Agonie
Bienvenue sur Agonie !

Voici les liens utiles pour te connecter et t'enregistrer.
Il est également recommandé de lire le Guide du survivant.

Bonne visite et à bientôt!


ChatboxAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
MessageSujet: Présentation de Takeshi Kuribayashi Mer 30 Mai - 16:47
takeshi kuribayashi

Kuribayashi Takeshi

16

Japonaise

Lycéen

Surivants du Vieux Marché

Kamiki Ryunosuke

Contrairement à ce qu'on pourrait attendre, l'histoire de Takeshi Kuribayashi commence bien avant sa naissance, car son existence est issue de la rencontre entre deux mondes que tout oppose et qu'on aurait jamais cru voir un jour.

D'origine Japonaise, le père de Jian s'appelle Kuribayashi Noritoshi et est issu d'une longue lignée de solats (son grand père est d'ailleurs un grand héros de la deuxième guerre mondiale). Les Kuribayashi mettent l'honneur avant tout et Noritoshi était destiné à embrasser lui aussi la carrière militaire si ce n'avait été pour son amour des arts martiaux. Ayant commencé très jeune, il était déjà ceinture noire de Karaté et de judo à 20 ans (et pratiquait aussi le Jujitsu, l'Aïkido et le Kenjutsu). Il sut alors convaincre ses parents de le laisser poursuivre une carrière d'artiste martial, chose qui le passionnait plus que tout. Une fois qu'il eu maîtrisé les arts martiaux Japonais, Noritoshi alors âgé de 27 ans commença un tour du monde afin d'apprendre autre chose. Il passa 8 ans en Corée pour apprendre le Taekwondo (afin de s'en aider pour créer une technique de combat ultime) et il se rendit ensuite en Chine pour y apprendre le Kung-Fu traditionnel. Il y passa quelques années et monta son propre dojo d'arts-martiaux étrangers. Un jour, on vint le trouver pour lui faire une proposition assez singulière : s'il acceptait de former les triades locales aux techniques étrangères, il aurait accès au meilleur maître de Kung-Fu de Hong-Kong. D'abord réticent, Noritoshi se laissa emporter par son envie et accepta le deal.

De son côté, Wei Ru est née à Hong-Kong et y a toujours vécu. Elle fait partie d'une famille très spéciale, en fait une des plus importantes de la ville puisqu'elle est la fille cadette d'uns des barons des Sun On Yee, les triades Hong-Kongaises. La jeune fille a donc grandi avec une cuillère en argent dans la bouche et contrairement à ses frères impliqués dans le "business familial" dès leur plus jeune âge, Ru a toujours été tenue à l'écart des triades et cela lui a toujours très bien convenu. Par conséquent, elle n'a jamais regardé les affaires de sa famille d'un très bon œil (quand bien même elle n'a jamais osé les renier). C'est complètement par hasard qu'elle rencontrera l'homme qui serait le futur père de son fils : un associé des tirades, formateur en arts-martiaux, un Japonais. L'homme était très élégant et à mille lieux des machos qu'elle avait l'habitude de côtoyer. Elle fut donc séduite par cet homme de plusieurs années son aîné et ils sortirent ensemble discrètement pendant plus d'un an avant qu'elle ne se rende compte que ses cycles n'étaient plus réguliers...

Lorsque la Famille Wei se rendit compte de maternité de Ru, Noritoshi passa à deux doigts d'une mort lente et douloureuse et seule l'intervention de Ru le sauva. Puisqu’avoir un enfant non marié était inacceptable, Ru et Noritoshi se marièrent dans les jours qui suivirent et du coup, ils s'installèrent véritablement ensemble. La sauce prit et les triades acceptèrent le Japonais comme le mari de Ru. 7 mois plus tard, le bébé arriva à terme et prit le nom de Wei Jian (Ru n'avait pas prit le nom de son mari et les triades refusèrent de laisser un étranger nommer l'enfant). Cependant, secrètement, Noritoshi donna un nom Japonais à son fils : Takeshi Kuribayashi.

Le petit couple vécu heureux pendant trois ans en se tenant à distance raisonnable des triades et éleva leur fils avec beaucoup d'amour et d'affection, Jian ne manquait de rien. Mais bien vite les relations de couple se dégradèrent, les deux ne s'entendaient plus et n'étaient plus amoureux. D'un commun accord, ils prirent la décision de se séparer en 2005 mais une fois encore, c'était sans compter les triades qui estimaient avoir leur mot à dire dans l'histoire... Bien entendu, ils refusaient le divorce et alors qu'elle appris que des assassins avaient reçu pour mission de s'occuper de Noritoshi, Ru prévient immédiatement son ex-mari qui disparut du jour au lendemain, sans laisser d'adresse.

Jeune comme il était, Jian ne comprenait bien évidemment pas pourquoi papa disparaissait comme ça et il lui en voulut longtemps. De plus, l'absence de son père eu un effet plutôt indésirable sur la vie de famille des Wei parce qu'à partir du moment où le paternel n'était plus présent, le grand-père mafiosi s'incrusta de plus en plus dans l'éducation de son petit-fils. Ru voyait bien sûr où il voulait en venir et n'aimait pas trop ça mais elle n'osa jamais rien dire : son père était connu pour ne pas se laisser imposer des règles... Par qui que ce soit. C'est ainsi que dès ses 4 ans, le petit Jian commença à étudier le Kung-Fu et il découvrit au grand dam de sa mère qu'il en était fan. Son grand-père était fier de lui en revanche et le voyait déjà perpétuer la tradition familiale des Sun on Yee.

Pendant 3 ans donc, grand-papa éduqua son petit-fils pour en faire plus tard un vrai mafiosi : entre les cours de kung-fu, l'honneur du crime et tout le reste, le gamin n'avait pas 7 ans qu'il voulait déjà intégrer la "famille". Ru en était désolée mais le pire restait encore à venir car quand son père vint à décéder en 2008, c'est son frère aîné qui prit la tête des affaires familiales, un homme encore plus radical que son grand-père... L'embrigadement du jeune Jian se poursuivit donc de plus belle mais la casserole finit par déborder le jour où Ru appris que son grand frère avait emmené Jian s'amuser avec des armes à feu. Pour elle, famille ou pas, c'en était trop et elle recruta une véritable armée de détectives privés pour retrouver la trace de son ex-mari.

Au bout de trois mois, l'un d'entre eux localisa Noritoshi à Sao Paulo, au Brésil. Ru prit discrètement contact avec lui et lui expliqua la situation, insistant sur le fait qu'elle voulait que son fils grandisse à l'abri de l'influence néfaste des Sun on Yee. Noritoshi accepta sans hésiter et sous prétexte de recevoir une meilleure éducation, le jeune Jian fut envoyé dans un pensionnat en Suisse... Seulement pour être récupéré sur place par son père qui le ramena avec lui à Sao Paulo avec un faux passeport au nom de Takeshi Kuribayashi.

Cette transition fut très difficile pour Jian : habitué à vivre une vie de prince, à parler cantonnais et porter son nom Chinois, il devait maintenant vivre comme une personne commune, se faire à la culture d'un pays qu'il ne connaissait pas du tout, en portant son nom Japonais et en apprenant deux langues qu'il ne connaissait pas (Japonais à la maison avec son père, Portugais dans la vie courante). Il va sans dire que la transition ne se fit pas sans heurts mais Noritoshi à grands coups de torgnoles, réussi à passer les caprices de son fils ainsi que la mauvaise éducation des triades. Après cela, il entreprit de lui apprendre les valeurs de respect et d'honneur propres à sa famille à lui... Et là aussi il le fit par le biais des arts-martiaux qui passionnaient toujours autant Jian. Le jeune garçon s'entraîna dur et fit bien vite la fierté de son père qui lui avoua un jour qu'il n'était pas aussi fort que lui à son âge, faisant ainsi la fierté de son fils.

Il fallut bien un an au garçon pour s'habituer à la vie Sao Paulaise et maintenant c'était quand il revenait les étés à Hong-Kong qu'il se sentait presque comme un étranger. Malgré tout, il n'avait pas perdu son cantonnais et restait attaché à sa culture d'origine ce qui lui permit de donner le change pendant près de quatre ans. Pendant quatre ans, il s'était passé des choses à Hong-Kong : une guerre des gangs avait décimé la moitié de la famille Wei, son oncle avait été arrêté et sa mère s'était remariée avec un des hommes de main des Sun On Yee, un homme un peu bête mais pourtant doux et attentionné envers sa femme et son fils adoptif... Mais à sa grande incompréhension et malgré tous ses efforts, il ne réussit jamais à conquérir le cœur de Jian qui le détestait...

L’illusion réussi cependant à tenir longtemps et ce ne fut qu’en Juillet 2016 que les choses se surent. Jian ne sut jamais comment, mais du haut de ses 15 ans, il savait que cela n'augurait rien de bon. Sa mère le colla dans un avion pour Sao Paulo avec comme instruction d'aller s'enterrer loin, très loin pendant qu'elle essayait de réparer les pots cassés. Avant de mettre Jian dans l'avion, elle l'embrassa, lui disant de se rassurer, qu'il ne fallait pas rentrer en contact avec elle, qu'elle trouverait bien un moyen de les retrouver lui et son père une deuxième fois... Jian ne compris pas qu'elle lui mentait et, dupé, il se contenta de lui dire au revoir et non adieu...

Son père l'attendait à Sao Paulo, l'air grave. Ils ne repassèrent même pas par leur appartement et ils s'en allèrent directement en voiture. La route fut longue d'autant que pour brouiller les pistes, les Kuribayashi ne restaient jamais plus de deux jours au même endroit et changeaient tout le temps de moyens de transport. Finalement, ils y arrivèrent dans leur trou paumé : Nome, Alaska. Une petite bourgade de 3500 habitants uniquement accessible par l'air et totalement perdue dans le grand Nord-Américain.

Si l'arrivée à Sao Paulo avait été un choc pour Jian, l'arrivée à Nome était un véritable foudroiement. Passé la beauté des environs, rien n'incitait le citadin qu'il était à rester dans ce trou paumé pour les années à venir (d'autant que son père n'avait pas pris d'internet par sécurité... Dur !). Mais là encore, la méthode d'éducation de Noritoshi (taloches dans la tronche) eu tôt fait de passer les caprices de Jian qui commençait maintenant à avoir plus l'habitude de s'appeler Takeshi en fait.

Donc Takeshi dut supporter l'isolation totale pendant encore quelques temps et tous les jours il demandait à ses camarades de classe des nouvelles du monde extérieur. Comme tout le monde il eut vent des premiers cas de fièvre cannibale en Amérique mais rien de bien concret… Et d’un coup, d’un jour à l’autre alors que la situation paraissait complètement normale, Takeshi eu la mauvaise surprise de trouver chez lui deux pingouins Chinois en train de l’attendre, assis sur son canapé.
Le combat contre ls hommes de main fut rude, mais avec l’aide de son père qui rentra quelques minutes plus tard, le père et le fils parvinrent à envoyer ces gros bras dans ceux de morphée. Malgré la distance et malgré l’isolement, les triades avaient fini par le retrouver pour le ramener à son oncle et maintenant, ils allaient devoir fuir de nouveau.
Pour éviter d’éveiller les soupçons, les Kuribayashi louèrent un biplan pour se rendre à Anchorage et, de là, se lancèrent dans un Road trip direction New York City, avec pour ferme intention d’aller s’enterrer de nouveau en Afrique ou en Europe… Mais arrivés à Montréal, les mêmes hommes de mains qu’ils croyaient avoir semé à Nome surprirent le jeune Takeshi au détour d’une ruelle sombre profitant d’une seconde d’inattention pour l’enlever à la vigilance de son père et le charger à l’arrière d’un van blanc.
Son dernier souvenir ? Une seringue plantée dans son cou pour le sédater… Quand Takeshi se réveilla, il se trouvait à Burlington et l’apocalypse avait commencé sans même qu’il ne le sache…

D’ordinaire, Takeshi est un jeune homme très calme et même plutôt généreux. De nature également très respectueux et discipliné, c’est un garçon très sage qui n’aime pas laisser ses sentiments lui dicter sa conduite. Par conséquent, bien que cordial et d’une politesse maladive, il peut parfois paraître un peu froid et ce particulièrement aux yeux des occidentaux pour qui ses manières peuvent facilement paraître déplacées, voir même pompeuses (ce qui n’est pas difficile car même dans son pays, ses pratiques très maniérées ont tendance à étonner tellement elles sont marquées). Très attaché à l’étude du Bushido et des arts martiaux qui sont basiquement toute sa vie, il attache une immense importance à la notion d’honneur et sa brève carrière de pillard n’a été à ses yeux qu’un accident motivé par la nécessité de survivre dans un environnement hostile.
Dans le même temps, étant aussi jeune et avide de savoir, il a accepté de venir aux USA sans pratiquement rien connaître du pays si ce n’est qu’ils ont un jour lâché une bombe atomique sur sa ville natale. Ayant reçu une éducation très traditionnaliste et Nippone, il a été très peu exposé à l’occident dans sa jeunesse et est donc totalement perdu et déboussolé, ce qui n’aide pas à calmer son anxiété alors que l’apocalypse est en train d’envahir le monde (heureusement qu’il a son self-control !)
Vous l’aurez donc compris, un Japonais presque proche de la caricature tant son éducation traditionaliste et ses manières sont une part importante de sa personnalité. Mais pour ceux qui feront l’effort de mieux le connaître, ils découvriront un jeune garçon qui compense son manque d’expérience par un certain enthousiasme et une bonne volonté en toute circonstances.

- sac à dos basique
- 2 rations comestibles
- Un sac de couchage
- Un smartphone
- Nunchaku
- Genouillères (protections)
- Vêtements x2
- Gants lestés (poings Américains)
- Couteau à cran d'arrêt

Karma

26

avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 29/05/2018
Crédit Avatar : Moi

Feuille de personnage
Vie:
50/50  (50/50)
Santé mentale:
85/100  (85/100)
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Présentation de Takeshi Kuribayashi Jeu 31 Mai - 15:23
le Passeur
Et voilà tu es validé!

Je déplace ta fiche dans la section du même nom et t'invite à refaire les mêmes tests que pour la fiche avec le journal de bord Very Happy

avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 12/11/2017
Crédit Avatar : G.U.E.R.L.A.I.N

Feuille de personnage
Vie:
0/50  (0/50)
Santé mentale:
0/90  (0/90)
Inventaire:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Présentation de Takeshi Kuribayashi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agonie :: Safepoint (HRP) :: Le registre :: Validés-
Sauter vers: