Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Visite dominicale (entrainement intimidation avec Ours polonais) Sam 8 Déc - 7:06
John Murphy
Visite dominicale
“ Entrainement intimidation avec Ours polonais”
Il faut pas me faire chier avant mon café
Pour la première fois depuis le début de ce bordel qui le faisait chier comme ce n’était pas possible, John avait préparé un café pour l’aider à rester debout. Chaque jour la vieille camionnette sortait de l’enceinte fortifiée d’Essex pour permettre au vieil homme taciturne de retourner chaque pierre pour retrouver des survivants. Chaque soir il revenait avec des civils qui s’étaient chié dessus, des vivres ou bien les mains vides. La colère et la rage augmentait considérablement dans son corps chétif, transformant l’Irlandais en un grognon de catégorie A.  Dos appuyé au mur, il savoura la première gorgée en fermant ses yeux. Le breuvage commençait à se rependre dans la bouche du mort en sursis lorsque des éclats de voix se firent entendre. Le vieux briscard n'avait rien à secouer des chicanes de voisinages, mais il fut surpris et il recracha un peu de café sur le sol. Et perdre du café, de l’alcool ou bien des clopes mettait dans une rogne pas possible le vétéran décoré de la plus haute distinction des États-Unis. Sortant sur son porche, tout près du seul drapeau américain qui flottait fièrement dans tout Essex, John laissa son regard d’acier bleuté colérique et intimidant analyser la scène.

Le shérif regardait six hommes et une douzaine de miliciens de la ville se tenir en joue. Comme deux gangs de rues qui se regardent en chiens de faïences.  Son petit-fils venait de surgir derrière le groupe inférieur en membres et faisaient des signes frénétiques vers le patriarche Murphy. Calmement il put une nouvelle gorgée de café et déposa avec précaution la tasse fumante sur la rambarde. Toussant un peu pour décrasser sa gorge, le vieil homme descendit les quelques marches pour rejoindre son gazon recouvert d’un fin frimas. John le tondait religieusement et tout était fin prêt pour l’hiver qui s’annonçait. Il ferma alors ses poings de rage et il regarda de manière intimidante l’homme en surpoids avec l’insigne de shérif qui avait les pieds sur la verdure. Quand celui-ci se rendit compte du regard meurtrier du vétéran, John grogna un peu pour faire bonne mesure et fit un geste de la tête pour qu’il décampe de sa propriété. Quand le shérif eut fait le pas de placement salvateur, le vieux soldat s’avança sans peur dans la ligne de mire des belligérants.

Un sang-froid exceptionnel ou bien une absence de la mort, nul ne le savait le  pourquoi de cette attitude qui pourrait passer pour suicidaire. La démarche droite et fière trahissait l’ancien soldat qui avait été autrefois le vieux Murphy. Un air intransigeant posé sur les traits de ce visage de pierre ciselé par l’âge et les dures épreuves, le regard d’acier bleuté autant glaciale que le cercle polaire, les dents serré à s’en faire péter l’émail dessus, le vieux briscard regardait à tour de rôle chaque personne. Plusieurs baissèrent la tête devant cet homme doté d’une aura si intimidante et d’une fureur à peine contenu. La voix autoritaire, sèche et direct du vieil Irlandais claqua comme un fouet. Vous foutez quoi au juste? Celui qui a la plus grosse? Une autorité naturelle et un respect fit figer les miliciens et  les survivants accompagnants Charlie qui regardaient le vétéran qui semblait être aussi calme que l’œil de la tornade. Vous allez tous descendre vos putains de flingues! On est tous dans la merde juste au cou et au lieu de flinguer les infectés de mes deux dehors, vous allez gaspiller du plomb pour vous allumer mutuellement ? Un homme de la milice essaya de dire que les militaires devaient être désarmés. John s’avança à grand pas comme un sergent-instructeur et lui gueula à quelques centimètres du visage.  TU ES CON OU TA MÈRE T’A BERCER TROP PRÈS DU MUR GAMIN? ILS SONT AVEC MON PETIT-FILS ET DONC ILS SONT ENCORE PLUS CLEAN QU’UNE NONNE QUI VIENT DE SORTIR DU COUVENT! OUVRE TES PUTAINS DE YEUX UN MURPHY CA SE REMARQUE! Le vétéran se fit violence pour se calmer. Ils sont là pour nous visiter et on leur impose des contraintes? Ils accompagnent Charlie, tu sais le type qui sort folâtrer avec les infectés pour nous ramener de la bonne viande de chevreuil et plein d’équipement. Si les pourris qui essaient de nous gober le cul défoncent la porte, on va avoir besoin de 6 paires de bras de plus! Réveille Einstein! Alors le regard glacial d’acier bleuté tomba sur un type baraqué avec un bâton d’hockey dans les mains. Un mince sourire s’étala sur les lippes exsangues du vétéran en tendant la main vers le joueur de hockey. Putain de bon dieu avec tous ses angelots en jupettes de satin! Teofil Piotrowski surnommer l’Ours polonais! Mon gamin m’a parlé d’un de ses amis joueur de hockey, mais je ne m’imaginais pas que c’était vous. Je suivais votre carrière avant que cette merde d’apocalypse décide de venir s’étendre sur nos têtes. Les gens semblaient se détendre et les miliciens rigolèrent un peu de voir l’un de leurs chefs se transformer en groupie. Les petits gars, bon travail et continuer à surveiller. Si vous avez un problème venez voir Papy et on va le régler. Déchiffrant sans peine les signes de son gamin John ajouta simplement. D’accord fiston. Va perdre dans les brumes ces enfoirés de bouffeurs de chairs qui commencent à s’approcher d’ici. Revient pour le souper d’accord? Et pas d’excuse foireuse que tu as dû éliminer des pillards qui foutaient la merde. Un lueur de fierté dans le regard, le vieil homme escorta le groupe du solide gaillard vers la maison qu’il avait construite de ses mains. Un bon café irlandais va vous réchauffer les gars.


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 294
Date d'inscription : 14/06/2018
Crédit Avatar : Elana

Feuille de personnage
Vie:
25/50  (25/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Sergent
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Visite dominicale (entrainement intimidation avec Ours polonais) Aujourd'hui à 12:45
Teofil Piotrowski
Après la sortie de la veille avec Charlie, le polonais avait décidé de rencontrer le grand père du muet. L’homme était selon son ami un fan de hockey, un vétéran du Vietnam, et un maitre d’homme. Tous les compliments de Charlie pour le vieil homme le faisaient sourire, car le muet ne tarissait pas d’éloges pour son grand père. Ce qui lui rappelait un peu lui-même à l’époque ou son propre grand père vivait toujours.
Jamie lui avait aussi parlé de cet homme. Elle semblait rougir en parlant de lui ce qui avait eu le don de surprendre l’Est-européen. Mais seul un petit sourire s’était échapper et était apparu sur son visage. Jamie parlait souvent de crée des liens avec d’autres communautés. Et il fallait bien reconnaitre qu’ils ne tiendraient pas longtemps comme ça. De plus Jamie mais aussi Charlie et d’autre du groupe lui avait bien fait comprendre que tenter un rapprochement avec Jéricho était une bonne idée. Mais les militaires et la garde risquaient de vouloir jouer les cowboys et de les enfermer sous couvert d’une protection. Et si une protection armée était une bonne chose se retrouver cloitrer pour els membre de la communauté étaient mal penser. C’est pour cela que sous l’avis général et un peu influencé par Jamie et Charlie il avait décidé de rejoindre Essex pour discuter avec un de ses représentants. Mais ne les connaissant pas, l’idée d’être introduit par un pilier de la communauté était une bonne idée, et pourquoi pas le fameux grand père de Charlie. Si bien Que lorsqu’e le jour se fit il embarqua ses affaire et Khan en direction d’Essex. Il était accompagné de Charlie et d’autre.

Le muet s’était montré un guide efficace et redoutable. Il leur avait permis d’échapper a plusieurs mordeurs et les avait conduit a l’entrée d’Essex sans la moindre encombre. Sauf qu’une fois sur place. Lui et les quelques membres du Vieux Marché furent stoppé net par la milice armée et impressionnante de la communauté fortifiée. Avec eut un homme qui visiblement devait être le responsable de la sécurité et qui faisait penser au shérif ou marshal des westerns. En y réfléchissant le polonais pouvait presque comparer le nouveau monde d’aujourd’hui a un Western.


Teofil : - « Euh doucement Messieurs. Je suis Teofil Piotrowsky. On vient de la petite enclave du Vieux Marché. On ne cherche pas les ennuis. On veut juste… Rencontrer du monde pour voir comment nous entre-aider avec l’hiver qui est a nos portes. »

Le polonais ne savait pas trop sur quel pied danser. Il n’avait en dehors de manifestation écologiste pour Greenpeace, jamais été confronté à ce type de personne. De plus aujourd’hui, la poudre était prompte à parler.
Heureusement son ami muet commença à faire de grand geste avant de signer très rapidement en direction de quelqu’un. Le catamounts tourna alors la tête pour remarquer un homme à la stature fébrile mais au regard et au maintien intimidant et autoritaire. Le genre de personne que l’on n’a pas envie de se mettre à dos. Si bien que dans le cas présent la stature ne faisait rien. Teofil eut un léger sourire crisper en repensant à ce que Charlie lui avait un jour indiqué : ’’(…)Il a un jour calmé deux banc de supporter qui se faisait front et s’apprêtait à se taper dessus, lors d’un match de hockey. Juste d’un simple regard pour certain de paroles pour les plus belliqueux.(…)’’. Maintenant le polonais en était certain Charlie n’avait certes pas mentis. Ce dont il n’avait pas douté, mais avait pris pour une mise sur pied distale de son grand-père.

Un sentiment soudain d’avoir fait une erreur le prit. Comme une crainte de cet homme qui faisait vaciller le responsable de sécurité et els milicien pourtant mieux armé et équiper que lui. Le tonnerre gronda a l’encontre de la milice. Un tonnerre qui portait un nom : Murphy, sergent instructeur-vétéran Murphy. Le catamounts en revanche ignorait son prénom mais pour le reste, il se sentait petit et intimidé. Un peu paniquer et surtout incertain, il suivit le vieil homme avec les autre vers la maison.


Teofil : - « Ah euh.. Oui merci monsieur. Désolé de vous déranger. Téofil Piotrowski. Votre petit fils m’a parler de vous énormément même il ne taris pas d’éloge a votre sujet »

Teofil transpirait presque l’intimidation et la non certitude. Ce qui tranchait avec l’ours qu’il était sur la glace a l’époque. Mais en même temps s’était la première fois qu’il se retrouvait face a un tel homme. Le seul qui ne semblait pas craindre le vieil irlandais et se montrait peut etre aussi intimidant que le veteran était Khan. Et Teofil avait du mal a le garder tranquille en laisse. Tend l’animal se montrait sur la défensive

Equipement:
 
avatar
Messages : 259
Date d'inscription : 24/07/2018
Crédit Avatar : Qui a fait ton avatar?

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
100/100  (100/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Visite dominicale (entrainement intimidation avec Ours polonais)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Visite du propriétaire avec agent immobilier
» apprendre le polonais
» Ma première visite au Tribunal de la Jeunesse
» Visite de Londres (vidéo)
» Murzynek- la recette polonais de gâteau au chocolat.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Zone de conflit (RP) :: Les villes alentours :: Essex-
Sauter vers: