Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: [TERMINE] 14 novembre- La moto ou la vie? (Téofil + entrainement de survie) Mar 13 Nov - 19:32
Teofil Piotrowski
Charlie s’excuse pour ne pas avoir remarqué pour la goule. Mais le polonais lui sourit

Téofil – « ne t’excuse pas. On ne peut pas être le meilleur tout le temps sinon on ne serait plus des hommes mais des dieux

Il lui fit un clin d’œil avant de reprendre ses affaires. Il était assez d’accord avec Charlie sur le fait d’avoir une arme secondaire plus courte et plus rapide que sa crosse. Mais il l’adorait sa crosse. Il suivit donc le muet d’un pas rapide et presque en chantant. Il n’y avait pas grand-chose dans les environs qui pouvaient les prendre à revers et il avait l’impression que même Charlie semblait se détendre un peu. Alors qu’ils allaient traverser une route le grand bruler l’arrêta lui demandant de vérifier les environ pour s’assurer que personnes n’était passé dernièrement. Teofil sourit voyant la une preuve de la grande vigilance de son camarade et de la précision naturel d’un éclaireur au aguet. Il leva le pouce pour lui spécifier qu’il allait vérifier le laissant surveiller les environs. En revenant pour lui annoncer que s’était bon il remarqua le regard de Charlie. Celui-ci était plus du ressort d’un professeur ayant observé son élève réagir correctement que comme celui d’un équipier. Le hockeyeur sourit amusé.

Téofil – « Tu voies, tu ferais un excellent professeur. Je suis sûre que donner des cours a ceux qui le souhaite dans la communauté serait bénéfique pour eux mais aussi pour toi.et avec Leia à tes cotés vous feriez un tandem incroyable. La preuve tu viens de me demander de regarder les trace sous couvert de ne pas nous faire voir mais tu me testais t’avais déjà remarqué. Moi pas maintenant je sais  grâce à toi. Tu es très bon pédagogue Charlie. Je suis heureux que tu me montres ces astuces. Merci à toi. »

Les deux hommes finissent par pénétrer dans le garage et la dite moto tant enviée par le catamounts fit son apparition à son regard. Allant à sa rencontre le polonais se mit à l’observer sous toutes les coutures. Elle semblait en bon état. Malheureusement il n’était pas mécanicien. Impossible pour lui de savoir si elle fonctionnerait ou leur resterai dans les mains en pleine courses. Il savait des petites choses, bien sûr, l’essentiel. Mais pour ce qui était de faire une révision pour s’assurer que tout était en état de marche s’était autre chose.  Charlie lui tendit un pied de biche et un mot lui indiquant que l’outil était pour lui, il pourrait servit d’outils ou d’arme. Le Catamounts se saisit de l’objet et le tint en main pour s’assurer de sa prise. Puis il le glissa dans son sac a dos.

Téofil – « Merci mon ami tu as raison sa pourras m’être d’une grande utilité. En ce qui concerne la moto, à moins de la faire démarrer je ne saurais pas te dire. Elle à l’air en excellent état mais je ne suis pas mécanicien. J’espère qu’elle n’a pas un souci d’encrassement que je ne verrai pas ou autre. et je t’avouerais que si il y a des pillard sur la route je n’ai pas vraiment envie de les attirer en démarrant la moto. En même temps elle donne envie. Elle est superbe. »

Teofil verifia qu’il y avait de l’essence dans le réservoir mais celui-ci était au deux tiers plein. Un autre bidon d’essence plein se trouvait non loin de la moto. Il était plein aussi. Le tout sonnait comme une invitation. Une invitation qui laissait le hockeyeur perplexe. Pourquoi personne n’était-il parti avec cette moto. Elle pouvait circuler aussi bien en ville que sur chemin de terre. Charlie disais qu’en plus dans le coin des pillards se baladaient et faisaient le tour des maisons. Pourquoi n’avaient-ils pas pris la moto. C’est vrai que leurs observation dans la neige n’avait pas révélé de trace de passage mais quelque chose l’intriguait.

Téofil – « Dit moi tu m’as bien dit qu’il y avait des pillards dans le coins. Je me demande pourquoi il n’ont pas pris un tel véhicule. Et où ils sont ? je n’ai pas vraiment envie de tester la moto et de me retrouver entre leur mains ensuite. »


Équipement de Téofil:
 

Jet de dés:
 
Achat:
 
Teofil Piotrowski
Messages : 316
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] 14 novembre- La moto ou la vie? (Téofil + entrainement de survie) Sam 17 Nov - 6:46
Charlie Murphy
La moto ou la vie?
Je ne peux que rougir, laissant quelques traces blanchâtres à cause des stigmates de mon passé, sous le compliment que mon ami vient de me faire. Je sais que c’était dehors, mais j’étais trop attentif à mon environnement pour écouter les paroles du sportif. Mais je vais devoir lui rappeler que je suis un con fini, qui n’a pas d’éducation et aucune notion du principe d’enseigner aux autres. En fait les seuls professeurs que j’ai eus dans mes quinze dernières années de ma vie furent Papy et un de ses amis de l’armée qu’on appelait John l’Indien. Je me rappelle comment les deux hommes austères mais attentifs avaient évalué ma marche silencieuse, mes techniques de chasse et sans le savoir m’ont fait emprunter la voie d’un éclair digne de l’armée. Je voyais bien que Téofil voulait démarrer la moto, mais se retenait par peur de déclencher une sorte d’inquisition vers notre position. Alors je lui fais signe de venir avec moi vers l’établi et je sors une de mes cartes qui détailles les environs. L’ancien joueur de hockey pouvait lire les diverses inscriptions. Mais surtout les écritures. Le plus clair de mon temps j’avais une calligraphie soigné et lisible. Des dates, des commentaires sur la sécurité d’une ferme ou bien des provisions trouvé. D’autres fois c’était la mention de survivants. Le nombre, l’état des lieux et des fortifications. Mais à certaines occasions l’écriture devenaient agressives, rapide et surtout d’une violence latente. Par exemple une cour de ferrailles que j’avais notées à la base douze hommes retranché. Une observation d’une calligraphie douce et soigné. Donc l’humain avait observé les mouvements ce jour. Mais par après les lettres se transformèrent écrasé, un mouvement rapide. Le Chasseur avait noté que le groupe avait attaqué un couple. Tuer l’homme et violer la femme. Qu’il avait entendu les agresseurs se vanter de plumer des pigeons et de les tuer pour ne pas les nourrir. Je n’avais rien pu faire pour la femme. Mais j’avais traqué chacune de ses ordures pour les tuer lentement. Ça m’avait pris quelques jours et on pouvait voir le chiffre douze descendre graduellement pour indiquer le zéro. Ensuite l’écriture écrasé et rageuse avait noté que les lieux étaient devenu vacant. Je sais que je ne peux être juge, jury et bourreau. Mais maintenant les survivants n’ont plus de morale pour la plupart et le Chasseur à trouver la raison bonne de trucider les pillards qui menacent les gens qui n’essaient que survivre un jour de plus. Il avait déjà les charognards, alors pourquoi l’humain devait combattre contre lui-même?

Je tapote l’endroit où nous sommes de l’index et ensuite deux cercles à environ quelques kilomètres de distance. Le nombre de personnes, les véhicules et tout. Alors je saisis mon carnet et j’écris quelques mots pour mon ami.

Charlie- C’est bien que tu penses comme ça. La survie c’est surtout de l’action qui déclenche une réaction. Tu as fait le raisonnement que démarrer la moto pourra attirer l’attention. Nous pourrions faire un dernier tour d’horizon, voir si les oiseaux qui chantaient à notre arriver son encore actif. Les lieux sont sécuritaire car lors de mon dernier passage, il y a six jours, j’ai placé des indices de passages et aucun n’a été briser. Comme la poussière au sol près de la porte qui communique avec la maison, une branche qui semble tomber de l’arbre qui entrave la porte d’entrée ou bien le pot de fleur cassés devant l’accès arrière. Les fenêtres n’ont pas bougé d’un pouce ni cassé.

Je lui laisse le temps de lire ma nouvelle note et pendant ce temps je prends quelques pots de verres remplis de vis et de clous. Quand il a fini, j’écris de nouveau.

Charlie- La maison est éloignée de tout. Il n’y a même pas d’adresse près de la route. Le chemin qui vient ici est camouflé. Je crois que l’homme voulait la paix. Comme les pillards ne cherchent pas plus loin que leur nez, ils n’ont jamais venu par ici. Donc fais-toi plaisir les lieux semblent un peu insonoriser. Aussi nous pourrions prendre une ceinture à outil et te faire un genre de bandoulière à moto. On place les pots de clous et ça fera de bons projectiles pour percer des pneus de poursuivants si ça te dit?


Mon regard d’azur troublant scrute une dernière fois les lieux et je vais m’assurer que les oiseaux chantent à l’extérieur. Je laisse un sourire satisfait se déposer sur mes lippes charnues et qui fait un étrange rictus à cause des cicatrices qui arpentent mon horrible faciès.



INVENTAIRE:
 

Trouvailles:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
Charlie Murphy
Messages : 481
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] 14 novembre- La moto ou la vie? (Téofil + entrainement de survie) Dim 18 Nov - 20:05
Teofil Piotrowski
Charlie le félicita pour avoir évité de lancer la moto, ou plutôt d’avoir pensé que le bruit ameutera de potentiels pillards. Le catamounts sourit. Contrairement à ce qu’il pensait de lui, Charlie était pédagogue. Il félicitait le bon raisonnement expliquant le raisonnement et les possibilités qui s’offraient à la suite de ce raisonnement. En revanche lors de l’échec il ne punissait pas ou ne poussait pas à recommencer directement, mais il corrigeait donnant la raison de l’échec et donnait des conseils pour réussir après. Mais Téofil se rendait compte que l’enseignement quand on n’a pas confiance en soi est une chose compliqué qui peut faire peur et être à double tranchant. Cela dit avec la batteuse a ses coté il y avait peu de chance que le muet se retrouve sans argument percutant face à un imbéciles. Et puis lui-même suivrait avec assiduité les enseignements du brulé. Il avait vraiment envie d’en savoir plus sur la survie, la chasse, la pêche, le pistage et toutes ces petites choses qui a l’heure d’aujourd’hui étaient plus que nécessaire. Et il se rendait bien compte que tout universitaire qu’il soit tout sportif qu’il soit il avait de grosse lacune en matière de survie. Il était un citadin convertit malgré ses bonnes intentions d’écologiste militant. Un ami comme Charlie était précieux. Mais il n’en oubliait pas Khan. Le husky était un gros avantage aussi car l’animal pouvais a tout moment le prévenir de par son instinct. Charlie lui avait dit que les animaux étaient de bon indicateur. D’ailleurs là encore il proposait d’aller vérifier que les oiseaux de tout à l’heure gassouillaient encore et n’étaient pas parti. Cette réflexion lui fit prendre conscience qu’il faudrait qu’il développe un peu plus son lien avec Kahn. Car l’animal même si il s’était pris d’amitié pour Téofil n’en restait pas moins assez indépendant. Cette résolution soulignée et prise. Le polonais acquiesça au propos de son camarade.

- « Tu as raison allons faire un tour de sécurité avant de tenter de quitter les lieux avec le véhicule. Au pire tant pis sa sera juste un plaisir des yeux. »

Le catamounts pris sa crosse de hockey et sortit à la suite de son camarade. Mais il se doutait que dans le cas présent vu ce que Charlie avait écrit avant s’était plus pour lui un moyen de mettre à profils les enseignements du muet.

Teofil s’avança prudemment et le plus silencieusement prenant le temps de poser son pied lentement dans la neige amortissant chaque pas pour faire peu de bruit. Il s’accroupit un moment pour tendre l’oreille. Charlie avait décidément d’excellent réflexe. Les oiseaux chantaient dans les arbres. Les pillard ne risquait d’arriver que alors que la moto serait a pleine vitesse soit trop tard. Il montra les oiseaux du doigt à Charlie


- « Tu avais encore une fois raison Charlie. Mais au moins comme ça j’ai pus constater par moi-même. T’es vraiment super doué. Je suis content de te connaitre et que tu ais accepter de me montrer tous ces petit trucs. »

Il se releva et retourna à la maison. Dans le garage il enfourcha la moto. Son cœur battait la chamade. Il était juste trop content. En plus vu qu’il n’avait pas de casque la protection de cou de moto qu’il avait allait lui être très utile aujourd’hui. Il fit signe a Charlie de monter derrière lui

- « Monte. Rassure toi je suis meilleurs pilote en moto qu’en voiture. Par contre accroche-toi bien à moi. Et surtout tu suis mes mouvements si je me penche à gauche tu fais pareil si je penche à droite tu me suis. Ok ? »

Teofil remonta la tirette de son pull plaçant la capuche sur sa tête. Il referma aussi sa veste. Ses gants allaient lui être d’une grande utilité aussi pour la peine. L’idée de Charlie pour la bandoulière de moto était bonne mais là le plus urgent était de trouver une façon de fixer à la moto son sac et sa crosse de hockey ainsi que le bidon d’essence. La bandoulière … ben il en avait peux d’utilité actuellement En fouillant dans le garage, il trouve des colliers de serrage. Ca ne serait qu’à usage unique mais au moins jusqu’au Vieux Marché cela fera l’affaire. Il fit En sorte de fixer son sac d’un côté de l’arrière de la moto, et le bidon de l’autre côté afin d’équilibré le paquetage. Il prit alors la place du pilote et attendit que Charlie monte à l’arrière. Il lui tendit sa crosse pour qu’il la tienne puisque lui serait au pilotage. Puis l’heure de vérité arriva. Il alluma le moteur et tenta de démarrer. Mais rien ne vint. Il dut s’y reprendre a plusieurs fois pour enfin entendre le moteur démarrer. Il mit les gaz sans lancer la moto pour s’assurer du bruit de celle-ci. Il se sentait bien. Il fit un signe au muet pour voir s’il était prêt et lorsque celui-ci fut prêt il démarra direction le vieux marché.

Le polonais retrouvait au fils des minutes les anciennes sensations de pilotage qu’il avait eu en apprenant à conduire la moto de son grand-père. S’était grisant par contre le vent lui flagellait les pommettes non protégée et les yeux. Il n’avait pas de protection. Il allait falloir qu’il y pense. Sur le chemin alors que le Vieux marché se dévoilait devant eux, une goule se trouva sur leur chemin. Il prit des mains de Charlie sa crosse de hockey et s’approcha de la créature morte-vivante à toute vitesse. A la dernière minute il balança un coup de crosse en horizontal a cote d’eux qui fracassa avec violence la tête de l’ignoble engeance. Celle-ci s’écroula quelque mettre plus loin sous la violence de l’impact sa tête avec éclaté à l’intérieur. Le gel et le choc violent avait eut un effet mortel punitif sur le mort-vivant. S’était inutile mais il était fier de lui et de sa capacité a manier la moto et de parvenir a garder Charlie en selle et de tuer des goules.

Il s’arreta a l’entrée du Vieux marché et remercia Charlie chaleureusement. Le muet avait eu encore une fois raison. Les pillard n’avait pas réagi et devait probablement être dans une protection contre le froid au moment ou ils avaient démarrer.


Jet de dés:
 
Achat:
 


Teofil Piotrowski
Messages : 316
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] 14 novembre- La moto ou la vie? (Téofil + entrainement de survie)
Contenu sponsorisé
[TERMINE] 14 novembre- La moto ou la vie? (Téofil + entrainement de survie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Lombardsijde novembre 1969 qui se reconnait? B4 pont
» l italie a moto
» Moto modèle unique à vendre
» 11 novembre & les Cadets de Marine
» Revue de presse - Novembre 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Centre-ville :: Le vieux marché-
Sauter vers: