Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey Sam 13 Oct - 8:16
Charlie Murphy
Jeux d'ombres-18 novembre
Je dois ressembler à un esprit urbain qui se déplace avec cette furtivité durement acquise par de si nombreuses années à vivre en marge de la société. Grâce à ma gueule de déterré, couverte d’un profil par les caresses brulantes des flammes qui furent fatales pour mes parents, les gens me rejettent en bloc. Et comme l’idiot que je suis, j’essaie d’aider ceux qui se foutent de ma gueule  et de mon mutisme. Je sais que je ne vaux absolument rien, aucune hautes études ni de physique qui pourra plaire, mais l’Humain qui est au commande de mon esprit est un être de bonté et de douceur. À la limite de ma conscience arpente le Chasseur, cet alter-égo d’une rage viscérale et d’une froideur implacable, qui n’attend qu’un danger ou une insulte pour prendre possession de mon être.  Selon mon grand-père c’est la bestialité, ce côté sauvage qu’on développe à la guerre et dans les périodes de grand stress. Notre instinct de survie, mais que moi j’ai poussé juste à former une entité propre. Je passe alors sans me faire remarquer par une dizaine de charognards qui semblent festoyé sur le corps éviscérer d’un animal étendu dans la neige (Jet de discrétion réussi). Mon regard d’azur troublant et inquisiteur, seul artifice de beauté dans cette mer affreuse et immonde qu’est mon corps, discerne que c’est un gros chien. Je soupir de soulagement en songeant que ce n’est pas un membre du Vieux Marché. Malgré l’attitude négative des gens envers moi, il y a quelques êtres qui m’ont proposé une amitié nouvelle que je ne connaissais pas depuis tout ce temps. Leïa que je surnomme Sourire, elle qui a su me redonner foi en l’humanité et faisant naître quelques trucs bizarre en moi. Jessica que je surnomme maintenant petit sœur qui semble vouloir m’aider à m’intégrer malgré mes lacunes sur le point de vue sociale. Jamie qui sait toujours mettre les points sur les i quand il le faut. Et le dernier est Téofil qui semble apprécier la lie de l’humanité que je suis.

Mais aujourd’hui je dois retrouver des traces de l’équipe d’expédition qui est parti il est parti il y a trois jours. Ils n’allaient pas loin selon Téofil et selon lui ce sont des gens utiles à la communauté. Tout être vivants est important… sauf moi. Je trace mon chemin en calquant l’itinéraire en farfouillant comme le ferait un loup sur la trace d’un cervidé. Mais à date je suis frustré par la neige et le manque d’indices flagrants. Les survivants peuvent avoir dû rebrousser chemin, bifurquer brutalement ou bien s’enfuir tout simplement. Je m’engage dans la pénombre d’une ruelle et à l’autre bout je vois un mouvement qui se veut discret.  Aussitôt le Chasseur me pousse à réagir d’instinct et je me plaque derrière une immense berne à ordure. Un tressautement de la neige m’indique un possible danger et aussitôt mon couteau de chasse se matérialise dans ma main.  Mais au lieu que ce soit un charognard qui se relève de son inertie nécrosé par le baiser de cette malédiction de la non-vie, je souris de voir un rat me regarder outrer de mon arrivé près de son garde-manger. Il se détourne et s’enfui dans un trou du mur dans le bâtiment à ma gauche.

Je regarde de nouveau, laissant juste un œil et la moitié saine de mon visage dépasser de ma cachette pour voir la forme découper par le soleil. Une jeune femme à la chevelure bouclée. Elle regarde avec intensité le Vieux Marché qui commence à se réveiller de sa torpeur matinale. Moi je suis dehors depuis longtemps, en fait depuis les tous premiers rayons du soleil discret de novembre.  Je plisse des paupières et je me remémore alors des traces de pas que j’ai découvertes autour du refuge depuis quelques jours. Je me penche alors pour comparer l’empreinte de botte et ceux que j’ai emmagasiné dans ma mémoire. Copie conforme. Je sais ce que la jeune femme ressent. Je eu les mêmes doutes, épiant le groupe en me demandant si je devais le rejoindre ou non. Ayant la peur au ventre à me questionner sur mon avenir dans ce monde en étant solitaire. Je me décide alors de me montrer, les mains bien en évidence. Mais comme je suis un con de muet je ne peux l’avertir. Je cogne un peu la berne à ordure, les mains en évidence en marchant vers elle avec lenteur. Un panache de fumée chaud s’échappe de mes lèvres charnues, fumée blanche qui se forme. Un coup de vent sournois fait alors rabaisser ma capuche de mon manteau de chasse, dévoilant les stigmates affreux que la fournaise mortelle m’a laissé dans ma jeunesse. Je vois l’horreur déformer ses traits, comprenant qu’elle doit songer que je suis un charognard. Comme un idiot j’essaie de lui montrer que je suis vivant, mais mon pied se prend dans un truc cacher par la neige et je tombe en dans la poudreuse. Comme un zombie en fait. Merde de hell! On va repasser pour la première impression. Je me relève un peu maladroitement, malgré mon agilité il y a de la glace sous la neige accumulé et j’essaie de tendre mes bras en signe d’apaisement. Mais je nouveau j’ais comme un infecté qui vient de déceler son nouveau repas. Ce qui se passe par la suite ressemble alors à ce que j’ai vécu depuis le tout début de ce cauchemar. Les gens s’enfuient de moi ou vont essayer de me descendre pour se protéger. Je crois que la femme choisi la première option. Mon reflexe alors est de courir après pour essayer de la sauver (Jet de course réussi). Je sais qu’il y a un groupement de charognard non loin dans la rue qui n’attend qu’une proie qui va leur tomber dans les bras. Heureusement qu’ils sont bloquer par un carambolage, mais des âmes damnés ont pu s’échapper de ce traquenard métallique. Je fonce et serre les dents persuadé qu’au détour je vais devoir affronter un déluge de plomb ou bien un coup vicieux. Mais je dois essayer de l’aider.  Chaque vie est importante… sauf la mienne.


INVENTAIRE:
 

DÉS:
 

Trouvailles:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey Dim 14 Oct - 4:44
Zoey Pearson
Le froid glacial qui s'était installé sur la ville depuis quelques semaines n'avait pas encore tout à fait convaincu Zoey de se présenter aux survivants du Vieux Marché. Elle se contente de rôder dans les alentours du grand bâtiment, épiant les allers et venues qui l'agitent. Ses lèvres sont gercées, son ventre crie famine, elle claque des dents à chaque rafale de vent. Ce vent ! Il n'est pas loin de la rendre complètement dingue. En plus de lui glacer les sangs en s'insinuant dans chacun de ses os, il charrie l'odeur putride la mort. Cette odeur... Où qu'elle aille, elle ne la quitte pas. La jeune fille a l'impression de la porter elle aussi. Depuis combien de temps ne s'est-elle pas lavée des semaines, des mois ? D'ailleurs, le temps, il semble s'être arrêté lui aussi. Les jours se suivent et se ressemblent depuis le début de l'épidémie. Zoey se réveille affamée, la peur au ventre, ses seules pensées sont focalisées sur la survie : trouver de la nourriture, un abri aussi sûr que possible, se montrer attentive au moindre bruit, au moindre mouvement suspect et surtout fuir les morts... comme les vivants.

Au cours des dernières semaines, les quelques survivants qu'elle avait pu croiser ne lui avaient inspiré que de la pitié ou de la terreur. Il y avait ceux qui avait perdu leur famille et qui semblait ne jamais devoir s'en remettre et puis, il y avait aussi et surtout ceux qui étaient prêts à tout pour améliorer leurs conditions de survie. Certaines scènes qu'elle avaient pu observer la réveillaient encore la nuit. Pourtant, elle pouvait comprendre. Récemment, elle avait trouvé refuge dans la chaufferie d'un vieil immeuble qui était plutôt tranquille. C'est là qu'elle avait rencontré ce vieux chat de gouttière a qui il manquait un bout d'oreille. Le froid aidant, elle avait pu l'approcher, enfin... c'était plutôt l'inverse. Elle s'était un jour réveillée en sentant une présence chaude et amicale à ses pieds. Depuis lors, le chat avait pris l'habitude de se lover près d'elle et cette proximité avait aidée Zoey à lutter contre le froid. Pourtant, elle-même n'avait-elle pas été tentée de lui faire la peau, un jour où la faim se faisait particulièrement ressentir ? C'était cette horrible idée qui avait aidé Zoey à prendre la décision de se rendre au Vieux Marché, d'observer cette communauté et de la rejoindre si elle estimait que ces gens étaient assez dignes de confiance pour qu'elle puisse vivre parmi eux. Elle ne pouvait vivre comme ça...

Comme à son habitude, elle profitait de chacune de ses sorties pour fouiner sur les cadavres environnants, à la recherche du moindre objet qui pourrait s'avérer utile [jet de loot]. Aussi, lorsqu'elle aperçut un cadavre qui avait l'air relativement frais, elle se rua dessus afin de le fouiller. Coup de chance, ce mec avait de la bouffe sur lui, pas grand chose, certes, mais ce pas grand chose était de nature à faire fondre Zoey de plaisir. Une boîte de thon ! Miam ! S'il y avait bien quelque chose dont la jeune fille était friande, c'était de ça ! Elle était donc toute heureuse de cette découverte et c'est d'ailleurs pour cette raison que ce n'est qu'au dernier moment qu'elle se rendit compte que quelqu'un ou... quelque chose la suivait [échec jet de vigilance].

Un zombie venait de péter dans une berne à ordure. Zoey se maudit de s'être laissée surprendre ainsi. Les bras déjà tendus vers elle, prêt à la saisir, il avançait dans sa direction. Une rafale de vent fit tomber la capuche qui masquait un visage ravagé par des cicatrices de brûlure. Stupéfiée Zoey l'observait et ce n'est que lorsque le mort trébucha qu'elle se décida enfin à prendre ses jambes à son cou, serrant de toute ses forces la petite boîte de thon qui lui avait fait autant manquer de prudence. Elle aurait pu tenter de l'affronter mais, comme à son habitude, quand elle le pouvait elle préférait la fuite à l'affrontement direct. Plusieurs fois, elle manqua elle aussi de tomber sur le sol blanc de neige. Foutu poudreuse, si elle n'avait pas déjà tout recouvert, il aurait été plus simple pour la jeune fille de trouver une échappatoire en prenant de la hauteur mais le risque de glissade était trop grand, elle ne pouvait se le permettre. Alors, elle continuait sa course éperdue quitte à se jeter aveuglément dans les bras d'un danger plus grand encore...

Jets de dés:
 
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 09/10/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey Mar 16 Oct - 9:25
Kali Dourga
Au detour d’un carrefour Zoey vint à buter sur quelque chose alors qu’elle regarde derrière elle pour s’assurer de distancer la personne, chose, animal qui la poursuit. Le choc est rude et les deux protagonistes se retrouvent au sol. Le premier car il était de dos et n’a absolument pas entendut et fait gaffe a Zoey qui arrivait. Et pour Zoey car elle a été stoppée net dans sa course.

- ‘’Et bien Zack on ne tient pas sur ses jambes ?’’ dit une voie avec un semblant de moquerie.
- ‘’Ta gueule Drew.’’ Lui répond le fameux Zack
- ‘’Oh les mecs fermer là. Par contre regarder ce que la neige nous ramène… Une jolie petite souris des neiges.‘’

Les deux hommes s’approchent de Zoey. La voie féminins qui vint de la décrire sous l’appellation de souris des neiges est une femme plutôt fine accroupie sur le toit d’une voiture, une capuche sur le visage et une grosse veste jeans sur les épaule son pantalon est déchiré elle est d’ethnie métissé. Les deux autre sont des hommes de corpulence moyenne l’un porte un pantalon treillis et des rangers une grosse ceinture de cuir un pull et une veste de cuir avec des mitaines de cuir (Drew) il est d’ethnie blanche, l’autre porte un jeans noir, des baskets, un tshirt et un pull a capuche (Zack) il est d’ethnie noire.
Ils ont tous les trois des armes. Pour la fille elle a une arbalète courte et des carreaux en acier. Zack lui a deux couteaux quand à Drew il semble avoir une préférence pour le massif car il a outre un poing américain une petite masse en fonte.

Un jet de Perception réussit vous fera remarquer que la fille fait un signe discret a quelqu’un ou quelque chose dans le coin => ils ne sont pas que 3.
Un jet de vigilance vous indiquera la présence d’un marqueur rouge. Un petit point qui s’amuse a se balader sur Zoey ne restant pas au meme endroit afin de ne pas être remarquer

----------------------

Enjoy… Wink Vous pouvez les faire agir a votre guise.
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 17/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey Mer 17 Oct - 5:35
Charlie Murphy
Jeux d'ombres-18 novembre
Je cours rapidement et poussant ma vitesse de point. Comble de chance mes foulées commencent à gagner du terrain. Les entrainements de celle que j’appelle Sourire m’ont été bénéfique et repenser à elle alors que l’adrénaline envahit mon organisme me fait tout chaud à l’estomac. Mais comme à mon habitude je rejette ces pensées pour me concentrer sur matraque. Hors au lieu d’abattre ma proie, je vais essayer de l’apprivoiser et la ramener en sécurité parmi les siens. Car oui je me considère comme un monstre, une lie de l’humanité. Je ne suis que de passage dans le monde des êtres vivants. Ma place est à l’extérieur, avec les animaux dans les bois et parmi la masse putrides des charognards. Ni l’un ni l’autre ne me juge sur mon apparence cauchemardesque digne d’un Freddy Kruger. La nature m’accepte totalement et les charognards songe surtout à ma valeur nutritive. Hors les gens se foutent de ma gueule de porte-bonheur, me blessent autant par les poings que la parole et m’utilise comme un animal de compagnie.  Mais selon Papy mon cœur n’est pas corrompu par la malveillance et je suis rempli de gentillesse et d’une douceur ans limite. D’une candeur qui me pousse à tendre la main même si je suis sûr que je vais me la faire broyer sans pitié par après.  Je vois la forme gracile et élancée de la jeune femme tourner le coin et subitement je décélère ma course. Mon instinct vient de me hurler un avertissement et le Chasseur qui m’habite me chuchote qu’il a entendu un bruit de deux corps mous entrant en collision. Un rire méchant et dédaigneux s’élève alors et ma prudence innée me fait réagir à la seconde. Aussitôt je me décale dans une zone d’ombre et tel un spectre immonde je me déplace de mon pas devenu furtif (Jet de discrétion 30 réussite).  

Et bien Zack on ne tient pas sur ses jambes ?
Ta gueule Drew.
Oh les mecs fermés là. Par contre regarder ce que la neige nous ramène… Une jolie petite souris des neiges.

Ces voix me donnent la chair de poule et me pousse à jeter un œil sur la scène qui se déroule tout près. Une femme accroupie sur le toit d’une voiture qui fut incendié par les émeutes regarde une adolescente tomber au sol. Je reconnais celle que je me suis lancé à sa poursuite qui est étendue au sol avec un afro-américain qui semble furieux. La femme armée d’une arbalète de poing semble à un vautour qui regarde sa proie en rigolant. Un homme blanc avec une masse de fonte semble satisfait de la situation et le regard lubrique dans son regard ne plaît aucunement. Ce qu’il dit fait rugir de fureur le Chasseur caché dans mes entrailles.

Drew- De la chair fraîche enfin. On va pouvoir se défouler. Car la dernière était faible et n’a pas pu supporter la profondeur de mes caresses.

Le trio rigola de manières vicieuses et la femme fit signe dans une direction comme pour faire attendre quelqu’un ou quelque chose (Jet de perception 9 réussi). Il n’y a pas que trois cibles potentielles. Ce qui fait plaisir au Chasseur qui commence à rôder pour passer à l’action. Heureusement que j’ai vu ce geste car sinon j’aurai bandé mon arc et sorti de ma cachette en enlignant la seule qui possède une arme à projectile. Mais mon regard d’azur troublant remarque une tache rougeâtre qui se concentre seulement sur le torse de celle qui s’est sauvé de mon aura cauchemardesque. Une visée laser. Un peu comme celle pour jouer avec les chats ou bien ajouter sur les fusils pour augmenter la précision (Jet de vigilance de 27 réussi). Je ne crois pas que c’est pour la première option, alors je me penche pour la seconde option. Selon l’angle qui se promène, je crois que c’est un tireur embusqué. Il semble être dans la direction du signe que la jeune femme à porter son geste. Je sais que je ne pourrais agir avec ce type qui surveille la zone. Donc je dois aller éliminer la menace pour la plus grande joie du Chasseur qui en salive d’avance. Je me décale comme un être éthéré vers l’immeuble qui semble abrité le tireur et je m’introduis furtivement dans le bâtiment. Je vais grimper les marches sur les rebords pour atténuer le risque d’un craquement et me fier à la poussière pour éviter de tomber dans un piège. Car selon Papy les snipers mettent des pièges pour assurer leurs arrières. Je vais tout faire pour sortir l’adolescente de là. Quitte à mourir. Une innocente vie et un monstre meure. Un marché honnête…



INVENTAIRE:
 

DÉS:
 

Trouvailles:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey Jeu 18 Oct - 13:24
Zoey Pearson
Le choc fut rude. Zoey avait été arrêtée net dans son élan et la violence de la collision l'avait projetée à deux ou trois pas de l'homme qu'elle venait de percuter. Elle fit mine de se remettre difficilement de sa chute pour gagner un maximum de temps. Dans sa tête, elle se traitait de tous les noms. Comment avait-elle pu être aussi bête ? Il faudrait bien qu'elle finisse par s'habituer à l'aspect terrifiant des zombies ! Parce que, pour le coup, elle aurait carrément préféré affronter celui qui la poursuivait que ces trois-là ! Des putains d'humains ! C'était bien la peine d'avoir autant rechigné à rejoindre ceux du Vieux Marché... Mais elle n'avait plus de temps à perdre et, si elle survivait à ce mauvais pas dans lequel elle s'était mise, elle aurait largement le temps de s'auto-flageller !

A moitié couchée dans la neige, elle tâchait d'observer chaque détail de l'affreuse scène qui lui faisait face [Jet de perception réussi].

- Et bien Zack on ne tient pas sur ses jambes ?

- Ta gueule Drew.

- Oh les mecs fermés là. Par contre regarder ce que la neige nous ramène… Une jolie petite souris des neiges.

Deux hommes, une femme. Elle portait une arbalète et n'avait pas l'air d'être du genre à éprouver la moindre solidarité féminine... Le black qui se tenait près d'elle ne semblait être équipé que de deux couteaux mais l'autre était armé d'un poing américain et d'une masse que Zoey n'avait pas du tout envie de se ramasser dans la tronche. Toutefois, au signe que la nana adressa vers un immeuble voisin, l'adolescente devina qu'ils n'étaient pas seuls. Et pour cause, son cœur manqua un battement lorsqu'elle s’aperçut qu'un petit point rouge se baladait sur sa poitrine [Jet de Vigilance réussi] ! Décidément, la situation semblait vraiment mal embarquée.

- De la chair fraîche enfin. On va pouvoir se défouler. Car la dernière était faible et n’a pas pu supporter la profondeur de mes caresses.

- Ok les gars ! On peut peut-être essayer de discuter, comme si on était encore des gens civilisés, vous croyez pas ? Je vais rester à terre, d'accord ? Et je vais éviter de faire des mouvements brusques, comme ça, votre pote qui est là-haut et qui m'a dans l'viseur pensera pas que j'vais essayer d'me défendre, ça vous va ?

*Réfléchis cerveau, réfléchis !*

- Vous êtes au moins quatre et moi j'suis toute seule, et en plus, j'suis qu'une gamine... Une ptite souris... comme tu dis, lança-t-elle à la femme qui la toisait d'un air narquois juchée sur le toit de la voiture sur lequel elle avait grimpé.

- Mais... une souris, c'est discret et ça peut se faufiler partout ; je pourrais peut-être vous être utile ? J'suis plutôt observatrice, comme vous l'aurez remarqué et, en plus, j'suis douée en grimpe et j'ai même quelques bases pour crocheter les serrures. Peut-être que si vous m'esquintez pas trop, je pourrais vous aider ? Parce que, pour la baise, je suis carrément novice... D'ailleurs, j'me demande lequel de vous deux mériterait le plus d'me dépuceler ?

*Diviser pour mieux régner, c'est pas ça le dicton ?*

Une ébauche de dispute serait une belle opportunité de se sortir de ce mauvais pas et elle put remarquer que, déjà, le dénommé Drew  lançait un regard mauvais à son compère. Toutefois, Zoey était prête à perdre la vie plutôt qu'à subir les "caresses" de ces deux salauds. Aussi, la présence du couteau à cran qu'elle dissimulait dans l'une de ses chaussettes la rassurait... un peu. Toutefois, elle s'étonnait de l'absence du zombie qui l'avait prise en chasse.

*Qu'est-ce qu'il fout celui-là ? Pour une fois qu'un pourri pourrait se rendre utile !*

Effectivement, parmi toutes les réflexions qu'elle avait pu se faire, elle avait compté sur la diversion que le mort vivant aurait pu créer, même si la nana à l'arbalète l'aurait probablement dessoudé... Peut-être avait-il été détourné par autre chose...

- Mais c'est qu'elle a pas froid aux yeux la gamine ! Et... c'est vrai qu'elle a l'air plutôt maligne... Avant d'vous battre pour son cul, vous feriez p'têtre mieux d'la fouiller les gars !

*Et merde !*

S'ils trouvaient le couteau, elle était foutue... Quoique... les souris ne mordent-elle pas qu'elles se sentent menacée ? Avant que Drew n'ait put faire un pas, ce fut Zack qui s'approcha de l'adolescente.

- Allez, jette le truc pointu qui t'sert d'arme et lève-toi ! Voyons ce que t'as à cacher ma jolie !


Jets de dés:
 
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 09/10/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey Jeu 18 Oct - 19:34
Kali Dourga
Charlie :
Ta montée se fait sans véritable encombre. Par contre en arrivant dans le corridor de l’étage où se trouve le sniper en question tu remarques qu’il n’y a pas de vrai piège. C’est tout le couloir qui est ‘’piégé’’. En réalité, le couloir ressemble à un immense champ de bataille. Il y a de la vaisselle, du verre cassé, et même des décorations de Noel réduite en pièce un peu partout sur le sol. Il y a des casseroles avec des conserves vides dedans en équilibre sur des objets mobile, tel que des skateboards. Ca ressemble à des pièges enfantins ou plutôt des pièges réalisé avec les moyens du bord. Un jet de dextérité te permettra d’avancer sans trop d’encombre et sans faire bouger les pièges grossiers
Un jet de perception te permettra d’entendre des voies dans la pièce. Le sniper n’est pas seul ils sont deux dont le tireur qui tiens en joue Zoey. Mais une fois que tu te seras occupé d’eux tu entendras une détonation. Lointaine certain mais une détonation quand même. En te penchant par la fenêtre pour observer, tu verras la femme s’effondré au sol. Ne laissant que zack et drew prit au dépourvut.

Zoey
Tu a commencer a semer une certaine zizanie entre Zack et Drew en effet l’a perspective d’être le premier a coucher avec toi les met en compétition. Zack exhibe ton cran d’arrêt et commence a jouer avec. Une certaine expertise se lie sur sa façon de jouer avec. Il jongle presque. Se faisant il lance une pique a Drew
- Mais c’est que tu aurais pu te faire mal mon pauvre vieux si on n’avait pas pris la peine de la désarmé.
- C’est pas avec ce cure dent qu’elle aurait fait grand-chose.
Ils se mettent à rire tous les deux alors que la femme sur la bagnole se relève et te met en joue avec son arbalète. Va-t-elle tirer ou pas. Mais pas le temps de savoir une détonation retenti. Tu ne sais pas d’où elle vient seule sa résonance contre les bâtiments te parviens. La fille s’écroule dans la neige la tête perforée par une balle de 7.62X54.

Sous l’effet de surprise Zack en laisse tomber ton couteau pour se ruer sur la fille qui visiblement devait etre sa sœur. Drew le rejoint et au vu de son attitude elle lui était cher aussi.

Bonne fuite car ils vont se retourner rapidement pour s’en prendre a toi te remettant al mort de la fille sur le dos.


avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 17/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey
Contenu sponsorisé
Jeux d'ombres-18 novembre avec Zoey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Donjons et dragons : figurines sur plateau lumineux
» Perfect World
» Magie pratique au quotidien
» Lumiére de lune et Toundra( a archive)
» [Panaris Island] Harsh Spanking

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Centre-ville :: Le vieux marché-
Sauter vers: