Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Ven 30 Nov - 12:33
Freakshow
Bonjour mes actrices favorites. Je vous reviens très bientôt avec une petite surprise. Je vous laisse un tour supplémentaire pour faire votre shopping post-apocalypse. Mais j'y pense vous avez des lampes pour vous éclairez un peu? A l'extérieur les charognards commencent a se masser, voulant profiter de l'aubaine de chair fraîche que vous représenter a leurs regards blanchâtres. Aussi pourquoi ne pas faire un jet de discrétion pour éviter le bruit superflue? Comme ça je saurai combien de camarades puants vont s'inviter en ces lieux.

Sur ce bon jeu et vous devriez être encore dans la pharmacie pour le début de ma prochaine intervention.

Sur ce, bon jeu mes mignons!

_________________


WELCOME TO THE SHOW!
Freakshow
Messages : 44
Date d'inscription : 04/10/2018
Crédit Avatar : Mystère
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Dim 2 Déc - 6:00
Lucrece Nikova
Alors qu'elle se remettait lentement de son petit effort physique, notre infirmière écouta la sergente tout en observant la jeune fille ce mettre à inspecter le poignet de l'ex policière. Calmement, lulu vint à ce redresser en écoutant la femme au visage brûlé lui dire que c'était ok pour la dose mais que par contre, pour revenir à Essex, ça serait que sous SES conditions, ce qui fit fit soupirer notre infirmière. Franchement, elle abuse la chicanos là, elle lui demande pas la lune et non, faut qu'elle dise non... Quelle putain d'connasse sérieux.

Telle une gamine, lucrece  shoota mollement dans une boite à la con qui traînait là, avant de ce mettre à son tour à chercher de son coté des médoc ou autres truc digne d’intérêt.
Très calmement donc (aussi calmement qu'une tox en manque peut être calme) la jeune femme toute vêtue de blanc ce mit alors a chercher les rayonnage consacrés au antalgique et autres puissant anti-douleurs et... évidemment, notre charmante nurse un brin cinglée n'y trouvas pas grand chose, cependant, c'était mal connaître la détermination et l'intelligence de la demoiselle qui ce mit alors à quatre patte afin de sonder les dessous des rayonnages, faisant passert sa mains en dessous de l'armature en faire afi ,d'attraper tout ce qui s'y trouvait.

Évidement, elle trouvait pas mal de truc, comme des vieux chewing-gum, des boite vide mais... Alors que sa main tâtonnait le lino poussiéreux, elle fini par sentir quelque-chose de cylindrique... Visiblement en verre et... 

« Oh... oh PUTAIN ! »

Prise d'une vive motivation, la femme redoubla d'effort pour attraper le flacons tout en priant le petit jésus pour que, de un, ce soit de la putain d'morphine et... Aussi pour que le flacons soit plein.
Finalement, après quelque seconde d'effort intense, la langue à moitié sortie de ses lèvres pulpeuse, la belle infirmière fini par attraper le flacons, flacons qu'elle s’empressa de toiser au clair, tenant le contenant à la manière d'un fameux anneaux issue d'une série de film éponyme.

« O... Oramo... Mo... Oramorph ! Haaanw putain je vais chialer... C'est si beau... 


Dit elle en souriant comme une démente, en essayant de retenir des larmes de joie, caressant le flacons tout en ce mettant à lui susurrer des mots doux.

« Tu... Tu vas le dire à personne que je t'ai trouvé... Hein ? » Lucrece approcha alors le flacons de son oreille, avant de ce remettre à lui parler. « Shuuuuut... Tu es... Ma précieuse... Hmmmfff... »

Lucrece plaqua le flacons contre son buste en regardant le ciel avec des yeux presque enfantins.

« Merci petit jésus... Promis, pas de gorge-profonde avant ma dose du soir, juré ! » chuchotta t-elle alors.

Rapidement, la demoiselle mit son flacons dans sa sacoche de premier secours avant de ce retourner et... De voir Dosantos avec visiblement entre les mains une boite de cachet... Avant de lui en lancer un, lui disant de ce le mettre au cul. Ce sur quoi la jeune infirmière resta quelque seconde à observer le suppo' sur lequel était inscrit « kétalgin ».
La belle infirmière regarda alors  la sergente avec le regard neutre, tout en haussant un sourcils. (jet d’intelligence : réussie 7/10)

« Donne moi la notice... J'ai un doute... ça serait bête que je te claque dans les patte, hein ? »

Sans broncher la sergente tendis alors la notice à lucrece qui n'eu pas besoin de la lire entièrement pour comprendre que c'était un suppo' oral et non un suppo' anal.
Eyh ouai dosantos, lulu est quand même infirmière, faut pas déconner.  Cet ainsi qu'en regardant la sergente avec un petit sourire, la belle brune ce mit à avaler d'une traite le suppositoire avant de lui dire.

« Eyh ouai... T'apprendras que j'aime l'anal mais... J'ai un petit faible pour « l'oral »... D'ailleurs, beaucoup de mes profs aimait ça aussi... Aaaaah... Les dessous de bureaux... Toute une histoire. »

Heureuse et sentant déjà les bienfait du cachet (enfin, c'était plus psychologique qu'autre chose pour l'heure) la demoiselle vint à pousser un bref soupir de satisfaction avant de regarder ses mains, encore un brin tremblantes, mais déjà moins qu'il y a quelques secondes.
Une fois son cachet avalée, lucrece vint à secouer sa tête avant de frissoner sur place, faisant même un petit tour sur elle même.

« Libérééééée... Défoncééééee !!!! ce soir je vais plan- Wooh merde ! »

Et bing ! Prise par un surplus de joie, la femme vint à faire chuter au sol un présentoir d'article divers et variés, créant alors un bruit sourd en chutant sur le sol.

« Zut... Désolé.. » dit elle en regardant à la manière d'une gamine dosantos dans les yeux tout en ce pinçant les lèvres.  (jet de discrétion 81/100 echec.)

hrp:
 
Lucrece Nikova
Messages : 127
Date d'inscription : 16/06/2018
Crédit Avatar : Kate Beckinsale

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
45/100  (45/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Lun 10 Déc - 9:29
Gwen Sullivan
Alicia lui avait donné son approbation. Du coup, Gwen parcourait les allées de la pharmacie, scrutant la moindre étagère plongée dans la pénombre. Avec les fenêtres barricadées on y voyait comme dans un puits et elle devait plisser les yeux et faire des haltes régulières pour distinguer les éléments autour d’elle.
Des boîtes… des boîtes à n’en plus finir étalées sur les gondoles ou sur le sol, vides évidemment… À croire qu’elles s’étaient trompées et étaient entrées dans un magasin de boîte. La fillette reposa la énième boîte de bandages vide qu’elle venait de trouver sur une étagère et soupira. Tout ça pour rien…
Elle commençait à perdre espoir de trouver quelque chose d’intéressant lorsqu’elle aperçut non loin de là une légère lueur verdoyante. Intriguée, elle se faufila entre une pile de cartons usagés et un présentoir publicitaire qui annonçait que si tout allait bien c’est parce qu’il y avait Juvamine. Elle se retrouva alors devant une porte au dessus de laquelle brillait faiblement un néon de sortie de secours. Elle se rapprocha au maximum et plissa les yeux pour distinguer les mots écrits en lettres rouges sur la porte coupe-feu.

“ P… Priv...vé. Per...so...nnel un...unique...ment. “ murmura t’elle.

Intriguée, elle mis tout son poids contre la porte pour tenter de la pousser. Mais impossible de la bouger… Quelque chose semblait bloquer depuis l’intérieur.
Elle s’écarta et regarda autour de la porte. S’habituant doucement à l’obscurité, ses yeux lui révélèrent une bouche d’aération en hauteur. Trop petite pour permettre le passage d’un adulte, mais peut être pour un enfant…
La fillette n’hésita pas bien longtemps et, reserrant les lanières de son sac à dos sur ses épaules, elle s’approcha d’une étagère murale accolée à la bouche d’aération et commença à l’escalader. Hissée sur les derniers niveaux, elle attrapa la grille d’une main et tira dessus. La grille était apparemment fixée à l’aide d’un petit clapet de métal, et il lui fallut quelques essais en mettant toute sa force pour réussir à décrocher ce dernier et faire tomber la grille contre le mur dans un léger bruit de métal grinçant. Satisfaite, la petite sauvageonne termina son escalade de l’étagère et se hissa dans le conduit. Celui ci était très étroit et elle dû se mettre à plat ventre pour y progresser. Heureusement, la sortie suivante n’était pas loin et elle put bientôt se laisser tomber de l’autre côté sur une pile de cartons aplatis.
Elle se retrouva alors dans une pièce arrière de la boutique, toute aussi sombre que la première. Prudente mais intriguée, elle se redressa et s’avança doucement dans la pièce en regardant autour d’elle. Des étagères plus simplistes, toutes de métal s’alignaient de chaque côté et la fillette en conclut que ça devait être une réserve. Néanmoins, l’endroit semblait avoir été visité aussi vu l’état déplorable des lieux et les cartons vides s’étalant partout.
Gwen ne se laissa pas démonter et plissa les yeux pour tenter de distinguer plus en détail les alentours. Un autre éclat lui apparut entre deux étagères. Attirée comme une phalène par la lueur d’une lampe, elle contourna les meubles métalliques et escalada une pile de caisses en plastique pour atteindre le coin droit de la pièce, là d’où provenait la faible lumière. Elle en comprit vite la source : une petite lucarne menait sur l’extérieur et laissait passer une fine lueur diurne qui éclairait… La fillette se figea et écarquilla les yeux. Face à elle à quelques mètres, affalé contre le mur du fond, trônait le cadavre d’un homme en blouse blanche.
Gwen sentit un frisson glacé la secouer. Le corps de l’individu, en plus d’être en début de décomposition, était affreusement déchiqueté. La fillette pensa d’abord à un rôdeur et s’apprêta à prendre ses jambes à son cou. Mais elle distingua alors le petit revolver qui pendait dans la main du mort et le trou immonde qui marquait son crâne. Il s’était suicidé… Gwen déglutit devant ce spectacle morbide. Puis elle prit une inspiration pour garder courage face à ce qu’elle s’apprêtait à faire et s’approcha ensuite du cadavre pour s’accroupir à son niveau. Elle commença alors à fouiller les vêtements du mort. Quelques mois plus tôt, sans doute que ce geste l’aurait trop dégoûté pour qu’elle s’y abaisse, mais après ces mois à survivre, elle avait laissé de côté depuis longtemps tous ses aprioris sur la morale.
Ses recherches lui permirent enfin de trouver quelque chose d’intéressant : l’homme avait gardé dans ses poches une boîte d’antalgiques, mais plus que tout, derrière lui elle trouva une petite boîte métallique un peu cabossée sur lequel elle pu lire “Trousse de premiers secours”. Ses yeux s’illuminèrent en découvrant l’intérieur. Une série de compresses, des bandages, des aiguilles et du fil à suture, une petite paire de ciseaux courbés… Un véritable petit trésor à ses yeux.
La fillette sentit une douce joie revenir dans son coeur et s’autorisa même un sourire ravi, comme un enfant trouvant enfin la solution à un casse-tête particulièrement compliqué. Elle descendit son sac de ses épaules et commença à fourrer ses trouvailles dedans, regrettant juste de ne pas avoir trouvé de désinfectant. Mais on ne pouvait pas tout avoir.
Alors qu’elle fermait son sac, un grognement lui parvint soudain de derrière elle et la figea en plein mouvement. Ses yeux s’écarquillèrent et la peur revint aussitôt à l’assaut, faisant battre son coeur à la chamade. Lentement, elle se retourna pour découvrir ce qui venait de lui adresser ce grondement. La figure affamée et agressive d’un chien lui apparut alors à quelques mètres seulement de sa position. L’animal venait de sortir de sous une table et lui adressait un regard aussi peu avenant que ses oreilles rabattue et ses babines retroussées. Sa maigreur et la bave qui coulait de sa gueule entrouverte laissait supposer qu’il n’avait pas mangé convenablement depuis un bout de temps. Gwen comprit aussi en voyant le sang séché autour de ses babines pourquoi le cadavre de l’homme derrière elle était aussi déchiqueté… Au vu du collier qu’il portait, l’animal était peut être celui de l’homme en blouse et avait dû se retrouver enfermé avec lui dans cette réserve… Qui sait depuis combien de temps…
La fillette respira tout bas malgré son rythme cardiaque, n’osant pas bouger face à l’air féroce de l’animal. Le molosse semblait la jauger avant de décider s’il allait l’attaquer. Elle prit alors une inspiration et tenta de se monter amicale, après tout l’animal était juste affamé et sans doute effrayé.

“ Dou… Doucement le chien… Je suis pas là pour te faire du mal d’accord ? Je suis désolée d’être venue dans ta maison sans te demander. Tu vas pas me manger si ? ”

Elle posa un genou à terre, puis, tentant le tout pour le tout, avança doucement sa main tout en restant prudemment à distance, pour la présenter au chien.

“ Tu vois ? Je suis pas méchante. ” dit elle, osant même un petit sourire.

(Evènement : Rencontre avec un chien affamé :
Le tuer : Compétence armée trop basse
Le calmer : Charisme trop bas
Fuir : annulé à cause de la position)

L’animal, toujours grondant, avança tout de même la truffe pour renifler l’odeur de la petite main qu’on lui présentait. Gwen pensa un instant avec soulagement avoir réussi à calmer le molosse. Mais la faim se montra plus forte chez ce dernier. Sans prévenir, il tenta alors de mordre la main de la fillette qui la retira juste à temps, puis bondit sur elle, grognant de plus belle. Jetée à terre, Gwen cria et eut le réflexe de mettre ses bras devant son visage. Son cri s’emplit de douleur lorsque les crocs de la bête affamée pénétrèrent légèrement la peau de son bras gauche, heureusement amortis par ses vêtements. De sa main libre, elle attrapa la gorge de l’animal et tenta de le repousser violemment, mais celui ci n’avait pas l’intention de laisser sa proie s’enfuir et secoua sa tête dans tous les sens pour tenter de déchiqueter le bras de sa victime. Gwen poussa un nouveau cri de douleur en sentant les crocs s’enfoncer d’avantage et griffer sa chair. En panique, elle fouilla rapidement dans sa veste sans quitter l’animal des yeux et tout en continuant à se débattre. Elle tira alors son couteau de survie et frappa sans réfléchir. La lame perça le flanc du chien, lui tira un couinement douloureux. Mais il ne desserra pas sa prise pour autant, le regard plus féroce et affamé que jamais.
Gwen sentit la rage l’envahir, cette même rage qui s’était réveillée lors de sa rencontre avec Bruce, éveillée par la douleur et la volonté de survivre. Elle retira son couteau et frappa de nouveau, faisant jaillir le sang de l’animal sur sa main.

“ Lâche moi ! ” hurla t-elle.

Inventaire :
 

HS:
 
Gwen Sullivan
Messages : 53
Date d'inscription : 26/08/2018
Crédit Avatar : Terkial

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Lun 10 Déc - 12:42
Alicia Dosantos
Je regarde Lucrèce avec un sourire amusé et moqueur. Mais la junkie a une pinte d’intelligence et me demande la notice. Ok je me rends. C’est vrai qu’elle est infirmière à la base. Je lui lance la dite notice. Et reprends ma fouille des lieux. Je souris a peine à sa réplique sur ses préférences et expérience sexuelle.
J’ouvre mon sac et y met le reste de la méthadone pas question de lui refiler la boite et puis j’aime pas ça mais le doc Martin à Essex en aura probablement besoin. Un bruit se fait entendre et le me retourne braquant la lampe de poche sous le canon de mon arme vers Lucrece. Reflexe de flic j’ai dégainé et braquer en direction du bruit. Mais elle n’a fait que tomber un présentoir métallique. Je rengaine mon arme et m’approche d’elle.


- « Fait attention idiota »

Je reprends ma fouille à la lueur de ma lampe de poche. Devant moi se trouve une masse humanoïde. Le faisceau lumineux dévoile alors un mannequin en plastique étendu au sol en piteux état par contre comble du bonheur pour moi il devait présenter des attelles. Il a une attelle en tissus pour soutenir un bras cassé et à l’autre une attelle en plastique rigide pour un poignet. Je le lui retire. Sa sera pour moi maintenant. Plus qu’a trouver une bande pour la faire tenir. Mais à fouiller les étales il n’y a plus grand-chose. Je ramasse une boite sans vraiment regarder ce que c’est je vérifie qu’il y a quelque chose dedans (récompense choix par freakshow). Mais mon attention est reportée sur la recherche d’un bandage. Je fini par en trouver un dérouler coincer dans un fond de boite en carton. Elle devait probablement en contenir plusieurs et elle a été vidée a la hate et jetée par terre. Mais au moins j’en ai un. Je me relève et vais me mettre a la recherche de Gwen lorsque j’entend aboyer grogner et crier.

Je me précipite dans la direction et pousse une porte ou il est indiqué ‘Privé : personnel uniquement’’ En poussant la porte Ma lampe torche dévoile un chien s’en prenant à la niña. Je serre les dents et prends une profonde inspiration. Fac e a un tel animal dans un tel état il ne faut pas que je sois apeurer ou agressive sinon il va se retourner contre moi. Je m’avance lentement sur de moi vers l’animal. Dégainant mon arme. (sang-froid 9/10 => 1/10 réussite critique) Je suis maintenant a bout portant quand il me remarque. Me regard est froid et noir de haine vers l’animal. J’appuie sur la détente sans penser à la conséquence des mort avoisinant (discrétion 15/100 => 50/100 échec) L’animal s’étend mort. La balle lui a traverser le poitrail a hauteur du cœur.

Je range mon arme et m’agenouille prés de Gwen. Je lui dégage le bras de la mâchoire et la prends dans mes bras pour la serrer contre moi. Je tente de la réconforter comme je peux. Comme je l’aurais fait avec mon fils à l’époque.


- « Tout vas bien. Ca va aller. Je suis là. Il ne peut plus rien faire. Calme toi. C’est finit.

Je me retourne vers la porte et appelle Lucrèce rien a foutre qu’elle soit junkie pour le coup elle est plus en manque et c’est une infirmière.

- « LUCRECE. Viens vite. J’ai besoin de toi. Viens m’aider.

Jet de dés:
 
Achat à la boutique NON récompense:
 
Equipement:
 
Alicia Dosantos
Messages : 500
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Mar 11 Déc - 5:30
Freakshow
Pour une poignée de granules- 25 décembre 2017
Le Chaos...

Ah... Voilà un joli mot à la sonorité exquise! Et je crois que c'est une des meilleures définitions pour expliquer la présente situation. Mais décortiquons, si vous le voulez bien, les possibles avenus pour ce nom masculin si délicieux. Il peut se définir comme un concept religieux qui définissait l'univers avant l'intervention de Dieu. En science, c'est une théorie mathématique et physique dédiée à l'étude des systèmes dynamiques. Elle s'applique à toutes sortes de sciences : astrophysique, météorologie, sciences humaines, biochimie moléculaire. Mais selon votre humble narrateur, je crois que c'est l'explication de la géologie que ce mot colle parfaitement à notre contexte. Pour faire court, le chaos désigne un entassement de rochers dégagé par l'érosion. Vous me voyez venir, j'espère... Confusion, incompréhension et tous les sentiments qui peuvent se rattacher à une situation qui vous glisse entre les doigts... Pour ne plus vous faire languir, voici ce qui devient nos demoiselles en périls.


Pauvres de vous… voilà ce qui est de mauvais augures à ce que je vois. Vous avez malheureusement raté une discrétion salvatrice, une des bases en survie les plus élémentaires dans ce monde dominer par les cannibales putrides. Que ce soit le présentoir renverser par l’infirmière du Chaos, des aboiement et des cris de souffrance de la petite sauvageonne ou bien le coup de feu libérateur de la guerrière de l’apocalypse, ce maelström n’a su qu’indiquer votre position pour une cinquantaine d’âmes errantes et gourmandes de chairs humaines. En ce moment un chœur de frustration et une mélopée mortuaire s’élève au-devant de la pharmacie, de votre refuge. Une dizaine en ce moment sont massé pour profiter de l’aubaine de chair fraîche des plus alléchantes dont vous êtes à vos yeux. Au prochain tour d’écriture une vingtaine de compagnons d’outre-tombe vont se rejoindre à leurs amis et pour au tour d’écriture suivant une vingtaine dont l’addition de masse putride va réussir à mettre en pièce vos barricades.

Voici donc ce qui va passer :

10 zombies à l’instant que je fini cette intervention. Un bruit sourd mais encore passable.

30 zombies au début du prochain tour de Lucrène. Ça brasse et ça grogne de plus en plus. Un peu de poids pour bloquer la fortification d’entrée sera bien. Les fenêtres volent en éclats, mais heureusement qu’il y a des barreaux.

50 et + zombies : Outbrak et la marée de chair putride entre enfin… au second tour de Lucrèce


Voici les bonnes nouvelles, si j’ose dire. En tout moment vous allez trouver un contenant de Paracétamol qui traine. Voici votre médicament qui sera votre récompense. En prime ma jolie Gwen, le baladeur qui apportera joie à ton cœur d’enfant. Pour te clamer j’aimerais que tu le demande dans ton post pour qu’Alicia puisse aller te le chercher. Il est tout près et c’est pour quelques instants…

Lucrèce ma jolie junkie. Pour toi et ta chance légendaire tu percute du pied un second contenant. Une fiole qui fait l’effet d’un orgasme sans nom. De la morphine!!! En plus des zombies, tu entends un chien grogner et si je m’abuse tu as horreur de ces bêtes poilues? Si tu veux utiliser ce don du ciel, contacte-moi pour les jets appropriés. Gare  à l’overdose!

Alicia ton œil averti découvre le corps d’un membre des forces spéciales partiellement dévorer près du fond de la pièce. Un blondinet qui devait être un charmeur vu son apparence. Mais tu vois qu’il a été mordu par le chien et aussi qu’il porte des marques de dents humaines. La mort remonte à quelques jours et dans sa veste tactique dont le tag t’informe que c’était Churchill l’identité de l’homme, tu trouves un silencieux pour une arme de poing de calibre 9mm.

Gwen tu as déjà découvert la trousse de soins et c’est un cadeau de ma part pour Noël ma chère.

Vous voyez je peux avoir une âme généreuse et festive en ce temps des réjouissances!

Mais voici ma dernière surprise. Un homme, l’esprit détruit par tout ce qui s’est passé, ne bouge pas d’un iota en voyant l’attaque de son dernier ami sur terre et le meurtre commis par Alicia. Il est impassible, du sang crouté autour des lèvres et les vêtements déchirer sous un sarrau autre fois blanc envahis par une multitude de tâches marron. L’ancien propriétaire de la pharmacie est devenu l’un des membres de la horde, mais seulement par l’esprit. Vous connaissez le syndrome de Stockholm? L’individu qui s’identifie à ses agresseurs? Autrefois on parlait de preneurs d’otages. Maintenant l’homme s’identifie aux zombies. Laissant un petit grognement plaintif s’échapper de ses lèvres, il ouvre le placard et fond sur la petite sans défense. Avidement il mord sur le bras déjà blessée de Gwen. Horreur la voilà infectée!!!

Non c’est un homme encore vivant qui n’a pas le virus maudit en lui. Mais à le voir ça porte en confusion. Quelques indices peuvent vous aider à comprendre ce qui se passe. Il saigne normalement et non les sangs noirâtres. Il ressent la douleur des coups. Il manie un scalpel et semble néanmoins doté d’une bonne dextérité pour un mort. Mais dans le feu de l’action ces détails peuvent vous échapper…

Donc un TEST DE SANG-FROID (+2 pour GWEN car la panique est très forte chez elle) pour vous aider à réfléchir. Ensuite PREMIERS SOINS si vous avez réussi votre test de sang-froid pour comprendre que l’homme est vivant. En dernier lieu j’autorise soit un test de SURVIE, D’INTELLIGENCE OU DE PERCEPTION pour avoir remarqué les étranges comportements de ce « zombie ».


Bon jeu et je serais disponible pour vous mes chers proies amies….
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


WELCOME TO THE SHOW!
Freakshow
Messages : 44
Date d'inscription : 04/10/2018
Crédit Avatar : Mystère
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Ven 14 Déc - 8:07
Lucrece Nikova
Suite à sa chouette trouvaille, lucrece ce sentait tout de suite déjà mieux cependant, la bande de copains dehors commençait à s'impatienter de leur coté, faisant racler leur ongles non-manucuré contre les vitres blindées de la pharmacies en poussant des râle de faim.
Mais alors qu'elle continuait tranquillement sa fouille, la jeune femme vint à entendre plusieurs minutes plus tard des grognement suivit d’aboiement particulièrement reconnaissable et d'autant plus pour notre junkie post apocalyptique dont le sang ne fit qu'un tour en comprenant qu'un chien était visiblement dans la même putain de pharmacie qu'elle ! Wouala frère ça c'est pas cool, parcequ'en plus de lui faire friser les poil sur tout le corps, ce clebs de la mort qui fait chier eu la salope d'idée visiblement de chercher la merde à la gamine car, quand Lulu entendis un coup de feu suivit d'un appelle à l'aide de la sergente, la jeune femme resta bloquer sur place, au milieu des rayonnage, les yeux grand ouvert et le souffle coupé.

Nan mais elle est marrante l'hispanique, hein, lulu elle aimait pas les chien et voilà qu'elle lui demande de venir, non mais... Non mais autant demander à un électeur républicain si il voulait de sa jolie gueule de chicanos passer au four ! Cependant, lucrece, d'un pas tremblant et mal assurée vint à s'approcher de l'entrée du couloir, avant de voir la carcasse du chien, ce qui la fit immédiatement ce dissimuler derrière le mur comme une gamine, avant de depasser la tête légèrement pour finalement utiliser la technique du « doigt accusateur »


« N-non ! NON ! C'est un non ! Un non ! Tu m'entend !? Tu me dit un zombie, d'accord, tu me dit une meute de petits homme verts avec des sonde anal, pourquoi pas, mais un chi-chi-chien ! C-C'est non ! Tu me vire ste putain d'clebs de là ! I-imagine il devient zombie !!!??? Moi je dit non ! »


Oui, on a compris que c'tait non lulu... Cependant, à voir l'état de la gamine et le regard que lui lançait la sergente, lulu fini par reprendre tant bien que mal ses esprit et son petit courage à deux mains, avant de mollement s'avançer vers gwen en esquivant du regard le cadavre du chien, toute tremblante qu'elle était.

« B-bon... Alors... Montre moi ton bras... je.. »

Toujours très tremblante à cause de la peur qu'elle ressentait très activement en elle, la femme  osculta le bras salement mordue de la jeune demoiselle, avant de sortir tu désinfectant et d'en verser maladroitement sur la plaie... Mais lucrece n’eut malheureusement pas le tact de faire mieux pour l'instant à cause de la peur.
Et c'est alors que, cerise sur le gâteaux, voilà que Lucrece vint à apercevoir un drôle de... Zombie ! ? en voyant ça, la jeune femme fit de nouveaux les yeux ronds mais... Alors que de nouveaux son cœur s'affolait dans sa poitrine, la femme prit quelque seconde pour contempler l'homme (ou le zombie) ainsi que la situation et... Après une petite fractions de seconde, lucrece vint à dire.


« A-Attend alicia... C-c'est pas un zombie j'crois... On dirait un mec... Mais en plus sale... »



jets:
 
Lucrece Nikova
Messages : 127
Date d'inscription : 16/06/2018
Crédit Avatar : Kate Beckinsale

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
45/100  (45/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Jeu 27 Déc - 6:34
Gwen Sullivan
Gwen luttait rageusement contre son agresseur canin, donnant des coups de pieds où elle pouvait et maintenant avec force son couteau dans le flanc de l’animal. Elle essayait de dégager son poignet mais les mâchoires du chien étaient puissante et elle ne parvint qu’à déchirer un peu plus ses manches et sa peau…
Des larmes de douleur rejoignirent celles de fureur qui perlaient déjà à ses yeux et elle redoubla ses coups de genou pour faire lâcher la bête. Une ombre survint alors au dessus d’eux sans que l’animal ne la remarque. Un canon se lève puis, après une détonation, le chien s’effondre immédiatement, foudroyé en pleine poitrine.
Alicia apparaît dans le champ de vision de Gwen et sans attendre écarte les mâchoires du prédateur pour libérer le bras de la fillette. Celle ci pousse un soupir de douleur autant que de soulagement en sentant les dents se retirer de sa chair. Elle n’eut pas le temps de réagir ni même de remercier la jeune femme que celle la prit alors dans ses bras et la serra contre elle.
Cette étreinte pleine d’affection et de soulagement et les mots d’apaisement que prononça Alicia apportèrent un réconfort inattendu à Gwen. Au delà de sa surprise, elle se sentit rassurée par ce contact physique et ferma même les yeux quelques secondes pour calmer son rythme cardiaque.
L’ex-policière appela alors Lucrece en criant. Celle ci apparut dans l’encadrement de la porte mais, voyant le cadavre du chien, se dissimula derrière le mur en invectivant de reproches Alicia. Si elle n’avait pas été aussi stressée, Gwen aurait sans doute rit face à cette réaction inattendue. Mais la douleur dans son bras lui faisait oublier toute hilarité. Elle regarda ce dernier, imbibé de sang et tremblant, et commença à retrousser les manches de ses vêtements pour dégager la blessure. Le pic de douleur que lui déclencha le frottement du tissu sur la chair à vif lui tira une grimace de douleur et lui arracha une exclamation douloureuse qu’elle étouffa en serrant les mâchoires.
La morsure, peu profonde heureusement, n’était pas très belle à voir. Les crocs du chien avaient déchirés la peau de manière anarchique lors de leur affrontement et la blessure saignait abondamment. Gwen regarda son bras, la mine abattue, se demandant déjà comment elle allait pouvoir soigner ça au mieux...
Lucrece apparut alors dans son champ de vision, s’acroupissant à côté d’elle et lui demandant de sa voix chevrotante de lui montrer son bras. Gwen, retrouvant ses vieux réflexes sauvages, tel un animal blessé, commença par reculer légèrement et cacher son bras mordu. Mais en jetant un regard à Alicia, elle vit son expression et finit par présenter la blessure à Lucrece après une courte hésitation. Celle ci examina les dégâts et tournant le bras entre ses doigts tremblants. Elle sortit alors un flacon de désinfectant et sans prévenir en versa une dose sur la blessure fraîchement ouverte. De surprise autant que de douleur, Gwen poussa un cri plaintif et enfonça son poing libre dans sa bouche pour l’étouffer, le visage tordu par la brûlure dans son bras. Elle retira rapidement son bras et, dents serrés, observa la blessure nettoyée par le liquide. Son bras la brûlait atrocement, mais elle savait que Lucrece avait du faire ça pour éviter une infection, alors elle se contenta de respirer profondément par la bouche pour tenter d’apaiser la douleur.

C’est alors que dans un fracas, le placard qui se trouvait à gauche de Gwen s’ouvrit, libérant un homme sale aux yeu injectés de sang. Avant que la fillette puisse réfléchir, il se jeta alors sur elle, empoignant son bras. La peur et la surprise firent crier la petite sauvageonne qui tenta de se dérober. Trop tard, pour la seconde fois en quelques minutes, une mâchoire se referma sur son bras et des dents tranchèrent sa peau, moins profondément cette fois heureusement. Sentant la panique monter, Gwen lutta pour l’empêcher de l’assaillir.

(Jet de Sang Froid +2 : 4 , réussite !)

Étonnement apaisée par l’étreinte inattendue d’Alicia précédemment, elle parvint à rester assez concentrée pour ne pas céder à la panique. Serrant le poing, elle frappa de toutes ses forces l’ogre à la gorge. L’homme fou était persuadé d’être un mort-vivant mais contrairement à eux, il pouvait suffoquer. Et c’est ce qu’il fit d’ailleurs en sentant sa trachée se faire écraser par le petit coup bien placé de la fillette. Il recula en crachant et grognant. Gwen le contourna et se réfugia précipitamment derrière Alicia, observant l’homme et grondant comme un chat furieux.

(Jet de 1er secours : 61, échec !)

Sale, croûté et rapiécé, l’homme lui apparut comme étant bien un ogre et elle regretta d’avoir oublié son couteau par terre. Néanmoins, n’ayant jamais vu l’effet des morsures sur des gens vivants, elle ignorait ce que sa nouvelle blessure engageait...
À la place de la panique, elle regarda donc farouchement son agresseur, regrettant d’avoir oublié son couteau par terre derrière lui. En réflexe, elle s’était cachée derrière Alicia sans vraiment s’en rendre compte, comme si le geste affectif qu’elle lui avait donné avait fait écho à son passé.
Dans le feu de l’action, elle n’avait pas entendu ce qu’avait dit Lucrece. Néanmoins, maintenant qu’elle observait l’ogre, quelque chose la taraudait, sans qu’elle puisse mettre le doigt dessus…

(Jet de perception : 4, réussite !)

Ses yeux s’écarquillèrent alors lorsqu’elle comprit : la suffocation, les toussotements… il respirait ! Ce n’était pas un ogre ! Mais pourquoi est ce qu’il l’avait mordu alors ?
La fillette plissa les yeux, l’attitude agressive et serra les mâchoires en essayant d’ignorer la douleur dans son bras meurtris et sanguinolent qu’elle tenait de son autre main.
Un bruit sourd plus intense que les autres attira alors son attention dans la pièce adjacente. Elle tendit l’oreille et se rendit compte que les grattements, grognements et coups contre les vitres s’étaient intensifiés… Elle retint son souffle une seconde.

“Ils… arrivent…” murmura t-elle presque plus pour elle même.


HS:
 
Gwen Sullivan
Messages : 53
Date d'inscription : 26/08/2018
Crédit Avatar : Terkial

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Jeu 27 Déc - 13:34
Alicia Dosantos
Gwen dans mes bras semblait en panique ou pas… à vrai dire je n’en sais rien j’étais prise entre tenter de la rassurer et tenter d’aller chercher Lucrèce qui ne venait pas. C’est alors que la junkie arriva et resta bloquée dans l’encadrement de porte. Santa madre de hijo de puta de mierda. J’embrasse le front de Gwen et me dégage d’elle la laissant à contre cœur. Mais je me rends rapidement près de Lucrèce qui visiblement panique d’e voir un chien. Je me rends près d’elle plus rapidement que je ne l’aurait cru et la prends dans mes bras a son tour. La serrant contre moi comme une mère serrant sa fille ado qui aurait se retrouverait face a sa plus grande peur. Ma voie est complètement différente de toute les autre fois avec elle. Elle se veut rassurante calme et chaude. Comme toute les fois où j’ai dut m’occupé d’un niño ou niña dans une situation catastrophique à l’époque où je servais encore sous les couleur des flic de mon pays.

- « Ne t’en fait pas. Il ne peut plus rien faire il est mort. Encore plus mort que les cadavers dehors. il ne peut plus rien te faire. Viens j’ai besoin de toi. S’il te plais. »

Prenant Lucrèce par la main je l’entraine doucement avec moi. Je la relâche pour venir m’agenouiller derrière Gwen et tenter de la réconforter un peu plus pendant que Lucrèce tente de lui attribuer des soins. Mais au vu de la panique dans ses yeux ceux-ci vont être assez chaotique. Ce qui est visiblement le cas lorsqu’elle déverse sur le bras de Gwen le désinfectant. Je serre les dents devant sa maladresse. Mais en même temps je n’y connais rien. Je sais juste qu’l faut désinfecter. Mais la est ce qu’il faut des points de suture ? Une compresse ? Une bande ?
Dehors les morts s’agglutine contre les sécurités de la pharmacie. Il ne faudra que peu de temps avant qu’elle ne cède.

Mais alors que la situation commence à peine à reprendre une stabilité l’armoire à côté s’ouvre pour laisser apparaitre un homme aux allures de cadavre. Il agrippe Gwen et la tire a lui alors que la niña est dans mes bras et la mords. Je reste sur le cul. Mais il ne m’en faut que peu pour réagir. Je suis rapidement debout. La petite lui a assené un coup franc qui le fait haleter le souffle court. Ce n’est pas un mort (intelligence réussite critique). Je souris parce que si il est vivant il peut avoir mal et là il vient de faire la pire connerie de sa courte vie restante.

Alors qu’il se débat avec Gwen. Je lui attrape les cheveux et le tire en arrière. Lucrèce m’annonce qu’il est vivant et pas un mort. Je la regarde un rictus mauvais sur le visage. Rictus qui annonce un futur proche tres douloureux pour cet homme.


- « Je sais ma grande. Mais il a fait une connerie qui a signé son arrêt de mort. Il s’en est pris à mes filles… à vous. »

Le mot fille avec son pronom personnel a été lâché sans m’en rendre compte. Masi trop tard et ce qui va se passé je ne veux pas qu’elle le voit. Je traque le mec derrière moi avec une force que seule ma détermination à le faire souffrir m’inspire. Une fois rendue a couvert de leur regard, Je lui assène plusieurs coup de crosse dans la mâchoire. Il saigne. Je suis persuadée que une ou deux dent on sauter sous les coups de crosse. Je ne lui parle pas je ne le laisse pas me toucher, m’agripper ou me frapper, le moindre geste amorcé il prend un coup dans le visage. Je range mon arme pour sortir mon couteau. J’enfonce la lame dans sa bouche.

- « Entendo, como te gusta morder, asqueroso hijo de puta. Voy a hacerte querer eso … Definitivamente »

La lame glisse lentement sur les chaires de ses joues ouvrant sa bouche en un sourire de Glasgow prononcé. Mais comme il semble crier je profite que ma lame est dans sa bouche pour lui trancher la langue avec. J’avais raison sa mâchoire a perdu plusieurs dents suite au coup de crosse. La peur est palpable et lisible sur son visage. Je fais glisser ma lame sur son visage passant prêt de son œil gauche. Il tremble. Il est toujours éveiller grâce à l’adrénaline. La lame coupe la peau tout le long de son visage avant de descende vers son foie. Je l’enfonce lentement de tout mon poids. J’aurais aimé prendre plus de temps, le faire souffrir encore et encore à la façon des Molina. Mais je dois réprimer cette envie et évité qu’il ne revienne. Je range ma lame après l’avoir essuyée sur lui et repart vers mes deux protégées. Mais alors que je vais réapparaitre à leur yeux je sors mon Beretta et loge une balle dans le front de ce bouffeur de merde.

Je reviens vers les deux filles et les prends dans mes bras a nouveau pour les réconforter, tel une mère avec ses deux enfant après une situation de crise. Gwen est paniquée par l’arrivée des morts.


- « Lucrèce. Je t’en conjure respire et réagit je veux que tu soignes et face quelque chose pour Gwen. J’ai confiance en toi je sais que tu peux le faire. Gwen rassure toi tout va bien se passer tu vas t’en sortir je te le promets. Je vais trouver une solutions »

Laissant gwen dans les mains de Lucrèce j’observe les alentour prenant mon pistolet à la main pour m’assurer un répit au cas où les fils de Mictlantecuhtli seraient déjà a l’intérieur. J’observe les environ avec minutie pour trouver une sortie. Ce qui m’inquiète un peu c’est que je n’ai plus qu’un chargeur et les 2 balles restante dans mon arme actuellement


HS a écrit:
T'inquiete aps Gwen c'est al periode on comprend Wink

Jet de dés:
 
Achat à la boutique NON récompense:
 
Equipement:
 
Alicia Dosantos
Messages : 500
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Jeu 10 Jan - 7:40
Lucrece Nikova
Lulu, il fallait bien l'avouer était un peu perplexe vis à vis de la réactions de la bandita… Ouesh, pourquoi elle la ce met tout à coup a ce prendre pour sa mère celle là ? Enfin, la nurse n'avait pas spécialement la tête à réfléchir au pourquoi du comment, tant la situation était stressante, que ce soit le chien, la blessure de gwen, les morts ou même ce drôle de type tout craspec. Drôle de type qu'Alicia ne semblât pas aimer des masse… Normal après tout, il venait d'attaquer la petite gwen et, alors qu'Alicia vint à lui régler son compte, lulu regardât la scène bouche bais, en restant prêt de gwen.

Une fois le type tout cané voilà que, de nouveaux Alicia vint à s'approcher des deux demoiselles, serrant alors lulu dans ses bras encore une fois lui demandant de ce concentrer, ce qui commençait à mettre mal à l'aise l'infirmière qui fronçât alors légèrement les sourcils en repoussant légèrement la femme.

« Oui, oui ! Ca va ! Je-je vais faire ce que je peu… Pfrrr… J'aurais due rester à la base ou suivre brucie-boy dans ses drôle d'aventure ! » Rouspéta t-elle toute seule en attrapant sa trousse de soins et l'ouvrit aussitôt en gardant un œil sur sa blessure. L'infirmière sortie une aiguille courbée et un fil avant de commencer à recoudre au endroit nécessaire le bras de la petite gwen avec une certaine expertise, pour finallament appliquer une gaz ou deux à différent endroit avant de placer un solide bandage sur toute la zone. (réussite critique de premier secours)
Une fois ce menu détails terminé, lulu, alors qu'elle rangeait son matériel, vint à voir luire dans la pénombre un autre flacons, flacons qu'elle prit alors en mains et, en ce servant de la lampe torche a disposition, elle pue alors voir qu'il s'agissait de morphine encore une fis, mais par intraveineuse. Bien contente d'avoir pue augmenter son stock de dope, la toxiconurse s’empressât de mettre ledit flacons dans sa petite sacoche avant de ce tourner vers Alicia alors que les morts continuait de s’amasser.

« Bon, bandita, on fait quoi ? »
Lucrece Nikova
Messages : 127
Date d'inscription : 16/06/2018
Crédit Avatar : Kate Beckinsale

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
45/100  (45/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017 Lun 4 Fév - 9:28
Alicia Dosantos
Je laisse faire Lucrèce qui semble s’appliquée à faire les soins sur les plaies de Gwen. Je fais un rapide tour et trouve une boite d’aspirine (récompense de mission par Freakshow), du paracétamol (récompense de mission par Freakshow). Et sur le mec que j’ai butter et qui a mordu Gwen en lui refaisant els poche je trouve un tube de metal en le regardant dans la lumière il s’agit d’un silencieux (récompense de mission par Freakshow). Je le teste sur mon berreta et bingo  Je ne sais pas si c’est la pression ou le stress mais j’ai comme l’impression que la niña est inconsciente. Je vais devoir la portée jusqu’à la jeep. Lorsque Lucrece a fini je pose ma main sur son épaule en souriant franchement.

- « Bien jouée Lucrèce je suis fière de toi maintenant on se casse direction Essex. »

Je me relève et prends Gwen dans mes bras. Impossible de partir par la porte ou les fenêtres. Il doit bien y avoir une autre issue. Je me dirige vers le fond de la salle. Probablement par là. Mais rien. Je commence à longer les murs pour tenter de dénicher cette puta de porte. Mais il faut revenir dans l’autre pièce, le magasin à proprement parler la ou les hijos de la muerté commence a s’engouffrer lentement. Je me retourne vers Lucrece et lui indique la porte de secours Ce genre de porte est toujours fermée et impossible à ouvrir si on n’est pas dans le magasin. En général elles sont même surveillée par camera de sécurité mais on s’en fou aujourd’hui. Lentement et silencieusement je m’avance vers la porte arrière du magasin Gwen dans mes bras, Lucrèce sur mes talons. Je soupire de bonheur en voyant qu’aucune chaine n’entrave la barre d’ouverture. Appuyant dessus j’ouvre la porte et regarde rapidement dehors. Personne. Les hijos de la muerte sont en train de s’agglutiner sur les autres entrées. J’en profite et fonce dehors vers ma jeep. J’y installe Gwen et fait signe a Lucrece de monter puis je démarre. Je fonce direction Essex Gwen a besoin de soin plus sérieux et d’un lieu de convalescence quand a Lucrèce un peu de surveillance et de contrôle de sa dépendance ne lui ferait pas de mal.

Récompense de mission par Freakshow:
 
Achat à la boutique NON récompense:
 
Equipement:
 

FIN du game pour moi
Alicia Dosantos
Messages : 500
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017
Contenu sponsorisé
[TERMINE] Pour une poignée de granules - 25 décembre 2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Faire sa lessive soi-même
» Homéopathie pour bébé
» Lien pour commander des granules homéo sans lactose
» Projet mini-bibliothèque en centre de loisirs pour enfants
» Cherche lieu pour mariage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington :: Quartier est :: Centre médical UVM-
Sauter vers: