Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil) Mer 5 Déc - 5:30
Charlie Murphy
Expédition de reconnaissance
Je me déplace comme un loup dans une cage, incertain de mon prochain pas. Je n’ai qu’une envie c’est de prendre la porte et de partir loin d’ici. Je me sens mal, guère à l’aise et surtout nauséabond. Emmenez-moi une bande de charognard à décimer silencieusement, ramener des victuailles ou autres nécessité ou bien explorer une nouvelle portion des alentours et je serais comme un poisson dans l’eau. Mais à cet instant, jouer les professeurs pour quelques personnes c’est au-delà de mes forces. J’ai accepté pour me prouver que je peux essayer d’évoluer dans une société ou bien des gens me considèrent comme un monstre, une anomalie de la nature. Aussi car j’ai promis à Téofil que je le ferais pour aider certain membres de son groupe à survire en société. Mais c’était surtout pour passer un peu de temps avec Leïa. Ces derniers temps je fais tout pour être avec celle que je nomme sourire. Pour la faire rire, j’adore son sourire, et qu’on puisse parler de tout et de rien. Je me sens bien avec. Mais à chaque moment que je suis en ces lieux je combats le Chasseur qui ne rêve que dépouiller et faire des guirlandes de tripes des us qui m’ont battu et menacer de violer mes deux anges. Merde de hell qu’ils me regardent de haut et si j’étais sûr que mes rares amis ne seraient pas en danger à cause de mes actions, je les ferais disparaître de la terre. De nouveau je jette un coup d’œil discret par l’embrasse de la porte pour vérifier si les gens n’ont pas décidé de partir et de me libérer du stress. Mais non ils sont tous là. Sauf Leïa qui m’a dit ce matin qu’elle préférait rester avec Jessica car elle l’inquiétait. Elle est si gentille de s’occuper de ma sœur de cette façon. J’aimerais faire ma part. Tiens pourquoi pas l’emmener à la chasse? Jessica m’a avoué qu’elle adorait ça. On pourra même faire une grande fouille pour trouver des choses à remettre à Leïa.

Mon ouïe décèle quelques toux grasses et des murmures d’impatiences. Aussi le ton particulier du hockeyeur qui discute avec une autre personne. Un accent chaud et direct qui me sonne une cloche. Mais ce que j’ignore c’est qu’une invitée venait d’arriver pour me saluer. Alicia, la favorite du Chasseur qui sommeille en moi, est venue porter une Jamie rayonnante d’avoir passé une nuit avec son amant qui n’est autre que mon papy. Ce dernier n’a pu faire le trajet à cause de petits problèmes de disciplines dans la milice volontaire de son patelin. Et connaissant bien mon grand-père, je sais que les trouble-fêtes vont être remis à leurs place à la vitesse grand V. Tout comme moi elle devait être déçue des défenses pathétiques du Vieux Marché, de la fainéantise qui y régnait et de l’attitude nombrilisme de bien des survivants qui ne foutaient rien de leur journée. Je pris alors une grande respiration et roue comme une tomate sans un bruit et je me place devant le groupe qui n’a pas remarqué mon arrivée. Je me déplace en toute circonstance de manière silencieuse et discrète, un peu comme un esprit translucide. Comme un loup ou bien l’instinct de chasseur comme le dit Papy. Tête pivoter de honte des stigmates qui orne ma gueule de porte-bonheur, des papiers en mains car personnes ne connaît le langage des signes. À pas feutré, comme si je ne voulais pas le déranger, je dépose ma main sur l’épaule de mon ami pour attirer son attention. Quand il se retourne en sursaut, je me décale pour m’épargner un coup reflexe. J’ai reçu quelques coups de couteaux et même essuyer un coup de feu de survivants angoisser que je ne voulais qu’aider. Et avec ma gueule de bougie cramée je peux passer facilement pour un charognard. Timidement je signe le mot « désolé » et je lui tends mon calepin ou des notes surmonter de chiffres figures. Je lui demande de lire le numéro 1 et c’est là que je vois Alicia. Voir un visage que j’aime et que je respect me soulage et je m’avance pour l’enlacer. Elle peut voir mon bonheur et mon soulagement de la voir ici. Mais dans mon regard d'azur troublant scintille d'une peur viscérale d'être devant tous ces gens qu'elle doit voir sans peine. Mais j’arrête mon geste car je ne veux pas la dégouter ni la révulser comme Jessica. Baissant les yeux je regarde la pointe de mes bottes de chasses en attendant d’avoir le calepin pour la saluer. Quand la voix de mon ami s’élève, je vide mon sac à dos de manière méthodique et dispose le tout dans un ordre précis. Je vois bien des gens se demander ce que je fais avec du charbon, des sacs de plastiques et des bouteilles d’eau vide.

Note : Bonjour à vous tous. Téofil m’a parlé de votre avis de savoir vous débrouiller seul à l’extérieur. Je peux vous expliquer quelques petits trucs, mais en premier nous devons regarder ce que vous emmenez. Car l’équipement superflu peut vous ralentir et causer votre perte en survie. Aussi si vous découvrez des objets que vous désirez ramener et que votre sac à dos est plein, vous allez le regretter. Je vais ouvrir mon sac à dos pour vous montrer ce que j’ai.



INVENTAIRE:
 

Trouvailles:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 439
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil) Jeu 6 Déc - 9:05
Teofil Piotrowski
Chaque personne a un talent, ou plusieurs. Tout le monde est capable de prouesse ou d’acte grandiose, de dépassement de soi. Le tout est de parvenir à trouver l’étincelle d’énergie, de motivation, de force, qu’il faut pour se dépasser. Le polonais bien qu’étant designer par les autres comme l’un des chefs de la communauté ne se considérait pas comme tel mais plus comme un moteur de motivation pour les autre. Enfin il essayait. Convaincre Charlie de partager ces connaissance, de faire de lui un pivot du vieux marcher en lui faisant donner des cours avait été un travail de longue haleine. Le muet étant buté quand il s’agit de se rabaisser. Mais Teofil comprenait cela même si il ne lui avait rien dit et que actuellement seul Jamie le savait, avoir eu une attirance pour un homme quand on est polonais, vivant dans une famille et un milieu très catholique ce n’est pas toujours simple et facile. Etre rabroué pour un aspect physique, un handicap, il ne connaissait pas il ne pouvait pas comprendre cela. Mais il pouvait comprendre l’attitude de Charlie vis-à-vis des autres au vu de ce qu’il avait lui-même connu au collège. Ceci dit le catamounts avait réussi à motivé le grand bruler en lui disant que lui-même ferai partie des élève et qu’il était certain que Leia, même si elle lui faisait peur, accepterai de servir d’intermédiaire et de recadrage pour les plus imbéciles de ses élèves. Pour le premier cours Teofil n’avais pas pu recruter beaucoup de monde. Aussi avait-il choisis des personnes de confiance et leur avait-il expliqué la situation donnant même des exemples avec ce que Charlie lui avait montré au préalable. Il n’était pas très nombreux, parmi les présents se trouvait Annie, une mère de deux enfants d’environ 45ans. Une femme volontaire avec qui le polonais s’entendait très bien. Deux de ses ex coéquipier, David et Myka.

Il discutait avec eux lorsque Charlie arriva notant sa présence en lui mettant la main sur l’épaule. Le catamounts sursauta presque n’ayant pas entendu Charlie. Pas plus qu’il n’avait entendu Leia râler contre lui. Bien que la veille il avait réussis à désamorcer complètement la situation entre elle et lui. Mais il lui avait appris une mauvaise nouvelle. Il imagina aisément la raison de l’absence de la brune. Charlie lui tendit un mot qu’il lut. La nervosité et le stress se lisait dans le regard de son professeur du jour. Teofil lui sourit et l’emmena un peu a part.


Teofil : - « Salut Charlie. Ne t’excuse pas. Bon je voie que tu n’es pas super à l’aise et qu’en plus Leia n’est pas là. Mais vu la discussion que nous avons eue elle et moi hier je peux la comprendre. Je vais tenter de t’aider. Pour ce faire, j’ai sélectionné les plus à même de t’écouter et les moins récalcitrants. Annie que tu as surement déjà du croisé à la cafétéria. Son fils à la jambe brûlé aussi. Et puis elle est du genre à vouloir aider à tout je pense que sa pourra te faire un bonne alliée en plus. Et les deux costauds derrières sont Myka et David deux ex coéquipier qui partent souvent en mission de récupération comme toi mais veulent se perfectionner. Alors je sais que Myka est un peu rude et brusque mais quand je lui ai parlé de tes prouesse il a été volontaire le premier. Même si il est comme saint thomas et demande à voir. Mais là je pense que tu vas le scotcher. En plus si t’as besoin d’un ‘’tank’’ il était défenseur dans l’équipe. Allez rassure toi ça va bien se passer. Et puis je suis là aussi pour t’aider. »

Il retourna avec les autres mais resta près de Charlie. Etant élève il préférait se mettre face au prof. Charlie lui tendit alors un premier papier à lire aux autres ce qu’il fit pendant que le muet vidait son sac sur la table. Rapidement Alors que les objets se dépose méthodiquement sur le petite table, Le catamounts entendit Myka dire a David qu’il ne voyait pas l’intérêt des sac plastique bouteille plastique vide et charbon.

Teofil : - « Ca mon vieux c’est pour faire des filtre a eau potable si j’ai bien retenu ma leçon de l’autre fois et pas que. Tu vas voir c’est génial. »

Il revient au court et se lança à son tour prenant son sac dont il sortit une bouteille d’eau pleine, le cutter que Charlie lui avait offert et un sachet comme Charlie mais avec de quoi manger dedans. Khan l’attrapa d’ailleurs et s’enfuit avec sous l’hilarité des autres. Nul besoin de sentir quand on voie la nourriture sous son nez.

Teofil : - « Khan espèce de … revient ici. »

Téofil partit comme une flèche a la poursuite de son chien. Et revient quelques minutes plus tard avec l’animal et le sachet détruit le husky se léchant les babines. Le morceau de bœuf séché dans les provisions avait disparu. Bien qu’il eut déjà enguirlandé son chien, Teofil se rassis et d’une voie ferme, sèche, et sûr de lui il intima l’ordre au husky de se coucher. Il s’y reprit à deux fois mais au final l’animal se coucha a ses pied laissant échapper un petit grondement comme si il râlait mais obéissait. Il remarqua alors une dame typée hispanique un bandeau sur l’œil et le visage bruler qui était la et les observait. Elle avait plutôt l’air intimidante par les armes qu’elle portait sur elle et sa tenue noire. Pour peu, il l’aurait prise pour une ex agent du SWAT, ou une membre d’une milice privée. Charlie, a son regard semblait rassurer de la voir. Teofil se relava et l’invita a se joindre a eux et lui tendit la main en se presentant.

Teofil : - « Bonjour madame. Je suis Teofil Piotrowski. Vous êtes une amie de Charlie ? Je ne vous ai jamais vue ici. »

Equipement:
 
avatar
Messages : 259
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil) Ven 7 Déc - 12:02
Alicia Dosantos
Don est venu me trouver ce matin en me demandant un service. En effet, un souci avec la milice était survenu, une brèche ou quelque chose du genre. Il devait ramener sa chica dans sa communauté. Mais du fait de cette occupation, il m’a demandé de lui rendre ce service. J’ai accepté. De toute façon, je n’ai rien à faire pour le moment. Je suis donc passé la prendre en voiture chez lui après mon café. Je l’attends quelque instant. Je sais qu’il a une chica plus jeune que moi. Mais je ne sais pas à quoi elle ressemble. Ou si de loin je ne l’ai vue que deux ou trois fois mais sans plus. La seule chose que je sache c’est qu’il me semble qu’elle est du même âge que Charlie ou un peu plus jeune. J’attends donc dans la jeep en face de chez Don que la chica me rejoigne. Ce n’est pas vraiment long en fait. Et j’observe la donzelle. C’est une très jolie blonde. Je siffle dans la jeep alors qu’elle ferme la porte de chez Don. La jeep étant fermée elle ne peut pas vraiment m’entendre. Le vieux saligaud ne choisis pas la plus moche. Caramba. Je la laisse monté dans le véhicule un large sourire foireux sur le visage. Sacré Don. Je la salue et me présente avant de démarrer. Je la laisse me guidé vers cette communauté que je ne connais pas. Le voyage est relativement calme et lorsqu’elle m’indique qu’on est arrivé j’observe le lieu. Si je n’étais pas borne j’en perdrais un œil. Comment ils ont fait pour survivre dans un tel truc c’est un cercueil ce truc. J’ai envie de lui demander si elle ne veut pas s’installer maintenant chez le vétéran parce que là c’est un vrai nid a merde ce truc. Mais je me tais et l’accompagne laissant ma jeep dans un lieu plutôt sur me dit-elle. Je la sui mais avant je vérifie que mes arme sont chargée parce que dans ce trou… J’ai l’impression d’entrer dans une favela.

Le petit groupe à l’entrer qui doit servir de garde ne nous remarque que lorsqu’on est à moins de 10m d’eux. J’hallucine et serre la mâchoire quand je sens l’odeur de cannabis qui provient d’eux. Une réflexion machiste, et déplacée viens du groupe alors je me rapproche de la chica du vieux briscard Je n’ai pas la prestance intimidante de l’ex sergento instructeur. Mais par contre je suis plus physique. De part mon expérience de policière narco et mon entrainement physique. En deux temps je suis sur le mec un coup de pied dans l’intérieur du genou le fait tomber à genou au sol et mon pistolet se retrouve sur l’arrière de son crane pour empêcher els autre de bouger et lui de faire ou redire une connerie.


- « Vas falloir que toi et tes potes vous appreniez a tenir vos langue devant moi, Gringos. Maintenant vous allez faire de jolie excuse a la chica »
- Ouais, on s’excuse. Pardon Jamie.

Je me retoune vers elle un petit sourire en coin

- « Tu veux quelque chose en particulier Chica ? Je suis sur qu’il serait ravis de te l’offrir. Tu pourrais meme leur demander de ramper nu dans la mierda il le ferai de bon cœur. Pas vrai vous autre ? »

Ai-je rajouté un armant mon flingue. Ils répondent oui en cœur. Les hommes sont tous les même. Quand ils ne savent pas se tenir ce ne sont que des agneaux travestis en loups. Une fois recadrer leur nature de moutons rejaillit.

Je la suis à l’intérieur après avoir ranger mon arme. Je suis curieuse de voir cette communauté de mouton justement. Je flâne un moment en étant le centre d’intérêt de certain. En même temps je suis en tenue de guerilleros. Lorsque j’aperçois un petit groupe affairé avec Charlie. Je m’approche pour voir débouler un des membres partir comme une flèche a la poursuite d’un perro du grand nord qui a dans la gueule un sac de plastique. Je m’approche et vois que le muet m’a reconnu il semble vouloir venir me dire bonjour mais se ravie. Puta chico ta timidité fout la toi au cul tu me connais mierda. Je m’avance vers lui et l’attrape dans mes bras avant de passer mon bras gauche autour de son coup et de lui ébouriffer les cheveux de ma main droite et de la relâcher ensuite fier de ma bêtise. Je lui souris amuser et lui met une claque dans le dos.


- « Hola Chico va pas nous faire une attaque parce que je te dis bonjour. Tu permets que je reste un peu ? Tu m’intéresse là »

Le gringo blond reviens avec son chien qui se lèche les babines et un sachet en piteux état. Il fait mettre au coucher son perro. Il sait y faire le chien lui obéit assez vite pour un chien de ce genre. Il se relève et vient me voir et se présente. Caramba il est grand et baraqué. Et mignon pour ajouter au personnage.

- « Encantada Gringo. Dosantos Alicia. Si un amiga. Je le connais lui et son grand père. »

Jet de dés:
 

Inventaire:
 
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 11/06/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
80/100  (80/100)
Inventaire:
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil) Dim 9 Déc - 16:13
Charlie Murphy
Expédition de reconnaissance
Je suis totalement méduser par la réaction d’Alicia. Elle est tellement intimidante, tellement comme papy à un certain point, que je ne voulais pas faire un faux geste. Mais quand elle me serrer dans les bras et ensuite m’ébouriffe les cheveux comme un sale gamin ça me fait tout drôle. Car personne n’a jamais fait un tel geste de camaraderie à part mon grand-père. Je rougis comme une tomate et je rigole un peu en la saluant de nouveau un peu perdu en me plaçant ma tuque de chasse et camouflant du mieux que je peux ma laideur. Je suis heureux que Téofil ait voulu me rassurer avec les gens qui veulent apprendre à survivre, mais de nouveau je ne me sens guère à ma place. Ici avec les gens. En venant les rejoindre j’avais écho des commentaires, des rires et des regards dégouter. Et comble de malheur Leïa n’est pas là. Je vais surement laisser tomber après le premier cours. Qui veut d’un con congénital, un monstre de foire qui ne sait pas parler comme prof? Ce qui me fait un peu plus mal alors que je me place derrière la table pour commencer à ranger mon équipement c’est le regard appréciateur que jettent les gens envers mon ami. Il a tout pour lui. Jamais une femme ne saura me regarder de cette façon. De me trouver séduisant et tout ça. Je baisse la tête et j’entends alors murmurer un des amis musclés et sportifs de Téofil qu’il ne comprend pas le violon. Je me redresse avec célérité, démontrant d’un coup doublé mon agilité et surtout ma perception qui semble accrue. À voir le regard de l’homme il devait avoir pensé faire sa remarque en catimini. J’écris alors une note de ma calligraphie soignée et je la  tends à Téofil alors qu’il finit les présentations avec la favorite du Chasseur. Quand la voix si masculine et virile de mon ami s’élève, merde de hell que j’aimerais avoir le privilège de parler un jour, je prends le noble instrument entre mes mains.

Charlie- Téofil a raison. C’est pour démarrer un feu facilement le charbon, faire un filtre à eau et même d’un crayon grossier en cas de problème. Les sac sont imperméables et ont une multitude de propriétés au même titre que les bouteilles vides.  Ce violon est ma voix, un outil de survie que bien des gens sous-estiment. En premier c’est un élément pour attirer des charognards dans un piège ou bien libérer la voie. Ensuite avec les cordes d’extra je faire des collets, avoir une corde solide de secours ou bien un garrot. L’instrument peut me servir en dernier recours comme une arme, une source de bois de secours. Mais ce fut le legs de ma grand-mère donc je vais essayer d’éviter. Mais en survie on doit être imaginatif et toujours découvrir les autres facettes d’un objet et non juste son utilité d’origine.

Partition jouer par Charlie:
 

Avoir l’instrument en main me fait toujours rêver et sans savoir pourquoi je le coince sous ma joue portant les stigmates de brulures. Je porte l’archet aux cordes et je laisse le don qui est mien s’élever doucement. Une partie de mon âme est un musicien, un artiste. Je laisse l’instrument remplacer ma voix disparut à la naissance.  Des notes magnifiques s’élève et sont en symbiose avec les battements s de mon cœur. Une mélodie entrainante, charmante et qui ressemble à un ballet aérien vient caresser l’ouïes des quelques personnes présentes. Pendant la composition j’oublie ce monde infernale, de préjugée et de douleur qui est mon pain quotidien. De ma solitude et de mon désespoir d’être enfin aimer et de connaître le contact d’une femme.  Et alors la musique se laisse mourir dans les dernières notes et j’ouvre les yeux. Les gens me regardent avec des yeux gros comme des billes. Ça me gêne et je baisse le regard de honte. Alicia à déjà vu les honneurs de virtuoses que Papy gardent précieusement chez lui. Des articles qu’on me surnommait déjà la prochaine révélation en matière de violoniste. De la fierté de mes parents. Et tout à basculer à cause d’un ivrogne au volant. Les rêves d’une vie devenue des cendres d’un incendie sauvage. J’écris alors une note et je la tends à mon ami.

Charlie- Désolé dès que j’ai l’instrument en main je dois en jouer. Ça me rappelle que j’ai déjà été humain autrefois.

Je vérifie alors les sacs à dos des gens et je demande alors à un des amis de Téofil d’enlever son long manteau. Celui-ci me regarde bizarrement.

Myka- Pourquoi au juste? Ça me donne un air de dur à cuir.

J’écris de nouveau une note et je lui donne. Son ami demande de lire à voix haute.

Myka- C’est simple car des vêtements amples donnent un avantage aux charognards. Ils vont s’agripper et se laisser tomber au sol dans l’espoir de te faire tomber. Tu es mieux d’avoir un manteau court et de privilège les poches plus petites, mais plus nombreuses et surtout facile d’accès. Comme Alicia ses armes et son équipement sont accessibles et surtout ne s’entrechoquent pas. En plus ses vêtements offrent une bonne liberté de mouvement.

Alors l’homme massif enlève son vêtement encombrant et mets un manteau. Je vois qu’il possède une arme de corps à corps à la différence de la dame et de l’autre homme. Je fouille rapidement la pièce qui semble vide aux yeux des gens et je reviens avec un bottin de téléphone et du ruban de construction gris. J’écris alors une autre note que je tends à Téofil.

Charlie- Téofil a un manteau qui lui sert de protection et pas toi. Prend ce bottin, coupe le en deux et fais toi des protections d’avant-bras. On a toujours tendance à planter son bras dans la gueule d’un animal à la place de son cou en dernier recours. Comme ça tu vas gagner des précieuses secondes pour déloger le charognard et l’achever. Qui sait, on va peut-être te trouver un truc de protection. Pour les armes à feu en dernier recours. Si vous n’avez pas d’armes de corps à corps, juste en emprunter une.

Alors j’étale une carte des environ sur la table et les gens peuvent voir plusieurs annotations. Le nombre de zombies et leurs déplacements, les maisons fouillés, des emplacements de personnes hostiles et même des chiffres hachurés pour spécifier que leurs nombres descendent doucement. Mes observations et je pointe alors un secteur tout près. Un garage, un traiteur et des maisons sont annotés à visiter par ma main.  De nouveau apparaît tout près de mon ami.

Charlie- Je vous propose cet endroit. Un traiteur où des conserves peuvent se trouver, des maisons pour trouver des choses qui peuvent servir et un garage pour les pièces et si la chance nous sourit de l’essence.



INVENTAIRE:
 

Trouvailles:
 


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 439
Date d'inscription : 30/05/2018
Crédit Avatar : Desdemoniak

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
90/100  (90/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil) Hier à 19:37
Teofil Piotrowski
L’hispanique lui serra la main, et bien que Teofil eu une certaine force dans la main, il reconnut tout de suite que la dame en avait autant si pas plus que lui. Elle était intimidante par sa tenue, ses armes, sa façon de vous sonder de son œil unique. Une question lui brulait les lèvres : « qui était-elle et surtout que venait-elle faire ici ? Mais le catamounts se retint. Il se contenta de lui sourire poliment et au vu de son comportement vis-à-vis de Charlie, l’invita d’un geste de la main à les rejoindre. En revanche Khan la sonda restant en retrait la tête haute, les babines tremblantes près à montrer les crocs. Le catamounts tenta de lui faire signe de se taire. Mais le husky gronda plus fort avant de se recoucher, lorsque son maitre repris la parole

Teofil : - « Enchanté Alicia. Content de voir des amis de Charlie autre que Jamie, Leia ou Jessica. »

Même si le polonais imaginait bien que le muet n’avait rien de plus qu’une amitié pour l’hispanique, Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais se retint à la dernière seconde. Mais garda un petit sourire amusé sur le visage. Il venait de citer trois femme pour amie de Charlie, et en découvrait une quatrième. Visiblement cela n’avait pas échappé à Annie qui sourit a Charlie l’air de dire ‘’quel tombeur’’. Teofil rejoignit les autres alors que le muet lui tendait une nouvelle note que le catamounts s’empressa de lire. Avant que Charlie ne se mette a jouer du violon. Le premier sous le charme des notes fut Mika. L’ex défenseur de hockey était bassiste amateur et savait reconnaitre els virtuose. Khan releva la tete vers Charlie les oreilles dressées attentif. Une fois que le grand bruler eut finit tous applaudirent sans exception. Le polonais en avait presque oublié la nouvelle venue. Mais ce fut Annie qui prit la parole

Annie : - « Félicitation, Charlie ne relâche jamais ton talent. Mon mari aurait adoré lui qui travaillait comme professeur de piano au conservatoire t’aurais probablement plus.
David : - « Wouaw alors c’est toi qui joue du violon comme ça de temps en temps dans le batiment. Merde c’est balèze. Bravo. »
Mika : - « Suis bluffer mec. Si on trouve une basse on se fait une jam session tous les deux. »

Le catamounts sourit et posa la main sur l’épaule de Charlie. Le regard dans le sien un petit sourire sur le visage

Teofil : - « S’était magnifique Charlie. Mais arrête de t’excuser on en a pas l’air mais on a dore la musique tous les quatre. Aller détend toi »

Il lut l’autre partie du mot et observa la suite. Mais il ne put s’empêcher de glousser à la réplique de Mika. David et Annie en rajouter une couche en riant un peu aussi. Puis Mika lu le nouveau message de Charlie. Il marqua un temps d’arrête avant de sourire et de retirer le trench lourd et massif qu’il avait. Puis il enfila sa veste de l’équipe de hockey. Il fit quelque mouvement de bras et sans rien dire sourit à Charlie car il était en effet plus mobile avec. Mais maintenant la hache qu’il s’était accaparée est visible à sa ceinture. Elle y tien avec un anneau en fait grossièrement au moyen d’un collier colçon.
Charlie attrape un vieux bottin et le tend à David pour qu’il s’en fasse des protections de bras. Il obtempère rapidement avec l’aide du polonais et se confectionne des protections d’avant-bras peux confortable mais efficace. Le catamounts va même jusqu’à user plus de scotch que prévu pour bien entourer le bottin et parfaire la protection. Annie qui a compris ou voulait en venir Charlie retire la veste de jeans qu’elle portait, ainsi que son pull et lui dévoile alors son petit secret de sécurité : une protection de motocross. Elle sourit fière d’elle d’avoir pu masquer sa protection et passé pour un peu plus massive qu’elle ne l’était normalement.


Annie : - « Ça c’est bon ?

Teofil pris son pied de biche et le tendit à David qui le remercia. Annie en revanche resta sans arme pour le moment. Le muet déplia alors une carte et indiqua par un mot qu’il lut à haute voix les idées de visite future. Il acquiesça. Khan en fit de même d’un aboiement clair. Le chien voulait se dégourdir les pattes.



Jet de dés:
 
Equipement:
 
avatar
Messages : 259
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil)
Contenu sponsorisé
Expédition de reconnaissance (17 novembre avec Alicia et Téofil)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La Fête du Boeuf - Païta -15ème édition
» Cursus pour travailler dans l'édition
» [résolu] Problème de format d'images avec l'édition de la chronique familiale
» reedition livre - Le quotidien avec mon enfant
» Que faire avec des coings ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Burlington-
Sauter vers: