s'enquérir de leur trajet, il sourit :


    - Je pense qu'un petit tour des hauts lieux s'impose... La mairie, le cabinet du doc Martin, il gloussa tel un gamin à ce nom, le poste de police, deux trois baraques de gens importants, et évidemment le garage. Ca serait bête que vous ne sachiez pas ou me trouver.

Il fit un petit clin d’œil au lieutenant, et se mit en route.

    - Ne vous inquiétez pas, les lieux sont grands – la palissade a été une horreur à monter, vu la taille de la ville – mais c'est pas très peuplé. A peine 300 âmes. Vous vous retrouverez vite là-dedans. Et vu le charmant accueil à l'entrée, vous vous doutez bien que les gens filent droit.

Aah, Essex, ses champs, ses artisans, sa palissade, ses pendus virevoltant aux vents. Quel spectacle sympathique. Lui-même s'opposait à de telles méthodes, mais il n'avait guère de voix dans ces lieux. Trop jeune, trop étranger, trop renfermé.

    - Je vous propose d'aller voir la mairie d'abord, c'est un peu le cœur de notre communauté. Normalement on ne passe pas par eux directement – on va voir les gens concernés d'abord : la police, l'armurier, moi si c'est une histoire de véhicule – et on fait remonter par la suite si nécessaire.

Ca faisait quand même quelques minutes de marche. Essex n'était pas Burlington, et la densité d'habitations était moindre...
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 12 Sep - 7:11
Alicia Dosantos
J’accepte d’un signe de tête son programme de visite. Je lui emboite le pas direction la mairie. Il est mignon, el señor Miller, il cherche à me rassurer sur les distance sur le fait que c’est grand mais pas tant que ça. C’est plus petit que les favelas de Bogota ou que ceux de Medellin. Même si je sens le trait d’humour dans sa phrase. Je trouve ça amusant. C’est vrai par contre que l’accueil à l’entrée à changer depuis mon premier passage ici avec la tentative échouée de mission diplomatique. Je ne peux m’empêcher de soupirer en repensant à ce jour-là. Qu’est-ce que la sergento Warren avait dans le crane ? C’est vrai qu’elle avait l’air fatigué nerveuse, mais de là à démonter la tête de ce pauvre guardia civil. En relevant la tête alors qu’on passe non loin de l’entrée dont il vient de saluer et m’indiquer leur ferveur de défense, je remarque les pendus à l’extérieur. On n’est pas passé loin que l’unité wolfpack la sergento et moi-même on s’y retrouve. Même si moi j’avais un passe-droit en al qualité de Don John. Je ne les aurais pas laissé exécuter ainsi les autres. Soit n’y pense plus. Dorénavant je fais la calavera solo. Et puis ici je suis quand même plus libre qu’à Jericho. J’ai juste à attendre l’approbation de Kristie, pour récupérer mes armes en dehors des sorties bien sur. Je sais que Don a des rendez-vous avec eux pour en savoir plus sur moi. Autant me faire bien voir en attendant. Et quoi de mieux que de lié connaissance. En plus señor Miller est plutôt sympathique alors autant en profiter.

A l’écouter il était mécanicien. Ca tombait bien le seul truc que j’avais en dehors de ce qui n’est pas armement, était la jeep que j’avais récupérée sur le convoi militaire. Mais je ne savais pas dans quel état elle était. Plutôt bon puisque militaire et probablement sortie de la base pour ce convoi, mais bon ne sachant personnellement pas ce qu’il en était. Ce serait une opportunité en plus l’idée de la modifié s’inscrit dans mon esprit quand il fit mention de son travail.


- « Mécanicien. Bueno. Vous devez être pas mal pris ces temps-ci avec els véhicule qui doivent revenir avec des morceaux de cadavers sous les roues, ou les bosses et autre bris de carrosserie. »

Je continue d’avancer pour remonter la rue ou se dessine la fameuse mairie. On peut sentir le coté important de la demeure puisqu’il y a des guardias à l’entrée. Même si ils n’ont rien de militaire ou de policier ils sont présents.

- « Si un jour vous avez le temps je vous amènerai peut-être mon véhicule. Es une jeep militaire. Je l’ai récupérée sur un convoi elle fonctionne plutôt bien mais je n’en connais pas vraiment l’état réel ni si il y a des modifications possible ou non. »

En réalité j’i une idée mais je ne sais pas si c’est faisable et si il connait. En attendant je m’arrete devant l’édifice souriant a Aaron pour lui indiquer que je suis prète a continuer la visite. Soit de la mairie soit de passer à une des autre demeure qu’il m’a indiquée tout à l’heure. Par contre n’étant pas d’Essex. Une question me taraude. Je n’ai pas vérifié si sur ma carte de Burlington Essex se trouvait dessus.

- « Dites-moi señor Miller, est-ce qu’il y a des prospectus publicitaire ou touristique d’Essex ? Une carte de la ville peut-être afin que lorsque vous m’aurez laissée je ne me trompe pas les premiers jours. »

Même si je me montrais blagueuse sur l’idée, avoir une carte d’Essex me serait bien utile pas que pour y indiquer mes centre d’intérêt. Mais étant colombienne et pas du tout du Vermont ça m’est bien utile.




avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Jeu 13 Sep - 5:41
Aaron Miller
Aaron acquiesce. Les gens n’étaient guère pointilleux avec leurs véhicules ; peut-être parce qu’il trop gentil et trop doué ? S’ils avaient plus de pertes au niveau des voitures, pour sûr que les gens arrêteraient de jouer aux Rambos des villes et de rouler n’importe comment et n’importe où. En plus, effectivement, devoir récurer des bouts de cadavres coincés dans les bas de caisse, c’était une vraie plaie ; il économisait l’eau, mais parfois ça le démangeait de juste prendre un kärcher et de tout pulvériser loin de lui. Sur la tête de l’inconscient qui lui avait ramené le véhicule dans cet état notamment.

    - Sans souci, je suis là pour ça ! Je fais des sorties de temps en temps – je suis spécialisé dans le dégommage de zombies dans la discrétion, du moins sans arme à feu – mais le plus souvent je suis au garage, en train de jurer comme un charretier le nez dans un moteur récalcitrant. Sauf quand le moteur gagne, alors je m’entraîne ou bien je fais un tour. Enfin, bref, je suis au garage, sauf quand je n’y suis pas. Il hocha la tête : Je ferais un check-up, de toute façon il vaut mieux si vous comptez faire des longues distances avec : vous voulez pas tomber en panne au milieu d’une horde. Quant aux modifications… Ca dépend de ce que vous voulez, et malheureusement ça dépend aussi beaucoup des pièces détachées que j’ai… Ca, ça va poser un vrai problème à un moment. Il secoua la tête, et reprit : Enfin, peu importe, on va finir par manquer de beaucoup de choses, je ne vais pas vous embêter avec mes histoires de pièces détachées.

Il avait notamment en tête l’exemple de sa bécane : il avait dû changer les pots d’échappement, mais sur un modèle japonais des années 90, il avait dû se rabattre vers de l’import directement du Japon. C’était tellement simple à l’époque, une commande sur internet, un coup de fil à des horaires impossibles, et un mois plus tard il avait les pièces dans son atelier. Putain, que c’était beau la modernité.

    - Je ne pense pas qu’on ai besoin de visiter l’intérieur de la mairie, à part des bureaux et des gratte-papiers il n’y a pas grand-chose.

Il était un peu médisant pour le coup. Le rôle de la mairesse et de ses conseillers avait bien changé ces derniers temps, et ils étaient des pivots de la communauté : le dernier rempart avant l’effondrement de la société.
Ceci dit, la remarque de la lieutenante était tout à fait pertinente, et il se ravisa. Il réfléchit un instant, grattant sa barbe naissante, et répondit :


    - Bonne question, je ne sais pas. S’il y a quelque chose, c’est probablement là-dedans, on peut jeter un coup d’oeil.

Il fit volte-face, et se dirigea vers la mairie. C’était un bâtiment somme toute assez récent, carré et moderne, dans des couleurs ocres et brunes. Pénétrant dans l’édifice, il se dirigea vers les présentoirs touristiques.

    - Bon, s’il y a quelque chose, ça sera sûrement ici… Je vous propose le centre médical après, c’est à ma connaissance le plus proche.

Oui, bon, la géographie, c’était pas son fort, hein. Et puis avec les raccourcis, les pelouses qu’on pouvait maintenant traverser – si les maisons étaient inhabitées, god forbid qu’on marche sur celles d’un vieux resté là – ça changeait un peu la donne.
Il sortit du bâtiment, et s’étira. Le temps commençait à changer, mais il faisait encore bon. L’hiver approchait, et avec lui la neige et les ennuis…
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Jeu 13 Sep - 9:45
Alicia Dosantos
Je remercie le mécano d’un signe de tête pour accepter de faire le check up de ma jeep. Par contre j’ai envie de me marrer quand il me parle des pièces qui vont venir à manquer. Parce qu’à mon sens c’est faux. Au contraire vu les cimetières de bagnole qu’il va y avoir il n’y aura qu’à se baisser pour désosser un véhicule et reprendre ce qu’il y a dedans. Mais je ne suis pas mécanicienne moi loin de là. Mais je lui indique quand même.

- « Mmmh t’as peut-être raison amigo. Je pensais que vu le nombre de voiture à l’abandon à l’extérieur, les pièces détachées on avait plus qu’à se servir en désossant un véhicule. Si c’est le cas et que vous avez besoin de moi pour faire la ‘’circulation’’. Je suis disponible. Dehors j’ai accès à mes armes. »

Par contre Je suis intriguée par son propos sur le dégommage de cadavers de façon discrète. A vrai dire je suis une militaire. Donc pour moi à part la neutralisation au couteau, un peu a la machette au vu des interventions dans les champs de coca. Je en suis pas trop spécialisées.

- « Destruction d’hijos de la muerté en discrétion ? Quoi a l’arc comme le petit fils de Don John ? »

Sa réflexion sur les administratifs des mairies m’arrache un rictus. Je suis une femme de terrain aussi donc je suis bien d’accord avec lui. On finit par entrer dans la mairie et il m’amène vers les présentoirs touristiques. Présentoirs qui aujourd’hui prennent la poussière. Je regarde les prospectus pour y en trouver un avec une carte. Ou du moins un plan de la zone Essex. Quand j’en trouve un qui me semble le plus complet possible je le glisse dans ma poche et sors rejoindre mi Compadre. L’idée de voir après le centre médical m’intéressait parce que le nombre de sortie que je fais avec Don John se terminaient souvent avec des blessures plus ou moins importantes. Et je n’ai pas vraiment l’intention de sortir en armure de démineur. De toute façon je n’ai pas l’équipement.

- « Oui ça peut être intéressant de savoir où il se trouve. Ne fusse que si je trouve des éléments médicaux à leur fournir lors d’une sortie. »

Le vent devenait frai. Et moi avec mon t-shirt noire et ma condition d’équatorienne, je commence a avoir franchement froid. J’espère que je ne vais pas m’attraper une saloperie. Sinon je vais devenir exécrable. Je déteste être malade. Je suis résistance mais c’est la première fois pour moi que je suis autant au nord de la planète dans cette période de l’année. Du coup le centre médicale a un autre intérêt. Même si j’espere que ça n’arrivera pas.

Achat boutique:
 
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Jeu 20 Sep - 10:04
Aaron Miller
Aaron hoche la tête, et sourit. Oui, c’est un peu contre-intuitif, mais au final, surtout avec la mondialisation, les brevets et l’hyperspécialisation, on ne peut pas mettre n’importe quelle pièce dans n’importe quelle voiture.

    - Pour certaines pièces ça sera possible… Mais pas pour toutes. C’est comme si tu voulais mettre une balle de revolver dans une mitraillette. Ça a beau avoir la même fonction, ça va pas marcher et ça risque même de bousiller l’ensemble. Enfin, je suppose, je n’y connais rien en armes à feu. Juste ce qu’on voyait à la télé, ou dans les livres. Pour les bagnoles, il suffit qu’une personne ait un modèle européen, ou japonais, ou bien que la voiture soit un peu ancienne, et vu rien ne colle !

Aaron grimaça en entendant évoquer Charlie. Charlie était… Au-dessus. Très loin au-dessus. Le Chasseur était une vraie machine, il était parfois comme en transe. A côté de ça, Aaron était un éléphant dans un magasin de porcelaine. Avec un grand sourire, il répondit :

    - Plus près zombies. Je fais de l’escrime médiévale, et j’ai une épée. C’est pas forcément idéal, mais au moins j’évite de rameuter une horde avec un coup de feu. C’est pratique pour nettoyer les environs du camp, ou bien si on a pas de véhicule lors d’une sortie.

Par contre, contre des pillards, surtout eux même équipés d’armes à feu, il était bien dans la merde. Mais ça il évitait d’y penser. Il verrait bien si la situation se présentait un jour.

Ils se dirigèrent donc vers le cabinet du médecin, le Dr. Martin. Pendant qu’ils marchaient, Aaron se permit quelques questions :


    - Je suis désolé, je suis un peu curieux, mais si jamais vous ne voulez pas répondre, ou si je pose trop de questions, n’hésitez pas à me le dire… Vous n’êtes pas du coin, je crois ? Comment avez-vous fini ici ? C’est pas le coin le plus intéressant des Etats-Unis…

Le cabinet médical n’était pas si loin, et ils arrivèrent rapidement devant la porte, qui était fermée mais probablement pas verrouillée. Des rideaux pendaient aux fenêtres, pour garder l’intimité du lieu.

    - C’est ici que vous pourrez déposer vos trouvailles. En tout cas, j’espère que c’est pour ça que vous viendrez ici, et pas pour en prendre, ou bien pour rendre visite à quelqu’un qui serait dans « l’infirmerie ». Le Dr Martin a son cabinet, et il y a une garde pour les gens qui ont besoin de surveillance. Je ne pense pas qu’on ait besoin de visiter, et on risque plus de les embêter qu’autre chose. A moins que vous ayez besoin de quelque chose de précis ? Sinon on peut continuer vers le poste de police, si ça vous va évidemment.

Lui-même avait besoin de choses précises. Mais il n’avait pas osé en parler au Dr. Martin ; les nouvelles allaient trop vite dans les petites communautés. Et il avait encore un peu de temps avant que l’absence de traitement ne pose problème. D’ici là, il pouvait toujours augmenter le temps entre deux piqûres, ça le ferait tenir plus longtemps. Techniquement, il n’avait plus non plus de contraceptif de disponible, mais la situation ne posait pas vraiment problème pour l’instant. Avoir des relations sexuelles était devenu un peu accessoire dans cet environnement…
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Jeu 20 Sep - 11:55
Alicia Dosantos
El compadre m’explique que mon idée est bonne sur la forme mais pas sur le fond. En effet selon lui en fonction des marque les pièces ne sont pas adaptable sur d’autre. Et s’il y a de l’électronique ou si c’est des pièces particulières d’usine alors autant laisser tomber. Je grimace car sa rends les véhicule d’autant plus important pour ceux qui roule encore et d’autant plus compliquer à remettre en état. Quand je pense à celle que j’ai explosé le jour où j’ai rencontré le muet, je ne peux que râler. Enfin au moins elle m’aura évité grâce à ses portières d’amortir le tir de chevrotine et de faire en sorte que ma cuisse se porte correctement maintenant. J’ai quand même encore des lancements certains jours la cicatrisation n’étant pas vraiment totalement finie depuis cette histoire avec Don John et son loco de diabolico ex-camarade de régiment. A repenser a ça je porte ma main a ma cuisse et la masse doucement.

Je continue a suivre le mécanicien vers ce qui doit être l’officine du medico. Je regarde sur la petite carte touristique d’Essex les rue qu’il me fait prendre et entour les point stratégique comme ça je m’y ferai plus rapidement. Si j’ai une urgence ou l’autre. Il m’explique que son arme de prédilection est du corps a corps avec les hijos de la muerte. Je m’arrete de marche et le regarde. Il y va au couteau ? Mais il me parle d’escrime médiévale. Je le regarde interrogative.


- « La esgrima medieval ? Qué es ? je veux dire Qu’est-ce que c’est que ça ? »

On reprends notre marche pendant qu’il m’explique. J’avais déjà entendu parler et vu sur internet des gens faire ce genre de chose mais de la a en voir et en rencontrer. Je deviens tres curieuse.

- « C’est intéressant comme méthode faudra me montrer personnellement je suis au technique plus classique. Avec mes armes de poings, par exemple ou au couteau. Bien que là, je me sente un peu nue. Sinon je me débrouille avec une machette. Mais je n’ai jamais eu de réelle expérience avec une lame longue de ce genre. Déjà la machette je trouve ça parfois un peu compliqué, je l’utilise un peu à la franche sans réelle maitrise comme pour trancher des lianes, de la canne ou de la coca. Le couteau de combat en revanche … »

Approchant d’un carrefour avec une statue je m’arrête. J’observe la dite statue et derrière nous le chemin afin de le mémoriser. Aaron en profite pour me questionner sur mes origines et comment j’ai atterris ici. J’ai un petit rictus amusé. El compadre est mignon, il s’excuse de posé des questions. La gentillesse n’est pas un atout dans ce nouveau monde. Mais c’est vrai qu’en ce moment ça ne fait pas de mal. Et j’avoue que ça fait du bien car j’ai l’impression de ne pas devoir être sous tension et aux aguets. Comme si le faites de demander cette permission, à moi étrangère, était révélateur d’une certain paix du moment et du lieu. Je reprends le chemin en lui répondant.

- « Je suis Colombien. Brigade d’intervention, unité action face au Narcotrafiquants de chez nous. Mon unité est responsable de la chute du cartel Molina. J’étais venue suivre un stage action au sein de la DEA pour parfaire mes connaissances quand ça a tournée a la mierda. On était en manœuvre quand l’hélicoptère nous a récupérée et rapatrier directement sur Jericho sans possibilité pour moi de rejoindre l’ambassade. Depuis je suis ici. »

Notre marche nous amena devant une maison ou la lumière était allumée des tentures tirées masquait a la rue l’intimité intérieur du cabinet médical. J’entourais sur le petit plan la dite maison et inscrivit à cote la mention : medico Martin. J’acquiesçais à sa remarque sur la visite du lieu. Et l’invitait a poursuivre notre balade vers le prochain lieu. Le mécanicien avait poussé ma curiosité au vif avec son histoire d’esgrima medieval. Et son travail m’intéressait aussi. Il faut dire que la jeep militaire était bien mais qu’elle n’avait aucun renfort particulier. Et J’avais besoin de la rendre plus protectrice. Du bricolage comme le faisait les Narco me conviendrait bien. Masi pour ça je vais devoir voir avec lui.


avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 26 Sep - 10:09
Aaron Miller
Aaron réfléchit un instant à comment présenter la chose à sa comparse, il n’avait pas vraiment eu à le faire jusqu’ici. Les gens s’imaginaient des choses très fausses sur l'escrime médiévale souvent, à cause de l'image qu'ils en avaient dans les films. Les barbares qui soulèvaient des armes de deux mètres de long en gueulant que l'arme faisait 10 kgs, qui se baladaient à poil ou avec une armure à même la peau, c'était très romantique et sexy, mais pas hyper réaliste. C'était tout un poème de vulgariser des années d'études et de travail, et il fallait bien avouer que le jeune homme n'était pas le plus doué pour ça.

    - En fait, j'utilise une épée à une main. C'est très léger et maniable et ça a une allonge suffisamment intéressante pour ne pas me mettre trop en danger. Ça demande un peu plus de protection qu'une arme à feu – et c'est moins discret – mais comme je ne sais pas tirer, je n'ai pas vraiment le choix.

Aaron était ravi d'avoir un potentiel public. Il aimait bien se donner en spectacle, et si l'extérieur était un terrain de jeu tout à fait adapté à la pratique – quoi que les zombies ne respectaient malheureusement pas le code d'honneur et les règles de la fédération – les gens étaient souvent trop occupés pour l'apercevoir (et encore moins l'applaudir). Il avait donc un sourire jusqu'aux oreilles en entendant la réponse d'Alicia.

    - Sans problème, j'ai l'habitue des démonstrations, avant je participais à des spectacles et des événements de reconstitution. En fait, je n'ai aucune formation militaire d'aucune sorte, je suis un simple civil... J'ai déjà de la chance de savoir me battre, même si ça n'est pas conventionnel. Je fais le fier, mais je ne suis pas sûr que ça soit si pratique et si efficace qu'une arme à feu. Mais bon, je suis vraiment mauvais avec ce genre de choses. Mais c'est bien que vous ayez plusieurs cordes à votre arc. Même maîtriser en plus simplement le couteau, ça peut être pratique selon la situation.

Aaron siffla en entendant le CV d'Alicia ; il se doutait bien qu'on ne finissait pas dans ce genre de situation en plantant des choux, mais tout de même... Il était content d'être de ce côté de la barrière, à discuter paisiblement avec elle, plutôt que de s'en être fait une ennemie.

    - Ça ne doit pas être facile... Entre les événements de ces dernières semaines, l'éloignement, tout le bordel relationnel entre les enclaves... Je me sens un peu planqué à côté de vous. Et euh... Il hésita, craignant d'être maladroit. Vous tenez le coup ? Avec l'éloignement, notamment, ça ne doit pas être évident. Il se pinça les lèvres. Il était peut-être trop curieux ? Il n'en disait pas grand chose sur lui même, à côté. Il décida donc de se confier un peu. J'ai de la chance d'être là où j'ai ma maison... Mais je connais la séparation, même si c'est d'une autre façon. Je n'ai pas parlé à mes parents depuis... Il fronça les sourcils, réfléchit rapidement. Presque une dizaine d'années, je crois ? C'était un peu difficile, au début, d'être seul ici, sans connaître personne. Alors... J'espère que ça ira, pour vous. Les gens sont un peu à cran, mais ils ne sont pas méchants.

Ceci dit, lui même ne lâcherait sans doute pas son secret au grand jour pour autant. Pas fou. Il y avait un peu trop de réacs à son goût dans les environs ; et il avait beau oublier régulièrement sa différence, quand il entendait des saillies sexistes et homophobes, il ne pouvait s'empêcher de serrer les dents et penser à ce qui l'attendait si on rentrait un peu trop dans son intimité.

Tout en papotant, il finit par lui montrer le poste de police – très personnellement, il évitait de fricoter avec les forces de l'ordre, relent de ses années étudiantes –, l'armurerie et la maison de quelques têtes, notamment les membres du conseil.


    - Bon, je vous ai gardé le meilleur pour la fin, lança-t-il avec un clin d'oeil. Le garage !

Avec le sourire triomphant d'un gamin excité, il ouvrit la porte de son atelier – un beau bordel organisé – et pénétra à l'intérieur.
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 26 Sep - 20:58
Alicia Dosantos
Une épée a une main ? qué esta ? Je sens qu’il va me perdre dans des termes étranges. Pour moi médiéval c’est les ombrés en armure dans les films. Mais à voir comment il m’en parle et m’explique il a l’air passionner. Je souris quand il se lança dans les explications il avait l’air d’apprécier en parler. Je serais curieuse de voir ce que ça donne. Il me devance acceptant de me montrer un jour ou l’autre. Esta bien. Il me plait lui. Il me parle qu’il a l’habitude des démonstrations et donc de montrer comment faire. Je suis curieuse car j’ai l’impression que ce genre de connaissance me serait intéressant pour avoir une meilleure pratique de la machette. Car je n’aurais pas des balles en permanence pour mes armes de poing.

- « Gracias compadre. Avec plaisir que je serai élève pour un petit cours et si tu veux je pourrais te montrer comment tirer, amigo. »

Notre balade nous amène à nous rendre devant le commissariat. Alors c’est là que la sergento Warren a été enfermé. Sa ressemble à un commissariat tranquille rien avoir avec les gros bâtiments aux fenêtres grillagés des QG de la police anti narco de Bogota. C’est même tranquille mais au vu de l’état actuel des choses ce qui se passe dans le commissariat reste au commissariat.

Le compadré Aaron reprend le chemin m’indiquant d’autres demeures importantes. Je continue mes notes sur la petite carte. Sa question sur la difficulté d’être éloigné me laisse un peu perplexe. Parce que je ne sais pas quoi lui répondre. La vraie chose qui me manque c’est la chaleur tropicale, les rythmes du carnaval, mais question famille. Mais heureusement il m’interrompt dans mon élan me parlant un peu de lui. En flic professionnel, j’écoute avec attention ce qu’il me raconte. 10 ans sans parler à sa famille. Qu’est-ce qui s’est passé ? Quelques choses de grave ? Mmmmmh ma curiosité est piquée au vif. Mais je ne vais pas commencer à le questionner. Pas maintenant.


- « 10ans c’est long/. Mais si c’est poru de bonne raison c’est parfois mieux. Moi ce qui me manque c’est la chaleur du soleil de Colombie. Parce que ici sa caille un peu, je dois dire. Même si dans les montagnes du sud du pays les températures peuvent descendre. Mais ses rayons me manquent un peu. Pour ce qui est de la famillia, No problemo, je n’ai personne pour s’inquiète de moi et personne pour qui m‘inquiéter. »

Je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir un ponte de mélancolie en disant cela. Mais bon le passé est le passé. Le chemin nous amène a une maison avec un vaste atelier. A voir comment il se comporte ce doit être son lieu de prédilection. La porte s’ouvre sur un garage avec un bordel ranger. Enfin pour lui a mon avis pas pour moi. Je siffle d’admiration.

- « J’ai beau savoir changer une roue et jouer avec les pédales, et els vitesse. Si je devais faire votre boulot c’est comme de me mettre des talon aiguille et une robe de soirée. J’aurais l’air complètement pas à ma place. »
avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Lun 1 Oct - 11:24
Aaron Miller
Aaron secoue la main d’un signe de dénégation, et sourit :

    - C’est gentil, mais je ne me sens vraiment pas à l’aise avec une arme à la main. C’est vrai que ça ne serait pas perdu – on trouve plus facilement une arme à feu qu’une épée par ici en ce moment – mais j’aurais vraiment trop peur de mal faire et de faire plus de mal que de bien. J’aime bien les armes coupantes, on sent ce qui se passe jusqu’à la fin du coup, tu vois ?

Le choc contre les crânes, le bras qui vibre, le geste pour dégager la lame. Un rituel. Comme celui de nettoyer la lame, après, pour éviter que le sang ne sèche et ne colle l’arme dans son fourreau. Ça c’était nouveau, un réflexe qu’il n’avait pas encore ; comme celui de viser la tête : ça n’était pas vraiment nécessaire dans un monde en paix.

De bonnes raisons de ne plus parler à sa famille ? Il serra un peu les poings, revivant les coups qu’il avait reçu avant qu’il ne mette les voiles définitivement. Une boule amère se fit sentir dans sa gorge, mais elle était toujours là, se faisant simplement oubliée la plupart du temps. Se remémorer sa famille et leur schisme n’est pas son expérience préférée ; mais il était celui qui avait mis le sujet sur le tapis, il n’avait pas à se plaindre. Ne s’attardant pas sur ces pensées, il préféra glousser aux mots d’Alicia.


    - Juste un peu ? Et pourtant là ça va… J’espère que tu auras le temps de te préparer à l’hiver, ça risque de ne pas être une partie de plaisir. Je pourrais te filer un coup de main si tu veux, pour qu’on ne soit pas pris au dépourvu aux premières neiges.

Pas de commentaire sur la famille. Ce genre de situation peut être douloureuse, il le sait de source sûre. Mais il y avait des choses bien dans la vie. Exemple simple : son garage !! Et que les gens soient admiratifs à sa vue. Un vrai gosse, Aaron.

    - Haha, je te retourne le compliment, je pense que je serais perdu à ta place. Ceci dit, moi j’ai déjà mis talons et robe de soirée, ça m’allait plutôt bien. Donc si un jour on te demande ça, n’hésite pas à m’appeler au secours ! Il fit un clin d’œil à la jeune femme.

Après la transition. Avant il ne se serait jamais permis, il n’aurait jamais osé. Mais quelques années après qu’il apparaisse comme un homme aux yeux du monde, il avait suivi quelques amis homosexuels, et s’était amusé à faire du drag. Avec sa barbe et ses poils aux pattes, c’était moins sexy que certains de ses camarades, mais ça rendait quand même plutôt bien.

    - Et puis, par ici, se servir des pédales c’est déjà pas mal ! Les trois quart des américains ne doivent pas savoir !

Refermant le garage pour conserver la chaleur, il alluma les lumières, et fit le tour du propriétaires très rapidement : pour des non initiés, ça ne devait pas avoir grand-chose d’intéressant. Il montra simplement plus en détail sa moto – son bébé.

    - Tous les véhicules ici sont en réparation, ils appartiennent à des gens dans le coin. Mais celle-ci… C’est la mienne ! J’essaie de la ménager, elle se fait vieille, mais elle roule bien ! Bon, ce n’est pas hyper pratique pour des missions de récupération, mais quand il s’agit d’aller vite, c’est parfait !

Le slalom entre les zombies étaient d’ailleurs une activité plutôt fun, mais assez dangereuse. Il n’était pas un excellent pilote, du coup il se faisait de temps à autres de sales frayeurs.
En trotinnant, il se rendit dans une salle adjacente, où il rangeait ses affaires personnelles. Accrochée au mur, son épée. La décrochant, il l’apporta à Alicia, toujours un sourire de gosse au visage.


    - Et voilà mon épée ! C’est pas hyper impressionnant comme ça, mais elle est solide et fait du bon travail. De toute façon le décor ça alourdit les armes, c’est pas toujours bien.

Il était à deux doigts de battre des mains, mais on lui avait suffisamment fait remarquer tout sa vie que cette manie était bizarre. C’était pas toujours évident à gérer, mais il commençait à y arriver.
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Lun 1 Oct - 14:31
Alicia Dosantos
Je hausse les épaules lorsqu’il décline ma proposition de lui montrer comment tirer. Mais je laisse apparaitre un rictus amusé lorsqu’il m’explique le pourquoi. Il n’a pas totalement tords. Un jour c’est lui qui sera le plus à même de se défendre. Les balle ne seront pas éternel et on a pas inventer les pistolet laser comme dans les films. Il faudra que je pense à trouver une planque pour y mettre un maximum de matos. Je ricane rapidement en m’imaginant faire l’écureuil sauf qu’en guise de noisette et de noix se sera munition arme et explosif, voir quelques protections.

- « Ok comme tu veux. Cela dit, no es stupido. Car les munitions vont un jour être plus rares qu’un tradeur sain de cocaïne à wallstreet. »

Je déambule nonchalamment dans son garage admirant le tout sans vraiment savoir à quoi ça correspond. Par contre je frissonne à l’idée de la froideur de l’hiver. De ces propres paroles par ici l’hiver est plus froids que mon frigo à Bogota. Je me tourne vers lui l’œil surpris et inquiet

- « Ay ombre, tu me fais marcher ? Fait déjà glacial maintenant. Caramba je vais mourir moi. »

Par contre l’imaginer avec une robe de soirée et des talons m’arrache un léger rire. Mierda je payerai cher pour voir ça. Je l’observe attentivement. Et des images étranges me grimpent au cerveau. Je pouffe de rire et arrête mon délire stupido.

- « Dios mio. En même temps si tu connaissais les quartiers chaud de Bogota. Ou les plages de Porto nuevo. Quand à porter une robe et des talons rassure toi amigo. Je sais le faire aussi. Mais ce n’est pas ce que je préfère comme tenue. Et puis j’ai plus vraiment de raison de porter ce genre de chose. »

Les véhicules sont donc ceux des habitants de cette communauté, voire d’anciens partis grossir les rangs de la nue infernale. Mais la moto qu’il me montre est la sienne. Et au vu de sa façon de me la présenter ce doit être la dame de ses jours. Je le crois aisément quand il dit que ça permet plus de possibilité qu’une voiture de par son aisance pour se faufiler. Mais je n’ai jamais fait de moto et ce n’est pas mon style de véhicule. Je préfère le plus lourd et destructeur. Si je savais conduire un poids lourd je pense je prendrais un malin plaisir à en trouver un pour défoncer les lignes ‘’ennemie‘’. Je continue de regarder ses œuvres. Tous ses véhicules en état de réparation à qui il rend une nouvelle existence. Puis il revient avec son épée. Et me la tend. Je la prends en l’observant. J’ai l’air complètement gauche. Je ne sais pas du tout comment ça fonctionne ce truc. Mais je sais ce que s’est j’en ai vu dans des films. Mais là c’est autre chose. Je m’attendais à plus lourd. Mais non. Bon je suis pas completement conne car visiblement je la tien par le bon bout. En même temps quand se battre avec un couteau est une partie de votre entrainement sa aide. Masi je trouve ça par contre long. Une machette est plus courte et je ne peux m’empêcher de me demander comment on s’en sert réellement. Au vu du regard du mécano je lui rends son sourire et lui rends son bébé.

- « tien amigo je te rends ton bébé. Je ne saurai pas comment m’en servir. Je serais curieuse de te voir à l’œuvre un jour. Si tu souhaites faire une sortie a l’extérieur amigo je viendrais avec plaisir au moins je couvrirais tes arrières. »


avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 10 Oct - 11:44
Aaron Miller
Aaron grimaça. Il y avait des gens qui avaient pour chaussures préférées des talons ? Ca lui semblait être le comble de l'impractibilité. Il concevait qu'on puisse apprécier les conséquences d'en porter : prendre de la hauteur, être perçue comme plus à l'aise, plus puissante... Mais en porter en soi ? Risquer de se coincer dans la moindre bouche d'aération, de trébucher, d'être incapable de courir... Yeurk. Il aimait trop sa mobilité pour ça. Bon, les robes, il en avait de toutes tailles et de tout style, et puis en été, sentir la brise sur ses jambes, c'était plutôt sympa – foi de porteur de kilt ! - donc il arrivait à concevoir qu'on puisse apprécier ce type de vêtement.
Aaron sourit en entendant la jeune femme appeler son épée son bébé. Ca n'est pas loin de ça, il apprécie vraiment l'arme, même si elle est purement fonctionnelle. A vrai dire, il n'aurait aucun regret s'il devait en changer pour une lame en meilleur état (pour l'instant elle n'avait pas de souci, mais avec le temps ça risquait d'arriver) mais il avait bien conscience que de telles lames ne se trouvaient pas à chaque coin de rue. D'où la préciosité de celle-ci ; mais il n'y avait pas, comme avec sa bécane, une affection pour l'objet en tant que tel : c'était purement utilitariste.
Reprenant sa lame, il fit quelques mouvements amples, toujours motivé pour montrer ses talents – et si possible impressionner – avant de ranger l'arme à sa place. Il y avait un temps pour tout.


    - Je serais ravi d'avoir une occasion de sortir avec toi. Ça marche toujours bien, une personne au corps à corps et une à distance. Ça permet de pallier toute éventualité.

Et puis bon pour être franc, il aimait bien admirer les tireurs. C'était facile de manier l'épée, on sentait tout ce qui se passait. Mais tirer, savoir à l'avance ce que la balle allait faire, c'était une autre paire de manche. Et autant faire une démonstration d'escrime ça ne coutait que du temps et de l'énergie, mais une séance de tir coutait en plus des munitions, et faisait pas mal de bruit. Trop de points négatifs pour se le permettre, aux yeux du jeune homme.

    - Tu veux entrer ? Boire un thé, un café, autre chose ? Il doit me rester des fonds de bouteille, ou bien des trucs sans alcool si tu préfères. Et des biscuits.

Bienvenue dans le petit monde privilégié des gens qui avaient gardé leur maison. Avec leur nourriture, leurs fringues, leurs habitudes. Leur confort surtout.
Il ouvrit la porte qui reliait l'atelier à son pavillon. C'était amusant comme le décalage était important, entre le garage plein de poussière, aux murs gris, et l'habitation aux peintures pastels et au mobilier impeccable. Bon, sa décoration était hyper urbaine, avec dans le salon un canapé en palette avec des coussins et des plaids, une table basse touret ; dans la salle à manger une longue planche de placo avec pour pieds des tréteaux, etc. Seule pièce dans la maison qui détonnait, la cuisine, ultra moderne. Il avait un peu des gouts d'étudiants, mais bon, il se sentait bien là-dedans, aussi kitsch que ça puisse être.
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 10 Oct - 20:11
Alicia Dosantos
Il me plait de plus en plus el compadre Aaron. Prêt à faire une sortie avec moi, la perra loco. Mais il a raison un tel binôme marche plutôt bien à condition d’avoir l’arme pour, et je n’ai pas de fusil d’assaut. Un AKM serait parfait mais je n’ai pas. Et surtout ce n’est pas mon truc même si je sais les utiliser. Il reprend son épée fait quelque mouvement avec. Adroit et rapide avec ce genre d’équipement. Impressionnant. Je doute être capable de faire ça avec ma machette.

- « Il faut par contre une protection solide au corps à corps parce que les morsures sont mortelles. J’espère que t’es bien équipé amigo. Sa me ferai mal de perdre le mécano d’Essex. Je suis du genre rentre dedans perra loco en opération. »

Le compadre me propose un verre chez lui. je souris. Après tout proque no.

- « Alcool ça me va sinon café. je suis colombienne pas anglaise. »

Je lui aurais bien fait un clin d’œil mais avec mon œil camouflé par le bandeau sa ressemble à rien. Je le suis et rentre dans son appart. Caramba ça fait très meuble de squat ou de favelas. Mais c’est assez efficace. Pourtant ça faisait impeccable et très différent de son atelier. Surtout les couleurs au mur. Je reste un instant à me balader lentement dans son univers dont il vient de m’ouvrir les portes. La cuisine est moderne et impeccable très bien équipée. Un instant je me revois dans mon appartement de Bogota avec Paolo faisant une bandeja paisa. Je serre les dents et soupire. J’ai fait mon deuil mais certaine chose reste. Je me tourne vers mon hôte.

- « bon tu m’a promis un verre alors que me propose tu ? Una cervesa ? Ou autre ? A vrai dire je prends tout ce que tu proposeras amigo j’ai soif. »

Et envie de me changer les idées je suis venue m’installer ici a Essex je fais de nouvelle découverte. Alors autant apprendre à connaitre mes voisins. Et puisqu’il est sympa et que j’ai envie de le connaitre c’est l’occasion. En plus j’ai des idée de transformation de vehicule il aura peut etre des idée aussi

- « Au fait amigo j’aurais peut-être un projet à te proposer pour une transformation de véhicule. C’est un peu particulier par contre. Je sais pas si sa t’intéresse un projet de modification. »





avatar
Messages : 362
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia] Mer 7 Nov - 11:47
Aaron Miller
Aaron acquiesça. Lui était bien équipé, pas de souci avec ça. Enfin, il avait ses protections, celles qui lui restaient de ses entraînements : si ça résistait à des coups de lames, ça résisterait bien à des morsures ou des griffures, non ? Quant au côté rentre-dedans... Il gloussa et montra son épée.

    - Avec ça, t'inquiète pas, je suis obligé aussi d'y aller franco.

Rester en arrière, ça n'était pas trop son truc. Il aimait se dépenser, ne penser à rien d'autre qu'au moment présent, sentir la peur étreindre ses entrailles mais y résister, bondir et enlever de la surface de la terre ces saloperies qui n'avaient rien à y faire.

Aaron plongea dans le frigo, et en tira deux bières, qu'il ouvrit avec sa bague d'un geste expert. Avec un grand sourire, il les rapporta dans le salon et les posa sur la table basse, qui malgré son aspect chantier était tout à fait stable. Il avait passé de longues heures à poncer et vernir le moindre morceau de bois brut qui avait pénétré son appartement : ambiance jeune adulte fauché mais soucieux de l'esthétique quand même. Il se posa sur le canapé palette dont les matelas étaient garnis de coussins bien moelleux et de plaids tout doux et reprit les bières en main, en tendant une à Alicia.


    - Il ne sera pas dit que je laisse une demoiselle mourir de soif chez moi !

Quand la-dite demoiselle lui fit part de son projet, ses yeux se mirent à briller comme si on lui avait annoncé Noël en avance. Sa jambe fit quelques soubresauts nerveux, ce dont il se rendit compte très rapidement, et qu'il calma d'une main impérieuse, tout en ayant un petit sourire d'excuse.

    - Si si ! Ca m'intéresse même beaucoup ! Les réparations classiques c'est sympa, j'adore ça, mais ça me change de mon quotidien ce genre de projet. C'est un peu un challenge. Qu'est-ce que tu as en tête ? Raconte moi tout !

Sourire jusqu'aux oreilles, comme toujours lorsqu'on lui parlait d'un projet un peu sympa en mécanique ; comme le jour où il avait reçu les clefs des deux superbes véhicules de John, qu'il avait déjà trifouillé un peu d'ailleurs. Un vrai gamin.
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 16/08/2018
Crédit Avatar : Passeur

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [29 octobre]Visite guidée [Alicia]
Contenu sponsorisé
[29 octobre]Visite guidée [Alicia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» visite guidée
» Une visite guidée à Bélair ,Ayiti, tache senti'w
» Visite Guidée du forum
» Visite guidée [PV Irving]
» Visite guidé. [PV Caitlin ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Les villes alentours :: Essex-
Sauter vers: