Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Face off (P.V. Jessica) Jeu 25 Oct - 5:33
Charlie Murphy
Face off
Devant la haine et le venin que Jessica vient de jeter sur les mâles, je me sens encore plus inutile et insignifiant qu’avant. Je ne vaux encore moins qu’un homme, que ce soit sur le point de vue intellectuel que physique, et maintenant je comprends que ma place est vraiment la lie grouillante. J’ai eu un instant de joie, d’incompréhension même, quand ma sœur m’a vouer que Leïa en pinçait pour moi. Je ne comprends pas pourquoi cette perfection à la peau café au lait voudrait d’un résidu monstrueux comme moi. Malgré tout la blonde platine semble avoir accepté mon présent indigne d’elle. Maintenant plus jamais je ne vais la toucher, l’effleurer ni la regarder trop intensément. Quand elle propose de me transformer, je vais un pauvre sourire de dépit. Pourquoi ne pas maquiller la chose cauchemardesque pour la rendre encore un peu plus humaine et ensuite la démolir en rigolant avec les autres. Je soulève mes épaules et lui répond en signant quelques mots.

Charlie- Je vais aller placer les peaux pour la nuit et faire une ronde de reconnaissance juste pour s’assurer qu’on est tranquille. Ne me fait pas grand-chose pour le souper, j’ai trop mangé ce matin. Je veux de la place pour le repas de Sourire demain.

Je sors alors à l’extérieur faire mes besognes. Au moins ça m’occupe l’esprit et dans le même souffle je peux essayer de voir l’autre côté de la médaille de la soudaine colère de ma sœur. Surement que des salauds ont profité d’elle. Qu’ils ont fait des choses répugnantes. Mais je ne sais pas encore pour les trois porcs, ces trois violeurs qu’ils avaient déjà passés à l’acte. J’aurai dû ne rien dire à Téofil. Comme ça personne n’aurait su que j’avais un grief et des soupçons envers eux. Mais à la seconde que je vais savoir la vérité, on va m’expulser du Vieux Marché avec du sang sur les mains. Mais je m’en fiche et si ce Richard veut essayer de faire du mal à mes anges, il va les rejoindre en Enfer aussi rapidement que ma flèche va être tiré. Mais à cet instant, dans la neige et debout dans ce bois paisible, je ne sais rien de ce drame. Enfin bref je reviens à l’intérieur et je demande à Jessica si tout va bien. Je vais aller prendre une douche rapide. Je laisse donc mes vêtements dans la laveuse et trouve un pyjama d’homme et un peignoir. Je ne crois pas que le type va venir se plaindre. Je me lave à l’eau froide, j’ai vérifié il y a de l’eau chaude mais je la garde pour ma sœur. Toute la crasse accumulé sur ma peau hideuse, boursoufflé de chaire inégale et de cicatrices ignoble, se fait déloger par le jet glaciale et tourbillonne avec l’eau vers le drain. Je m’assèche avec une serviette et découvre des brosses à dents neuves dans leurs emballages. J’en prends une, gardant les trois autres pour Jessica et Leïa. Je me brosse les dents en évitant de me regarder dans le miroir. J’ai cette routine depuis mon accident qui m’a arraché mes parents. Si cette journée je n’avais pas supplié pour aller voir un film, Papa et maman seraient encore parmi nous. Sûrement avec Papy à Essex et moi dans un état plus « acceptable » aux yeux des autres. Je descends alors en robe de chambre, mais Jessica peut voir que les cicatrices de brûlures voyagent juste aux pointes de mes pieds. Comme un con j’ai oublié de mettre le pyjama. Je vois son regard attirer vers ma peau nue et je rougis de honte.

Charlie- Désolé Étoile. J’ai oublié de mettre le pyjama du type. Je t’ai mis un pyjama chaud en flanelle et j’ai vérifié, il y a de l’eau chaude. J’ai pris la mienne froide pour te laisser totalité du réservoir. Aussi si tu veux laver tes vêtements je crois que c'est le temps. Je vais faire une brassée après ta douche.

Elle m’annonce que ce sera près dans une heure et je sens la bonne odeur qui se repend dans l’air. Mon estomac crie alors et je suis heureux que mon amie soit sourde. J’ai très faim, mais je ne veux pas la déranger et qu’elle s’épuise à cause de moi. Pour ma part je me dépêche alors de prendre le pyjama que j’ai oublié et je vais dans la chambre pour me changer. Mais la garde-robe, je veux dire la pièce remplis de vêtements griffés et dispendieux, m’attire. Je vais fouiller un peu, appréciant la texture des tissus fins. À part les costumes d’ordres lubriques, il y a des magnifiques vêtements. Je crois qu’elles sont la taille de Leïa et de Jessica. Sûrement que ma sœur va en prendre pour les deux. Mais je regarde les vêtements pour hommes. Doucement je prends un jacket de cuir brun. Il est magnifique, le genre de manteau qu’un beau gosse aurait. Pas moi. Je me regarde alors au miroir et je deviens pensif. J’essaie de m’imaginer sans ma laideur dans ces vêtements. Peut-être que j’aurai été plus accepté? Mais je suis tellement concentré que je n’entends pas les pieds légers de ma sœur qui s’introduit dans la chambre et qui doit me regarder faire un fou de moi en train de rêvasser d’être enfin inclus parmi les gens…



Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Ven 26 Oct - 7:27
Jessica Adams
Charlie me dit qu’il n’a pas trop faim car il a bien mangé ce matin. En plus il veut se réservé pour le repas de demain avec Leia. Il n’a pas tort. Mais deux repas par jour s’est le minimum. Et il ne me connait pas en tant que cuisinière, ni comme nutritionniste. Je préparais toujours les repas de ma sœur avant chaque match de la saison pour un maximum d’apport en sucre lent et glucide pour qu’elle ait un max d’énergie.
Je le laisse s’occuper des peaux pendant que je m’attelle à trouver une idée de repas. Le frigo est fonctionnel et dedans il y a quelques petites choses intéressantes. Mais il y a aussi des conserves qui peuvent servir. Et je trouve du riz. Je teste un peu la cuisine pour prendre mes marques. Il revient et prend la direction de l’étage. Je me lance dans une tentative de cari de chevreuil façon thaï. Il y a du lait de coco en conserve, des oignons dans le frigo, le poivron par contre, je n’en trouve pas. En fouillant l’arrière cuisine il y a des conserve maison que je n’avais pas vu et dedans se trouve justement des poivrons. Coup de bol. En même temps, je ne suis pas trop étonnée de ce que j’ai vu des épice restante et des quelque conserve le mec qui vivait ici aime la cuisine thaï, japonaise ou indienne.

J’ai à peine commencé à sortir mes affaires et je vais me lancer dans la préparation a proprement parlée que Charlie redescend simplement vêtu d’une robe de chambre. En me voyant le dévisager, il prend son air gêné. Et signe je ne lie pas vraiment ce qu’il dit mon regard se porte sur lui et sur les stigmates d’incendie qu’il a sur la peau. Il est vraiment recouvert. Bon je ne vois pas sa jambe ni sa fesse pour me faire une idée de l’étendue à ce niveau-là mais son dos et son torse je sais. Il me les a montré l’autre fois Mais rien que de voir son mollet et voir que sa remonte sous le tissus sa me laisse à penser que si un jour je dois le tatouer je vais avoir pas mal de travail. Je lui signe que le repas sera près d’ici une heure. Ben oui, je ne connais pas cette cuisine. Si j’ai besoin d’un ustensile ou l’autre il faudra que je cherche. Il remonte et je m’attelle à mon ouvrage.

Une fois que j’ai fini ma préparation l’heure prévue n’est pas encore tout à fait passé mais le repas est près et Charlie n’est pas encore redescendu. Je remplis alors deux assiette profonde avec du riz et verse ma préparation dessus. Je prends les couverts et monte le rejoindre. Je le trouve dans la chambre ou plutôt dans le vaste dressing. Une veste en daim a la man. Elle semble lui plaire. J’ai un petit sourire ça me donne une idée. Je pose les assiettes et lui annonce le repas.

- « Le repas est servi, cary de chevreuil façon thaï. J’espère que tu aimeras. Tu trouves des choses qui t’intéresse ? On regarde après si tu veux ? Je suis sûr qu’il y a des vêtements super qui t’iraient la dedans. »

Je commence à manger mon assiette en regardant ce qu’il a trouvé. J’irais prendre mon bain après puis je m’occuperai de lui. Je vais le rendre « gentleman charmeur » pour ma sœur.


avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Dim 28 Oct - 14:52
Charlie Murphy
Face off
Je me vois alors dans un monde différent, un univers ou mes parents seront présents. Je reste muet, ça ne me dérange pas. Mais au moins j’ai pu finir mon cursus universitaire et que j’ai réussi à être premier violon pour un grand orchestre symphonique.  Que je sois totalement l’opposé de l’être hideux que je suis. J’aurai pu rencontrer Jessica et Leïa et être assez sûr de moi pour demander à celle que je surnomme Sourire de partager un repas. Que les charognards ne sont pas présent et que notre lien évoluent vers un des moments doux. Mais non je suis un putain de monstre, un laideron muet qui sait à peine penser par manque d’éducation. Je soupire de frustration contre la vie et je ne demande qu’un signe d’elle pour savoir ce que je dois faire. Je suis tellement concentré sur mes malheurs que je sursaute d’un bon mètre quand le déclic des bols qu’on dépose agresse mon ouïe aiguisé. Je me retourne en portant ma main à ma lame et j’ai toute ma musculation crispé par l’afflux d’adrénaline qui envahi mon corps. Je soupire de soulage et je déchiffre sans peine ses signes de ses mains graciles. Je m’avance en lançant tomber la veste de cuir. Je m’assis alors assez loin d’elle pour ne pas l’effleurer et la dégouter encore plus des hommes. Je suis le pire représentant possible et je le sais amplement. Je sens l’agréable senteur et je hoche la tête de satisfaction. Je signe alors quelques mots.

Charlie- Ça sent rudement bon! Je ne suis pas habituer à de la gastronomie. Aussi évoluer. Je mange d’habitude directement dans la conserve et rapidement pour ne pas me faire surprendre.

Je la vois regarder les vêtements avec un regard enthousiasme et je hausse mes épaules de dépit.

Charlie- Oui c’est beau, mais pas pratique. Je n’ai jamais eu ce type de vêtements chic de ma vie. Tu devrais regarder pour toi et Sourire. Il y a plein de belles choses pour dames. On pourra même ramener des trucs pour Soleil et Queue de cheval.  Sauf que je ne veux pas que tu prennes un truc sexy pour Sourire et lui donne de ma part. Je vais mourir de gêne.

Comme à mon habitude je songe aux autres avant moi. Je ne vaux rien alors pourquoi s’habiller. C’est comme emballer un crottin avec du papier de soie. Je rigole un peu je signe une dernière fois avant de manger.

Charlie- Tu es bourrer de talent Étoile. Je suis heureux de te connaître. Tu es très importante pour moi.


Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Dim 28 Oct - 21:32
Jessica Adams
Importante pour lui … C’est gentil. Mais je ne suis pas importante contrairement à lui. Même si il pense le contraire. Lui il est compétent. Lui il peut protéger et aider Leia, pas moi. Quant au vêtement, il dit qu’ils ne sont pas pratiques, mais la solidité d’un jeans est importante. Ok il n’y a pas de poche comme dur les pantalons cargo donc moins de place mais ils sont en général plus solide. Mais à vivre avec les même fringues, il va sentir plus fort qu’un furet malgré les douches. Et puis il serait surement plus mignon et plus respecter si il se vêtissait en plus classique quand il est dans la communauté.

Je prends mon assiette et commence à manger tant que c’est chaud. Ca fait trop longtemps que j’ai plus mangé de cary thaï et encore plus de chevreuil. Mais je sens mon estomac se serrer à l’intrusion de la nourriture. Il faut dire que je mange peu pour le moment. Mais là vu que je suis en sa présence et que j’aime bien ce que j’ai fait je me force. Même si je commence à me sentir un peu nauséeuse. A me forcer de la sorte. Alors je délaisse mon plat pour boire un peu. Et lui signe que c’est chaud et que je me suis bruler la langue en mangeant trop vite.

Je me lève et vais voir les vêtements. Il y en a des intéressant mais très peu pour moi. Rien a ma taille et de toute façon pas qui me plaise. A une époque les santiags m’auraient bien plus mais maintenant. Je regarde Charlie un moment des pieds à la tête. Un peu difficile de me faire une idée de quoi lui faire porter. Je ne le connais qu’avec ces vêtements de chasse et d’éclaireur. Par contre c’est vrai qu’il est pas mal arranger dans le visage il faudrait que je fasse un peu de camouflage pour atténué tout sa et lui donner un physique plus charmant. Je retourne vers les fringues. Il y a quand même un sacré paquet de vêtement féminin. Il y a peut-être alors du maquillage. Je retourne a table et continue a manger.

- « C’est bon ? Tu aimes ? Tu peux finir mon assiette si tu veux je me suis un peu trop servie. Là je vais allez prendre un bain. »

Je me lève et tapote mon ventre car j’ai trop mangé. J’ai trop force. Mais c’est vrai que s’était bon. Le problème pour moi c’est que je ne mange plus autant. Je vais dans le dressing et prends un training féminin et un t-shirt. Puis je file a la salle de bain.

Je laisse mes vêtements dehors pour qu’il puisse lancer une machine comme il l’a dit. Et je me mets dans mon bain chaud. En passant devant le miroir je grince des dents. Je me laisse alors glisser dans l’eau chaude m’ensevelissant sous la surface de celle-ci. Le temps passe et je ressors la tête de l’eau en prenant une profonde inspiration. Merde la noyade c’est vraiment pas pour moi. Je me lave rapidement et sors de l’eau. Je me seche et passe les vetement choisis dans le dressing. J’ouvre la porte et fais une recherche de maquillage.
avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Sam 3 Nov - 15:19
Charlie Murphy
Face off
Je déguste en faisant attention. C'est temps-ci je mange souvent froid et dirctement dans la conserve. Mais je suis franchement surpris en savourant le plat. C’est délicieux, mais dans un sens je m’en veux. Je me veux d’être vivant alors que tant de gens utiles et importants sont morts. Que le monstre que je suis continue d’arpenter ce monde de souffrance qui ressemble étrangement aux rives du Styx. Elle se lève pour rejoindre la salle de bain en me disant de finir le plat. Mais je n’ai guère envie de manger d’avantage. Ma sœur de cœur semble haïr les hommes et comble de malheur j’en suis un. Je ne veux que rendre mes anges heureuses, les savoir hors de danger. Je passe chaque jour à rassembler les provisions, les médicaments et les vêtements chauds que je trouve pour les ramener au Vieux Marché. Je ne veux pas les savoir à l’extérieur et affronter des dangers. Les gens de l’endroit sont utiles, important. Moi aucunement pour personne. Je sais que Jessica et Leïa peuvent se débrouiller et surtout vivre sans ma présence de cauchemar. Téofil et Jamie vont les protéger. Donc c’est pour cela que je fais ces sorties, que je risque ma peau. Car je ne vaux absolument rien. Je me lève et emmène les restes dans la cuisine. Il y a un thermos et nous pourrions manger en chemin lors du trajet de retour. Ensuite je vais chercher les vêtements pour faire une brassée. Je rougis en voyant les dessous féminins et je tremble comme une feuille pour les ramasser. Ce sera sûrement la seule fois que je toucherais la lingerie de ma vie. Car je crois que Jessica dit que Leïa en pince pour moi juste pour me faire rougir comme le con que je suis. Je désire le mieux pour elle, et je ne vaux pas le quart qu’un mec comme Téofil. Enfin bref j’hausse mes épaules et démarre le style de lavage. De nouveau je passe devant la porte et en souriant je glisse une tablette de chocolat que j’ai découvert durant une de mes expéditions de la semaine. Je crois avoir compris que c’est la sorte favorite de ma sœur.

De nouveau je me rends dans la chambre et je continue mon exploration. Tout est trop beau, trop chic pour moi. Je ne peux songer en voyant un jeans griffés que l’argent dépenser dans ce vêtement pourra m’équiper de la tête au pied pour une saison de chasse. Il doit avoir douze pairs de souliers, des bottes de cowboy en passant par les sandales et des souliers de ville. Je m’asseye au sol et essaient les différents modèles. Je ne peux m’empêcher de rigoler comme en enfant avec deux souliers différents dans les pieds. Je me relève et décide d’enfiler des habits autant coloré que loufoques. J’imite un mannequin devant les miroirs. Je ne le sais pas, mais ma sœur me regarde et doit rire de moi avec mes mimiques absurbes…


Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Lun 5 Nov - 5:20
Jessica Adams
Les fringues piquées dans le dressing sont un pantalon de training et un large t-shirt masculin qui ressemble plus à une vareuse de foot qu’a un t-shirt. Elle est donc vachement ample, pour moi. Par contre en farfouillant dans les affaires de la salle de bain je finis par trouver une armoire remplie de chose pour femme. Il y a aussi bien du nécessaire de maquillage, que des tampons, des serviettes hygiéniques, … Le proprio était prévoyant. Ou lui et sa copine étaient vachement libertins. Dans les nécessaire de maquillage je cherche principalement els fond de teint et éventuellement un peu d’auto-bronzant. Si cela ne suffit pas à atténuer certaines marques. Et je trouve ce qu’il me faut. C’est aussi complet qu’un magasin de maquillage. Mais il y a aussi des cosmétiques pour des impressions de cinéma. Je trouve notamment du faux sang, de quoi faire, du silicone a posé au pinceau. Je comprends un peu mieux pourquoi tout le nécessaire de maquillage. Je n‘ai pas besoin de tout ça mais de seulement certains produits.

Je retourne dans la chambre et trouve Charlie en plein essayage arlequin avec des vêtements complétement dépareillé et absolument pas accordé. Masi surtout ce qui fait tache c’est qu’il a choisis des frusques totalement flashi qui ne lui correspondent en rien. Il voudrait tenter un numéro de clown il ne s’y prendrait pas autrement. Juste il lui manque le nez rouge mais ça je peux le faire. Je regarde la palette de maquillage. Pas de rouge flsh par contre il y a un tube de rouge a l’evre bien petant sur la table de nuit sa sera efficace. Je le lui signe.

- « Tu sais si tu veux imiter les clown de cirque il te manque le nez rouge je peux te le faire si tu veux ? »

Lui signais-je en souriant le bâton de rouge bien ouvert et sortit signe de défis. Je lui signe que je déconne. Puis lui montre le maquillage que j’ai trouvé. Il y a plein de couleur toute plus naturelle que jamais. Le tout est de trouver le bon contraste et la bonne teinte pour atténuer ses balafres.

- « Si tu veux je te montre en faisant un essais sur ta main. Si ça te plait, et que tu veux tenter le coup je le fais sur ton visage. Sa marche ? »

Je le laisse réfléchir. Pendant ce temps je m’installe sur le lit regardant les composants des différentes palettes et produits que j’ai pris. Je suis contente ce sont de la même marque que ceux que j’utilise moi-même, enfin que j’utilisais. J’ouvre alors la palette de maquillage et prépare les différentes lingettes et autre. Une fois qu’il est près je commence alors mon œuvre sur sa main je cherche d’abord la bonne couleur la plus proche de sa peau puis je commence à appliquer par petite touche pour atténuer le plus visible. Ce n’est pas très compliquer le plus dur est de parvenir à effacer les légères boursouflures. Mais avec un peu de dextérité, ou plutôt une certaine expertise de maquillage, cela vient tout seul. J’essaye de ne pas trop en mettre ni trop en faire pour que sa reste naturel.
Apres quelque minute j’arrive à un résultat plutôt pas vilain. Sa main et son poignet son relativement ‘’normal’’. Seuls quelques stigmates trop prononcées sont encore apparentes mais bien atténuée. Elles passent maintenant pour de simples balafres qu’aurait pu avoir n’importe qui qui aurait eu un accident de moto ou autre. Je le libère.

- « Alors ? Qu’en penses tu ? »
avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Mer 7 Nov - 12:23
Charlie Murphy
Face off
Je suis totalement dans mon monde en train de déconner à jouer les cartes de mode superficielle. Jamais je n’oserais porter ce genre de vêtements. Quand j’entends les pas de ma sœur de cœur, je me décide de la faire rigoler un peu. Quand elle me propose de faire le clown, je me lance dans une grande frayeur caricaturale comme les mimes. Ensuite je m’éponge le front et fait le guignol en la grondant en prenant une expression faussement colérique. J’ai l’air d’un con fini. Ce que je suis en vérité. Elle me signe alors qu’elle veut faire des essaie de maquillage et je reste dubitatif. Je ne comprends pas pourquoi elle veut me maquiller la main juste au moment où je réalise qu’elle parle d’atténuer ma laideur. Mes mains signent rapidement et je fais un sourire gêner.

Charlie- D’accord… Mais Étoile je crois que tu vas avoir besoin de tonne de maquillage pour que je ressemble un peu à un humain. Mais c’est d’accord pour le nez si ça te fait plaisir.

Je m’assois sur le lit tout près de la multitude de pots de maquillage et des trucs que je ne connais aucunement. Encore une autre facette de la société que je ne comprends pas. J’ai déjà lu que des hommes se maquillaient pour sortir, pas pour se déguiser. Pour ma vieille mentalité, j’en ai une vue que j’ai été élevé par mon grand-père, c’est inconcevable. C’est des trucs de filles. Mais je me laisse aller au jeu et je prends bien garde de ne pas l’effleurer et m’approcher trop. Je ne veux pas qu’elle soit dégoûtée d’avantage. Mais je deviens admiratif devant sa maitrise du pinceau, son choix de couleur et le résultat qui commence à prendre vie. Bientôt ma main semble presque normale pour le regard de tous. Quelques stigmates de l’incendie trop prononcées restent visibles. Mais je lève les mains au niveau de mon regard d’azur qui tremblent sous le choc. Je ne pensais jamais voir ce résultat surprenant de ma vie. D’avoir deux mains presque identique, humaine. Une larme coule alors, de joie. J’arrive pour serrer dans mes bras Jessica, mais je me retiens à la dernière seconde. Je ne veux pas l’importuner et la rendre crispé à mon contact immonde. Un immense sourire enfantin, demi grandiose et l’autre un rictus à cause des cicatrices, s’évanouit sur mes lippes charnues.

Charlie- C’est merveilleux… Tu as un talent immense… Je… Je… j’ai deux mains normales et plus une monstrueuse et l'autre humaine…

Je me lève alors et je continue de regarder mes deux mains complétement ébahi…



Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Mer 7 Nov - 20:22
Jessica Adams
Je le laisse observer sa main. Visiblement ça lui plais a la façon dont il semble si émerveiller. Pourtant il n’y a pas grand-chose et je trouve qu’on voit encore pas mal de stigmates. Ce serait encore mieux si s’était des tatouages. Mais c’est vrai que je suis assez fier de moi. Pour un maquillage de camouflage de brulure j’ai réussi mon coup. En même temps j’ai déjà masqué des bleus et des gonflements comme ça quand j’étais avec un de mes ex qui me battait celui que Leia à défoncer a coup de batte d’ailleurs. Donc c’est vrai que j’ai choisi les bonnes teintes assez vite. Par contre la grosse difficulté avec Charlie c’est que comme il est tout le temps dehors à être occuper à main nue dans la nature il a des mains rudes, un peu calleuses à force de jouer avec son arc et autre. Un peu comme celle de papa en fait. Du coup la poudre accroche moins bien car l’épiderme est assez sec. Mais trop grasse ou humide s’aurai été la merde aussi. Donc j’ai dut improviser mais je suis contente que sa lui plaise. Il veut me serrer dasn ses bras mais avant même qu’il ne le fasse je me raidi. Il a dut le sentir tout a l’heure. Du coup il se ravise. Et je lui souris simplement fière de moi et contente pour lui.

- « Oui j’ai essayé de faire au mieux. Je suis contente que ça te plaise frangin. Si tu veux, je peux faire pareil dans ton visage et ton cou. Pour te donner une idée de ce à quoi tu ressembles. Pour te montrer qui tu es, qu’elle bel homme tu es et non le monstre que tu sembles croire. »

Là j’ai peut-être été trop loin. je ne sais pas si il va accepter. Mais si sa peut-être le dernier cadeau d’une sœur a son frère alors je m’en fiche. S’il m’en veut après ben je ne serais plus là pour le savoir de toute façon. Mais là il est trop pris par la découverte de sa main. J’ai fait exprès de faire en sorte que le maquillage parte en dégrader pour revenir sur la brulure à mi bras comme ça ce n’est pas agressif comme coupure de maquillage et sa fait un peu ‘’naturel’’. Je le regarde s’extasier et je me dis que si il veut vraiment impressionner ma sœur une fois le maquillage fait de belle fringue vont le transformer en un superbe mec. Il fera la nique à tous les cons qui le prenne pour un moins que rien. Je me demande si… je fouille les trousses de maquillage que j’ai et je trouve mon bonheur. Je vais pousser le vice à ce niveau-là et faire comme si il avait un barbe naissante des deux côtés pour encore plus camoufler les balafres de sa joue. Rien de trop fort mais suffisamment pour faire comme si il ne s’était pas raser depuis un jour ou deux. Sa lui irai bien je pense. Mais il faut qu’il m’accorde le droit de le faire c’est le visage. Ce n’est pas comme une main. Par contre je me demande ce que je vais faire parce qu’il est hors de question de le laisser repartir comme ça avec juste ses fringues de chasse il lui faut autre chose mais quoi ? je n’ai pas encore regarder je dois dire. Mais d’abord voyons si il est tenté par le maquillage de visage.

- « Alors est ce que tu veux tenter l’expérience ? je t’offre ton visage complet ? Tu veux voir quelle mec tu es en réalité ? »


avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Jeu 15 Nov - 5:15
Charlie Murphy
Face off
Je déambule émerveiller comme un enfant qui vient d’avoir son présent avant Noël. Voilà ce que je désire depuis si longtemps, que je rêve en secret. De ressembler de manière minime à une personne normale. D’être regardé sans répulsion, sans dégoût ou de pitié. De pouvoir marcher la tête haute, éviter de cacher ma laideur à chaque moment de ma vie. Être normale quoi. On voit bien quelques stigmates causé par la tragédie qui m’a volé mon innocence de jeunesse et mes parents, mais on doit surtout se concentrer pour en discerner les contours sous le maquillage. Je regarde ma sœur avec une affection sans borne et elle peut lire la douceur et surtout la joie dans mon regard d’azur troublant. Mais quand elle signe qu’elle veut me donner l’air d’un homme et nom d’un monstre, je fronce des sourcils. Je suis loin d’être une lumière, une intelligence supérieure comme elle ou bien des gens au Vieux Marché. Je ne suis que pour la plupart le type qui ne sert qu’à ramener de la bouffe et des médocs. Celui qui ne reste que quelques heures avant de retourner avec ses semblables monstrueux à l’extérieur. Un outil très utile mais bon à jeter après usage. Si je disparais Jessica va se trouver un autre grand frère sans aucun problème. Téofil est si populaire qu’il va sûrement remarquer à peine ma disparition. Jamie à Papy, le meilleur des Murphy qui reste sur la terre à mon avis. Elle va sûrement s’ennuyer du con qui regarnissait son stock de flacons et de bandages. Pour Leïa, ça fait longtemps que je sais que je n’ai aucune chance avec elle. Même si ma frangine semble penser le contraire. La métisse est si jolie, si parfaite et souriante que je ne suis qu’un animal de compagnie près d’elle, un loup apprivoiser. Un claquement de doigts et une dizaine d’hommes plus intelligents, beaux et musclés que moi feront la file devant elle. Je soupire doucement et je me dirige vers un miroir.

Comme d’habitude je me présente de profil, cachant ma honte. J’ai toujours eu de la difficulté à me regarder dans une surface réfléchissante. Je place alors ma main maquillé sur le ravage des flammes et je pivote un peu. Un mince sourire gêner est remplacer par un immense remplie de joie alors que je me regarde. Pourquoi pas une fois dans ma vie, un instant de normalité dans cette existence de paria de l’humanité je pourrais essayer de faire ressemblant d’être un homme à part entière. Quand je me retourne pour regarder la belle femme à la chevelure platine, je réponds timidement à sa question signé avec des gestes rapides mais précis.

Charlie- J’aimerais bien voir oui. Ressembler à une personne normale une fois dans ma vie. Que je ne provoque pas le dégoût ou bien la pitié. J’ai rien d’un mec Sourire, je sais à peine vivre avec des gens… Si je n’aurais pas toi ni sourire, je crois que j’aurai resté à l’extérieur avec les charognards… Ils ne me jugent pas ni se foutent de ma gueule. Tu es importante pour moi, même si souvent je lis dans ton regard que tu ne le crois pas…

Je m’installe près d’elle et dès qu’elle fait un geste pour s’approcher de mon visage, d’instinct je m’écarte en tremblant. Cette gêne viscérale qui me fait fuir tout contact. Comble de l’ironie la seule que je commence à vouloir serrer dans mes bras se crispe maintenant et me fuit autant. Quel pair nous sommes. Je les yeux et je la laisse faire sa magie. Mais à chaque fois que je sens ses doigts sur moi je ne peux m’empêcher de trembler…




Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Ven 16 Nov - 20:31
Jessica Adams
Enfin, enfin Charlie finit par ce décidé à me faire face. Plus que subjuguer par mon tour de ‘’magie’’ il finit par confirmer vouloir plus et voir à quoi il ressemblerait humain. J’ai envie de lui signer une dernière fois qu’il est plus humain avec ses brulures et son attitude parfois animale que bien des hommes à l’apparence humaine. Mais non je ne le fait pas. J’en ai juste marre de vouloir le rassurer constamment. C’est comme de le lire me dire que je suis importante ou utiles. J’en ai marre de lire ça. Alors je vais le rendre ‘’normal’’ visuellement. Pour peu que la normalité existe véritablement dans ce monde. Au moins il aura le plaisir de voir a quoi il aurait plus ou moins ressembler si cette accident ne lui avait endommager la peau lorsqu’il était enfant.

Naturellement, quand il s’installe, il a caché son côté brulé. Je soupire. Mais il se tourne de lui-même. Il se crispe cependant quand mes doigts frôlent sa peau. En même temps je suis obligée de toucher pour sentir voir plus en profondeur les dégâts du feu. Son regard azure croise le mien. Je lui fais un sourire rassurant pour ce qui va se passer maintenant. Je lui signe ce que je vais faire. Mais en gros je lui explique que je vais faire pareil que pour sa main. Mais que sa prendra un peu plus de temps et surtout qu’il ne faut pas qu’il bouge. Je n’ai pas envie de lui esquinter l’œil en lui mettant de la poudre dedans ou avec un crayon.

A La manière des lanceurs de couteau ou des boxeurs, je fais craquer mes doigt avant de prendre le matériel en main et de commencer mon office. Pour ce faire je commence dans son cou et sa nuque pour remonter sur sa joue et m’occuper de son visage à proprement parler. Tout comme pour sa main, je prends mon temps et applique les diverses élément du maquillage. Je suis obligée de lui faire tourner la tête à plusieurs reprises afin de m’assurer que je n’invente rien. Il faut que j’évite d’inventer et que je reste proche de son visage. La meilleure façon pour moi est de me référer à la face valide. Du coup j’alterne entre regarder son côté droit et son côté gauche. Mais rapidement, je suis confronté à un problème. Non seulement il se crispe, mais en plus, il se dérobe à plusieurs reprise à l’étreinte de mes doigts lorsque je le touche pour pouvoir appliquer le maquillage. Je soupire et arrête là. Je me lève et m’en vais. Je vais me chercher à boire. Je redescends et me balade dans les autres pièces. Il y a un bar avec une bouteille d’alcool déjà entamé, du gin. Je prends la bouteille et en bois. Je toussote après avoir senti l’alcool glisser dans ma gorge me brulant l’œsophage. Je laisse la bouteille la et remonte. Je fais face à Charlie.

- « Bon Charlie laisse-moi faire. Arrête de bouger et de te dérober. Sinon je vais faire une bêtise. Ou alors dis le carrément on arrête là. Mais perso je n’ai pas envie d’arrêter. »

Je me laisse tomber assise sur le lit à côté de lui. Le gin m’a fait du bien faudra j’aille en reboire un petit coup après. J’ai les joues doucement rosie par l’alcool. Je me tourne vers lui un large sourir sur le visage. Mince l’alcool me fait du bien. Bon allez je m’y remets. Pour qu’il arrête de bouger je pose mes genou de part et d’autre de ses jambe et pose mes fesses sur ses genou comme ça hop il est incapable de partir. Je le sens inquiet et fuyant. J’attrape sa tête à deux main pour l’empêcher de bouger. Et pose mon front contre le sien. J’ai quasiment rien mangé de la journée et là je viens de broie 3 profondes rasades de gin. Et vu l’état ou je suis depuis plusieurs jour l’alcool grimpe vite. Avec peu.

- « Allez c’est repartis. »

Je reprends le maquillage et je vais plutôt vite enfin c’est l’impression que j’ai. Mais au final je parviens à lui donner une touche de ‘’normalité’’. Il a juste quelques balafres encore présente mais atténuée. Ça lui donne l’air badboys avec un côté chasseur de vie sauvage qui s’est fait balafré par un animal sauvage. Je termine mon art avec l’impression de fausse barbe de 2 jours. Je me dégage de lui ayant finit mais je perds mon équilibre et me retrouve par terre sur les fesses. Il me faut quelques secondes avant de réalisé et d’éclater de rire de ce rire bizarre qui est le mien. Je me relève et prends un peu de distance. Je souris fière de moi il est beau mon frère. Il est même bandant comme dirait certain. Et ce côté chasseur ayant affronter la bête sa lui donne un côté …

- « Va te regarder frangin t’es … bandant comme ça. »
avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Sam 17 Nov - 10:33
Charlie Murphy
Face off
Je ne sais pas ou me tenir. Vraiment c’est la première fois qu’une personne s’occupe autant de moi que Papy. Mais mon grand-père est d’un naturel surprotecteur et sait que la proximité avec les gens me dérange. J’essaie d’esquiver les toucher de ma sœur, de me soustraire à son attention et je sens que je la pousse vers ses derniers retranchements quand elle se lève pour aller en bas. Pendant son absence je m’interroge sérieusement su la vivacité de ses propos. C’est impossible que Leïa me trouve de son goût. Merde de hell je suis affreux et con comme un balai. Elle mérite bien mieux que moi en fait. Genre un Téofil tout en muscles et en sourire. Moi ce qui se rapproche d’un sourire c’est une sorte de demi-rictus qui ressemble à un crâne ricaneur. Pourquoi vouloir changer la laideur que je suis. Je ne vaux rien dans cette nouvelle société qui se construit. Les gens ont besoin de leader, de personnes qui savent utiliser leurs mains. Moi je sais juste tuer, dépecer et survivre avec presque rien. Un solitaire voilà ce que je suis. Mais avant que je n’aie pu plonger plus en avant dans ma déchéance et mon apitoiement, le pas de ma frangine m’avertit de sa présence avant même de la voir entrer dans la pièce. Elle me signe son ultimatum et s’assit lourdement sur le lit du vice. Car je ne peux m’en cacher, mais les propriétaires de ce chalet semblaient porter une admiration pour le sexe. Je soulève mes épaules en signe de reddition, je pourrais tout faire pour elle et Jessica me répond par un immense sourire.

Quand elle s’installe sur mes genoux de manière coquine, je crois que je fais défaillir. Elle me chevauche et je suis maitriser et à sa merci. Je voudrais signer, mais si je le fais c’est presque sûr que mes mains vont entrer en contact avec sa poitrine plus que généreuse. Ses joues légèrement rosés me reste perplexe et elle colle son front au mien. Un peu plus et je pourrais l’embrasser. Mais je ne fais rien, juste plonger mon regard d’azur troublant dans ses yeux. Elle se décale un peu pour reprendre le camouflage de ma laideur et je la laisse faire. Elle peut comprendre aisément que je lui fais alors aveuglément confiance. Aussi qu’elle semble si heureuse me remplit d’une joie sans borne. Elle tombe alors au sol en se relevant et nous partons à rigoler comme des gamins. Jessica se lève et semble me regarder avec attention. Je ne sais pas qu’elle a bu, la seule personne que j’ai vu boire c’Est Papy et je crois que le seul alcool qui le fera renverser sera un camion de livraison de bière. Car sinon pour lui ça semble à de l’eau son whiskey.  Elle me signe alors que je suis beau, même bandant. Je fronce des sourcils. Je me dirige alors vers le miroir et je fige comme un cerf ébloui par les phares d’une voiture. Je dois ressembler à un type qui vient de se voir pour la première fois depuis des années. En fait c’est ce qui se passe. Malgré deux ou trois cicatrices qui semblent me donner de la gueule comme un motard, une fausse barbe de deux jours, mon visage semble enfin se fusionner. De la normalité et non pas un deux faces, un passable beau et l’autre affreux comme un monstre.  J’en tremble de joie. Je la regarde avec un regarde un regard émerveiller. Je signe et je dois reprendre quelques mouvements à cause de mon état de stupeur.

Charlie- C’est super… Je me reconnais plus… Je crois que… Je pourrais essayer des vêtements autres… que ce que je possède…

Jessica semble approuver et je suis sidérer par son audace du moment. Elle s’avance et enlève la robe de chambre que j’ai sur le dos d’un mouvement rapide. Je ne suis qu’en boxer et en bas devant elle. Habituellement j’aurai fui, mais son regard semble me faire transformer en statue. Un peu comme une Méduse. Maintenant elle peut voir l’ensemble de ma laideur, du pourquoi qu’une femme ne voudra de moi. Des stigmates, des boursoufflures et des cicatrices immondes serpentent mon corps. J’ai un bras, un flanc, la partie que couvre avec difficulté mon sous-vêtement et  un peu une cuisse qui ont échappé à la fournaise qui à emporter mes parents.  Elle me fait signe de pivoter sur moi et je le fais timidement.  Sans le savoir la nature a été des plus généreuse avec les Murphy, mais selon Papy il n’y avait que moi et lui qui avait une longue et dure virilité dignes des Irlandais. Je n’ai jamais compris le pourquoi de cette déclaration, mais je ne sais que mes parties  sont plus souvent un désavantage vu la longueur et la circonférence.  Au repos elle semble déjà immense…




Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Sam 17 Nov - 21:46
Jessica Adams
- « Mon dieu, j’ai créé un monstre. Voilà que tu veux te lancer dans le mannequina. Naaaan je déconne. C’est une bonne idée. Pourquoi pas. Voyons ce qu’on peu faire. »

Je lui retire son peignoir et lui demande de tourné. Boxer chaussette. Il s’exécute. Je comprends mieux à le voir maintenant pratiquement nu, l’ampleur de la marque incandescente. Il m’avait montré son dos et son torse. Mais je n’avais pas cru que sa cuisse et son mollet était dans un tel état aussi. Autant le maquillage peut lui rendre une apparence autant si je dois le faire pour le reste du corps j’aurais besoin de toute une demi-journée voir plus et encore si je trouve suffisamment de maquillage pour le lui refaire à volonté. Non les tatouages comme on en avait parlé l’autre fois seront nettement plus appropriée. De plus ils seront fait une seule et unique fois, enfin c’est relatif, une fois puisque définitif mais en réalité il faudra plusieurs heure de travail. L’avantage, il les gardera tout le temps.
Par contre le boxer classique on vire et les chaussettes pareil, on vire. Elles sont usé on voit qu’il est souvent en action ses chaussettes faut les changer

- « Bon ben go trouver des fringue. Par contre faut vraiment tu vire sa aussi frangin. Y en a des super par ici. »

J’ai bien remarqué la forme dans son boxer mais bon je n’ai pas vraiment pris le pas de chercher. Surtout vu mes dernières démêlées avec la gente masculine. Par contre je sens que je vais avoir besoin d’alcool. Non parce que faut le poussez le Charlie. Ok, se retrouver nu avec une personne du sexe opposé c’est pas facile pour la première fois. Les complexe, la pudeur, le stress. Du coup j’ai une idée je descends récupérer la bouteille de gin J’en bois encore quelque rasade moi-même et constate avec dépit qu’elle est pratiquement vide. Heureusement il reste une autre bouteille de vodka celle-ci entamée aussi. Je laisse la bouteille de gin vide pour remonter avec la vodka. Je lui tends la bouteille en lui souriant. Et je vais me jeter dans les fringue, principalement les sous vêtement. Il y a un boxer bleu marine avec élastique noir et un superbe félin sur le côté en motif tribal orangé. J’en sors un autre noir sobre avec un symbole asiatique blanc et un troisième avec une moitié rouge et l’autre noire. Je me retourne pour les lui présenter et lui propose et je remarque sa nudité. Je pique un phare je n’avais pas cru ça. Y va m’ouvrir Leia en deux avec son machin. Je prends la bouteille de vodka et j’en descends une rasade à nouveau. Oufffffff ça fait du bien. Je reviens a Charlie. Mazette il est monte comme un âne. Comment y fait pour pas marché dessus. Hips. Ah ok je commence a être un peu trop imbibée moi. Pas grave c’est drôle.

Je lui lance les trois boxers et repars chercher après des chaussettes. Ce n’est pas terrible mais classique. Des tennis, blanche avec un liseré coloré, ou noire avec un liseré de couleur. Je les lui lance et avance dans le dressing. Je marche sur une chaussure et me ramasse de tout mon long par terre. J’éclate de rire, mon rire étrange, alors que je roule sur le dos.
avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Hier à 5:30
Charlie Murphy
Face off
Je laisse ma sœur me dévisager, me regardant sous toutes les coutures. Je me sens presque défaillir, mais je lui fais une confiance aveugle. Je sais ce que la jeune femme à la chevelure platine fait c’est pour m’aider à me rapprocher d’une société qui m’effraie au plus haut point. Je me sens juger à chaque instant, les regards dégoutés voire hostile s’attardant sur ma laideur de victime ayant pu s’échapper d’un bûcher inquisitorial. Elle me signe d’attendre un peu et quitte la chambre. J’espère juste qu’elle n’est pas devenu mal à l’aise, voir malade devant le spectacle affreux et la vision de cauchemar que je suis. Je m’assois donc sur le lit, fébrile malgré tout. C’est la première fois depuis mes quatorze ans que je vais porter autres choses que du camouflage ou bien des vêtements relié de loin ou de proche à la chasse. Elle revient alors avec une bouteille à la main et me la donne avec un grand sourire. Je lui souris de mon rictus qui est l’éternel signe de bonheur que je peux me permettre à cause des cicatrices. Mais quand elle se lance dans l’exploration de l’immense penderie, je regarde avec méfiance la bouteille. De la Vodka. Je n’ai jamais très bu de ma vie, quelques lampées avec papy histoire de me réchauffer dans les bois. Sinon j’ai su que c’était l’alcool qui avait été la cause de l’accident qui fut fatale à mes parents et qui m’avait transformé en phénomène de foire grotesque. Je prends une petite inspiration du goulot et je grimace sous la forte odeur. Mais je vois ma sœur me faire signe de boire une rasade. Je lève mon pouce et je fais la gaffe d’en boire une grande gorgée.

Merde de hell j’ai l’œsophage en feu. Ma gorge semble avoir soudainement été tapissée de lave en fusion. Mais la sensation de flamme s’estompe et une douce chaleur envahit mon estomac. Je dois avoir les joues rouges tomates, mais j’en prends une autre lampée. Ensuite la gêne s’envolent un peu et quand Jessica me fait signe d’enlever le reste de mes vêtements je le fait en rigolant comme un con. Néanmoins je place mes deux mains sur mon avenir. Malgré mes efforts je ne peux pas tout cacher et sous le couvert de mes mains apparaît une partie de ma virilité. Comme le dirait papy, ça ressemble à un bras de bébé qui tient une poignée de porte mon truc. Ma frangine revient et me voit tortiller dans tous les sens pour essayer d’en cacher le plus possible. Elle rougit et prend une longue gorgée de Vodka. Me voilà devenu après la cible pour un concours de projectiles de sous-vêtements et de bas. Instinctivement je lève mes mains pour me protéger le visage et je rigole. Bye bye la gêne avec ma frangine. Elle a réussi ou personne n’a pu se rendre. De me dévêtir et de me faire rigoler de mon état. Elle retourne pour me lancer des bas alors que j’essaie d’enfiler le boxer bleu avec le motif tribal. Il y a même une forme de prédateur félin dessus. Je rigole et je trébuche à demi en évitant les projectiles. L’alcool commence à frapper. Rapidement j’enfile les bas et je l’entends Jessica tomber au sol. Ma virilité portée vers la gauche et très visible dans le boxer moulant à souhait, je lui rigole avec ma sœur qui est sur le dos. C’est un rire libérateur, trop souvent enfouie sous la crainte d’être près des gens. Une joie de bon enfant, espiègle à fond. Je crois que bien des hommes auraient profité de la faiblesse de Jessica pour lui sauter dessus, mais pas moi. C’est ma frangine et je l’adore. En plus j’ai une autre femme en tête même si je sais que c’est impossible. Je lui signe quelques mots rapides.

Charlie- Frangine je crois qu’on commence à être saoul! Je n’ai jamais bu de ma vie. C'est la première fois que je rigole autant...

Je lui tends la main tout en buvant en même temps une rasade de vodka. Elle me tire vers elle et je tombe dans le coin des vêtements qui servaient à des jeux sexuels. Plein de trucs me tombent dessus, mais je maintiens la bouteille en haut de moi pour éviter que le liquide se répandre. Je me redresse avec difficulté. J’ai un habit de servante française déposé sur mon torse, une casquette de policier en cuir en équilibre sur ma tête et à la main une sorte de cravache. Pour me replacer je prends une gorgée d’alcool et lui fais mon rictus de joie qui semble être le seul sourire que je peux avoir.
Profit et perte:
 

Trouvailles:
 

Équipement:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica) Hier à 17:53
Jessica Adams
Il me rejoint avec ses nouveaux dessous. Il semble rire autant que moi et je l’attire par terre. Il se casse la figure dans des fringue pour des jeux de rôle érotique. Je rigole à nouveau au moins, il a sauvé la bouteille. Je viens me foutre contre lui et penche la tête en arrière sous la bouteille pour qu’il verse une rasade. J’ai de la vodka partout dans la bouche et autour. Je me redresse en manquant d’éclater de rire. J’avale l’alcool et roule sur le coté pour tenter de me relever et allez continuer notre projet de relooking du frangin.

- « Bien sûr qu’on est bourré. Mais c’est ça le plus drôle. »

J’avance a quatre pattes dans le dressing et sors une tenue de cuir une sorte de harnais pour dominatrice ou soumise le toute avec un chapeau de plage immense jeune immonde. Je me remet à rire aux éclats. Puis je me relève, péniblement manquant de me casser la figure à nouveau. je le regarde puis je cherche dans les pantalon et lui signe

- « Bon vu ta grosse bite va falloir un pantalon décontracte et pas serrer sinon tu vas et sentir à l’étroit avec ton tuyau de pompe à essence là. »

Je sors un Jean et tire dessus pour m’assurer que ce n’est pas du stretch ou du moins qu’il soit suffisamment élastique mais c’est un jeans pré-déchirer et je le sens se déchirer un peu plus. Je regarde mon œuvre. Bon ben maintenant il a de la place entre els jambe pour son engin ça va même un peu pendre. Je jette le jeans et en sors un autre. Ce n’est pas du stretch et il est relativement large. C’est plus le classique pas extravagant celui qu’on verrait dans une pub avec un cowboy … hey sa lui irai bien ce genre. Je lui jette le pantalon et en trouve un autre déchirer aussi celui-là dans le genre de pantalon des pubs de soda Sa pourrait être sexy aussi le seul hic serai les brulures partiellement visible sur ses cuisse a travers les trous ou alors faudrait que je couse des pièces de jeans derrière les déchirures pour que cela fasse un effet stylé. Je le lui lance aussi.

- « tiens celui la devrait t’aller aussi. S’il te plait mais que t’ose pas le mettre je coudrais des pièces au niveau des trous pour te faire un jeans stylé. »

Maintenant une chemise ou un chandail, Vu la veste qui lui a tapé dans l’œil le jeans je pencherai pour un truc clair ou alors foncé mais sobre pas du coloré. Y a plein de truc y en a une qui est belle. Je la sors sa irait… Ah non sa irai pas non c’est pour femme. Je pouffe de rire en l’imaginant avec super sexy en effet. Han par contre ça aurait super bien été à ma sœur pour un rancard un peu classe mais simple.

je cherche a nouveau et finit par trouver deux chemise simple une blanche et une noir je les lui apporte avec la veste sa serait super. Je lui dit d'aller les essayer Pendant que moi je regarde les vêtement. Il ne sont pas a ma taille Dommage y en a de chouette.

avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : image du net remise en format par moi

Feuille de personnage
Vie:
45/50  (45/50)
Santé mentale:
60/100  (60/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Face off (P.V. Jessica)
Contenu sponsorisé
Face off (P.V. Jessica)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Vermont :: Park national Elmore-
Sauter vers: